Tout savoir pour réaliser, optimiser et diffuser ses photos

Panasonic LX100 : un capteur encore plus grand

15/09/2014 | Franck Mée

La tendance des compacts experts est aux relativement grands capteurs. Panasonic s’y lance donc à son tour, avec une petite surprise : son nouveau LX100 ne se contente pas d’un capteur 1", mais reprend en fait celui du Micro 4/3 GX7…

Présentation

Vous souvenez-vous, par hasard, du Panasonic LC1 ? Annoncé il y a dix ans, ce compact expert à viseur équipé d’un 28-90 mm f/2-2,4 était remarquable par sa logique de pilotage : bague d’ouverture et molette des vitesses avaient chacune une position A, permettant d’obtenir les modes PSAM de manière très intuitive pour un photographe un peu aguerri – une logique presque habituelle aujourd’hui sur les hybrides haut de gamme, Fujifilm X-T1 en tête, mais exceptionnelle chez les compacts.

Quelque part, le nouveau LX100 n’est pas juste un grand frère du très apprécié LX7. C’est aussi un héritier du LC1, un compact clairement destiné aux experts : une bague de diaph, un barillet des vitesses, une bague de mise au point, il n’y a plus qu’à mettre l’œil au viseur et à déclencher. Avec en plus une construction métallique soignée, le LX100 a tout pour séduire les nostalgiques d’une prise en main à l’ancienne.

Le jeune vieux

Cela n’empêche pas le LX100 d’être résolument moderne. Son viseur est électronique (avec 2,76 Mpts, il rappelle celui du GH4) et, s’il ne propose hélas pas d’interface tactile, il est évidemment capable de communiquer en WiFi avec un smartphone – et l’application de pilotage des Panasonic est une réussite certaine.

Résolument moderne, il l’est aussi par sa capacité à ne pas privilégier photo ou vidéo : que vous photographiez en 4/3 ou en 3/2 ou que vous filmiez en 16/9, le champ de prise de vue reste le même. Le capteur est un 4/3" de 16 Mpxl, apparenté à celui du GX7 et du GM1 par exemple ; c’est dans celui-ci que le LX100 retaille une zone de 4 112 x 3 088 pxl en 4/3 ou de 4 480 x 2 520 pxl en 16/9. La diagonale de l’image fait ainsi toujours 19,4 mm, et le grand-angle à 24 mm est donc conservé quel que soit le format. Panasonic a beaucoup utilisé ce principe, baptisé « multi-aspect », il y a quelques années, allant jusqu’à équiper le GH2 d’un capteur plus grand que le 4/3" pour utiliser au mieux les optiques en vidéo ; nous sommes heureux de le voir revenir.

Seul petit regret : comme les autres modèles (GH4 bien sûr, mais aussi le remarquable bridge FZ1000), le mode vidéo 4K est obtenu par un recadrage supplémentaire en 3 840 x 2 160 pxl : la diagonale de l’image est donc réduite à 16,6 mm, allongeant le champ au grand-angle à un équivalent 28 mm – et ce, sans compter l’éventuelle correction de la distorsion.

Objectif au top ?

L’objectif mérite à lui seul un paragraphe. Équivalent 24-75 mm, il ouvre à f/1,7-2,8 : c’est plus court mais plus lumineux que le Canon G1 X Mk II, seul autre compact à zoom doté d’un capteur de plus de 1".

Panasonic explique avoir particulièrement soigné cette optique (la griffe Leica est un accord commercial : l’objectif est bien japonais), dont les 11 éléments répartis en 8 groupes sont montés sur pas moins de 6 éléments mécaniques centrés individuellement. Il conviendra de se prononcer lors d’un test, mais la série LX a toujours fait l’objet d’un soin particulier des opticiens d’Ōsaka : le LX7, avec ses 10 Mpxl, fournissait des images aussi détaillées dans les angles que le RX100 et ses 20 Mpxl. Tout cela est donc fort prometteur, mais Panasonic sait aussi ne pas avoir droit à l’erreur.

Quelques regrets

Sur le papier, le LX100 est donc un appareil assez enthousiasmant : plus compact que le G1 X Mk II, il propose un plus grand capteur que le G7 X et le Sony RX100 III et si son zoom est un peu court, il est lumineux.

Il pèche tout de même par quelques points. Outre l’absence d’interface tactile (celle des Panasonic G est pourtant un régal), l’écran est fixe, ce qui est d’autant plus décevant qu’il aurait pu être intégré sans épaissir le boîtier – l’oculaire du viseur dépasse de toute façon de plusieurs millimètres.

