Tout savoir pour réaliser, optimiser et diffuser ses photos

Quels zooms « pro » pour le Pentax K-1 ?

27/05/2016 | Jean-Marie Sépulchre

Les bons choix optiques pour le K-1 sont signalés dans notre n°86 au sein du banc d’essai de l’appareil, mais les forums sont remplis d’inquiétudes de Pentaxistes par rapport aux objectifs « qui vont bien ». En attendant des fiches complètes qui seront publiées ultérieurement voici les mesures résumées des nouveaux zooms « pro »… avec quelques comparaisons sur d’anciennes références.

En gamme argentique 24 × 36 Pentax disposait de peu de zooms pro « f/2,8 » mais trois zooms nouveaux, tropicalisés et dotés de motorisation interne, font leur apparition pour reconstruire la gamme à l’occasion du lancement du K-1, ce sont les 15-30, 24-70 et 70-200 mm tous ouverts f/2,8 constants. Si le 70-200 mm est une création originale Pentax, les polémiques n’ont pas tardé à fleurir sur le fait que les 15-30 et 24-70 mm semblent très inspirés par des productions Tamron récentes, les formules optiques étant identiques, bien que les Pentax ne comportent pas de groupe mobile pour la stabilisation, le boîtier fonctionnant avec un capteur stabilisé. En faire un mauvais procès à Pentax est très abusif : ce n’est pas la première fois que la marque collabore avec d’autres spécialistes en optiques, et nos essais récents prouvent que les objectifs Tamron récents ont atteint un niveau de qualité très élevée. En revanche les frais de conception et de fabrication d’une petite série peuvent être plus élevés, et les circuits de commercialisation différents, le fait est que les Pentax sont plus onéreux que les Tamron en monture Canon ou Nikon. Mais techniquement sont-ils au niveau du capteur du K-1 et de ses 36 millions de pixels sans filtre passe-bas, c’est que nous avions hâte de découvrir !

JPEG - 80.1 ko
Formule optique du 15-30 mm

Le 15-30 mm, grand angle polyvalent

Massif et assez lourd, plus de 1 kg, le 15-30 mm a pour ambition de couvrir la plupart des sujets en reportage et paysage, mais en fin de plage de focale il se produit un recouvrement avec le 24-70 mm. Testé sans activer les corrections optiques du boîtier, il a montré un vignetage un peu élévé à 15 mm (0,9 IL) et une distorsion prononcée à la même focale, ainsi qu’une aberration chromatique trop forte (3,5 pixels), en montant en focale ce défaut diminue pour ne plus guère dépasser 2 pixels et le vignetage se stabilise à 0,6 IL.

JPEG - 117.3 ko
Carte de piqué du zoom 15-30 mm pour le format 49 × 74 cm. Les cases bleues figurent les très bons et excellents résultats.

Mais l’excellente valeur de distorsion à 20 et 24 mm (moins de 0,20%) impressionne avant que la déformation passe en coussinet à 30 mm (-0,49%) ce qui nécessite une correction. Ces choses étant dites, venons en au meilleur, c’est-à-dire un excellent piqué sur tout le champ à presque toutes les ouvertures, seuls les angles et les bords descendant au grade très bon à 15 mm f/2,8 et les angles à 30 mm f/2,8 et 4. Aux focales moyennes de 20 à 24 mm aucun souci, la combinaison de ce piqué au meilleur grade sur tout le champ et de l’absence de distorsion est de nature à en remontrer à pas mal de fixes des marques les plus prestigieuses.

JPEG - 98.9 ko
Formule optique du 24-70 mm

Le 24-70 mm passe partout

Toutes les marques de reflex 24 × 36 ont à leur catalogue un 24-70 mm f/2,8 qui est l’archétype du zoom pour photographe de presse ou social. Un peu plus léger (812 g avec le pare-soleil) et compact que le 15-30 mm cet objectif a été particulièrement ausculté, car nous avons eu l’occasion d’essayer quasiment tous 24-70 mm concurrents, le tenant du titre du point de vue du piqué étant le Canon version II. Sur capteur 36 Mpxl, celui des Nikon D800E ou D810, l’auteur avait eu l’occasion de mesurer les offres de Nikon, Sigma, Tamron et Tokina.

JPEG - 114.8 ko
Carte de piqué du zoom 24-70 mm pour le format 49 × 74 cm. Les cases bleues figurent les très bons et excellents résultats.

Sur le capteur du K-1, de même origine, le nouveau Pentax fait quasiment carton plein excellent partout sauf dans les bords et angles à pleine ouverture à partir de 35 mm, le résultat en matière de piqué est en tout état de cause le meilleur de tous ceux testés sur capteur 36 Mpxl. Seul petit défaut, une aberration chromatique un peu élevée, 2,6 pixels à 24 mm f/2,8 et 2,5 à 35 mm même ouverture, par contre les valeurs deviennent très bonnes (1,5 pixel) à 50 et 70 mm. Le vignetage ne dépasse 1 IL qu’à 24 mm, focale où la distorsion se remarque (1,05% en barillet). À 35 mm le vignetage descend à 0,5 IL et la distorsion à 0,16% puis elle s’inverse en coussinet (- 0,39% à 50 mm et -0,46 % à 70 mm) alors que le vignetage demeure limité. Au final un très grand succès !

