Tout savoir pour réaliser, optimiser et diffuser ses photos

Pentax K-3 : à l’assaut du D7100

08/10/2013 | Franck Mée

Les derniers reflex Pentax partageaient tous la même base technique. Deux ans après l’entrée dans le groupe Ricoh, il était temps de reprendre profondément la recette pour aller affronter face à face les Nikon D7100 et Canon EOS 70D : c’est la tâche attribuée au K-3, nouveau vaisseau amiral de la gamme et (enfin) vraie nouveauté.

Présentation

En 2010, trois reflex experts étaient nés en un mois : le Canon EOS 60D, le Nikon D7000 et le Pentax K-5. Le premier avait un écran orientable et rapidement un prix intéressant, le deuxième misait sur autofocus ultra-complet, protection tout-temps et double emplacement SD, le troisième profitait d’une compacité record, d’un stabilisateur intégré et de fonctions photo avancées. Trois ans plus tard, le Nikon D7100 a un peu progressé, le Canon EOS 70D a largement revu ses ambitions à la hausse... et Pentax présente enfin le vrai remplaçant du K-5 (dont le K-5 II était une évolution mineure), baptisé K-3.

Dehors et dedans

Extérieurement, le K-3 ressemble beaucoup à ses aînés : le châssis est de toute évidence toujours celui du K-7, apparu en 2009. Il faut dire que Pentax a ici une recette qui marche : son reflex expert est le plus compact du segment et, en même temps, l’un des plus costauds, avec un boîtier entièrement jointoyé résistant à la pluie et à la poussière, ainsi qu’un viseur à pentaprisme couvrant 100 % du champ photographié.

Le K-3 apporte tout de même quelques évolutions : d’abord, pour la vidéo, voici enfin une sortie casque permettant de vérifier l’enregistrement sonore. Un levier permet de passer directement en mode vidéo et la touche activant la visée sur écran sert également à enregistrer un film, logique qui n’est pas sans rappeler les Canon.

Côté photo, les deux leviers permettant de choisir les zones d’exposition et de mise au point ont disparu : le premier est remplacé par une touche à gauche du prisme, le second voit sa fonction attribuée au nouveau bouton AF mode ou au menu Info (comme sur les K-500 et K-50).

Enfin, la trappe de droite cache non plus un, mais deux emplacements SD, et l’écran est légèrement agrandi.

Intérieurement, la révolution est quasiment complète : rares sont les éléments conservés du K-5 II.

Le K-3 s’offre pour commencer un nouveau capteur, toujours au format APS (ceux qui rêvent d’un 24x36 mm chez Pentax devront encore attendre) mais grimpant à 24 Mpxl. Dépourvu de filtre passe-bas, il propose une fonction de simulation de filtre AA par... le système de stabilisation : il permet de décaler le capteur de quelques microns pendant l’exposition pour flouter légèrement les plus fins détails. Tant qu’à aller dans cette direction, Pentax aurait pu carrément découper l’exposition en quatre poses, décalées à chaque fois de la taille d’un photosite, pour avoir chaque couleur sur chaque pixel à la manière du Hasselblad H4D-50MS : cela aurait supprimé le dématriçage et résolu définitivement la question du moiré...


Le viseur du K-3 voit son grossissement légèrement augmenté.

Autre élément changé : le système autofocus. Celui du K-5 II était un héritier indirect de celui du... *ist D, sorti en 2003 ! Après dix ans, Pentax a enfin conçu un module entièrement inédit et, avec ses 27 collimateurs dont 25 croisés, il vient directement s’intercaler entre l’EOS 70D (19 collimateurs) et le D7100 (51 collimateurs). Au passage, différents modes ont été ajoutés : il est possible d’activer un pavé mobile de neuf collimateurs ou des zones plus ou moins large dans lesquelles l’appareil changera de collimateur pour suivre le sujet sélectionné, à la façon du suivi 3D de Nikon. En revanche, la couverture n’évolue guère : les collimateurs les plus excentrés sont toujours approximativement aux lignes de tiers.

Même petite révolution du côté de la cellule : celle à 77 zones du K-7 laisse la place à un capteur en couleurs de 86 000 pixels, loin devant les 2 016 du D7100 et à un cheveu des 91 000 du D800 ! Pentax n’aura désormais plus aucune excuse pour ne pas offrir une exposition irréprochable...

