Tout savoir pour réaliser, optimiser et diffuser ses photos

Philippe Chancel

21/12/2008 | Benjamin Favier

15/12/2008- Son œuvre pourrait être rangée dans la catégorie photojournalisme. Ou dans le domaine de la photo d’art. Car ses images, bien que riches en informations, ne sont pas négligées sur le plan esthétique.

DPRK est certainement le reportage le plus emblématique du travail de Philippe Chancel. L’action se passe en Corée du Nord, au sein de l’un des derniers régimes communistes. Inutile de dire que l’accès est plutôt restreint pour les photographes et que les conditions de travail sont loin d’être aisées. C’est donc avec une certaine admiration que l’on regarde les photos de Philippe Chancel prises à Pyongyang, la capitale. Premier constat : le vide envahit les décors. Tout comme les portraits ou monuments à l’effigie du chef du régime, Kim Jong II. Les êtres humains semblent figés au milieu, privés de leurs sens, tels des pantins à la démarche rigoureuse. Le temps semble s’être arrêté. On a l’étrange sentiment de parcourir les allées d’un musée. Un travail documentaire absolument remarquable.

Site diversifié

Le site offre un portfolio abondant (24 images) de ce sujet, pour notre plus grand bonheur. Mais on en profite également pour découvrir d’autres séries, comme Angkor, réalisée au Cambodge, qui révèle une étonnante gestion du flou, ou Sex release, qui montre un modèle féminin au charme indéniable dans divers situations, sous la forme de dyptiques. Ce coup-ci, on s’éloigne du photojournalisme, avec une démarche résolument artistique. Il s’agit de la première expérience numérique de Chancel (2000).

On peut aussi plonger dans le monde du peintre allemand Anselm Kiefer ou dans la Mer Rouge. Cinq portfolios bien distincts, qui constituent une sorte de kaléidoscope de l’œuvre du photographe. Seul regret, les textes sont pour le moment uniquement disponibles dans la langue de Shakespeare. Encore un peu de patience pour la version française…

Comme le souligne Hélène Borraz, des éditions Thames and Hudson (NDLR : société éditrice du livre DPRK, paru en 2006), le photographe ne prétend d’ailleurs pas faire un travail journalistique. En revanche, il revendique un style frontal et neutre. Difficile de le contredire.

Le site de Philippe Chancel

Cet article vous a plu ? Notez le et partagez le sur les réseaux sociaux !



Commenter cet article

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.