Tout savoir pour réaliser, optimiser et diffuser ses photos

Panasonic Lumix S 24-105 mm f/4 Macro OIS : transstandard polyvalent

01/02/2019 | Benjamin Favier

Ce zoom est proposé en kit avec les S1 et S1R. Il est doté de la stabilisation OIS et offre un grossissement 0,5x au grand-angle.

Présentation

Si le 24-105 mm f/4 Macro OIS appartient à la gamme Lumix S, il n’est pas estampillé « Pro », contrairement aux deux autres modèles lancés en même temps, les 50 mm f/1,4 et 70-200 mm f/4 OIS. Pour marquer cette différence, Panasonic a opté pour un sigle gris, alors qu’il est rouge sur les deux autres : couleur qui symbolise les produits Lumix de catégorie professionnelle, comme le G9 ou les S1 et S1R, bien sûr.
Ainsi, ce zoom n’a pas été adoubé par Leica, contrairement aux Lumix G qui arborent le nom de la firme de Wetzlar, ou aux deux autres Lumix S. Le Lumix S 24-105 mm f/4 Macro OIS n’en est pas moins dépourvu d’atouts, au regard de la fiche technique. Doté d’une finition en métal et de joints d’étanchéité, il s’impose comme le compagnon logique des S1 et S1R, avec lesquels il est proposé en kit.

Une plage de focales polyvalente et une ouverture à f/4, déjà vues en 24 x 36, dès le premier modèle de la série EOS 5D, en 2005 et plus récemment en monture RF, pour épauler l’EOS R. Mais aussi chez Sigma, dans la série Art, ou encore Sony, en monture FE. Ici, on note la présence de la stabilisation OIS, qui fonctionnera de concert avec celle embarquée dans les Lumix S, pour un gain revendiqué par la marque de six vitesses. Autre point fort sur le papier, la possibilité d’obtenir un grossissement 0,5x à 24 mm, en photographiant à la distance minimale de mise au point (30 cm à toutes les focales). Un procédé déjà vu sur le zoom EF 24-70 mm f/L IS USM de Canon, qui accroît un peu plus la polyvalence de cette optique.

La formule optique repose sur seize éléments (deux verres ED asphériques, deux asphériques, un UED, deux ED) répartis en treize groupes. Le diaphragme, de type circulaire, comporte neuf lamelles. Au niveau de l’ergonomie, une targette Lock bloque le fût en position grand-angle. Il sera possible de visser des filtres de 77 mm de diamètre. Sur la balance, le zoom pèse 680 g. Il sera disponible courant mars, au prix de 1399 €, ou en kit, avec le S1 à 3399 €, et le S1R, à 4599 €. Un autre transstandard est annoncé par Panasonic pour le courant de l’année, un 24-70 mm f/2,8, qui devrait logiquement rejoindre le clan des Pro.

- Le site de Panasonic

Fiche technique

  • Prix : 1399 €
  • Type : Zoom 24 x 36
  • Focales : 24-105 mm
  • Monture : Leica L
  • Formule optique : 16 éléments (2 ED asphériques, 2 asphériques, 1 UED, 2 ED) en 13 groupes
  • Bague de mise au point : oui
  • Protection tout temps : oui
  • Motorisation : oui
  • Stabilisation : oui (compatible Dual I.S. 2)
  • Ouverture maximale : f/4
  • Ouverture minimale : f/22
  • Diaphragme : 9 lamelles circulaire
  • Distance minimale de mise au point : 30 cm (grossissement Macro 0,5x)
  • Pare-soleil : oui
  • Diamètre du filtre : 77 mm
  • Dimensions (L x ø)  : 118 x 84 mm
  • Poids : 680 g

Cet article vous a plu ? Notez le et partagez le sur les réseaux sociaux !