Les petits oublis

Il reste cependant possible de trouver quelques pistes d’améliorations pour le prochain appareil. D’abord, malgré les retouches pour mettre en avant la vidéo, celle-ci reste à 30 im/s maximum (ou 60 trames par seconde en entrelacé) et le micro intégré est monophonique (heureusement, une entrée stéréo est proposée). Ensuite, il faut toujours acheter un récepteur optionnel pour profiter du GPS ou d’une connexion WiFi (confiée aux cartes Eye-Fi ou Flu Card, avec pour cette dernière la possibilité de piloter l’appareil depuis un smartphone). Enfin, nous aurions apprécié que la cellule de 86 kpts soit mise à profit pour détecter les visages (la reconnaissance ne fonctionne qu’en visée sur écran)...

Le K-3 sera disponible fin octobre pour 1299 €, un tarif un peu plus élevé que celui de ses adversaires directs.

Voici les tarifs des kits proposés, ainsi qu’une édition « silver Ltd. » :

- K-3 + 18-55 mm WR : 1349 €
- K-3 + 18-55 mm WR + 50-200 mm WR : 1549 €
- K-3 + 18-135 mm WR : 1649 €
- K-3 silver Ltd. : 1549 €

- Article mis à jour le 8 octobre 2013 à 14h14 (ajout des tarifs des kits)

- Le site de Ricoh Pentax

Premier avis

Après des années passées à décliner une même base technique (K-5, K-30, K-5 II et K-5 IIs, K-50, K-500...), Ricoh a remis la recherche et développement au centre des préoccupations pour le K-3. Le résultat est une révision profonde de la recette, où quasiment tous les éléments ont été améliorés — y compris certains, comme le module autofocus, dont nous désespérions de voir un jour le remplacement.

Face à la concurrence, le nouveau Pentax est au minimum à jour, et parfois mieux-disant : le K-3 a la cellule la plus définie, son système autofocus est celui qui compte le plus de collimateurs croisés et la vitesse en rafale en fait le reflex expert le plus rapide — à prix comparable, seuls des appareils à visée électronique font mieux : l’Olympus OM-D E-M1 et le Sony Alpha 77. Tandis que Canon visait plutôt les utilisateurs mixtes photo-vidéo, le groupe Ricoh attaque frontalement Nikon du côté des photographes baroudeurs, avec des arguments très similaires, quelques fonctions supplémentaires et un tarif à peine plus élevé : la lutte entre D7100 et K-3 promet d’être rude.

Fiche technique

Principales caractéristiques

- Capteur : Cmos 23,5 x 15,6 mm, 24,1 Mpxl, format 3/2, sans filtre passe-bas
- Protection du boîtier : oui
- Stabilisateur : Mécanique, avec fonctions anti-aliasing, ajustement de composition
- Anti-poussière : Oui
- LiveView : Oui
- Wi-Fi : -
- GPS : -
- Définition maximale : [3/2] 6016 x 4000 pixels
- Vidéo : 1080p (30, 25, 24 im/s, H.264)
- Prise de son : Mono intégrée, prise micro stéréo
- Sensibilités : Auto, 100-51 200 Iso
- Formats de fichiers : Jpeg, Raw (Pef ou DNG), Mov
- Espace de couleurs : AdobeRGB, sRGB
- Monture : Pentax KAF2
- Coefficient multiplicateur : 1,5x
- Autofocus reflex : Corrélation de phase TTL
- Collimateurs AF : 17 dont 25 croisés
- Autofocus Live View : Détection de contraste
- Illuminateur AF : oui
- Mise au point  : Autofocus simple, continu, automatique ; manuelle (avec peaking en Live view)
- Mode d’exposition : Auto, P, Sv, Av, Tv, TAv, M, B, X, personnalisé (3)
- Mesure de l’exposition : TTL sur 86 000 zones RGB
- Plage d’exposition : -3 à 18 IL
- Compensation d’exposition : +/- 5 IL par 1/3 ou 1/2 IL
- Bracketing d’exposition : 2 à 5 vues
- Vitesse : 1/8 000 à 30 s, pose B
- Vitesse de synchro X : 1/250 s
- Rafales : 3, 4,5 ou 8,3 im/s sur 23 Raw
- Balance des blancs : Auto, préréglée (10), mesurée (3), kelvin (3)
- Prise flash : Griffe (TTL Pentax), prise synchro-X
- Flash intégré : NG 13 à 100 Iso
- Mode flash : auto, interdit, forcé, réduction des yeux rouges, synchro lente premier ou seconde rideau, manuel (de 1/1 à 1/128), pilotage de flash distant
- Compensation d’exposition au flash : -2 à +1 IL
- Visée : Reflex (100 %), grossissement 
 : 0,95x
- Moniteur : LCD TFT 3,2 pouces / 1,037 Mpts
- Écran LCD de contrôle : Oui
- Modes d’affichage : Index (6 à 80 vues)
- Stockage : 2 slots SD-SDHC-SDXC
- Interfaces : USB 3.0, alimentation, HDMI, télécommande, micro, casque
- Accessoires fournis : Accu et chargeur, bandoulière, câble USB, CD-Rom, cache de viseur
- Alimentation : accu Li-Ion D-LI90
- Dimensions/Poids  : 131,5 x 100 x 77,5 mm / 800 g (avec accu et carte mémoire)

Cet article vous a plu ? Notez le et partagez le sur les réseaux sociaux !



