Tout savoir pour réaliser, optimiser et diffuser ses photos

Parrot Anafi : ne l’appelez pas drone, mais caméra volante !

12/06/2018 | MARC MITRANI

Le français Parrot a annoncé la semaine dernière Anafi, son nouveau drone, ou plutôt sa nouvelle caméra volante comme il aime l’appeler.

La sortie d’Anafi signe le recentrage de Parrot sur les drones compacts et performants : exit donc les mini-drones, désormais largement concurrencés par de nombreux produits chinois. L’aile volante Disco annoncée en 2016 a été victime d’un positionnement tarifaire trop élevé, vit elle aussi ses dernières heures (elle est actuellement disponible pour 299 €, soit 1000 € moins chère qu’au lancement).

Le développement d’Anafi a été conduit selon quatre axes jugés essentiels par Parrot : compacité, simplicité d’utilisation, performances de vol et qualité d’image. Pliable et livré avec un étui de transport, Anafi pèse 320 g et mesure 175 x 240 x 65 mm déplié (244 x 67 x 65 mm plié). On le glisse donc sans problème dans un sac à dos, sa télécommande n’étant guère plus volumineuse (94 x 152 x 72 mm pliée, 153 x 152 x 116 mm dépliée). L’appareil est équipé d’une batterie amovible de 2700 mAh lui assurant au moins 25 minutes d’autonomie. Détail agréable, elle ne nécessite pas de chargeur spécifique pour être rechargée puisqu’il suffit de la relier à un chargeur de téléphone.

La simplicité d’utilisation repose sur un fonctionnement semi-automatique, le pilotage étant confié à la version 6 de l’application FreeFlight que l’on installe sur un smartphone avant de le connecter à la radio commande SkyController 3. On pourra par exemple prédéfinir un plan de vol et bien sûr réaliser des vidéos sophistiquées quasiment sans intervenir. Parmi les possibilités, citons le travelling compensé (aussi baptisé « effet Vertigo » puisqu’il a été inventé par A. Hitchcock pour le film Vertigo), la fonction Follow Me ou le cadrage automatique d’un sujet.

Pour tenir sa promesse, Anafi est équipé d’une nacelle stabilisée sur 3 axes : deux mécaniques (vertical et horizontal) et un électronique (roulis) sur lequel est logée la caméra. Celle-ci est construite autour d’un capteur 1/2,4’’ 21 Mpxls d’origine Sony Electronics (IMX230, plus précisément) et d’un objectif 26 mm (équivalent 35 mm) f/2,4. Un mécanispe de recadrage de l’image autorise Parrot à affirmer qu’il offre un zoom sans perte de 1,4x en 4K et de 2,8x en Full HD.
La captation s’effectue en HDR (une première sur un drone) aux résolutions Cinema 4K (4096 x 2160p) en 24 im/s, 4K UHD (3840 x 2160) en 24/25/30 im/s ainsi qu’en Full HD en 24/25/30/48/50/60 im/s. Le débit binaire maxi est de 100 Mbps et les formats apportés sont le MP4, P-LOG (version Parrot du format LOG), Jpeg et DNG Raw.
Enfin, la nacelle autorise la caméra à pivoter verticalement (de +90° à -90°) et horizontalement (+40° à -40°) tandis que la stabilisation numérique offre une latitude de +5° à -5° dans la direction du vol. De quoi varier agréablement les points de vues.

Anafi sera disponible à partir du 2 juillet au prix de 699 €. Il est déjà possible de le précommander.
Plus d’infos par ici.



Cet article vous a plu ? Notez le et partagez le sur les réseaux sociaux !



Commenter cet article

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.