Tout savoir pour réaliser, optimiser et diffuser ses photos

Panasonic GX9 : performant et toujours aussi vintage

13/02/2018 | Patrick Lévêque

Panasonic a levé le voile sur le successeur du GX8 avec un GX9 qui reprend, sans réelles grandes surprises, des éléments et des technologies introduits sur les Lumix GH5 et G9.

Présentation

Les aficionados du boîtier compact hybride expert de Panasonic ne seront pas déroutés par le petit dernier de la marque. Le Lumix GX9 perpétue en effet une ligne efficace dont la silhouette n’évolue guère et tout juste trahie par la présence d’un petit grip ajouté au dos de l’appareil, permettant une prise en main beaucoup plus ferme et sécurisante qu’avec le GX8.

Le GX9 hérite donc du capteur Live MOS de 20 Mpxl des Lumix GH5 et G9, dénué de filtre passe-bas, et associé au processeur Venus Engine. La plage dynamique aurait été largement retravaillée. Elle permet d’obtenir des gradations plus homogènes et des couleurs au plus proche de la réalité. L’équilibre entre ton, luminosité et saturation a lui aussi été amélioré, beaucoup plus juste et précis dans les rendus des tons chair et des dégradés, en traitant chacune des informations colorimétriques de l’image de manière précise et individuelle. La fonction de réduction de bruit traite l’image de manière optimale et en préserve les détails, y compris en basse lumière et avec une sensibilité maximale de 25 600 Iso.

Double stabilisation
Doté d’une double stabilisation d’image sur cinq axes, le Lumix GX9 permet d’optimiser efficacement la qualité de l’image lors de l’emploi de longues focales. L’utilisation d’un obturateur électromagnétique permet de réduire les vibrations de 90 % par rapport à un obturateur à ressort classique. À la clé, une meilleure maîtrise des risques de flou de bougé et une réduction du bruit provoqué par un obturateur classique. Le Lumix GX9 grimpe au 1/4000s (Le G9 a un obturateur mécanique au 1/8000s) en utilisation mécanique et jusqu’au 1/16 000s en utilisation électronique.

Un boîtier réactif
L’utilisation de la technologie DFD (Depth From Defocus) permettrait au Lumix GX9 d’effectuer la mise au point en environ 0,07 seconde. Le boîtier est également doté de modes rafales à 9 im/s en AFS et 6 im/s en AFC. L’apport du processeur Venus Engine permet au système AF d’être plus efficace sur le suivi des sujets en mouvement, même en cas de déplacement rapide hors du champ ou si un obstacle vient s’interposer. 49 zones de détection de mise au point associées au mode AF Multiple personnalisé assurent une maîtrise totale de la zone de focus. En plus du mode AF Détection des visages classique, le Lumix GX9 propose un mode Détection des visages/regards permettant de centrer automatiquement la mise au point sur l’œil du sujet. La fonction Bracketing a été améliorée, avec de nouveaux modes disponibles permettant d’orienter le bracketing sur la plage de mise au point ou l’ouverture.

Un viseur performant
Le viseur du Lumix GX9 progresse et passe de 2360 kpts à 2760 kpts. Il reste en dessous des afficheurs Oled des GH5 et G9. Inclinable à 80 degrés, il offre une reproduction colorimétrique précise pour des grossissements d’environs 0.7x (équivalent 35 mm) et un champ de vision de 100 %. Le nouveau capteur oculaire du viseur associé au mode AF Capteur oculaire permet d’enclencher la mise au point automatiquement à l’approche de l’œil, pour ne rater aucune possibilité de photo.

Créatif
Le Lumix GX9 déploie tout l’arsenal créatif que l’on trouvait déjà chez son prédécesseur. L’accent a cette fois été mis sur le noir et blanc avec un nouveau mode L-Monochrome D dont le rôle est d’apporter un rendu des tons plus dynamique, des gradations plus riches et des noirs plus profonds. L’effet « grain naturel », au rendu proche de celui d’un film 35 mm, fait également son apparition.

4K photo et vidéo
Le Lumix GX9 dispose de la fonction Photo 4K qui permet de capturer des images à 30 im/s et d’en extraire la meilleure photo en 8 Mpxl. Cette fonction est désormais associée à la fonction de Marquage automatique qui facilite le processus en marquant pendant la rafale les photos qui présentent une différence notable (en mode Priorité visage ou Mouvement du sujet). Le Lumix GX9 offre également la possibilité de créer une composition de séquence en fusionnant les photos souhaitées extraites de la rafale 4K pour n’en faire qu’une seule directement sur l’appareil et sans processus de retouche particulier. La fonction Post Focus permet aussi de sélectionner la zone de mise au point tandis que la fonction Focus Stacking autorise la fusion de plusieurs zones de mise au point. L’utilisateur n’a ainsi pas besoin d’effectuer une mise au point précise lorsqu’il prend sa photo, pouvant la définir après la prise de vue. En mode vidéo, le Lumix GX9 met la barre un cran plus haut avec un mode 4K UHD (3840 x 2160) qui grimpe jusqu’à 30 im/s et un mode Full-HD (1920 x 1 080) poussant jusqu’à 60 im/s avec autofocus en continu.