Commenter cet article

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Messages

  • A17 vous êtes plus saoulant que lui et même ridicule à votre place j’aurais honte d’insister

  • Encore une fois, la réalisation de ce 24-105/4 n’a absolument pas été motivée par la présence du capteur
    du S1R au catalogue Lumix.
    Une optique photographique donne son meilleur rendement vers f/4-f/5.6 (pour les meilleures).
    À ce petit jeu, un banal Double-Gauss ( à f/5.6) fera aussi bien qu’une optique ultralumineuse "high-end" comme ce Lumix 24-105/4 à l’exception peut-être des bords (on sait que le DG a tendance à "flancher" dans les coins) ; ça concerne surtout 8%-12% de la surface totale de l’image...

    Pour le reste, une correction poussée des aberrations à PO apporte un progrès sensible par rapport à l’ancienne génération d’optiques ultralumineuses, et je parle en connaissance de cause !

    Étant possesseur d’un 50/1.2 L EF (de 2006), je peux vous dire qu’il y a des résidus de coma sur des sources lumineuses ponctuelles (réverbères, lampions, panneaux lumineux) en photo de nuit, ce qui fait que le photographe doit faire des concessions pour éviter des images "baveuses"....y compris sur le capteur
    12.8 MP de mon antique Canon 5D.
    Lorsqu’on souhaite utiliser la PO de cet objectif en plein jour (afin de réduire la PDC, maximiser l’effet 3D, minimiser le temps de pose,etc...), des aberrations géométriques mal corrigées s’invitent sur les clichés ;
    en particulier l’aberation de sphéricité voire les AC.
    Ainsi on peut trouver des franges pourpres sur certains clichés réalisés à PO en plein jour, toujours avec un capteur 12.8 MP.

    La dernière génération permet de corriger largement tous ces défauts et les samples qu’on peut trouver sur le net (par exemple Dépriviou) parlent d’eux-mêmes.

    Les MTF publiées par Leica (Une optique vendue pour la coquette somme de 4800 € SVP ), sont, par certains côtés décevantes :

    À PO, le contraste est bien là (>80% à 10 pl/mm sur tout le champ, ce qui est exceptionnel ), mais on voit des résidus d’astigmatisme ( décollement des lignes sagittales/tangentielles ), ce qui suggère fortement que le piqué de l’optique vers f/5.6 ne sera pas meilleur que sur un malheureux Double-Gauss.

    J’ai d’ailleurs eu l’occasion (et la chance !) d’en parler il y a une vingtaine d’années à un des meilleurs opticiens de niveau international (André Masson, ex-Nº2 d’Angénieux).En gros, il m’a dit qu’il n ’y avait plus rien à gratter sur le piqué des optiques photo par rapport à ce qu’on sait faire aujourd’hui...(Sauf rupture technologique notoire).

    Pour ce qui est des commentaires de LMDP, ben je persiste et signe :
    - Panasonic ne peut pas se permettre de vendre son 24-105/4 au prix d’un 24-105/4 DG Art car Sigma amortit ses prix sur plusieurs marques ; le volume des ventes ne sera pas le même.
    Il était donc illusoire de voir cette optique proposée à un tarif < 2000 € (Le Sigma tourne "officiellement" autour de 1000 €).
    Compte tenu du fait que le 50/1.2 L RF (Une optique de même poids) est officiellement vendue 2500 €,
    on pouvait difficilement imaginer voir Panasonic proposer un tarif inférieur compte tenu du fait que les volumes de ventes de ce 24-105/4 seront très probablement inférieurs au Canon.
    Avec les prix de la rue, le Canon sera probablement moins cher tout simplement parce qu’il dispose de plus de PDM. C’est la dure loi du capitalisme.

    - Dernière erreur vraisemblable de LMDP : Comparer le 24-105/4 Lumix au 25-105/4 DG art ne montrera pas beaucoup de différence (Sur des clichés courants) ; on s’attend "au mieux" à voir le lumix prendre l’avantage sur le Sigma sur les bords de l’image.
    La différence de coût se justifie-t-elle ?
    Pour ceux qui ont le budget, la question ne se pose pas forcément...

    À noter que Panasonic n ’a toujours pas fourni la moindre coupe optique de cet objectif ni la moindre courbe MTF...