Publié le : 16/08/2013

Quarante-trois objectifs pour le Nikon D7100

Ce livre électronique est consacré au reflex APS-C haut de gamme de Nikon, dénué de filtre passe-bas. Au programme, plus de quarante optiques passées au crible, ainsi qu’un volet consacré à la prise en main du boîtier, dans la lignée des publications précédentes.

Deux ans après un opus dédié au D7000, Jean-Marie Sepulchre, fidèle collaborateur du Monde de la Photo, se penche logiquement sur le cas de son successeur, dévoilé en début d’année. Nikon a pris le parti de se priver du filtre passe-bas sur le D7100, sans alternative. Elle laisse pourtant le choix à l’échelon supérieur (D800/D800E) et dans la catégorie des reflex APS-C experts, Pentax en fait autant avec les K-5 II/K-5 IIs. Dans le même temps, la définition passe de 16 Mpxl à 24 Mpxl. Le D7100 hérite aussi du système autofocus des boîtiers professionnels. Ce qui laisse planer le doute quant à un éventuel successeur du D300s, même si la construction de ce dernier est d’un niveau supérieur…

Pourtant, dès l’Avant-propos, l’auteur tacle « le buffer trop court empêchant de travailler en haute cadence en format NEF 14 bits ». Il s’interrompt au bout de six vues dans ces conditions, même avec les cartes les plus rapides du marché, précise-t-il en page 19. Comme à son habitude, Jean-Marie a passé beaucoup de temps avec le boîtier sur le terrain (plus de seize mille vues au compteur). À cet égard, le chapitre 3 (Réglages et pratique du Nikon D7100) se révèle des plus instructifs. Il peut faire office de complément au dense manuel fourni par la marque : de nombreux renvois vers ce dernier sont proposés.

Tests optiques

Le principal intérêt de cette parution électronique (toujours pas d’édition papier prévue) réside dans la pléthore de tests optiques réalisés sur le boîtier. Quarante-trois ont été retenus sur la cinquantaine effectuée (des modèles anciens ne passent plus du tout selon l’auteur). Tous ont été moulinés par l’auteur à la mire DxO Analyser, comme il le fait tous les mois dans le magazine. Le procédé est expliqué en détail en page 86. Les optiques sont notées de un à cinq « smileys » en fonction de leurs performances. Sans surprise, peu de modèles obtiennent la note maximale.

Parmi les brillants élèves en monture DX, citons les Nikkor 35 mm f/1,8 et 40 mm f/2,8, le vétéran 16-85 mm VR (avec des réserves) ou le Sigma 17-70 mm, qui sont les deux zooms transstandards recommandés pour tirer le meilleur du D7100. En élargissant aux objectifs professionnels, peu de modèles tirent leur épingle du jeu, surtout du côté des zooms. Nous avons toutefois la confirmation que les Nikkor 105 mm f/2,8 Macro VR et 70-200 mm f/2,8 VR II demeurent incontournables en termes de performances.

La prochaine parution pourrait concerner Canon : l’EOS 70D sortira début septembre (ne manquez pas notre test dans le numéro 59 de MDLP à paraître à la rentrée). Il s’affirme comme le concurrent principal du D7100 sur le segment de l’APS-C haut de gamme.

- Lien vers l’ebook de Jean-Marie Sepulchre sur le Nikon D7100
- Format PDF, 29,7 x 21 cm, 207 pages, 15 €

Commenter cet article

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Les commentaires liés à cet article

Commenter cet article

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Messages

  • Ah bon, il y autant d’objectifs "professionnels" pour l’apsc ?

    • On peut mettre des objectifs pro FF sur un boitier APS-C...

    • Et bien non. On ne peut pas mettre n’importe quel objectif pro sur un boitier apsc et au mieux, la focale sera multipliée par 1.5 ou 1.6. Vous savez aussi bien que moi qu’un 24 F1.4 donnera un 36 mm en équivalant FF. Si dans l’absolu un zoom 70-200 fera gagner de la focale sur un apsc, il faudra se tourner vers les moins performants 55-200 et autres objectifs plastoches pour avoir l’équivalant en FF. Donc, il n’y a pas vraiment d’objectifs professionnels pour le format apsc a part le nikon 17-55, vieillissant et qui ne sera peut être jamais remplacé. seuls olympus et Fuji font aujourd’hui de telles optiques mais je ne vais ici ouvrir un débat sur la pertinence du terme "professionnel" appliqué au micro 4/3.....

