Tout savoir pour réaliser, optimiser et diffuser ses photos

Panasonic Lumix DMC-GH3 : Bilan

15/03/2013 | Benjamin Favier

À l’issue de mon séjour à Florianopolis avec le Panasonic DMC-GH3, le bilan s’avère aisément positif… même si la comparaison entre les listes des points forts et faibles (lire ci-dessous) peut semer le doute. Certains défauts ou absences seront négligeables aux yeux de certains. Je me suis cependant efforcé d’être le plus exhaustif possible dans cet état des lieux, au regard de ma propre expérience avec ce boîtier. Si le positif l’emporte, c’est parce que le GH3 donne satisfaction dans les principaux domaines de la prise de vue : qualité d’image, réactivité, prise en main et ergonomie. Avec des caractéristiques assez rares comme une construction tout temps, qui démarquent le GH3 de ses principaux concurrents sur le segment des compacts hybrides à objectif interchangeable – Olympus OM-D E-M5 excepté. La qualité de la gamme optique et sa compacité jouent également en sa faveur. Les vidéastes qui ont déjà apprécié le GH2 loueront les dispositions de son successeur dans ce domaine.


Photo : Benjamin Favier

- EXIF : Panasonic DMC-GH3 avec Lumix G Vario 100-300 mm f/4-5,6 OIS à 162 mm ■ 1/2000s ■ f/5,6 ■ 200 Iso

Alors, le GH3 est-il susceptible de rivaliser avec des reflex ? La question mérite d’être posée tant l’autofocus et la qualité d’image donnent satisfaction. Deux critères peuvent cependant lui nuire aux yeux d’une frange d’utilisateurs. Le choix du Micro 4/3, d’une part, qui induit des performances inférieures à l’APS-C en hauts Iso, et le viseur électronique, certes réussi, mais qui peut rebuter les adeptes de la visée reflex. Mais ses caractéristiques en font plus qu’un second boîtier et le degré de paramétrage séduira les utilisateurs les plus exigeants. Il fait assurément partie des appareils hybrides les plus aboutis. Et il s’agit du modèle le plus polyvalent, au regard de l’association photo/vidéo.

J’ai aimé

- Qualité d’image
- Niveau de construction et prise en main
- Compacité et discrétion du système Micro 4/3
- Ergonomie soignée
- Écran LCD orientable
- Performances de l’autofocus
- Gamme optique complète
- Duo 12-35/35-100 mm f/2,8 OIS et tropicalisé
- Zoom 7-14 mm f/4
- Autonomie de la batterie très satisfaisante
- Poignée d’alimentation optionnelle très bien pensée
- Navigation tactile intuitive en mode Lecture
- Flash intégré utile et précieux pour déclencher un modèle externe sans fil
- Possibilité d’employer des filtres créatifs en Raw + Jpeg
- Mode vidéo très réussi
- Retour son via prise casque

J’ai moins aimé

- Viseur électronique un peu étroit
- Trappe d’accès à la carte mémoire pas suffisamment sécurisée
- L’œilleton du viseur qui s’enlève facilement
- Emplacement de certaines touches (Disp., Fn1, Fn3 et Fn4) perturbant
- Absence de peaking en mise au point manuelle
- Absence de stabilisation sur le 7-14 mm f/4
- Absence d’écran de contrôle
- Absence de panorama par balayage
- Absence de GPS
- Format 4/3 à pleine définition, qui demande un temps d’adaptation en termes de composition
- Visée en mode Rafale (on perd le sujet de vue à 6 im/s)
- Capteur non stabilisé

Retrouvez dans le numéro 54 du Monde de la Photo.com, l’intégralité du reportage effectué au Brésil, à l’occasion de cette Expérience Digitale consacrée au Panasonic Lumix DMC-GH3.

LemondedelaPHOTO.com Magazine
N°54, 132 pages, 6,00 €
Actuellement en kiosque et maisons de la presse

- VOIR LE SOMMAIRE DU NUMÉRO 54

- COMMANDER EN LIGNE LE NUMÉRO 54

Cet article vous a plu ? Notez le et partagez le sur les réseaux sociaux !



Commenter cet article

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Messages

  • Vous dites : "Visée en mode Rafale (on perd le sujet de vue)"

    C’est partiellement faux (et partiellement vrai...)
    Ça dépend de la vitesse de rafale. À "high", effectivement on voit un "preview" de la photo prise et on n’a pas de "live view" (j’utilise les termes anglais de Panasonic). À la vitesse "medium", toutefois, on a un voile noir une fraction de seconde (un peu comme sur un DSLR mais un peu plus long), puis on a du "live view" avant la prochaine capture. Pour cette raison, je trouve l’utilisation de la vitesse "medium" vraiment plus utile. C’est du moins mon expérience avec le GH2 - de ce que j’ai lu, c’est idem sur GH3.

  • Ce qui est dommage, c’est que précisément nous n’ayons pas eu de retour d’experience sur les hauts isos là où les apsc et FF sont censés creuser l’écart. Toutes les photos montrées ont ete prises à 100 ou 200 isos, j’aurais aimé voir des photos faites à 800 ou1600 isos....

    • Bonjour
      vous trouverez des images prises en hautes sensibilités dans le sujet paru dans le magazine numéro 54.
      Cordialement,
      Benjamin

    • Merci, je suis curieux de voir car ce qui freine l’investissement dans le micro 4/3, c’est le probleme du bruit a partir de 800 isos. Je connais quelques personnes qui ont revendu des Panasonic et des om5 pour racheter du Fuji or je trouve que le GH3 a plus d’arguments dans l’absolu a faire valoir de par sa polyvalence, sa rapidité et sa discrétion meme si l ’obturation electronique a des (petits) inconvénients.... Je travaille actuellement en FF mais le poids et l’enombrement et surtout le manque de discrétion entrainent mes yeux vers d’autres alternatives. J’irai bien vers un compromis. Mais pas au prix d’une trop grande perte dans les hautes sensibilités.

  • Bonjour,
    Dans vos points négatifs, je relève le point "L’œilleton du viseur qui s’enlève facilement". Justement .. j’ai perdu le mien.
    Je suis allée dans la boutique où j’ai acheté mon GH3, il n’en ont pas. Une idée d’où je peux en trouver un ? Merci.

  • Merci pour votre test qui conforte mes impressions déja solidement établies par d’autres test de la presse spécialisée. et Longue vie à votre site ! :)