Nous regrettons aussi l’absence de flash intégré. Le LC1 (à gauche) avait fait le choix de placer la griffe sur l’angle gauche, laissant la place d’un flash entre le viseur et les commandes ; sur le LX100 (à droite), la griffe centrée ne permet pas ce montage. Il sera donc livré avec un petit flash externe à la puissance limitée (NG = 7 pour 100 Iso), qui n’a même pas le bout goût de se replier à plat comme ceux d’Olympus par exemple.

Malgré ces petites fautes, le LX100 reste une solution intéressante dans le bouillonnement actuel des compacts experts. Il sera lancé fin octobre-début novembre pour 849 €, un tarif élevé mais aligné sur celui du Sony RX100 III et à peine supérieur à celui du Canon G1 X Mk II.

- Le site de Panasonic

Premier avis

La lignée LX ne pouvait pas éternellement se contenter de capteurs de 1/1,8". Panasonic ayant lancé un excellent bridge à capteur de 1", le FZ1000, il était logique qu’une réponse au Sony RX100 III arrive.

La naissance du LX100 n’est donc pas une surprise. Mais sa conception, avec une ergonomie à l’ancienne assez bien vue, et sa fiche technique vont tout de même au delà de ce que nous attendions : le capteur dépasse assez nettement le format 1" sans renoncer à un objectif lumineux, le multi-aspect est toujours présent et au vu de son pedigree, il ne fait guère de doute que l’appareil fournira des images de haute volée.

Nous regrettons bien sûr certaines absences : pas d’écran orientable, pas de flash… Mais le LX100 fait partie des produits que nous attendons de tester avec impatience.

Fiche technique

  • Capteur : Mos 4/3", 16,8 Mpxl ; 11,3 à 12,7 Mpxl effectifs
  • Définition maximale : [4/3] 4 112 x 3 088 [3/2] 4 272 x 2 856 [16/9] 4 480 x 2 520 pxl
  • Vidéo : 4K UHD à 24 ou 25 im/s ou 1080p à 24, 25 ou 50 im/s, son stéréo
  • Formats de fichier : Jpeg, Raw, MP4, AVCHD
  • Zoom : 24-75 mm (éq. 24 x 36) f/1,7-2,8, diaphragme à 9 lamelles
  • Mode macro : 3 cm (grand-angle)
  • Autofocus : Détection de contraste sur 49 zones
  • Mise au point : AF simple, flexible ou continu, multizone, ponctuel, détection de visages ; manuelle avec peaking
  • Stabilisation : Optique
  • Écran : LCD 3", 921 kpts
  • Viseur : Électronique, 2,76 Mpts, 0,73x
  • Modes d’exposition : iAuto, PASM
  • Sensibilités : 100 - 25 600 Iso
  • Balance des blancs : auto, prédéfinies (5), manuelle (4), kelvin
  • Vitesses : 60 s - 1/4 000 s (mécanique) ; 1/16 000s (électronique)
  • Rafale : 11 im/s, 40 im/s en Jpeg et obturateur électronique
  • Flash : - (Flash externe fourni, NG = 7 à 100 Iso)
  • Stockage : SD - SDXC
  • Connectique : USB 2, HDMI, griffe flash
  • Alimentation : Batterie Li-Ion 7,2 V, 1 025 mAh, 300 photos
  • Dimensions / poids : 114,8 x 66,2 x 55 mm / 393 g (avec accu et SD)

Cet article vous a plu ? Notez le et partagez le sur les réseaux sociaux !



Commenter cet article

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Messages

  • Enfin le compact qu’on attendait : beaucoup plus ergonomique que le Sony, équipé avec un viseur que n’a pas le canon g7x, un zoom lumineux et le fameux multi aspects (génial car rapide et facile), voilà qui est diablement attrayant. Il est dans mes priorités d’achat si la concurrence ne fait pas mieux (on attendait un tel appareil chez nikon mais apparemment, rien ne sortira cette année)

  • on attendait un tel appareil chez nikon mais apparemment, rien ne sortira cette année


    Comme tous les ans, enfin.

    Si Beckett avait été photographe, Nikon aurait remplacé Godot.

  • Les premiers tests montrent une faiblesse de l’optique sur les bords a toutes les focales, le Sony rx100 mod. III est bien plus net. Dilemme : choix difficile entre un boitier super ergonomique mais une optique faiblarde et un Sony glissant dans les mains mais avec une optique bien supérieure....