Tout savoir pour réaliser, optimiser et diffuser ses photos

Sélection : trois appareils pas comme les autres

24/12/2015 | MARC MITRANI

Vous en avez marre de la photographie numérique et vous souhaitez découvrir autre chose ? Nous avons testé (et approuvé) trois appareils photo pas vraiment comme les autres qui devraient vous plaire.


Retour vers le passé
Laissez-vous tenter par un voyage aux origines de la photographie avec Stenoflex. Ce kit conçu et fabriqué en France comprend un sténopé, dix feuilles de papier photosensible, un filtre inactinique, les produits chimiques nécessaires au développement ainsi qu’un bref mode d’emploi. Le sténopé n’est certes pas un appareil photo à proprement parler, mais une simple boite étanche à la lumière et dotée d’un trou d’épingle qui donne son nom au dispositif (sténopé signifie « petit trou » en grec). Difficile de réaliser des images acceptables dès le premier essai et vous aurez sûrement besoin de plusieurs tentatives pour arriver à un résultat acceptable. Et si ce n’est pas le cas, vous pourrez toujours prendre un cours à la galerie parisienne Binôme, le créateur du Stenoflex en proposant tous les samedis.
Stenoflex, 39 €
Plus d’informations ici


A construire avant la prise de vue !
Si la photo argentique vous tente, pourquoi ne pas construire votre propre appareil grâce au kit Konstructor F de Lomography ? Outre un prix très abordable, il vous permettra de comprendre comment fonctionne un appareil photographique 35 mm. La construction n’est guère complexe si l’on apporte un peu d’attention… et si l’on arrive à interpréter correctement certaines étapes du manuel fourni ! Selon votre dextérité, le montage vous prendra entre une et deux heures avant de pouvoir shooter vos premières images. Presque entièrement fait de plastique, le Konstructor F possède le charme gentiment désuet des jouets en plastique des seventies. Vous pourrez le compléter d’accessoires optionnels conçus pour lui, comme un adaptateur pour flash, un viseur grossissant ou des compléments optiques (grand-angle et téléobjectif).
Konstructor F, 39 €
Plus d’infos sur le site de Lomography : c’est par ici.


Instantané en version large.
Le Lomo’Instant Wide est la version grand format du Lomo’Instant d’origine. Il utilise les pellicules Instax Wide de Fujifilm au format 88 x 108 mm (zone d’exposition de 62 x 99 mm), expliquant ainsi son respectable encombrement. L’appareil est doté d’un mode automatique mais autorise tout de même quelques réglages manuels. On pourra par exemple agir sur le temps de pose (de 1/250 à 8 sec, mode Bulb) l’ouverture (f/8 ou f/22) ou la composition d’exposition (-1/+1). Détail agréable, le capuchon de l’objectif fait aussi office de télécommande à infrarouge pour déclencher la prise de vue à distance.
Le Lomo’Instant Wide est proposé nu ou avec un kit d’accessoires pour lequel on optera sans hésiter. Il comprend deux compléments optiques, des gélatines pour le flash et un Splitzer, cache mobile à placer sur l’objectif grâce auquel on pourra créer des images à exposition multiples.
Lomo’Instant Wide Black + Lenses, 239 €
Le micro-site en anglais est ici, la page d’infos en français se trouve .

Cet article vous a plu ? Notez le et partagez le sur les réseaux sociaux !



Commenter cet article

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Messages

  • Pourquoi "avoir marre de la photo numérique" ... on est toujours en 2015 (bientôt 16) dans cette dualité à 2 balles numérique (photo caca) vs argentique (ahh là vraie photo) !!!
    Sinon
    Moins Bobo que lomo (et hors de prix pour du plastique)
    Vous écumez les brocante, emmaüs et autre cash truc .... et vous trouvez quantité phénoménale d’appareils de toutes gammes et tous poils souvent pour une bouchée de pain !! (vous avez les mêmes trucs en plastoc que lomo mais pour 5€ !!!)

  • L’appareil presque parfait serait sans doute celui qui avec un viseur OVF + EVF et équipé d’un capteur numérique pourrait également doubler les prises de vues sur une pellicule...

  • @1 : Merci d’avoir pris le temps de lire ce billet :)
    Il ne s’agit pas de dire que la photographie numérique est "caca", mais tout simplement de présenter des alternatives pour les gens que cela intéresse, rien de plus.
    Je suis d’accord avec vous sur ce que l’on peut trouver dans les brocantes, puces et Emmaüs. Nous souhaitions proposer une sélection de produits commercialement disponibles, pas de parler d’exceptions que la plupart des lecteurs ne pourraient pas trouver simplement.

  • Il est toujours plus facile de s’opposer plutôt que de trouver des points d’entente. Ce constat fait la réputation de notre peuple de contestataires souvent jugé arrogant vu de l’étranger.
    C’est fort dommage parce qu’au final, il devrait n’être question ici que de partager différentes facettes du même diamant qu’est la photo (dont le matériel fait partie), un délicieux plaisir aussi futile qu’indispensable à la mémoire.
    Mais c’est aussi le prix à payer pour conserver une vraie liberté d’expression.
    Les commentaires sur les "choix brocantes" (que tout le monde connait) auraient pu être faits en complément de cet article qui présente des choses que l’on ne connait pas. Je veux dire sans le 1er paragraphe qui n’apporte rien de constructif.
    Qu’aurait dit cet internaute si le thème de votre article avait été : "Faite de la photo en dénichant dans les vide-greniers des appareils à pas cher" : "Bah oui, on sait tous ça...".
    La courtoisie est à essayer ; si... juste une foi pour voir.

    Je profite de ce message pour vous dire que j’apprécie vraiment votre site. La qualité de votre travail m’a incitée à me procurer votre magazine, preuve que l’internet n’est pas nécessairement la mort de la presse papier.

    Bon courage et très belle année à chacun, quelle que soit sa façon de photographier.