Tout savoir pour réaliser, optimiser et diffuser ses photos

[Photokina 2016] Olympus M.Zuiko Digital ED 25 mm f/1,2 Pro : : un œil grand ouvert

20/09/2016 | Laurent Katz

Voilà une focale fixe — l’emblématique 50 mm en équivalent 24 x 36 — qui s’inscrit dans le haut de gamme, quand l’existant 25 mm f/1,8 de la gamme Premium joue la carte du rapport qualité/prix

Présentation

À comparer les deux optiques, on mesure ce qui les sépare, le tarif bien sûr, 1 299 € l’un et 449 € l’autre, mais aussi la construction, à l’image des M.Zuiko Digital ED 12-40 mm f/2,8 et 12-200 mm f/4. On croirait voir un transstandard pro, car la compacité n’est ici pas de mise. Métal, liseré bleu distinctif, touche de fonction, tropicalisation, luminosité extrême (f/1,2), tout cela explique à défaut de justifier le prix. Et une vraie bague des distances complète ce portrait flatteur.

Pour la formule optique, Olympus fait travailler de concert pas moins de 19 lentilles réparties en 14 groupes. Avec une armada de verres spéciaux (SED, ED, E-HR, HR) pour minimiser le maximum de défauts optiques et un diaphragme à neuf lamelles. Ce 50 mm n’est donc pas léger, 410 g, mais si l’on veut un bokeh plus prononcé, c’est le prix à payer tenu compte de la taille du capteur Micro 4/3 et de la grande ouverture. Olympus poursuit donc sa politique de consolidation de sa gamme professionnelle qui compte déjà un 7-14 mm f/2,8, un fisheye 8 mm f/1,8, un 40-150 mm f/2,8 et un 300 mm f/4 qui est stabilisé.

- Le site d’Olympus

Fiche technique

  • Prix : 1 299 €
  • Type : focale fixe
  • Focales : 25 mm f/1,2 Pro (50 mm en éq. 24 x 36)
  • Monture : Micro 4/3
  • Formule optique : 19 lentilles en 14 groupes (1 SED, 2 ED, 1 E-HR, 3 HR, 1 asphérique)
  • Bague de mise au point : oui
  • Grossissement : 0,22x (eq. 24 x 36)
  • Protection tout temps : oui
  • Motorisation : oui
  • Stabilisation : -
  • Ouvertures maximales : f/1,2
  • Ouvertures minimales : f/16
  • Diaphragme : 9 lamelles
  • Distance minimale de mise au point : 30 cm
  • Pare-soleil : oui
  • Diamètre du filtre : 62 mm
  • Dimensions (L x ø)  : 87 x 70 mm
  • Poids : 410 g

Cet article vous a plu ? Notez le et partagez le sur les réseaux sociaux !



Commenter cet article

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Messages

  • Le MFT n’est pas ma tasse de thé mais j’aime bien regarder ce que fait Olympus en termes d’optiques innovantes ;
    ils ont souvent de bonnes idées.
    Ce 25/1.2 est incapable de concurrencer un "banal" 55/1.8 FE Zeiss-Sony en terme de PDC, en capacité à collecter de la lumière, voire en terme de flare/ghosting...ou en terme de coûts.
    L’achat d’une telle optique n’est donc pas très "rationnel"...sauf pour les passionnés de belles optiques ou les fans de la marque.
    Tout celà montre une fois de plus les limites du MFT.

    Toutefois, il faut souligner qu’Olympus est à ma connaissance le premier opticien à produire un objectif f/1.2
    qui soit pleinement (ou presque !) compatible avec les exigences des capteurs numériques.
    Tous les autres opticiens (même Canon !) s’étaient arrêtés à f/1.4 et la dernière génération d’optiques de cette ouverture est désormais quasiment pleinement satisfaisante pour un usage général dès la PO.
    Avec une formule comportant 19 lentilles (!), la plupart des aberrations géométriques/ chromatiques doivent être corrigées à un niveau tel qu’on peut sans doute utiliser
    ce 25/1.2 MZD à PO sans arrière-pensées.
    Les premiers samples disponibles sur le net sont encourageants.
    Il manque encore des samples réalisés de nuit pour voir comment cette optique se comporte réellement.
    À priori, l’aberration de sphéricité et les AC sont très bien maîtrisées.
    La seule faiblesse que j’ai pu noter concerne la présence d’un flare/ghosting important en présence de sources lumineuses frontales violentes...

  • @ Eric P :
    J’utilise mon 50L a PO sans trop de soucis, je ne vois pas pourquoi vous dites que Canon s’est arrete a f/1.4 ?
    Le 85L (que je ne possede malheureusement pas) est aussi tres souvent ouvert a PO sur la grande majorite des cliches que j’ai pu voir..