JPEG - 58 ko
Formule optique du 70-200 mm

Le sportif 70-200 mm

Le 70-200 mm est imposant et dépasse les 2 kg, mais sa tenue à main levée est excellente avec une grosse poignée bien dégagée par rapport au fût. Il est destiné& aussi bien au portrait à moyenne distance qu’au reportage sportif dès lors que l’on est assez près du sujet, et même au paysage pour chercher des cadrages serrés. Le test nous a causé des petits soucis, car nous avons noté qu’à courte distance et 70 mm il avait tendance à faire un peu de « front focus », correction aisée sur le boîtier, assez limitée pour ne pas dégrader les performances à 200 mm.

JPEG - 101.5 ko
Carte de piqué du zoom 70-200 mm pour le format 49 × 74 cm. Les cases bleues figurent les très bons et excellents résultats.

Malgré cette correction la courbure de champ reste importante en courte focale, d’où de mauvais résultats dans les angles à pleine ouverture, alors même que le centre est toujours excellent et que les zones de tiers sont très bonnes. Bien sûr sur le terrain quand on choisit f/2,8 sur un zoom télé c’est la netteté en zone centrale qui compte, d’autant que la couverture d’autofocus du K-1 est très centrée. Pour des paysages ou plans d’ensemble plus éloignés, la qualité supérieure sur tout le champ est ensuite disponible de f/5,6 à f/16, sans trop de dégradation du piqué par diffraction. Le vignetage ne dépasse pas 0,5 IL ce qui se remarque peu, mais l’aberration chromatique limitée à 1,5 pixel à 70 mm est trop élevée à 135 et 200 mm avec 2,1 et 2,5 pixels. La distorsion est de 0,75% à 70 mm, - 0,10% à 135 mm et – 0,37 % à 200 mm ce qui reste aisé à corriger. Au total, si nous donnons une note de 9/10 en qualité optique au 15-30 et au 24-70 mm, le 70-200 mm obtiendra 8/10…mais il faut retenir en tout état de cause que le niveau global est très proche de notre référence sur capteur 36 Mpxl, c’est-à-dire le Nikkor version II.

Une alternative en focales fixes

Pentax a relancé récemment la série « mythique » des Limited qui datait du début des années 2000, de construction traditionnelle en métal, ces modèles sont parfaitement au niveau « pro » visé par les zooms. Les focales disponibles sont 31, 43 et 77 mm et le macro 100 mm WR les complète très bien. Les nouvelles versions disposent d’un nouveau traitement anti-reflet, mais les exemplaires testés sont des modèles plus anciens tels qu’on peut les trouver en occasion, le tarif de la série actuelle est très élevé.

JPEG - 102.2 ko
Carte de piqué des anciens fixes « Limited » et du nouveau 100 mm macro pour le format 49 × 74 cm. Les cases bleues figurent les très bons et excellents résultats.

Aux mesures le piqué est très élevé dès lors que l’on évite de descendre en dessous de f/2,8 à l’exception du 77 mm qui est excellent au centre et zone des tiers – la cible en portrait – dès f/1,8. Le récent macro 100 mm peut être utilisé sans restriction à toutes les ouvertures. Il est à noter qu’il existe des Limited « DA » réservés en principe au seul format APS, nos essais ont montré que le 40 et le 70 mm couvrent en fait le format 24 × 36 et que le piqué en zone centrale est à la hauteur, mais que le niveau de performances se dégrade sur les bords et les angles en dessous de f/8, à voir en dépannage en attendant d’acheter de vrais objectifs FA.

JPEG - 142.4 ko
Carte de piqué du zoom FA* 28-70 mm f/2,8 de la période argentique pour le format 49 × 74 cm. Les cases bleues figurent les très bons et excellents résultats.

Et les anciens zooms argentiques ?

Au début du siècle Pentax disposait de peu de zooms pro f/2,8 car l’offre était limitée à un 28-70 mm et à un 80-200 mm. Nous avons pu mesurer ces deux objectifs sur le K-1, et le 80-200 mm est hélas très dépassé sur capteur numérique, le rendement est très insuffisant à f/2,8 et f/4 et il ne devient réellement utilisable qu’à partir de f/5,6 avec des angles encore moyens à 200 mm.

JPEG - 97.7 ko
Carte de piqué du zoom FA* 80-200 mm f/2,8 de la période argentique pour le format 49 × 74 cm. Les cases bleues figurent les très bons et excellents résultats.

Dans ces conditions il est préférable, plutôt que de le rechercher d’occasion, d’acquérir un bon compatible 70-300 mm en attendant de pouvoir financer le 70-200 f/2,8. En revanche, le 28-70 mm reste tout à fait performant en oubliant les angles à pleine ouverture, il est globalement de très haut niveau en matière de piqué aux ouvertures moyennes, surtout à 50 et 70 mm car les angles restent un peu en retrait du reste du champ à 28 et 35 mm.

Cet article vous a plu ? Notez le et partagez le sur les réseaux sociaux !



Commenter cet article

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Messages