Tout savoir pour réaliser, optimiser et diffuser ses photos

Samsung NX1 : à l’assaut de l’EOS 7D Mark II ?

17/09/2014 | Franck Mée

Samsung a présenté à la Photokina son appareil le plus avancé à ce jour : le NX1. Sur le papier, il s’agit d’un COI extrême, susceptible de s’en prendre directement au marché des reflex sportifs.

Présentation

Le NX30, actuel modèle-phare des Samsung NX, est un compact à objectifs interchangeables expert, équipé d’une belle palette de fonctions et d’un viseur orientable. Le NX1 inaugure une nouvelle gamme, au-dessus de la précédente, pour devenir le nouveau vaisseau amiral de la marque coréenne. Samsung a choisi les meilleurs composants de son catalogue, y compris certains développés spécialement.

Côté capteur, le NX1 n’est pas le full frame que certaines rumeurs laissaient espérer, mais son imageur APS-C est inédit : il passe à 28 Mpxl, devenant le modèle le plus dense du moment pour les 4/3" et plus – ses photosites ne font que 3,65 µm de côté. Pour contrer les effets de cette réduction, Samsung a réalisé une petite prouesse technologique : c’est le premier capteur BSI de plus de 1" ! Nous sommes impatients de voir si le gain sera aussi marqué que sur les plus petits formats…

JPEG - 57.6 ko
Avec le nouveau 50-150 mm, le NX1 inaugurera une fonction de personnalisation de la plage de mise au point (ici, de 2,5 m à l’infini).

La réactivité devrait être au rendez-vous, le nouveau capteur comportant un système de corrélation de phase revu avec pas moins de 205 points, dont 153 en croix, répartis sur une très large plage. Mieux, avec le nouveau 50-150 mm f/2,8 présenté simultanément, le NX1 permet de personnaliser à volonté la plage de mise au point – nous détaillons ce système dans la présentation de l’objectif.

La mise au point manuelle n’est pas en reste : loupe et peaking sont bien entendu présents, celui-ci étant réglable en couleur et en intensité.

La rafale bat un record : Samsung annonce 15 images par seconde, avec mise au point continue ! La capacité du tampon n’a pas été précisée, mais le NX1 devrait être exigeant avec les cartes mémoire – il adopte pour l’occasion le standard UHS-II, qui devrait permettre d’augmenter la vitesse de transfert avec les cartes SD compatibles.

Côté vidéo, le NX1 attaque le Panasonic GH4 : comme lui, il filme en 4K UHD (télévision) ou DCI (cinéma). Il propose également une sortie HDMI, mais en 4:2:0 et en 8 bits uniquement – le GH4 peut, avec son dock, sortir du 4:2:2 10 bits, plus souple pour la postproduction.

La connectivité est évidemment au rendez-vous : l’USB est en version 3, le sans fil repose au choix sur le WiFi ou le Bluetooth, et Samsung a une longue expérience et peut-être la plus large palette de fonctions connectées – en revanche, au contraire du Galaxy NX, le NX1 n’est pas une tablette Android et n’a donc pas de kiosque d’applications.

Enfin, Samsung n’étant jamais avare de fonctions originales, le NX1 se dote d’un outil de déclenchement automatique permettant de capturer précisément les percussions – l’exemple choisi par la marque étant celui d’un joueur de base-ball, pour immortaliser précisément l’instant où la batte frappe la balle. Nous attendons avec curiosité de voir concrètement comment cela fonctionne sur un terrain de sport…

La construction est également de bon aloi : viseur et écran utilisent les technologies Oled, gage de confort, leurs définitions sont élevées et leurs temps de réponse réduits à moins d’un centième de seconde. Le châssis en alliage de magnésium est équipé de joints anti-ruissellement et la prise en main est franchement confortable. Curieusement, le NX1 renonce au viseur orientable ; en revanche, il dispose sur l’épaule droite d’un petit écran LCD de rappel des réglages, qui se fait rare même sur les reflex et est tout à fait exceptionnel sur un COI !

L’ergonomie a fait l’objet d’un soin particulier, avec un quatuor de touches de réglages directs sur l’épaule gauche, au-dessus d’une couronne de motorisation qui n’est pas sans rappeler les réalisations Nikon. Deux molettes de réglages règlent vitesse et ouverture, et l’appareil propose en plus une roue codeuse dont la fonction est personnalisable ; la liste des touches modifiables est d’ailleurs assez généreuse.

Le NX1 ne profitera pas d’un lancement simultané dans les différents pays : il sera d’abord lancé sur les marchés où Samsung a un positionnement fort, comme l’Allemagne et le Benelux. La France devrait commencer à le distribuer début 2015, mais aucune date précise n’est arrêtée. Le tarif en Allemagne sera de 1 500 €, aligné sur les autres COI experts donc – et si vous êtes pressé, rien ne vous interdit de le commander en Allemagne dès octobre, marché unique européen oblige.

- Le site de Samsung

Premier avis

Avec le NX1, Samsung hausse clairement son jeu. Au delà de la simple définition, inédite sur un capteur APS-C, c’est la technologie embarquée qui interpelle : autofocus hybride à large couverture, rafale à 15 im/s, vidéo 4K… La réactivité du prototype pris en main est de bon augure, de même que la latence à l’affichage très réduite, et quelques plus ergonomiques sont apparus (en particulier le fait d’avoir non seulement des touches, mais une roue codeuse personnalisable). Et puis, nous avons enfin trouvé un appareil non-reflex équipé d’un écran de rappel supérieur, bien pratique sur pied. Le choix entre connexion WiFi et Bluetooth est également bienvenu – le Bluetooth simplifie l’appairage pour les appareils non-NFC, par exemple.