  • L’objectif d’un 25 f/1.2 MFT d’Olympus n’est pas de concurrencer Canon/Nikon mais de battre les autres options MFT disponibles. Mission accomplished !
    Ce 25/1.2 n’est pas le premier 1.2. Le cultissime et tout aussi cher Pana Leica 42.5 f/1.2 l’a devancé de 3 ans !!
    Cela reste un exercice de style pour amateurs éclairés. La supériorité évidente du MFT sur les autres systèmes s’exprime surtout sur les télés (voir 75mm ou 300mm)

  • @Sebas
    Je possède tous les ultralumineux de canon.
    Ils sont utilisables dans une large mesure en "available light" mais possèdent malgré tout un certain nombre de défauts :

    1-Les performances optiques sont correctes au centre...et commencent à se dégrader au delà de 10 mm de l’axe optique dans le cas du 50/1.2 L et 18mm de l’axe dans le cas du 85/1.2 L I /II (même formule).
    Ce sont les propres MTFs de canon qui le disent (voir site Canon.jp par exemple ; la MTF10 chute à moins de 60% à PO alors que la concurrence fait aujourd’hui beaucoup mieux).

    2-L’aberration de sphéricité est visible (les fameuses franges pourpres) sur des surfaces métalliques
    ou des surfaces hautement réfléchissantes ou bien encore lors d’éclairages violents.
    Bien sûr, pour éviter le problème, il suffit d’éviter ce type de sujets ou...de faire du post-traitement (c’est long et peu pratique).On préfèrerait gagner en termes de confort d’utilisation...

    3-Le 50/1.2 L est bien meilleur que le 50/1.0 L concernant la correction de toutes ces aberrations (les mauvaises langues diront que ce n’était pas difficile) mais il en reste encore.
    Le site photozone n’a d’ailleurs pas hésité à épingler cet objectif à cause de ses perfs insuffisantes à PO (par rapport
    à d’autres objectifs) même si c’est un peu exagéré dans "la vraie vie".

    4-Le 50/1.2 L EF Canon se contente d’une formule à 8 lentilles (une variante du double Gauss remontant à Mathusalem dont 1 AL) pour rester "dans les clous" au niveau poids/encombrement.
    alors que le 25/1.2 Zuiko MZD en intègre la bagatelle de...19 !

    Pour contrer la concurrence, Canon devra donc renouveler son 50/1.2 L par un modèle plus performant en parfaite adéquation avec les capteurs numériques modernes qui ne tolèrent aucun défaut.
    En gros, Canon a deux-trois possibilités :

    1-Abandonner l’ouverture f/1.2 et pondre un 50/1.4 L EF dans la même veine de ce que produit la concurrence
    (Sigma 50/1.4 Art ou Zeiss 55/1.4 Otus voire le récent 50/1.4 Sony-Zeiss FE ou encore le tout récent Leica 50Lux SL), ce qui permettrait de proposer un objectif d’environ 800g ....mais qui restera sensiblement plus cher que le Sigma...

    2-Proposer un 50/1.2 L II dans la même veine que ce Zuiko 25/1.2 MZD.
    Problème : Le poids et l’encombrement (sans parler du tarif !) vont littéralement "décoller" et on risque de se retrouver
    avec un objectif de 170mm et 1.8 Kg qui ne rencontrera pas le succès commercial.
    Canon peut toujours essayer une formule plus "simple" à 13-16 lentilles et un poids de 1.2 Kg ; après tout, c’est bien ce qu’ils ont fait pour le 11-24/4 L EF...

    3-Reste également l’option théorique d’un 50/1.0 L II mais on risque de se retrouver avec un monstre de plus de 2 Kgs
    ultracher et invendable. Autant dire que je n’y crois pas du tout !

    La concurrence (Sony-Zeiss FE, Sigma, "olympus",Zeiss ) sait aujourd’hui produire des objectifs f/1.4 .
    À ce jour, Canon n’a su répondre aux exigences du numérique qu’avec le 35/1.4 L II.

    Les formules utilisées dans les 85/1.2 L II et 50/1.2 L remontent grosso-modo à 40 voire 45 ans
    (ce sont des formules directement inspirées du85/1.2 L FD de 1976 et du 55/1.2 AL de 1971).
    Sigma vient de présenter un intéressant 85/1.4 DG Art
    dont les perfs optiques surpassent clairement celles du 85/1.2 L II (MTF à >80% sur tout le champ dès la PO !)
    Bref, Jurassik Park ferme ses portes et il est temps de passer à autre chose chez Canon en ce qui concerne ses ultralumineux (24/1.4 L II limite, 50/1.2 L et 85/1.2 L II).

