Tout savoir pour réaliser, optimiser et diffuser ses photos

Serif Affinity Photo : version 1.7

17/06/2019 | LAURENT KATZ

S’il n’y a toujours pas de visionneuse intégrée au logiciel, ce dernier bouge toujours au fil de l’année avec une multitude d’améliorations apportées aux versions iOS (sur iPad uniquement), macOS et Windows.

Affinity Photo, qui tourne sous macOS et1 Windows2966, dispose d’une copie sous iPad. Il a pour concurrent PixelMator Pro sous macOS et sous iOS, pour iPad seulement dans une version fonctionnellement moins aboutie. Cela dans l’attente, prévue dans l’année, d’un adversaire de poids, Photoshop !

La mise à jour 1.7 concerne tant les performances que l’éditeur dit avoir améliorées, notamment pour l’ouverture des Raw, que fonctionnelle. Le logiciel accompagne le photographe dans les phases de développement et de retouche, mais aussi le créatif, grâce à des outils de dessins et de peinture, assortis d’une puissante gestion des calques.

Sous macOS, l’accélération matérielle Métal, que propose Apple pour tirer parti du processeur graphique, est effective, quand il faudra encore attendre sous Windows. Des évolutions ergonomiques assurent la prise en charge des Surface Dial et Surface Pen dédiés aux portables de Microsoft. Les possesseurs d’un moniteur HDR/EDR. Le moteur de conversion Raw évolue, en rapidité, mais aussi en qualité indique l’éditeur Serif, avec une nouvelle méthode de dématriçage, une réduction de bruit plus efficace et le « développement dans un espace colorimétrique étendu ».

JPEG - 493.6 ko
Le panneau Historique dispose désormais d’embranchements servant à partir d’un état, de mémoriser des étapes vers des rendus différents (cliquer pour agrandir).
(photo LK)

L’historique évolue, avec une structure arborescente dont la représentation aurait pu être plus pertinente. Elle offre non plus un historique linéaire, mais la faculté de placer des embranchements afin de faire partir le rendu dans des directions différentes et pouvoir revenir à l’un ou à l’autre.

JPEG - 258.8 ko
La palette de gestion TSL des couleurs propose de personnaliser des plages de couleurs (cliquer pour agrandir).
(photo LK)

En matière de retouche, une palette de réglage de la teinte, de la saturation et de la luminosité propose une action sur le rouge, le jaune, le vert, le cyan, le bleu, le magenta ou l’ensemble des couleurs. Avec la possibilité de redéfinir ces plages dans une roue chromatique, de sorte qu’une action simultanée s’applique à plusieurs plages jointives, par exemple du violet à l’orange en passant par le rouge. Une pipette est à disposition pour échantillonner une couleur dans la photo pour définir la couleur centrale d’une plage.

Ceux qui dessinent bénéficient de pinceaux multiples, du tracé symétrique avec 32 combinaisons, et d’une rotation en temps réel des embouts (qui désigne la forme du bout du pinceau). C’est aussi à ce chapitre que la liste des filtres s’enrichit de Voronoî, qui remplace le rendu photoréaliste par un aspect écailleux, et de Texture procédurale dont l’intitulé cache à la fois des textures et des rendus prédéfinis, mais aussi des dizaines de fonctions et formules à combiner. Ce qui reste du domaine des spécialistes de l’imagerie mathématique.

JPEG - 439.6 ko
Le filtre de texture procédurale calcule une texture ou opère, comme ici, une transformation de l’image en agissant sur les contours (cliquer pour agrandir).
(photo LK)
JPEG - 567.3 ko
L’effet Voronï (cliquer pour agrandir).
(photo LK)

En ce moment, les promotions sont en cours, avec 20% de réduction. La version pour ordinateur est vendue 43,99 € (contre 54,99 €) et la mouture iPad 17,99 € (au lieu de 21,99 €). Sans abonnement bien sûr, ce qu’affirme haut et fort l’éditeur dans une vidéo promotionnelle.

- Le site d’Affinity

Cet article vous a plu ? Notez le et partagez le sur les réseaux sociaux !



Commenter cet article

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.