JPEG - 27.8 ko
Un "gros blanc" sur un boîtier noir : non, nous ne sommes pas chez Canon…

Avec l’annonce simultanée de deux belles optiques de sport, Samsung a mis ce qu’il fallait pour prétendre attaquer des reflex semi-pro : sur le papier, autant que les cibles naturelles Olympus E-M1, Panasonic GH4 ou Fujifilm X-T1, ce sont les Canon EOS 7D Mk II et Sony Alpha 77 II qui sont directement visés. Reste évidemment à voir si les qualités de ce tout premier Cmos BSI de grande taille seront au rendez-vous…

Fiche technique

  • Capteur : Cmos BSI APS-C, 28 Mpxl
  • Définition : [3:2] 6 480 x 4 320
  • Vidéo : 4K UHD (3 840 x 2 160 pxl) à 30 im/s ou 4K DCI (4 096 x 2 160 pxl) à 24 im/s ; HD 1080p à 24, 25, 30, 50 ou 60 im/s
  • Monture : Samsung NX
  • Protection du boîtier : Anti-ruissellement
  • Stabilisateur : -
  • Sensibilité : 100 - 25 600 Iso, extension 51 200 Iso
  • Vitesse : 30 s - 1/8 000 s
  • Formats de fichiers : Jpeg, Raw (SRW), MP4 (compression image H.265/HEVC, son AAC)
  • Autofocus : Détection de contraste et corrélation de phase
  • Mise au point : Manuelle ou AF simple ou continu, multizone, détection de visages, ponctuel, central
  • Mode d’exposition : Smart auto, PASM, scènes (13), personnalisé (2)
  • Rafale : 15 im/s
  • Flash : Intégré, NG=11 pour 100 Iso, pilotage de flashs distants
  • Viseur : Oled 2,16 Mpts, 0,7x
  • Moniteur : S-Amoled 3", 1 036 kpts, orientable verticalement (-45° à +90°), tactile
  • Stockage : SD-SDXC (compatible UHS-II)
  • Connexion sans fil : Transfert et sauvegarde, publication (e-mail, réseaux sociaux), contrôle depuis un smartphone ou une tablette ; configuration par NFC, liaison Wi-Fi ou Bluetooth 3.0
  • Interfaces : USB 3, HDMI, entrée micro, sortie casque
  • Alimentation : Accu Li-Ion BP1900 (7,2 V, 1 860 mAh)
  • Dimensions/poids : 138,5 × 102,3 × 65,8 mm / 550 g (nu, environ 260 g avec batterie)

Cet article vous a plu ? Notez le et partagez le sur les réseaux sociaux !



Commenter cet article

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Messages

  • Ce qui me fait plaisir c’est que Samsung propose un boitier qui semble réellement ergonomique et utilisable même en ambiance sombre. Les infos principales devant être visible sur un seul endroit même dans le noir grâce au LCD sur la partie supérieure.
    Samsung reprend à son compte les avancées ergonomique introduite dans le milieu des années 80 (un quart de siècle) par Canon avec le T90, puis développé par la suite comme avec la commande du diaph via une molette sur le boitier.
    On est loin de certains des ratages de certains produits récents rétrograde niveau ergonomie, mais produits tellement marketing

    Reste à Samsung d’y mettre les moyens niveau optiques, Fuji montre là l’exemple.

  • Tout a fait Georges, d’ailleurs, pour une fois, Samsung sort autre chose que ce que tous les autres font déjà. La difficulté pour eux sera de s’implanter dans les commerces spécialisés qui n’ont pas envie de cannibaliser les ventes de canonikon afin de bénéficier des ristournes de fin d’année, les marges etant déjà fort réduites. Je vois mal aussi Auchan vendre ce genre de produit. La plus,grosse difficulté va etre d’implanter un ensemble à 2500 euros quand meme (avec le zoom f2.8) dans des commerces habitués à vendre du Samsung ou autres à moins de 500 euros.

  • On va dire que ce avis/jugement est assez superficiel, mais soit : je trouve ce boitier en apparence plutôt joli et bien fini, et je me réjouis par la même du soin apporté par Samsung à son design, dans le sens où cela semble indiquer le niveau de sérieux quant à la future implication de la marque dans le secteur du reflex.

    Et quand on aime le reflex, on ne peut que se réjouir d’avoir un nouvel acteur, surtout quand il est aussi puissant que Samsung, qui vient contribuer à consolider ce marché. Je dis ça tout en assumant le fait de ne pas apprécier ce conglomérat qu’est Samsung.

    Dans le même temps, les Sony sont de bons boitiers, mais passablement immondes... alors c’est de l’ordre de l’intuition certes, mais du coup j’ai du mal à prendre la marque au sérieux en tant que fabriquant de boitiers, pas digne de ce que pouvait représenter la marque Minolta.

  • Personnellement, je ce que je souhaite pour Samsung c’est d’avoir une gamme optique non seulement homogène mais aussi pérenne.
    Un peu à l’instar de Panasonic ou d’Olympus.
    Là, ils auront tout gagnant !