Publié le : 18/04/2010

Paris 26 Gigapixels

Se promener virtuellement dans Paris, avec une restitution des détails saisissante. C’est ce que propose le site Paris 26 Gigapixels depuis quelques semaines.


Pourquoi ce nom ? Si la mention de la capitale semble évidente, la présence de ce chiffre interpelle ; 26 Gigapixels : soit la taille de la vue panoramique présentée sur le site (354159 x 75570 pixels). La plus grande au monde. Arnaud Frich en rêvait depuis longtemps. Le spécialiste français de la photographie panoramique, épaulé par Martin Loyer à la prise de vue et la société Kolor pour l’assemblage, a utilisé les 21 Mpxl du Canon EOS 5D Mark II. Un beau jour de septembre 2009, il a ainsi placé deux boîtiers sur des têtes panoramiques motorisées, chacun équipé d’un 300 mm F4 et d’un doubleur de focale. Dans le compartiment pour cartes mémoire, deux CF de 32 Go. Le matériel est hissé en haut de la tour nord de l’église Saint-Sulpice. Le making-of nous apprend qu’un seul appareil est finalement utilisé, l’autre produisant des images floues. Pas le temps de tergiverser. Au total, 2 346 photos ont été prises, entre 10 h et 16 h, avant d’être assemblées, les semaines suivantes.

Pari gagné

Le résultat est bluffant. Si La Valse d’Amélie, signée Yann Tiersen, rend la navigation agréable lors de la première visite, elle peut irriter à la longue. La barre de navigation sur la page d’accueil permet de la désactiver. Mais ce clin d’œil au film de Jeunet ravira les internautes étrangers, qui ont forcément entendu ces notes d’accordéons, tant Le fabuleux destin d’Amélie Poulain fut un succès commercial international. Le site existe également en anglais. L’icône en forme de point d’interrogation appelle un menu d’aide. On conseillera de passer d’emblée en mode plein écran pour plus de confort, et pour se débarrasser des deux bandeaux gris de la page d’accueil. En pressant Rotation auto, un mouvement panoramique se lance, dans le sens inverse des aiguilles d’une montre, à un train de sénateur. Un coup de souris accélère le pas. En cliquant sur la touche « i », des icônes jaunes font leur apparition sur l’image. Ainsi, on peut lire des informations sur les lieux les plus connus de la capitale, de Saint-Germain-des-Près à La Défense… sans oublier les célèbres monuments. En bas à droite de l’écran, une fenêtre rassemble une sélection de vingt d’entre eux. Ils sont tous là : Tour Eiffel, Musée du Louvre, Arc de Triomphe… Jusque-là, rien d’extraordinaire. Toute l’originalité du projet réside dans la possibilité de zoomer avec une grande précision sur n’importe quelle zone de l’image, de la Tour Eiffel au Panthéon, avec un affichage quasiment en temps réel. La restitution des détails est étonnante. Il faut lire le blog animé par Arnaud Frich sur le sujet. Car cette prouesse technique n’est en rien le fruit du hasard. Par bonheur, le photographe revient avec gourmandise et transparence (lire l’anecdote de la corde et de l’arme à feu) sur les coulisses du projet. Passionnant.

- Le site Paris 26 Gigapixels
- Le blog du projet

Commenter cet article

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Les commentaires liés à cet article

Commenter cet article

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Messages

[
0
]