Tout savoir pour réaliser, optimiser et diffuser ses photos

Panasonic Lumix G5 : le remplaçant du reflex ?

18/07/2012 | LAURENT KATZ

Pas de répit chez Panasonic. Après le GX1 et le GF5, voici le G5 qui déboule, sans doute le prélude annonciateur d’un GH3 qui sera vraisemblablement le point d’orgue de la marque lors de la prochaine Photokina.

Consolidation technologique

Le DMC-G3 lancé au printemps de l’an dernier voit son remplaçant arriver. Et un coup d’œil rapide montre que le DMC-G5 est une évolution technique intéressante, mais pas spectaculaire. Enfin, pas de celle qui fait mettre un appareil au rebut au profit de la génération suivante. Mais c’est un appareil séduisant pour celui qui veut évoluer depuis un compact, un bridge ou même, qui souhaite remplacer un reflex, numérique ou pas, vieillissant. C’est d’ailleurs le discours de Panasonic que d’affirmer, en clôture de la conférence de presse que « le G5 arrive pour remplacer le reflex », assorti d’un tableau comparatif pour le confronter aux Canon 650D, Sony A57 et, de mémoire, Nikon D5100. Une affirmation qu’il faut nuancer, ne serait-ce que parce que l’APS-C offre une profondeur de champ différente et une gestion du bruit potentiellement meilleure. Et sur un plan diffusion, les statistiques montrent que la bascule vers l’hybride est bien plus lente en Europe et aux USA qu’en Asie, et au Japon particulièrement. Mais l’usage d’un G5 de présérie, l’après-midi et le soir suivant la présentation officielle m’a montré que la revendication était loin d’être infondée, pour peu que la visée électronique ne constitue pas un frein rédhibitoire pour certains. Et le lancement d’optiques ambitieuses et onéreuses (zooms X Vario 12-35 mm et 35-100 mm à ouverture constante, f/2,8) laissent augurer de choses intéressantes concernant les futurs modèles Micro 4/3.

Le changement dans la continuité

Le capteur est resté d’une définition de 16 Mpxl, l’afficheur de trois pouces est toujours tactile et orientable, le viseur électronique présente 1,44 Mpts et l’AF rapide fonctionne avec 23 zones. Ce qui montre combien le G3 était déjà bien réussi. Qu’apporte alors la nouvelle version ? Le Cmos est un modèle de 18 Mpxl d’origine, 16 Mpxl étant effectivement employés. Si la définition reste identique, sa structure a évolué pour mieux contenir le bruit aux sensibilités élevées indique Panasonic. Et le nouveau processeur Venus Engine affine les algorithmes réducteurs de bruit. Le LCD a doublé en définition, passant à 920 kpts.

Panasonic insiste sur la vélocité du G5. Qui offre des rafales à 6 im/s, avec AF et pleine définition, mais sans le LiveView (avec, cette cadence descend à moins de 4 im/s). Et une activation de l’AF dès que l’œil est détecté par le capteur situé à côté de l’oculaire.

Une fonction originale consiste, lorsque l’on sollicite le viseur, à transformer le LCD en tablette tactile pour pointer du doigt la zone de mise au point. Bien. Mais il faut penser à déployer le LCD sur la gauche, faute de quoi le bout du nez vient perturber le choix ! Panasonic qui développe une gamme de Power Zoom, au zooming motorisé, introduit un levier sur le dessus du G5, justement pour faire varier la focale depuis le boîtier, comme sur un compact. Il sert aussi à faire modifier l’exposition, à agrandir/réduire en mode Lecture et à faciliter la navigation dans les menus.

En préambule, je disais qu’il n’y avait rien de spectaculaire dans ce nouveau modèle. C’est en partie injuste, car Panasonic a introduit l’obturation électronique totale (et non partielle comme sur les NEX de Sony). Elle rend le G5 d’une discrétion exemplaire, du jamais entendu sur un hybride. Qui au bout de quelques heures comme compagnon de prise de vue s’avère prometteur. Un test à la rentrée montrera ses atouts et ses limites. Mais pour un grand nombre, il apparaît certain qu’un G5 et les deux Power Zoom 14-42 mm et 45-175 mm constituent un kit des plus intéressants, tant pour photographier que pour filmer.