Commenter cet article

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Messages

  • Il a des arguments, dont "le filtre basse bas mécanique", première mondiale.

  • LA faiblesse de Pentax (tout comme celle de Sony d’aileurs) reste sa gamme optique un peu étriquée.quant au FF, ne rêvons pas. Il leur faudrait pour cela a la fois sortir des optiques dédiées plein format et investir dans du FF, or financièrement, je ne suis pas sûr que Pentax soit prêt.

    • Pentax a bien des optiques 24x36 à son catalogue ! Et les FA alors !?
      Un responsable de Pentax a d’ailleurs reconnu que le développement du Pentax 24x36 se poursuivait....
      Après, effectivement, un problème va se poser : Quelle priorité accorder aux différents formats (Pentax en a 4 !)
      Au fur et à mesure que le temps passe, le coût des capteurs 24x36 sera de plus en plus compétitif et Pentax devrait donc in fine se recentrer sur le 24x36.
      Par ailleurs, il ne faut pas forcément négliger cetaines optiques "FA" qui "dorment" au frigo et que Pentax se réserve de ressortir si besoin est.
      Enfin, nous savons que certaines optiques "DA" sont en réalité des "FA" déguisées...

    • "Enfin, nous savons que certaines optiques "DA" sont en réalité des "FA" déguisées ", peut être mais qui ne couvrent pas en état un capteur 24x36 numérique surtout avec la définition qu’il aurait si Pentax sortait un reflex full stabilisé.

      Et puis la force de Pentax c’est la taille des boitiers et la taille des objectifs, pour l’heure si tu veux du compact et du tout temps accessibles... y a que Pentax.
      Sans parler des particularité de la marque.

      Et faut arrêter avec ce full si mode, l’apsc a beaucoup d’avantages et il est loin d’être fini.
      De plus un 24x36 à boiter égal hors capteur et avec une même gamme d’objectifs c’est bien plus couteux et bien plus difficile à bouger.

    • "De plus un 24x36 à boiter égal hors capteur et avec une même gamme d’objectifs c’est bien plus couteux et bien plus difficile à bouger."
      un commentaire eric-p ?

    • Faudrait lire attentivement les textes avant d’ecrire des bêtises : il est ecrit que Pentax n’a pas de gamme optique aussi large que Canon ou Nikon, en particulier : pas d’optiques a décentrement, pas d’optiques lumineuses en grand angle, etc.. On le sait qu’ils ont des optiques FF mais uniquement aux plus longues focales, donc, soyons clairs : pentax N’a PAS d’objectif grand angle FF comme Canon ou Nikon et c’est logique puisque pentax n’a pas de FF. Le commentaire disait aussi que si Pentax voulait développer du FF, il lui faudrait produire des optiques FF performantes. La, ce n’est pas encore gagné. Il est clair et net que des marques comme Sony ou Pentax qui proposent une gamme optique anorexique ou non équipée en FF se retrouvent forcement en position de faiblesse sur le marche puisque , vous meme le gourou du FF, prétendez que bientôt l’apsc sera mort. Le tout est de voir qui va mourir avec lui.

    • Premier point : Oui, Pentax n’a pas de FF, et Pentax déclare depuis 10 ans quand on leur demande s’il feront un plein format : "Nous somme pleinement engagé dans l’APS-C". On remarque juste que depuis Ricoh, Pentax déclare "nous étudions le FF".

      Comme personne n’attend que Renault fasse des Porsches, ne vous plaigniez pas que Pentax ne fasse pas de FF.

      Second point : Pentax n’a pas de gamme étendue de gros téléobjectif comme Canikon : pas de 400, pas de 500 (certes, le 560), pas de 600, pas de 800.
      Et c’est pleinement normal ! Pentax à pour philosophie de faire des boîtiers et des objectifs COMPACTES . Dans cette perspective développer des gros tromblons lourds pour plein format n’a aucun sens, ni aucun intérêt (puisque Sigma le fait très bien d’ailleurs, pourquoi se plaindre ?)