    • Le qualificatif "PRO" est devenu un argument commercial permettant surtout de justifier un prix de vente surévalué.

    • Bonjour, je ne post jamais de message ici (ou il a bien longtemps) mais en lisant votre message je me suis : Hein ???

      En effet, je ne comprends pas vraiment votre phrase :
      "Vous savez aussi bien que moi qu’un 24 F1.4 donnera un 36 mm en équivalant FF. Si dans l’absolu un zoom 70-200 fera gagner de la focale sur un apsc, il faudra se tourner vers les moins performants 55-200 et autres objectifs plastoches pour avoir l’équivalant en FF."

      Pourquoi devront nous, sur APS-C , se tourner sur un 55-200 pour avoir l’équivalant en FF ???

      Un 70-200 (FX) sur APS-C donne un 300 mm (coef 1,5 sur Nikon)...
      Un 55-200 (DX) sur APS-C donne un 300 mm (coef 1,5 sur Nikon), même si cet objectif est DX...
      Les focales données sur optiques DX et FX sont indiquées en plein format (FX), et ce depuis le début...

      Et critiquer le tarif d’un 70-200 face à un 55-200, je trouve ça quand même fort de café...
      Il est couteux oui, mais la qualité photographique est là (et ouvrir à 2.8 à 200mm ça coute cher).
      Si vous ne voyez pas la différence sur photo... il est en effet inutile de vous en procurer un... voir de continuer la photo sur Reflex...

      Cordialement
      Alan DUBOIS

    • Décidément, il y a quelque fois des commentaires bizarres : si le seul zoom APS-C référencé comme "pro" chez Nikon est effectivement le vieux 17-55, rien n’empêche de monter des zooms "pro" FF sur un D7100 APS-C et d’être tout à fait exploitable.
      C’est extrêmement valable avec les zooms télé 70-210 (ou 80-200), mais aussi avec les zoom très GA, comme le 16-35 (ou le vieux 17-35 mais qui doit être hors course avec les 24 mp APS-C) : l’équivalent 24-50 mm est très pratique et je l’utilise très souvent. Accessoirement, cela permet d’avoir une très grande homogénéité de qualité d’image sur les bords et une distorsion ridicule (puisque l’on prend le centre de l’image fournie pas l’optique).
      C’est le scénario de quelqu’un qui a un boitier FF et le D7100 comme second boitier.

    • Où avez vous vu que le tarif du 70-200 est critiqué ? Je ne trouve pas la phrase ? C que j’ai simplement voulu dire, c’est ceci : il n’y a pas pour le format apsc, l’équivalant en focales d’optiques professionnelles dédiées au FF sauf le.vieillissant 17-55. Est-ce plus clair ainsi ? J’ai simplement dit qu’a l’exception du (pas très performant d’ailleurs) 16-35, il n’y a que les télés qui peuvent se monter sur les apsc sans trop de problèmes et que ceux ci forcement n’ont plus en apsc la meme focale qu’en FF. Ce qui signifie qu’un magnifique 70-200 (que je possède moi meme) va démarrer en apsc à 105 mm, ce qui peut (j’ai bien dit "peut") poser probleme à certains utilisateurs. La.liste des optiques testées d’ailleurs dans le livre me laisse tout aussi perplexe : un 28 ais manuel focus, mais que vient faire ce chien dans le jeu de quilles ? Mais peut etre un lecteur va t il encore écrire qu’il utilise personnellement un 28 ais ultraperformant en MAP manuelle sur un d7100 connu pour son autofocus performant ! Fait pas délirer quand meme !!!!

    • Le 16-35 à mille euros contre un 18-55 mm à 75 euros avec des perfs quasi semblables, est ce bien raisonnable ?

