Tout savoir pour réaliser, optimiser et diffuser ses photos

Prix Bayeux-Calvados 2017 : l’Irak en première ligne

10/10/2017 | Benjamin Favier

La vingt-quatrième édition du festival des correspondants de guerre s’est achevée le week-end dernier à Bayeux, dans le Calvados. Les deux lauréats des prix photo ont été récompensés pour leur travail en Irak. À l’image de l’ensemble du palmarès.

Chaque année, au mois d’octobre (du 2 au 8 pour l’édition 2017), les correspondants de guerre se retrouvent à Bayeux, dans le Calvados, à l’occasion du festival qui leur est consacré, et récompense des sujets parus dans la presse écrite, ou diffusés à la radio et à la télévision. Les photographes sont également à l’honneur. Le « Trophée photo - Prix Nikon », doté à hauteur de 7 000 €, a été remis à Ali Arkady, photographe kurde irakien, travaillant pour l’agence VII. Il a été primé pour son reportage intitulé Kissing death, effectué en novembre et décembre 2016, autour de Mossoul. Des images de tortures, commises par des soldats de l’ERD (Emergency Response Division), section dépendant du ministère de l’Intérieur irakien, envers des civils, dans le cadre de la guerre contre Daech. « À l’origine, Happy Bagdad voulait raconter une histoire positive, sur une commande de l’ERD, pour montrer comment des soldats de toutes origines pouvaient unir leurs forces contre Daech. Mais ma première impression s’est effondrée au fil de ce que j’ai vu », explique le photographe. Il a photographié six histoires dans deux villages irakiens à l’extérieur de Mossoul. Il a déclaré à ABC News que les unités torturaient fréquemment des civils pour obtenir de fausses confessions et justifier des raids ou des arrestations. Les images d’Ali Arkady ont déjà provoqué des réactions indignées, dont celle de Sarah Leah Whitson, directrice de Human Rights Watch au Moyen-Orient, qui parle de « torture pour le plaisir ».

À deux reprises, Arkady admet avoir lui-même frappé des détenus, de peur de représailles de la part de membres de l’ERD, qui lui signifiaient qu’il était le seul dans la pièce à ne pas maltraiter les prisonniers. « Mon cœur battait la chamade. ‘À quoi pensaient-ils ?’, me disais-je. Car j’ai absolument tout photographié. »
Depuis, il a reçu plusieurs menaces de mort de la part des soldats qu’il a suivis. Son père aussi. Ali Arkady a quitté son pays et demande un asile politique.

JPEG - 310.6 ko
Le président du jury de la vingt-quatrième édition du prix Bayeux-Calvados, Jeremy Bowen, grand reporter à la BBC et triple lauréat de prix au festival normand, a justifié son choix en mettant en avant la valeur documentaire du sujet, qui peut contribuer à dénoncer un crime de guerre. Photo : BF
JPEG - 251.9 ko
Photo : Antoine Agoudjian – La conquête de Mossoul ouest

Un autre photographe a été récompensé à Bayeux. Il s’agit d’Antoine Agoudjian, pour son sujet La conquête de Mossoul ouest, paru dans Le Figaro Magazine. Il remporte le prix du public, parrainé par l’Agence Française de Développement.

Nous reviendrons dans les jours qui viennent sur les dix ans de Noor, au travers d’un entretien avec deux membres de l’agence cofondée par Stanley Greene, décédé le 19 mai 2017 : Pep Bonet et Kadir van Lohuizen. Ainsi que sur le travail du photographe danois Jan Grarup, qui a eu droit à une superbe exposition dans les rues de Bayeux, Exode de Mossoul.

- Crédit image d’accueil : Embrassant la mort / Kissing Death @ Ali Arkadi / VII Photo Agency

L’intégralité du palmarès de l’édition 2017 du Prix Bayeux-Calvados :

- Trophée presse écrite - Prix du Département du Calvados - 7 000 € : Samuel Forey – Mossoul : cinq offensives pour une bataille – Le Figaro – Irak
- Trophée télévision – Prix Amnesty International - 7 000 € : Waad Al-Kateab – Le dernier hôpital d’Alep détenu par les rebelles – Channel 4 - Syrie
- Trophée radio – Prix du Comité du Débarquement - 7 000 € : Gwendoline Debono – L’entrée dans Mossoul – Europe 1 – Irak
- Trophée photo – Prix Nikon - 7 000 € : Ali Arkady – Kissing death – VII Photo Agency – Irak
- Prix SCAM télévision grand format – 7 000 € : Olivier Sarbil – Dans la bataille de Mossoul – Channel 4 News - Irak
- Prix du Jeune Reporter (presse écrite) – parrainé par CAPA Presse Tv - 3 000 € : May Jeong – La mort venue du ciel – The Intercept – Afghanistan – USA
- Prix de l’image vidéo (Créé en 2016) – parrainé par Bew TV, France 24 et Arte – 3 000 € : Olivier Sarbil – Dans la bataille de Mossoul – Channel 4 News - Irak

- Le Prix Ouest-France – Jean Marin (presse écrite) – 4 000 € : Fritz Schaap – Despair and debauchery in Assad’s Capital – Der Spiegel – Syrie
- Le Prix public (photo) parrainé par l’Agence Française de Développement - 3 000 € : Antoine Agoudjian – La conquête de Mossoul ouest – Le Figaro Magazine - Irak
- Le Prix région des lycéens et apprentis de Normandie (télévision) – 3 000 € : Waad Al-Kateab – Le dernier hôpital d’Alep détenu par les rebelles – Channel 4 - Syrie

- Le site du Prix Bayeux-Calvados

Cet article vous a plu ? Notez le et partagez le sur les réseaux sociaux !



Commenter cet article

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Messages

  • Merci pour cet article ; au vue de l’actualité de guerres incessantes depuis des années, ce festival est vraiment important et doit être mis en valeur.
    Ce qui est dommage par contre, c’est que le site du festival ne montre pas toutes les photos primées (seulement les 2 présentes dans cet article) et une sélection plus large.

  • C’est horrible ! Chaque jour, chaque semaine, on découvre de plus en plus d’horreurs, ça en devient absolument écœurant. Jusqu’où ira l’être qu’on dit "humain" et qui le devient de moins en moins...
    Les guerres ne sont pas près de s’arrêter, et même si cela arrivait que deviendraient et que feraient tous ces tortionnaires. Mais le problème est de tous temps, hélas, pas seulement de nos jours.