      Je finirai par ceci, Pentax en revanche à une gamme d’objectif dans le 10-300 mm compact tout à fait conséquente (seul bémol dans le range 24-28mm), aussi bien en zoom (10-17, 12-24, 16-45, 16-50, 18-55, 17-70, 18-135, 50-135, 60-250) qu’en prime (14,15, 21, 31, 35, 35 macro, 40, 43, 50, 70,77, 100, 200, 300, 560).

      Pour conclure : il a l’air bien parfait ce boitier ! vivement Noël :)

  • qd on équipé en rouge ou en jaune sans être un fanboy de sa marque,
    a la lecture de la fiche technique, ce boitier semble mettre tout le monde d ’accord ...
    bravo pentax
    c’est un boitier comme ca qu’on attend chez NIKON ...

  • La vache ! Pentax a fait fort sur ce coup ! Il fait gentiment douter le D7100 et le 70D alors qu’il n’est même pas encore sortit... . Néanmoins, côté autofocus, c’est toujours pas ça, chez Pentax !

    • Avant d’enterrer l’autofocus qui ne sera peut-être pas le plus performant du marché de par sa couverture, attendons les test sérieux pour se prononcer. D’autre part, il devrait être bien plus performant que pour les appareils précédents ou il permettait quand même de faire le point...

      Quand à la gamme optique, même si elle n’est pas aussi large que chez canikon, elle propose quelques beaux cailloux dont certains traités antiruissellement qui n’ont pas d’équivalence çhez les concurrents.

      D’autre part les indépendants proposent aujourd’hui des optiques de qualité, voire supérieures à celles des marques de boîtiers, voire des optiques qui n’existent pas ailleurs ( je pense par exemple au 17/70 Contemporary Sigma dont la qualité enfonce par exemple celle du 15-85 Canon tant en piqué, homogénéité, qu’ouverture à défaut d’avoir un range équivalent notamment en GA et pour un prix bien moindre ou bien le Sigma 18-35 f/1,8 dont l’ouverture constante est inhabituelle pour une qualité exceptionnelle dès la pleine ouverture,...).

      s’il n’y a pas d’optique (coûteuse) à décentrement, ce n’est peut-être pas rhédibitoire, confère le test récent d’une revue spécialisée qui opposait un objectif à décentrement avec un objectif qui ne l’était pas mais dont les photos étaient postraitées par DxO avec des résultats nettement meilleurs qu’avec l’objectif dédié...et une mise en œuvre bien plus facile à la prise de vue...

      il n’est pas inutile de rappeler que le capteur stabilisé permet l’usage d’optiques qui ne le sont pas et si ce système trouve ses limites par exemple sur un bateau car il ne stabilise pas la visée, il a le mérite d’être plus fiable (à ma connaissance, il y a peu de panne de stabilisateur boîtier, à l’instar des pannes de stabilisation d’objectifs qui n’entrent pas dans le cadre de la garantie car considérés par les fabriquants comme pièces d’usure et qui coûtent souvent très chères à réparer).

      Je ne suis pas équipé en Pentax et pas attaché particulièrement à un logo ce qui me permet de ne pas être trop subjectif, mais si les tests confirment le bien fondé des évolutions techniques ; le K3 apportera une alternative intéressante à ceux qui n’ont pas l’obligation de s’identifier aux photographes grassement rétribués pour faire la promotion de produits concurrents pas forcément plus mauvais ni meilleurs globalement, mais avec des priorités différentes .

      Vive le pluralisme et l’adhésion de ceux à qui cela plaira pour le K3 !!!

    • Pour l’AF, il faut attendre les tests dans la version final du logiciel.

      Pour l’heure on peut dire de l’AF :
      Qu’il y en a des plus larges, peut être pas des aussi précis ni des aussi performants en basse lumière.
      On peut dire aussi qu’il n’est pas étroit et qu’il risque de satisfaire une très grande partie des photographes.

      Dés fois il vaut mieux boitier avec un AF à plage un peu plus étroite mais capable de faire bien plus que 6 photos d’affilées en raw et avec une plus grande cadence.
      Prévu pour faire des photo à -10°, dix degrés de moins que d’autres.
      Ou avec un filtre passe bas mécanique, réglable et débrayage.
      Etc.... .

    • Merci Thierry pour ce commentaire qui me rassure pleinement dans cette jungle très pro Canikon....
      J’ai deux optiques de mon ex Pentax ME super (argentique)dont un 50mm f 1.4 et un zoom 1:4 75-150 que j’aimerais vraiment réutiliser et votre commentaire me rassure sur les débuts plus que prometteurs du K-3...