    • Sur un apsc, on ne verra en effet aucune difference notable entre un 55-200 à son meilleur diaphragme et un ancien 70-200 connu pour son vignettage et ses faiblesses sur les bords, meme si l’apsc "cropera" une partie des défauts.

    • En version AiS, les 180 f 2.8 ED, micro Nikkor 105 et 55 f 2.8, par exemple, sont toujours "à la hauteur" et ne sont pas aussi fragiles que les AFS.

    • Là je comprends mieux votre discours ^_^

      Il est vrai que, lorsque j’étais en APS-C, trouver un grand angle de qualité identique à ceux trouvés dans le monde du FF était... impossible.
      Et l’est toujours ? Certainement... et avec un clef 1.5, c’est plutôt logique.

      Mais quelque part... APS-C... c’est moins "bon" (je n’ai pas dit mauvais, loin de là) que le FF (dynamique, ISO...).
      Donc, pour moi, il est tout aussi logique de ne pas trouver même qualité en optique DX.

      A une certaine époque (8 ans environ ?) de très bonnes optiques DX sont arrivées et... plouf. Plus rien.
      S’ils avaient continué sur cette voie, je pense qu’ils auraient pu sortir d’autres cailloux, mais le FF est arrivé, c’est con !

      Donc petits DX pour les APS-C (qui marchent quand même très bien (souvenir des mes photos faites au D80 18-70mm, et traitées sous Lightroom)).
      Elles sont encore très bonnes ;-)
      Et puis bon, un bon vieux 18-70 mm, en fermant comme il se doit pour un bon paysage , le résultat n’est pas "dégueu" ;-)

      Donc en gros, APS-C pour ceux qui ne veulent (ou ne peuvent !) dépenser trop.
      Et le FF pour les autres.

      Mais l’un dans l’autre, le résultat final sera le même... si l’homme qui tient le matériel a du talent.

      Cordialement
      Alan DUBOIS

  • Bonjour,
    Une question, pourquoi le vétéran 16-85 mm VR (avec des réserves) ???.
    Pourriez vous nous en dire plus.

    Merci

    • C’est simple : l’optique souffre d’aberrations chromatiques, de vignettage, de distorsion importante en position grand angle, est sensible au flare et surtout, aux grandes ouvertures, l’optique n’atteint pas les 30 paires de ligne (quelle que soit la focale) suffisantes pour en faire une optique "convenable" (minimum requis pour que le manque de definition "passe" en format de tirage moyen).

    • commentaire très intéressant pour de qui est de la définition en 30 paires de ligne du 16-85. J’ai bataillé avec le couple D7100 et 16-85 (en particulier avec le réglage précis de l’objectif) pour essayer de tirer le meilleur en piqué. Je comprends mieux maintenant qu’en raison des limitations du 16-85, que le rendu ne soit pas tip-top.

      Le site DxoMark devrait sortir sous peu une étude : "quel objectif pour votre D7100". Il est en anglais, mais il est gratuit lui ! Et Dxo c’est pas du pipeau !

    • Encore quelqu’un qui ne s’est pas donné la peine de lire quelques pages de l’échantillon en libre accès des livres de JMS, pour comprendre immédiatement que les informations fournies n’ont rien à voir avec DxO Mark, qui (même si c’est tout à fait sérieux) ne fournira au mieux que 15 à 20% du contenu du livre ... Ce n’est pas tout tout comparable.
      J’ai le livre du D800, il est très bien fait et le prix me parait tout à fait normal compte tenu du travail réalisé et de la faible diffusion de ce genre de livre très spécialisé.

  • En cliquant sur le lien des éditions eyrolles, on arrive a lire le sommaire du livre de JMS. Et là, surprise : le sommaire parle du test de 18 optiques fixes, pas de zoom en vue (le site eyrolles aurait il un trou de memoire ?) Parmi les optiques fixes : cinq sont absolument inutiles car ce sont des grandangulaires en FF, chez les autres, une partie sont des vieux clous (certains de qualité comme le 180 mm) et les autres sont déjà connus pour leur qualité optique. Interpellant non ?

[
0
]