Tout savoir pour réaliser, optimiser et diffuser ses photos

Panasonic : la division capteurs bientôt séparée

27/12/2013 | Franck Mée

L’annonce est un peu surprenante : Panasonic va donner son indépendance à sa branche chargée de la fabrication des capteurs Cmos. Usines et technologies vont être versées dans une nouvelle entreprise, copropriété de Panasonic et du fondeur israélien TowerJazz.

À la PMA 2006, Panasonic présentait son premier (et avant-dernier) reflex. Conçu avec Olympus, c’était un E-330 profondément modifié, avec un style et une interface radicalement différentes ; et à cette occasion, on apprenait que Panasonic avait fait son premier capteur de reflex, le Cmos 7 Mpxl qui équipait les deux cousins.

Passent sept ans et une belle série de capteurs, à 10, 12 puis 16 Mpxl, équipant les reflex 4/3 puis les hybrides Micro 4/3, jusqu’au 16 Mpxl ultra-sensible et capable de filmer en 4K annoncé récemment.

À l’approche de la fin d’année, c’est donc une petite surprise que de voir Panasonic se séparer de sa division capteurs. Celle-ci sera en effet versée dans une nouvelle société, co-fondée avec TowerJazz et dont ce dernier sera propriétaire à 51 %. Concrètement, c’est donc TowerJazz qui aura le dernier mot sur l’avenir de cette firme, et qui récupère au passage les usines de capteurs de Panasonic.

Croissance brutale

TowerJazz, fondeur expérimenté de puces électroniques basé en Israël, aux États-Unis et au Japon, gagne ainsi des capacités qui lui manquaient, comme le traitement direct de "wafers" (les galettes de silicium sur lesquelles les puces sont gravées) de 30 cm et la capacité de graver en 45 nm. Les trois usines de Panasonic, qui rejoignent l’usine japonaise de TowerJazz, augmenteront également de manière spectaculaire les capacités de production : le chiffre d’affaires consolidé du groupe TowerJazz devrait ainsi passer directement de 500 à 900 millions de dollars.

Panasonic va logiquement beaucoup participer à ce chiffre : le groupe s’engage à continuer à se fournir auprès de la nouvelle TowerJazz Panasonic Semiconductor Co. pendant au moins cinq ans.

Globalement, cela ne devrait donc guère changer l’approvisionnement des clients et les développements en cours comme les nouveaux capteurs Cmos. En revanche, une question se pose pour certains développements à plus long terme ; rien par exemple n’indique l’avenir du partenariat avec Fujifilm pour le développement d’un capteur organique.

- Le site de TowerJazz
- Le site de Panasonic

Cet article vous a plu ? Notez le et partagez le sur les réseaux sociaux !



Commenter cet article

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Messages

  • L’annonce est effectivement surprenante.
    L’annonce d’une alliance avec Fuji relative au développement d’un capteur
    organique ne datait que de quelques mois.
    À priori c’est une mauvaise nouvelle pour Fuji mais il faut rester prudent.
    Si Panasonic ne dit rien sur la poursuite du développement de ce capteur organique , celà ne signifie pas nécessairement l’abandon de la poursuite de cette coopération.

  • Les joint ventures permettent a des entreprises de progresser en unissant des efforts de recherche a moindre cout. C’est ce que Panasonic a fait en s’alliant avec Fuji pour mettre au point un "révolutionnaire" capteur organique. L’accord avec la firme israélienne est probablement d’un autre ordre : il s’agit d’organiser une production de masse déjà existante.

  • Panasonic a perdu des parts de marché en 2013 : de 3,8 en 2012, Panasonic est passé à 3,1 pcts de parts. C’est un indicateur que la rentabilité est en péril. De meme que Towerjazz qui avaitbbesoin de se "doper" avec l’apport de Panasonic afin de trouver une meilleure rentabilité tandis que probablement cette opération va assainir les finances de Panasonic. Il s’agit donc ici d’une affaire de gros sous mais aussi de survie à long terme de deux entreprises développant des technologies de pointe mais qui ne vendent pas suffisamment pour etre aujourd’hui rentable à 100 pour 100.

  • Exact ! Selon un analyste (Yu Yoshida ), les ventes de cameras Panasonic ont chuté de
    40% en l’espace de quelques mois (avril-septembre 2013).
    Panasonic cherche donc des partenaires pour limiter les risques s’ils
    s’avéraient incapables de redresser la barre.