Tout savoir pour réaliser, optimiser et diffuser ses photos

Photoshop CC : la voix de de raison ?

05/09/2013 | LAURENT KATZ

Face au tollé des photographes à l’encore des formules d’abonnement au Creative Cloud, Adobe révise sa politique tarifaire... pour Photoshop CC seulement. Tant mieux, mais de fortes contraintes subsistent.

9,90 € HT (9,99 $ aux USA), soit moins de 12 € TTC, tel est le prix de l’abonnement que vient d’annoncer Adobe à Photoshop World qui se tient à Las Vegas. Pour cela, vous avez droit à Photoshop CC, à Bridge CC, à Lightroom 5, à 20 Go de stockage dans le nuage Adobe, à la mise en ligne de portfolios sur le site Behance, plus de nombreuses formations vidéos (majoritairement en anglais). Mais cela s’accompagne de conditions qui, le moment de satisfaction passé, ne vont pas tarir les récriminations sur les forums. Ne serait-ce parce que l’option d’achat reste absente et les conditions contestables.

La première contrainte est d’être un possesseur d’une version de Photoshop, de la CS3 à la CS6. Quid de ceux qui ont souscrit à Photoshop CC ? J’attends une réponse. En tout cas, les nouveaux acheteurs sont hors champ, y compris ceux qui possèdent déjà Lightroom ou un autre logiciel Adobe ! Seconde condition, s’abonner avant la fin de l’année, sachant que le tarif va, pour le souscripteur, rester fixe les années suivantes. Au moins cinq ans affirme ici l’évangéliste Adobe, Michael Chaize.

L’offre ne sera officialisée, avec la possibilité d’y adhérer, qu’à l’annonce de Lightroom 5.2 qui est sur la rampe de lancement.

- Le site d’Adobe

Cet article vous a plu ? Notez le et partagez le sur les réseaux sociaux !



Commenter cet article

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Messages

  • J’aurais pu être intéressé et j’aurais probablement souscrit immédiatement à cette offre si elle n’était pas réservée aux personnes ayant déjà acheté une version antérieure de PS. Toujours des restrictions et des limitations ! C’est vraiment très énervant. Au final, des clients perdus pour Adobe.

    • J’ai toujours acheté les logiciels avec lesquels je travaille... Mais je n’aurai qu’un mot pour Adobe et sa politique commerciale : Piratons !!!

    • cela me fait penser aux personnes ayant pris un abonnement au loto . une fois commencé , plus moyen d’arrêter ..je supprime l’abonnement et mon numéro fétiche sort avec 5M d’€ a la clef...gasssp ! et si il sort pas, toute la vie à payer chaque semaine . on est un peu dans le même cas . si on arrête l’abonnement, plus de photoshop. alors que avec les packs sur support disque, on pouvait se décider librement à poursuivre des mises à jour... ou pas, si les fonctions d’une version suffisaient à l’usage. alors qu’avec ces systèmes d’abonnement .. c’est à vie sinon ploup .. plus rien

    • C est nul, c est de la demago commerciale, et Cloud n’intéresse pas les pros ou semi pros.
      On a assez d’espace sur des disques durs perso, et ainsi on ne sera pas surveillés par la NSA.
      Un abonnemenet pour nous , c est comme un abo de fitness, faudra payer, ne pas oublier de le résilier ,et on recevra toutes les semaines 200 mails de publicité.

      Adobe se tire une balle dans le pied. moi en tou cas je renonce. Je garderai mon CS6, io ne restq plus qu’à exiger qu’ils nous ferons des mises à jour !
      Il ne reste plus qu’à espérer que Phase One pro , Efexpro et d ’autres seront plus professionnels, et commercialiseront un logiciel moins lourd, en faisant moins de chichi.

    • A mon avis même avec le cloud tu n’intéresses pas la NSA... :))))

  • ... on a toujours une location, ce qui signifie que le jour où vous arrêtez de payer votre abonnement pour quelque raison que ce soit (revers financiers, chômage...), vous n’avez plus accès au logiciel... ni à vos documents, pour peu qu’ils intègrent des fonctions récentes les rendant incompatibles avec Photoshop CS6.

    Lightroom reste commercialisable aujourd’hui, mais si demain il passe lui aussi en version abonnement seul, c’est toute votre base de données (catalogues, modifications sur les RAW, etc.) que vous perdriez en cas d’arrêt de l’abonnement.

    J’espère qu’Adobe prendra en compte cette problématique : je veux bien aujourd’hui payer 12€ par mois, sous réserve de pouvoir conserver la version courante en cas d’arrêt - même si cela peut rester soumis à conditions : avoir été abonné au moins pendant x temps, etc.

    Il y a un autre effet pervers possible à cet abonnement : avant, Adobe devait sortir régulièrement des nouveautés suffisamment marquées pour inciter à acheter la nouvelle version. Avec l’abonnement, cette obligation disparaît...

  • Pour l’instant je reste avec mes versions CS6 ... j’ai pas envie de rentrer dans un système de location..
    Il n’y a pas vraiment d’apport pour la photo ..
    Pour microsoft même top .. on ne prend pas leur système de location.
    Depuis 5 ans la puissance des PC est stable (uniquement des gains de consommations) alors la durée de vie commence à dépasser facilement 5 ans (un peu de mémoire et un SSD et roule). Donc la location logicielle, ils peuvent se la garder

    • Les photographes sont des électrons libres qui n’acceptent pas le dictat d’un éditeur de logiciels fut-il Adobe...