Le boîtier nu vaut 650 €, 750 € avec le 14-42 mm standard (stabilisé, mais sans zooming électrique), 949 € avec le 45-150 mm et le 14-42 standard, 899 € avec le Power Zoom X Vario 14-42 mm . Pour une disponibilité en septembre.

- Le site de Panasonic

Vues sur les réglages

La visée Vous voyez ici le volet tactile déployé, montrant trois touches « virtuelles », la première pour activer/désactiver le déclenchement par pression sur le LCD, suivie d’une paire de touches de fonctions, ici programmées pour respectivement gérer la position de la zone AF et le mode de mise au point.
Le menu principal Cette présentation iconique est le sommaire listant les autres menus : choix des modes Scènes, Prise de vue, Vidéo, Personnalisation, Configuration et Lecture. À noter que maintenant, les sous-menus sont gérables tactilement.
Les touches de fonction Il en existe trois, « en dur » sur le boîtier, les deux autres correspondant à des emplacements sur le LCD tactile, dans un volet repliable.
Les effetsLeur présentation est visuelle et informative. On n’est pas sûr que Star Filter ou Impressive Art soient d’une utilité incontestable, alors que le N&B dynamique, manipulé avec le correcteur d’exposition, s’avère bien plus créatif et pertinent. D’autant que le Raw, étant lui aussi enregistré pour tous les effets s’il est sollicité, fait bénéficier d’une photo de base que vous pouvez développer à votre guise.
L’autofocusLe G5 offre plusieurs choix concernant la zone de mise au point : détection de visage, suivi AF, multizone, mono-zone élargie, mono-zone ponctuelle.
Les réglages vidéoOn note, dans ce sous-menu consacré aux réglages de la définition et du mode d’enregistrement de la vidéo, du type d’autofocus et du style, qu’un bandeau défilant en première ligne informe sur le réglage choisi.