  • @franschhoek
    Effectivement, vous avez raison Panasonic/Leica a bien produit le premier f/1.2 réellement adapté aux contraintes du numérique...mais uniquement dans ce format (Je pensais surtout au 24x36 où on ne dispose toujours pas de f/1.2 "moderne").
    Pour ce qui est de l’utilité du 25/1.2, il s’agit avant tout d’une vitrine technologique montrant tout le savoir faire des ingénieurs de la marque bleu...

  • "Cela montre les limites du MFT"
    @1
    vous n’allez pas recommencer vos sempiternels discours sur le MFT ?
    ’Une fois pour toutes, le MFt a des avantages et des défauts comme TOUS les systèmes. On ne peut donc comparer des pommes et des poires. Olympus offre des solutions avancées notamment en matière de stabilisation et j’en connais beaucoup qui ont raté 60 % de leurs photos avec un Fuji x100 et réussi 99 % avec un olympus. La stabilisation est un élément primordial dans la netteté des photos, bien plus que l’optique. Je ne parlerai pas de la,compacité ni d’autres choses mais sachez que de nombreux photographes professionnels (dont ceux du national geographic) utilisent de la olympus soit en complément soit en seul,matos. Tout dépend de ce que vous avez à photographier. J’ajouterai que quand je vois les "simples" objectifs de chez sigma ouvrant à f1.4 et qui pèsent au moins un kilo, pour moi, le choix est vraiment très vite fait.....

  • @6
    C’est bien connu : Il n’est pire sourd...

    Le MFT n’apporte...RIEN...à part peut-être le coût du capteur par rapport au 24x36 pour le moment.
    Pour le reste, vous faites erreur. Quand on cherche un objectif f/1.4 en MFT, c’est l’équivalent d’un f/2.8 en 24x36 !
    et ce n’est pas plus lourd ni plus cher....bien au contraire.

    Si je prends cet exemple particulier du 25/1.2 MZD, c’est l’équivalent d’un 50/2.4 en 24x36 voire un 50 T2.8 compte tenu du fait qu’une formule à 19 lentilles provoque d’importantes pertes lumineuses (même avec les traitements nanomachin).
    Chez Sony, on propose depuis longtemps un 55/1.8 ZA FE qui est quasiment irréprochable à PO, moins cher que ce 25/1.2 MZD ( 900 €) et plus léger (300g), plus compact.

    Celà fait des années que je vous dis que la grenouille MFT ne peut pas se faire aussi grosse qu’un boeuf 24x36.
    C’est tellement vrai qu’Olympus a multiplié les brevets autour d’un format 24*36 !
    Il n’y a que les imbéciles qui ne changent pas d’avis, c’est bien connu...

  • C’est marrant comme certains trolls persistent.
    @7 : justement, plus petit capteur,ça a aussi un avantage,le traitement des données et la mise en buffer.
    Donc pour la plupart des utilisateurs,même pros, si ça se traduit par une Map plus rapide, des rafales plus performantes,et une photo réussie sans le tank derrière pour amener le matériel, les utilisateurs seront contents.
    Chacun ses critères,chacun ses priorités.
    Dans le respect.
    Je n’ai pas besoin d’un 24*36 lourd,car je ne l’aurai jamais avec moi. Alors entre photo approximative très très très acceptable et photo théorique parfaite mais inexistante car pas pris l’éléphant et le porteur pour le matériel...
    L n’y a pas photo.
    C’est mon critère.

    Cet objectif me fait de l’oeil.
    Le 75 1.8 est tout simplement merveilleux.
    Allez trouver un 150 3.6 aussi performant,peu encombrant,pas lourd,donc sans nécessité absolue d’être stabilisé vu le monstre, ...
    Que vous emporterez joyeusement car passe partout,...

    En fait votre réaction démesurée nous montre déjà à quel point ce sujet vous énerve. À mon avis vous savez que ça se tient.
    Et ça vous agace.

    Bref.
    Mon beau-frère à acheté un énorme reflex.sublime.obj sublime.
    Il ne l’a jamais.
    Les photos seraient magnifiques.mais il n’y en a pas.
    Pas pour un apres midi barbecue en famille...
    On n’amene pas le reflex.ni d’ailleurs pour un sortie avec ses deux bébés un week end.
    Et on passe à côté.

    Si le budget n’était pas un souci,j’aurais probablement les deux.
    Mais là,mes critères sont clairs.
    Et je suis heureux de voir de telles optiques.
    La r&d est à plein régime,le pari tient.
    Le em1-ii est un monstre.n’en déplaise aux irréductibles.
    Cette optique est très prometteuse également.

    Et puis pour un mariage, se glisser dans la foulé est peut être mieux que d’être repéré à des km.
    Je n’ai jamais vu de photos de mariage de la taille d’un poster de cinéma.
    Chacun son utilisation.