Tout savoir pour réaliser, optimiser et diffuser ses photos

Paris Match, 60 ans d’images chocs

23/03/2009 | Benjamin Favier

23/03/2009- Le célèbre magazine hebdomadaire souffle ses soixante bougies. L’occasion pour Benoît Gysembergh, photographe historique du journal, de revenir sur le parcours de ses pairs, dans un hommage riche en émotions.

L’image a toujours tenu une place de choix dans le magazine Paris Match. Pour le meilleur et pour le pire. Le fameux slogan « Le poids des mots, le choc des photos ! » officialise cette relation dans les années 70. Depuis l’an dernier, changement de cap. Désormais on peut lire : « La vie est une histoire vraie ». La fin d’une époque pour l’hebdomadaire ?

La direction et l’équipe des photographes de Match en 1954.

C’est en tout cas le message transmis en filigranes par Benoît Gysembergh, reporter photographe au journal depuis plus de trente ans, dans son ouvrage 60 ans de Paris Match. Plus qu’une célébration, ce livre s’apparente à une sorte de recueil historique, dans lequel l’auteur se laisse aller à un récit nostalgique, pleinement assumé.

« Ce livre se veut le témoignage d’une époque du photojournalisme qui aura duré une petite cinquantaine d’années. »

Car pour Benoît Gysembergh, le temps où le journal « vivait l’animation d’un marché oriental » est révolu.

« L’informatique, malgré d’indéniables avantages, a contribué à désertifier les salles de rédaction. Chacun pouvant travailler chez soi, il a finalement tué la communication internet et surtout l’émulation. »

Françoise Sagan dans son nouvel appartement de la rue de Grenelle, Paris, 1956. Photo : Philippe Le Tellier

Match, dans son ambition de devenir le meilleur magazine illustré du monde, selon les vœux de Daniel Filipacchi lorsque ce dernier rachète le titre au milieu des années 70, a souvent contourné les règles déontologiques du journalisme. Pour passer sans sourciller du reportage de guerre au à la photo people. Un brin voyous, souvent casse-cous, les photographes de Match défraient la chronique. Non sans goût pour la provocation. Benoît Gysembergh invoque la citation de l’humoriste et journaliste Art Buchwald dans sa préface :

« Les photographes de Match courraient après les stars, et les starlettes couraient après les photographes de Match. »

Une des photos les plus célèbres de Jacques Lange, Ray Charles sur le Grand Lac Salé, Utah, 1994. Photo : Jacques Lange

Une vision qui résume parfaitement le fonctionnement d’une machine médiatique bien huilée. Mais son succès considérable, Match le doit en grande partie au talent de ses photographes. C’est même une évidence quand on feuillette cet ouvrage. Les clichés glamours du couple Delon/Schneider au bord de la fameuse Piscine (célèbre film de Jacques Deray), Ray Charles et son piano posés au milieu d’un lac salé (voir ci-dessus), l’extravagant déjeuner de Dali, Noureev dansant sur les toits de Paris, les atrocités de la guerre du Vietnam…

Le Général de Gaulle en visite officielle au Canada, 1967. Photo : Georges Ménager

Les images se succèdent, classées par photographe : Willy Rizzo, Bruno Mouron, Pascal Rostain, Patrick Jarnoux, Elsa Trillat, etc. Il sont soixante en tout. Certains sont morts. Chaque récit les concernant est truffé d’anecdotes, rendant la lecture vivante et agréable. Benoît Gysembergh nous parle ainsi d’un temps où le poids de la photo semblait inestimable.

- 60 ans de Paris Match
- Par Benoît Gysembergh
- Éditions La Martinière
- 288 pages
- 19,5 x 24,5 cm
- 28 €

- À voir également, le documentaire Paris Match, la saga des unes, diffusé ce soir à 20h35 sur France 5.

Cet article vous a plu ? Notez le et partagez le sur les réseaux sociaux !



Commenter cet article

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.