Moins vorace que son prédécesseur, le Lumix GX9 dispose de la fonction d’économie d’énergie du viseur déjà introduite par Panasonic sur ses derniers boîtiers. Le capteur oculaire du viseur sait en outre détecter l’éloignement de l’œil du viseur et passe automatiquement l’appareil en mode veille (délai de 1, 2, 3, 5 ou 10 secondes). L’utilisateur peut ensuite rapidement revenir en mode photo à l’aide du déclencheur à mi-course. Cette fonction d’économie d’énergie permet de multiplier par 3 l’autonomie de la batterie, soit jusqu’à environ 900 vues. Enfin, notons une connectique dépouillée avec un port Micro HDMI Type D et un port USB 2.0 qui servira également pour la recharge de l’accu.

- Tous les kits sont disponibles en version Noir et Silver

- GX9 Boîtier nu : 799 €
- GX9 + 12-32 : 899 €
- GX9 + 12-60 f/3,5-5,6 : 999 €
- GX9 + 14-140 : 1 199 €
- GX9 + 12-32 + 35-100 f/4-5,6 : 1099 €

- Grip additionnel : 65 €
- Œilleton additionnel : 20 €

Disponible courant avril 2018 – Plus de renseignements sur le site de Panasonic

Premier avis

Comme à chaque évolution de son appareil compact hybride expert, Panasonic hausse le niveau de performance de son appareil. L’ergonomie évolue par petites touches et il faut se plonger dans les caractéristiques techniques pour entrevoir les avancées du GX9. L’apport du capteur des GH5 et G9 a permis d’augmenter la plage dynamique et d’améliorer les gradations et les couleurs, plus homogènes. Ce capteur assure également une amélioration de l’équilibre entre les tons, la luminosité et la saturation pour produire des couleurs plus précises et au plus proches de la réalité. Pas de grand chambardement du côté de l’acquisition vidéo avec un format 4K UHD qui pousse cette fois jusqu’à 30 im/s.

Du coup ce GX9 se positionne entre les G80 et G9, tandis que les GH5 et GH5s s’adressent avant tout aux vidéastes. Certaines caractéristiques sont ainsi logiquement revues à la baisse, à commencer par la définition du viseur. Les afficheurs Oled des GH5 et G9 à 3,68 Mpts restent des points forts qui ne seront pas négligeables pour une frange importante de photographes. Notamment ceux qui sont habitués aux reflex. Reste que le GX9 devrait offrir un niveau de performance dans la lignée de ses deux aînés, avec un processeur, un système AF et la double stabilisation, qui ont fait leur preuve. Il a pour lui un design qui tranche avec les G80 et G9. On attend maintenant un éventuel successeur au très réussi GX80. Depuis quelques mois, Panasonic imprime une cadence élevée sur le front des hybrides…

Fiche technique

  • Capteur : Live Mos 13 x 17,3 mm sans filtre passe-bas
  • Définition maximale : 21,77 megapixels/20,30 megapixels
  • Montures/Coefficient : Micro 4/3
  • Sensibilités : 10 à 25 600 Iso (jusqu’à 6400 Iso en vidéo)
  • Vidéo : 4K UHD 24 ou 25 ou 30 im/s, Full HD 24 à 60 im/s
  • Formats de fichiers : JPEG, RAW, MP4 (4K Photo), AVCHD Progressive, AVCHD (Audio Dolby Digital 2 ch) MP4 (audio AAC 2 ch)
  • Protection : NC
  • Stabilisateur : Double stabilisation (Dual IS) sur 5 axes
  • Viseur : électronique orientable, 2760 kpts, 0,7 x (équivalent 35 mm)
  • Moniteur : LCD 7,6 cm orientable et tactile, 1 240 kpts
  • Flash intégré : pop-up intégré TTL, Auto, Auto/Correction yeux rouges, Forcé On, Forcé On/Correction yeux rouges, Synchro lente, Synchro lente/Correction yeux rouges, Forcé Off Avec modes iAet iA+ seulement.
  • WiFi/Bluetooth : WiFi IEEE 802.11b/g/n WPA/WPA2 mode infrastructure – Bluetooth v4.2 BLE (Bluetooth Low Energy)
  • Autofocus : autofocus à détection de contraste avec DFD sur 49 zones, détection de l’œil, détection de visage, MAP tactile
  • Vitesses : 1/4000s à 60 s – 1/16000s en obturation électronique – Pose B
  • Rafales : 9 im/s (AFS)/6 im/s (AFC) mécanique – 9 im/s (AFS)/6 im/s (AFC) numérique
  • Balance des blancs : Auto (2), préréglages (5), perso (4), T°
  • Photo 4K : Pré rafale 4K : 30 im/s (env. 2s) – Rafale 4K : 30 im/s (max 29 mn 59s) – Rafale 4K (S/S) : 30 im/s (max 29 mn 59s)
  • Vidéo 4K- Full HD : [4K] 3840x2160 / 30p, 100Mbps / 25p, 100Mbps / 24p, 100Mbps - [Full HD] 1920x1080 / 60p, 28Mbps / 50p, 28Mbps / 30p, 20Mbps / 25p, 20Mbps
  • Stockage : SD/SDHC/SDXC (compatible UHS-I, UHS-II Class 3)
  • Interfaces : USB 2.0, Micro HDMI Type D
  • Alimentation : Li-ion (7,2 V 1025 mAh) jusqu’à 900 photos en mode Eco du viseur
  • Accessoires : 124 x 72,1 x 46,8
  • Dimensions/Poids : 450 g boîtier nu sans carte