    • En tant qu’électron libre et tenant à le rester, j’ai déjà préparé mes arrières avec d’autres logiciels faisant un travail pratiquement équivalent ; Photoshop n’étant pas donné en prix, idem pour leurs mises à jour, je me refuse à engraisser Adobe plus longtemps et comme Cloud, ben j’ai tout simplement utilisé des disques durs, au moins j’aurai toujours accès à mes fichiers, quoiqu’ils fassent. Ras le bol d’être pris en otage ! À moins que ça vous plaise, .....suivez le guide et faites comme moi ! Si nous agissons tous de cette façon, Adobe finira bien par changer de politique ou mettra la clé sous la porte.

    • "au moins j’aurai toujours accès à mes fichiers, quoiqu’ils fassent"

       ???

      Être abonné au Cloud ne signifie pas qu’il faut y placer les fichiers.

      Adobe ne mettra de toute façon pas la clé sous la porte à cause d’une poignée de photographes qui refusent le principe de l’abonnement. Regardons les choses en face : le système Creative Cloud est un succès et a été embrassé par des centaines de milliers de clients à ce jour.

  • Et si pour une raison ou autre je n’ai pas accès à internet je fais quoi ?
    Je pense qu’Adobe va perdre pas mal de client. Face à une telle politique il y a d’autres solutions.

    • Ben tu retournes à l’argentique, c’est bien aussi :)))) Et puis si t’avais lu jusqu’au bout tu saurais qu’il te faut une connexion tous les 30 jours. Si tu trouves pas un spot wifi n’importe où dans le monde une fois par mois, il faut peut être envsager de revenir au signaux de fumée...

  • bonjour,
    il existe d’autres logiciels photo qui sont largement suffisant même pour les amateurs "de bon niveau", qui n’ont aucune raison de gaspiller leurs euros avec photoshop.
    cordialement

  • C’est assez amusant de voir les photographes qui sont majoritairement payés sur droits d’auteur hurler à la mort quand un concepteur de logiciel fait finalement la même chose qu’eux en total accord avec le droit. L’abonnement n’est ni plus ni moins que le paiement sur utilisation d’une licence... donc de droits d’auteur et franchement ? Rien d’anormal.

    Alors ensuite on peut toujours appeler au piratage et hurler dans les rues "Mao, Mao, Mao..." mais dans ce cas acceptons le revers de la médaille : perdre tous droits sur nos images et nos sources de rémunération, les pirates seront piratés.

    Je conclurai sur un rapide calcul :
    1/Je paye mon abonnement à CC complet 30 € HT par mois dans 10 ans cela m’aura couté 3600 € compte tenu des augmentations, disons 4000 € HT. Si je stoppe le paiement... plus rien.

    2/Je viens d’investir dans un boitier 5D Mark III + 24/105 + Grip + Bilingham + extention de garantie pour un cout de 3972 € HT. Tout cela est bien à moi et satisfait mon instinct de propirété. Mais dans 10 ans... je crains que tout cela soit obsolète et sérieusement "rincé" à l’exception du Bilingham (mon dernier m’a fait 25 ans) ;). Je n’aurai donc que mes yeux pour pleurer.

    Solutions 1 et 2 identiques !

    Il faut savoir que la profession de photographe exige un minimum d’investissement, comme toute les professions dites indépendantes, cela reste une activité commerciale, il faut en accepter les tenants et les aboutissements.

    Mais me direz vous et tout ces pauvres amateurs ! Bienvenue dans le monde du logiciel libre ou... du piratage mais dans ce dernier cas si un jour il vous arrive de vous faire taxer un boitier ou seulement une image piquée sur votre blog, je ne veux même pas vous entendre et comptez sur moi pour vous dire : "C’est bien fait..."

    Et à mes chers collègues, il serait peut être temps de balayer devant nos portes.

    Allez à bientôt.

    • J’investis quand je veux et quand je peux, je choisi. Et quand je loue du matos je ne paie que la durée d’utilisation 1 jour ou 2, jamais je n’ai payé une location pour du matériel que je n’utilise pas. Y aura-t-il un compteur sur les logiciel CC ?

    • Je crois qu’un abonnement ce n’est pas de la location donc je vois pas trop le rapport. Et un compteur, pour faire quoi ? Assez confus tout ça.

    • Je crains qu’il ne vous faille acheter le Canon ET louer le logiciel...
      La politique d’Adobe n’est pas scandaleuse à tous les points de vue. Mais elle l’est effectivement parce qu’elle ne laisse pas le choix d’acquérir ou de louer le logiciel. Elle place donc tous les photographes dans un même panier : les pros qui trouveront leur compte dans la formule de location parce qu’elle correspond déjà plus ou moins à leur pratique (renouvellement périodique de licence, mises à jour, etc.), et les amateurs ou pros "artistes" (c’est mon cas) qui n’ont aucun besoin d’entrer dans une machinerie pareille. Adobe a manifestement fait le choix de tourner le dos à ses petits clients, et ce comportement n’est jamais bon commercialement. Mais c’est un pont d’or pour la concurrence, qui va pouvoir développer un ou des logiciels concurrents, chose impossible auparavant du fait de l’hégémonie de Photoshop.

  • Je le dis et le re dis, c’est prendre tous les utilisateurs d’Adobe en otage.
    Je me tourne donc vers d’autres logiciels qui font la même chose et qui ne prennent pas leurs clients pour ce qu’ils ne sont pas.

  • Une chose est sûre : les anciennes versions de PS sont en train de prendre de la valeur avec toute cette histoire !