Tout savoir pour réaliser, optimiser et diffuser ses photos

Pixelmator Photo : pour iPad exclusivement

11/04/2019 | LAURENT KATZ

Pixelmator a investi les tablettes Apple depuis le 9 avril. Uniquement destiné à la conversion Raw, à la retouche, à l’application de rendus prédéfinis, tout cela mâtiné d’intelligence artificielle. [Mis à jour le 15/04]

Pixelmator Pro pour macOS, qui a bénéficié d’un premier train d’évolutions fin 2019 est prolongé, toujours dans l’univers Apple, mais pour iOS, par Pixelmator Photo, vendu 5,49 €. Compatible avec les modèles suivants : iPad Pro 12,9" (1er, 2e et 3e génération), iPad Pro 11", iPad Pro 10,5", iPad Pro 9,7", iPad Air (3e génération), iPad mini (5e génération) et iPad (5e et 6e génération)… ce qui élimine les iPhone de la boucle. Et les tablettes Android bien entendu, d’autant que l’application s’appuie sur des fondements logiciels (les APIs) qu’Apple a mis en place pour les développeurs. Un format spécifique de fichier a été créé pour enregistrer les modifications dans un contexte non destructif et un lien avec Pixelmator Pro est « planifié dans un futur proche », nous a confié l’éditeur.

Pixelmator Photo utilise l’intelligence artificielle, signalée par les lettres ML (Machine Learning) pour une correction globale ou limitée à certaines retouches portant sur la luminosité, le contraste, les couleurs. Une multitude de rendus est proposée, leur application pourra aussi être modulée par l’IA. Il y en a pour tous les goûts, certains imitant des rendus argentiques, sans pour autant que la dénomination (01, 02, 03…) se montre informative.

JPEG - 370.3 ko
Le bouton ML signale que la correction assistée par l’intelligence artificielle est active (cliquer pour agrandir).
(photo LK)

Si aucune fonction d’organisation n’est proposée, le logiciel sait localiser des images dans de nombreux nuages : iCloud, Drobox, OneDrive et même Amazon Drive ou le disque externe Copilot Boss de la CIE (merci les API Apple précitées !).

JPEG - 127.9 ko
Pixelmator Photo scrute les principaux nuages (cliquer pour agrandir).
JPEG - 352.1 ko
Des roues chromatiques assurent des réglages sélectifs par plage de luminosité (cliquer pour agrandir).
(photo LK)
JPEG - 217.5 ko
Avec la correction de perspective et le redressement de l’horizon, le couple recadrage/rotation est de la partie (cliquer pour agrandir).
(photo LK)

Hormis la suppression automatique de défauts et d’objets, l’application ne dispose pas d’outil de clonage, et surtout, aucun outil de masquage (pinceau, masque radial ou linéaire, masque de luminosité n’est proposé, ce qui à ce jour est une limitation gênante. On n’y a pas trouvé un réducteur de bruit non plus. Mais on ne doute pas que ces outils seront introduits dans une future version, car Pixelmator Photo a de sérieux concurrents : Affinity Photo, Lightroom, Polarr et même Photoshop dont l’arrivée est impatiemment attendue.

JPEG - 407.7 ko
Les habituels contrôle de la tonalité par l’histogramme ou la courbe sont disponibles (cliquer pour agrandir).
(photo LK)
JPEG - 483.2 ko
L’ajout du grain et d’une colorisation complètent ici l’application d’un rendu monochrome (cliquer pour agrandir).
(photo LK)

Mise à jour du 15 avril : Interrogé sur le mode de réduction du bruit, l’éditeur nous fait savoir que le traitement des Raw étant celui que propose Apple sous iOS, celui-ci est pris en charge. Néanmoins, un correcteur de bruit et d’artefacts à la sauce Pixelmator est en préparation. Par ailleurs, la feuille de route de l’application mentionne l’introduction de traitements locaux et du masquage, « mais cela prendra un peu de temps avant d’être introduit ».

- Le site de Pixelmator Pro
- Le site de Pixelmator photo
- Le site de l’éditeur

Cet article vous a plu ? Notez le et partagez le sur les réseaux sociaux !



Commenter cet article

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.