Fiche technique

  • Prix : 650 € nu, 750 € avec le 14-42 mm standard, 949 en double kit avec le 45-150 mm et le 14-42 standard, 899 € avec le Power Zoom X Vario 14-42 mm
  • Capteur : LiveMOS 17,3 x 13 mm, 16 Mpxl effectifs
  • Format : 4/3, compatible 3/2 et 16/9
  • Définitions photo maxi : [4:3] 4 608 x 3 456 [3:2] 4 608 x 3 072 [16:9] 4608 x 2 592 [1:1] 3 456 x 3 456
  • Définitions vidéo maxi : 1080p (50 ou 25 im/s en AVCHD, 25 im/s en MP4)
  • Stabilisateur : -
  • Antipoussière : Oui
  • Protection du boîtier : -
  • GPS : -
  • Wi-Fi : -
  • Sensibilités : 160-12 800 Iso
  • Formats de fichiers : Jpeg, RW2, MPO
  • Espace de couleurs : AdobeRGB, sRVB
  • Monture : Micro 4/3
  • Coefficient multiplicateur : 2x
  • Mise au point auto. : TTL détection de contraste
  • Zones de mise au point : 23 ou 1 zones (choix auto), tout point de l’image (choix manuel) détection de visage, suivi,
  • Illuminateur AF : Oui
  • Mise au point  : Automatique, automatique continu, manuelle
  • Mode d’exposition : PASM, modes Scènes, iA
  • Mesure de l’exposition : TTL
  • Plage d’exposition : IL 0-18
  • Type de mesure : Évaluative multizone (144) pondérée centrale, ponctuelle
  • Histogramme : Prise de vue et consultation
  • Compensation d’exposition : +/-5 IL par 1/3 IL
  • Bracketing d’exposition : 3, 5 ou 7 im, à +/-3 IL, par 1/3 ou 2/3 IL
  • Vitesse : 1/4 000 à 60 s
  • Vitesse de synchro X : 1/160 s
  • Rafale : 3,7 im/s avec visée ou 6 im/s sans visée (9 Raw, illimité en Jpeg), 20 im/s sans visée en 4 Mpxl
  • Retardateur : 2 ou 10 s
  • Balance des blancs : Auto, préréglée (5), manuelle (2), correction bleu/ambre ou vert/magenta, 2 500 - 10 000 K
  • Bracketing balance des blancs  : Oui
  • Réglages divers : Mode Films (contraste, saturation, accentuation, bruit)
  • Prise flash : Griffe
  • Contrôle du flash : TTL
  • Flash intégré : NG 10,5 (160 Iso)
  • Compensation d’exposition au flash : +/-2 IL par 0,3IL
  • Commentaires sonores : -
  • Visée : Électronique (1,44 Mpxl,100 %, grossissement 1,4x/0,7x, dégagement 17,5 mm)
  • Moniteur : LCD tactile 3 pouces/920 kpxl orientable
  • Ecran LCD de contrôle : -
  • Affichage : Zoom 16x maxi, index (12 et 30 im.), hautes et basses lumières, calendrier, diaporama
  • Stockage : SD/SDHC/SDXC
  • Connectique : Micro stéréo, Hi-speed USB/vidéo, mini HDMI, télécommande
  • Personnalisation : Configurations utilisateur, 5 touches de fonctions
  • Divers : Contrôle créatif Expressive, Retro, High Key, Low Key, Sepia, Dynamic Monochrome, Impressive Art, High Dynamic, Cross Process, Toy Effect, Miniature Effect, Soft Focus, Star Filter et One Point Color
  • Télécommande :
  • Compatibilité impression : ExifPrint, PictBridge
  • Logiciels : PHOTOfunStudio 8.2 HD Edition, Silkypix Developer Studio 3.1 SE
  • Accessoires fournis : Accu et chargeur/adaptateur secteur, bandoulière, câble USB
  • Alimentation : Un accu Li-Ion (7,2 V, 1 200 mAh)
  • Dimensions : 119,9 x 83,2 x 70,8 mm
  • Poids : 346 g (avec accu et SD)

Cet article vous a plu ? Notez le et partagez le sur les réseaux sociaux !



Commenter cet article

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Messages

  • @ Laurent Katz :

    Il semble qu’il y ait une grosse erreur dans votre article. Le CMOS utilisé sur le G5 ne conserve pas l’angle de champ à la manière des GH1/GH2....ou du récent LX7.
    Dans le cas du G5, les modes 3/2 & 16/9 sont simplement obtenus en recadrant une image du capteur 4/3.
    J’en veux pour preuve que la définition horizontale maximale est obtenue en mode 4/3 (4608 pts).
    Les 18 MP revendiqués se transforment simplement en 16 MP suite aux pertes dues à l’interpolation de la matrice de Bayer.

    Pour ce qui est de l’obturateur électronique total, il s’agit d’une OPTION. Que devient la synchro flash dans ce mode ?
    Les photographies réalisées en mode "global shutter" ont-elles rigoureusement la même qualité que celles réalisées avec obturateur "mécanique" ?

    Enfin, pour ce qui est de remplacer le reflex, je conseillerais amicalement à Panasonic de relire les fables de La Fontaine,
    plus particulièrement "La grenouille (électronique ! ) qui veut se faire aussi grosse que le boeuf (reflex)"
    ainsi que "Panasonic veut tuer la peau de l’ours (reflex) avant de l’avoir tué" !

    Quand on sait que le Pana-Oly se fait discrètement encadrer par 3-4 nouveaux formats mirrorless voisins (2 en dessous-Pentax & Nikon et 2 au dessus -Canon & Sony ),
    on se demande plutôt si les majors n’appliquent pas la stratégie du "cachalot" pour étouffer le MFT !
    À leur place, je me demanderais plutôt si ce n’est pas plutôt l’ours (reflex) qui ne va pas les manger !