  • Faux sur le video la. Le k3 film en 24, 30, 50 ou 60 images meme 4k en interne. On peut toujours ajouter un micro et il y a les ecouteurs pour le monitoring en plus, que veut le peuple ??

    • Désolé de vous contredire. Le K-3 filme en 24, 25 ou 30 images par seconde (en progressif, 1080p) ou en 50 ou 60 trames par seconde (en entrelacé, 1080i). Cela revient à la même quantité d’informations qu’à 25 ou 30 im/s, avec un peu plus de fluidité mais beaucoup moins de précision puisqu’il faut désentrelacer avant l’affichage. Ça n’est donc pas comparable aux 60 images par seconde d’un Alpha 77 par exemple.
      Pour être complet, il possède aussi un mode 720p50 / 720p60, qui propose bien la cadence voulue en progressif mais au prix d’une définition divisée par deux.

    • il faut quand même admettre que dans cette gamme de prix Pentax est le seul à proposer un kit avec boîtier et zoom tropicalisé, au quel on peut ajouter un grip tropicalisé et maintenant un flash tropicalisé. même si cela ne sert pas tous les jours.
      autre avantage chez Pentax, c’est la compacité et le bruit au déclenchement. j’ai testé et je peux dire que le k-5 est très discret par rapport à ses concurrents direct, il faut espérer que le k-3 fera aussi bien

    • il me parait combler les principales faiblesses du K5 ce nouveau venu. les boitiers pentax sont agréables à utiliser (poids, silence) et la qualité d’image est excellente (K5IIs que j’utilise régulièrement). les DA sdm sont dans l’ensemble très convenable... et pour le FF, ce sera toujours "mieux", l’ordre de grandeur des objectifs (dimension, prix) sera toujours très au dessus, dure loi de la physique et de l’industrie. A priori, sur la fiche, un petit regret que l’autofocus ne soit pas un peu plus large, cela peut être une vraie contrainte de cadrage. l’évolution de la mesure de la lumière, oui, c’est très bien (j’ai souvent pesté en photo de spectacle). quant à l’ergonomie pentax, rien à redire, je la trouve pour ma part excellente. A tester, mais sur le papier, évolution très interessante, un peu de même nature qu’entre le 7 (plutôt bon d’ailleurs, mais très passable en basse lumière) et le 5. A suivre, donc !

  • Je trouve le ton de l’article franchement agressif envers ce nouveau boitier.
    Les avantages sont minimisé, alors que les les défaut sont à l’inverse

    "Le K-3 apporte tout de même quelques évolutions" Franchement, ce n’est pas parce qu’il ressemble au K7 de l’extérieur qui n’évolue pas...
    "d’abord, pour la vidéo" comme si c’était ce qui primait sur un reflex...
    "il propose une fonction de simulation de filtre AA par... le système de stabilisation... " C’est un sacrée avancé, et vous la minimisé en disant que c’est moins bien que sur un appareil qui vaut... presque 30 fois son prix...
    "Même petite révolution du côté de la cellule" et surtout "Pentax n’aura désormais plus aucune excuse pour ne pas offrir une exposition irréprochable..." En gros, on a un gros changement (que vous appelez "petite révolution") , qui place le K3 bien au dessus de ses concurrent directs et qui le rapproche du D800 (appareil auquel il est comparé alors que le D800 est bien plus chère et bien plus haut de gamme) et vous en profitez pour dénigrer en disant qu’il n’a plus d’excuse pour se planter sur l’expo. Alors qu’un K5 ne se plante que très rarement sur l’expo.

    Pour ce qui est des petits oublis, là, je suis assez d’accord avec vous...

  • Bonjour
    je suis bien sur très content de lire votre descriptif à propos du " K3 " dernier né de la gamme Pentax . Toutefois, quand vous écrivez ;" Pentax aurait pu carrément découper l’exposition en quatre poses, décalées à chaque fois de la taille d’un photosite, pour avoir chaque couleur sur chaque pixel " , je comprends la logique du système mais pas son fonctionnement ?!.....Déjà comment faire sur un capteur Sony et sa matrice de Bayer , et le poids de chaque photo serait considérable puisque
    si je suppose bien !.... nous aurions en comparaison avec le système Sigma ,trois fois 24 millions de pixels...Merci d’avance , si vous pouviez éclairer ma lanterne à ce sujet.
    Sinon j’apprécie votre site et vous souhaite une bonne continuation .
    Michel.