Tout savoir pour réaliser, optimiser et diffuser ses photos

Paul Nicklen

27/01/2008 | Benjamin Favier

Dans le royaume de la photo de nature, le photographe canadien Paul Nicklen n’est pas loin du trône. Son territoire de prédilection : l’Arctique. La beauté glacée de ses clichés paraît régulièrement dans le prestigieux magazine National Geographic.

La marche de l’empereur Nicklen

« Je prends un grand plaisir à partager mes expériences dans un titre aussi symbolique. Le lectorat potentiel est de plus de 40 millions de lecteurs à l’échelle mondiale. » Un chiffre vertigineux pour un homme habitué à évoluer dans des paysages vierges de présence humaine. Dès son plus jeune âge, le photographe canadien parcourt les immenses territoires situés au nord du pays. Jusqu’à vivre au sein d’une communauté Inuit. Il y apprend à braver les difficiles conditions météorologiques et à se familiariser avec la faune locale : ours polaires, éléphants et léopards de mer, bisons…

Grand amoureux de la nature, il devient biologiste. Avant de prendre conscience qu’il n’est pas fait pour ce métier : « Je n’étais pas un très bon scientifique. Je crois que je n’ai jamais pu me faire à l’idée de convertir des éléments naturels en données informatiques. Cette expérience m’a tout de même permi de passer de bons moments, simplement en restant assis, en écoutant, en observant… et bien sûr, en prenant des photos ! » Il décide alors de se lancer dans la photo. Le seul moyen, selon lui, de sensibiliser les gens sur les périls qui menacent les espèces sauvages de la région. « Je souhaitais surtout faire de belles images, qui fourniraient à la fois des informations et interpelleraient les gens. C’est à cette période que je fais la connaissance de Flip Nicklin et Joel Sartore, tous deux photographes pour National Geographic. Ils m’ont enseigné l’importance du cadrage et des méthodes de prise de vue afin de capter l’attention du lecteur et de le faire réfléchir sur ce qu’il voit. »

Lauréat du World Press Photo 2007 pour son reportage sur les Léopards de mers, il évoque le sujet avec émotion : « À cette occasion je me retouvais donc dans l’eau avec ce grand prédateur. Vous ne pouvez imaginer ce que j’ai ressenti lorsqu’il me proposa de partager l’une de ses proies avec lui, en l’occurence, un pingouin. C’est la plus belle rencontre de ma carrière. » Son site, www.paulnicklen.com, propose plusieurs galeries, toutes plus belles les unes que les autres. Ses portraits au grand-angles de grands prédateurs venus du froid glacent le sang. Mais une fois qu’il est derrière le viseur, Paul Nicklen n’a jamais froid aux yeux.

Retrouvez le Regard d’Artiste consacré à Paul Nicklen dans le numéro 3 du magazine lemondedelaPHOTO.com, à paraître le 28 février.

www.paulnicklen.com

Cet article vous a plu ? Notez le et partagez le sur les réseaux sociaux !



Commenter cet article

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Ulule Lemondedelaphoto
CEWE