Cet article vous a plu ? Notez le et partagez le sur les réseaux sociaux !



Commenter cet article

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Messages

  • Je ne vois pas’bien en quoi ce boîtier est « vintage ». Ou alors le fuji xpro, l’eos M, le,leica Q, l’omd em 10 et bien d’autres sont aussi vintage...
    produire un boîtier avec un viseur intégré, une poignée bien positionnée et des fonctionnalités en accès direct, cela s’appelle du pragmatisme ou de l’ergonomie, mais sûrement pas du vintage.

  • C’est juste pour souligner la ligne de l’appareil et non ses fonctionnalités ;-)

  • C’est le vrai successeur du GX7, le GX8 était trop gros, n’avait plus de flash et l’orientation de son écran par rotule latéral n’est pas le bon choix sur de type de boitier à l’inverse de la forme reflex (G80 par ex).
    Le prix de ce GX9 semble proche de celui du GX80 peut être la fusion des GX8 et GX80 dans un seul GX9 ?

    Quand LMDP parle de look vintage c’est sur la forme boitier télémétrique et non reflex.

  • @ Georges : pas d’infos pour le moment concernant le successeur du GX 80. Avec le GX9, Panasonic corrige les défauts du GX8 et le propose en effet à un tarif très attractif sous le seuil psychologique des 800 euros nu. Soit 400 euros de moins que le GX8 lors de sa sortie (pour mémoire 1 199 euros nu), en phase avec les attentes du marché.
    Et oui en effet, ce look vintage est à rapprocher des appareils de type télémétriques ou des anciens reflex argentiques… mais cela n’engage que moi ;-))

  • Pour Patrick Lévêque, bonsoir, son prix se rapproche plus du GX80 que celui du GX8, comme la taille, le dessin du boitier et l’evf (hors articulation).

  • Bonsoir Georges, je penses que le successeurs du GX 80 sera sans doute lui aussi repositionné par Panasonic côté tarif lorsque il sera annoncé. C’est tout bénef. pour les futurs acheteurs ;-)

  • Comme pour beaucoup d’autre possesseur du GX8, le GX9 ne représente en rien son successeur mais plutôt une bonne évolution du GX80. Quelle déception pour ma part : grossissement du viseur plus petit, disparition de la protection tous temps, disparition de l’écran sur rotule, disparition du bossage de la poignée que je trouvais déjà juste sur le GX8 ( et pourtant j’ai pas de si grandes mains). Bon courage à ceux qui utiliserons le 100-400 sur ce GX9 et ce n’est sûrement pas ce ridicule petit ergot mis à l’arrière qui va pouvoir compenser. Bref ceux qui était satisfait du GX80 seront content, les autres passeront leur chemin.
    Le vrai remplaçant du GX8 aurait dû avoir la résolution et le grossissement du viseur du G9, la migration d’une ou 2 touches mal placées au dos de l’appareil, un petit flash fourni dans la boite pour le pilotage de flash sans cordons (genre ceux livrés avec le lumix GM5 ou l’olympus e-m1), une poignée légèrement plus prononcée accueillant une batterie plus importante et surtout ne rien toucher à ce qui avait fait le succès du GX8. Tout cela aurait plus parlé aux vrais utilisateurs de GX8. Et entre les 800 euro du GX9 et les 1700 euro du G9 il y avait une sacrée marge pour proposer un digne successeur !!!

  • Je suis d’accord avec Thierry, possesseur du GX8. Je possède pour ma part un GX80 et je vois plus ce nouveau GX9 comme le successeur du GX80 que comme le remplaçant du GX8. Gabarit, design, écran juste inclinable, fonctions, type de batterie, tout dans ce GX9 m’inspire mon GX80. Ce dernier était certainement mal positionné dans la gamme Lumix, en proposant des qualités remarquables à un prix décent. J’imagine que Panasonic a corrigé le tir en passant par la case hausse du prix, mais en le justifiant par quelques minces améliorations pour garder la face. D’ailleurs, et parceque je suis plus que fan de mon GX80, j’envisage certainement l’achat de ce GX9 comme second boitier. Par contre, l’imagigine que les possesseurs du GX8 n’y trouveront pas leur compte. Reste à Panasonic à combler ce vide, ce gouffre laissé entre le GX9 et le G9 par un vrai successeur du GX8.