    • Oui enfin les formats concurrents en mirrorless feraient bien de s’activer et de sortir de la discrétion, s’ils veulent être autre chose que contre-feux (mais en ont-ils réellement l’ambition ?). Parce que au niveau du parc optique, panasonic et Olympus ont, comment dire, un peu d’avance... Et tout amateur un peu éclairé sait parfaitement que les optiques sont bien plus importantes que le boitier dans le rendu final.

    • En tout cas pour ma part je suis ravi de ce nouvel appareil, qui répond exactement à mes attentes, et je pense ne pas être le seul (définition raisonnable, ergonomie améliorée par rapport au G3, et surtout déclencheur absolument silencieux !). Un parfait complément à mes gros reflex plein format.

    • Bonjour,
      Peut-être faudrait-il laisser à Laurent Katz et nos amis de la revue, le temps de faire le test de fond et pour cela avoir l’appareil en main. Une news est ce qu’elle est, une annonce brève de ce qui va venir. En passant pourquoi user et abuser des acronymes techniques, pourquoi "MFT" plutôt que "(format) 4/3" largement plus usité ? une manière de poser plus encore sa compétence ou bien "orner" ses arguments ?
      On l’a dit mille fois et c’est une évidence : reflex et 4/3 (et autres) ne visent pas le même usage ni le même public, ils n’ont pas le même encombrement et donc la même disponibilité. Enfin si le boîtier seul suffisait, les Sony - pour ne citer qu’eux - seraient rois... malheureusement, la gamme optique n’est pas à la hauteur, loin s’en faut. Enfin reflex n’est pas synonyme de qualité supérieure, l’histoire de la photo, ancienne et toute récente, en atteste.

      Question ce G5 reste-t-il assez compact avec un pancake pour entrer dans une grosse poche ? J’ai fait le test avec le G1X, il est trapu mais il passe... Pour ma part si ce G5 est à la hauteur de sa fiche technique et pas trop épais, il est un sérieux candidat comme biniou de compagnie.

      PB

    • la fiche technique du G5 de l’article mentionne bien 16 megapixels.....et entre nous, 16 ou 18 megapixels, à moins d’être doté d’une loupe, PERSONNE ne verra la différence sur un tirage normal. Il serait temps d’arrêter de couper les cheveux en quatre. Tant va le cache à l’eau qu’à la fin.....la sole fait rhino.

    • Reflex et mirrorless n’ont pas la même vocation, surtout avec les formats proposés en mirrorless.
      Le problème est que Panasonic prétend remplacer le reflex....en oubliant de parler des faiblesses de son système (sensibilité du module AF,gamme optique, système de
      map "by wire",etc...).
      J’aimerais bien que les journalistes fassent leur propre enquête sur la sensibilité du module AF de ces mirrorless...

  • Le problème avec Panasonic, c’est qu’ils restent prisonniers de leurs capteurs bruités. La où Olympus à eu la sagesse de choisir un excellent capteur Sony pour son E-M5, on a encore droit sur le G5 à un capteur de la marque. Ou il faut que Pana fasse de gros efforts en technologie des capteurs, ou qu’il se pourvoie ailleurs, ce qu’il aurait semble-t-il fait pour le FZ7. Espèrons qu’il en sera autrement pour le GH-3.

  • Techniquement, il semble intéressant mais des que vous le prenez en main, vous constatez que ce boitier est peu rassurant ( a tort certainement ) car sa finition ne justifie en rien le prix demande de 650 euros. Le g5 donne une impression de fragilité que vous n’avez pas avec les olympus qui respirent le costaud. C’est dommage car l’attrait de la discrétion de l’obturateur electronique etait un bon argument quand on se rappelle le bruit terrifiant du g1 semblable au bruit du nex5.