Tout savoir pour réaliser, optimiser et diffuser ses photos

Prise en main

10/02/2011 | Jean-Marie Sépulchre

Rien à voir avec un zoom photo : ce qui serait un petit trans-standard pour capteur DX (15-40 mm, soit équivalent de cadrage 22,5-60 mm en 24 × 36) est ici un objectif massif, pesant presque 2 kg, long de presque 20 cm, et somptueusement construit tout en métal. Ni autofocus ni automatismes, inconnus sur un objectif de cinéma, mais des bagues à très long déplacement, très onctueuses mais ne risquant absolument pas de bouger, et dotées d’engrenages pour commander la focale, l’ouverture, et la mise au point avec des manivelles démultipliées, c’est le travail de l’assistant pendant que le cadreur… cadre. L’ouverture est de F2,4 constante, mais ici c’est l’ouverture T, corrigée des facteurs d’absorption de la lumière par les lentilles, soit environ un tiers de valeur, qui est retenue et la gravure d’ouverture est notée T2,6. On est frappé par l’extrême démultiplication de la bague de mise au point, avec des capacités à aller…au millimètre près à courte distance. Évidemment, il faut un peu d’entraînement pour faire le point sans assistant, aux très courtes focales l’assistance électronique de mise au point du D7000 donne le feu vert sur une (trop) large plage.



Ci-dessus, on voit les repères de réglage de mise au point autour de 2 m sur l’Optimo 15-40 mm, à comparer ci-dessous avec un très bon Nikon F classique de 24 mm dont la mise au point est quand même beaucoup plus démultipliée qu’un moderne autofocus AFD !

On voit par là que ce zoom ne peut pas être l’outil des pour instantanés rapides de rue…son port « photographique » nécessite plutôt un bon monopode pour être confortable, et il faut prendre son temps pour peaufiner mise au point et cadrage, de préférence en live-view avec loup ! On peut aussi garder cette configuration en vidéo, mais il est plus fait pour être monté sur un robuste pied vidéo à tête fluide, pour éviter tout à coup sur un panoramique.


Solution de tournage classique : l’objectif est monté sur une tête fluide spéciale vidéo Manfrotto, le D7000 est surmonté d’un micro stéréo Rode. Pour la photo on pourra se contenter d’un monopode.

Une fois le tournage terminé, on hésitera à mettre un objet de ce prix en vrac dans le fourre tout…il nous a été prêté avec une valise largement garnie de mousse anti-choc !


Valise de transport résistant aux bagagistes d’aéroport !

Construction et formule optique

Angénieux ne donne aucune indication, ni dans son catalogue ni sur son site internet (http://www.angenieux.com/zoom-lenses/index.php?txt=5), sur la formule optique… secret maison !
La construction est un œuvre de manufacture, avec un usinage dans la masse de barres d’aluminium des fûts, bagues, et toute l’horlogerie interne destinée à faire bouger les groupes optiques sans à coup ni bruit, tout en gardant une mise au point constante pendant la variation de focale…et un angle constant pendant les variations de mise au point. Chaque objectif est ensuite réglé manuellement avec contrôle par mires de projection, jusqu’à ce qu’il soit aux spécifications requises soit un pouvoir séparateur de 200 paires de lignes au millimètre sur cible à haut contraste, avec une perte ne devant pas dépasser 15% environ dans les coins.

Caractéristiques 

- Formule optique : nc
- Distance minimale de mise au point : 60 cm
- Motorisation : Optique manuelle
- Stabilisateur : Non
- Joint d’étanchéité : Non
- Dimensions : 186 × 114 mm
- Poids : 1 920 g
- Accessoires : Bouchons
- Fabrication : France
- Accessoires fournis : Pare-soleil et porte filtre par compendium
- Accessoires optionnels : Complément grand angle ×0,75 en option

Cet article vous a plu ? Notez le et partagez le sur les réseaux sociaux !



Commenter cet article

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Messages

  • Faut il abandonner tout espoir de disposer, à nouveau malgré 20 ans de carence, d’objectifs Angénieux pour la photo.
    Non seulement il s’agit de produits de conception et de fabrication française mais surtout c’est (c’était) du matériel fiable et de grande qualité alors.....
    Je sais bien que je rêve car les lois du profits chez Thalès (propriétaire de la marque Angénieux) sont un obstacle majeur pour s’investir dans un marché étroit abandonné depuis près de 30 ans au non de la conquête prioritaire des marchés militaires ;
    La mondialisation et la crise ont souvent bon dos pour justifier les abandons industriels

    • Vous êtes sévère bien à tort vis à vis de l’actionnaire d’Angénieux, car le marché photo a péricilité au moment où un autre groupe (plus axé sur les lunettes de vues ...) était l’actionnaire, et l’adossement ensuite aux commandes militaires et de télévision gràace à ce qui était à l’époque le groupe Thomson a sans doute permis qu’Angénieux reste le seul constructeur d’optiques de haute volée en France ! Mais je partage votre espoir de voir des produits un peu moins onéreux à nouveau disponibles...un jour ?

Ulule Lemondedelaphoto
CEWE