Tout savoir pour réaliser, optimiser et diffuser ses photos

Robert Capa : un « biopic » en BD

28/03/2016 | Benjamin Favier

Les éditions Casterman publient une bande-dessinée qui retrace un pan de la vie du célèbre reporter de guerre. Depuis sa naissance en tant que « Robert Capa » jusqu’à sa mort, en Indochine…

Contrairement à la trilogie Le Photographe (éditions Dupuis), qui mêle habilement dessins et photos, Florent Silloray a pris le parti de raconter la vie de Robert Capa uniquement à l’aide de ses crayons. Une narration à la première personne aux tons sépia, qui débute à Paris, en avril 1936. Né Endre Friedmann à Budapest 23 ans plus tôt, il devient Robert Capa, suivant les conseils de Gerda Taro, sa compagne, elle aussi photographe. La mort de celle-ci, pendant la guerre civile en Espagne, constitue un tournant pour Capa.

PNG - 1.5 Mo
Page 6 de la BD Capa, l’étoile filante. © Florent Silloray

Ce « biopic » (terme à la mode au cinéma pour désigner les biographies filmées) retrace les grandes lignes du parcours hors norme du cofondateur de Magnum qui côtoie « papa » Hemingway, entretient une liaison avec Ingrid Bergman. Les transitions entre les événements sont parfois un peu abruptes (par exemple le passage de la libération de la Sicile au D-Day, narré en noir et blanc). Mais l’auteur ne cède pas à la glorification. Il explore les tourments du héros. Capa n’a jamais su s’acclimater à la vie quotidienne, à New York, Paris ou Hollywood. Il n’a eu de cesse de vouloir retourner sur les fronts, en première ligne. C’est là qu’il meurt, en Indochine, le 25 mai 1954, tué par l’explosion d’une mine alors qu’il cherche un point de vue surélevé. Il portait deux boîtiers en bandoulière.

- Capa, l’étoile filante
- Par Florent Silloray
- Éditions Casterman
- 88 pages, 24 x 32 cm
- 17 €

Cet article vous a plu ? Notez le et partagez le sur les réseaux sociaux !



Commenter cet article

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.