Tout savoir pour réaliser, optimiser et diffuser ses photos

Shots/on\Stone : tirage de photo sur pierre

21/07/2016 | Sandrine Dippa

Shots/on\Stone est disponible en précommande sur le site de financement participatif Kickstarter. Le service propose de tirer vos photographies sur une pierre. Tom Bates, son créateur basé à Vienne, nous parle de son projet.

- Le Monde de la Photo : quelle est la genèse du projet Shots/on\Stone ?
Tom Bates : J’ai toujours aimé la photographie argentique. Il y a un an, j’ai installé une chambre noire chez moi et commencé à m’intéresser aux techniques expérimentales, créées en chambre noire, comme la solarisation et le photogramme. Pendant mes recherches, j’ai découvert des travaux de David Prifti, Jill Enfield ou encore Brigit Graschopf, réalisés avec des émulsions photographiques liquides. J’ai adoré l’émulsion, car elle permet de développer des photos sur tout types de surfaces dans une chambre noire. J’ai commencé à la tester sur différents matériaux comme le papier aquarelle, le bois, le métal et même des pots de fleurs, pour finir par obtenir un résultat satisfaisant sur de la pierre.

JPEG - 369.2 ko
Les Shots/on\Stone sont crées à partir de négatifs numériques placés directement sur la pierre.

- MDLP : Comment développez-vous une photo sur une pierre ?
T.B. : Je commence par la nettoyer, puis je la recouvre de deux couches de gélatine pour qu’elle devienne collante. Ce qui facilite l’adhésion de l’émulsion photographique. Une fois dans ma chambre noire, j’ajoute deux couches d’émulsion pour sensibiliser la pierre à la lumière, je place le négatif et j’expose. Je trempe ensuite la pierre dans un révélateur (pour que l’image apparaisse), dans l’eau (bain d’arrêt), puis dans le fixateur. Alors, je peux continuer à la lumière du jour. Il ne me reste qu’à rincer, pour éliminer les résidus chimiques, à sécher et à finir avec deux couches de vernis protecteur. L’opération prend parfois jusqu’à une semaine, car les couches sont peintes à la main et doivent sécher entre chaque étape.

- MDLP : Quels matériaux utilisez-vous ?
T.B. : J’utilise de la Solnhofen. Cette pierre calcaire provient d’Allemagne, d’une région située entre Munich et Nuremberg. Elle est composée de sédiments de plus de cent-cinquante millions d’années. Elle a beaucoup été utilisée par des sculpteurs à la Renaissance et par Alois Senefelder, à la fin du XVIIIe, pour l’invention de l’impression lithographique. Je trouve ça assez fou de développer une image parfois capturée en 2016 sur un matériau aussi ancien. J’aime la Solnhofen, car elle est texturée et que d’une pierre à une autre, sa couleur n’est pas la même. Chaque tirage est donc unique.

JPEG - 151.4 ko
Les images sont développées dans une chambre noire.

- MDLP : Quel type de photo peut-on tirer ?
T.B. : Pour la campagne Kickstarter, je propose mes designs et un nombre limité de photos personnalisées. J’utilise uniquement des photos numériques (y compris celles d’un smartphone), à partir desquelles je crée un négatif sous Photoshop. Pour mieux contrôler le processus. Je ne propose donc pas, pour l’instant, d’impressions à partir de négatifs 35 ou 120 mm. Les amateurs d’argentique peuvent cependant m’envoyer des clichés scannés. La seule contrainte est que les images doivent être en noir et blanc et au format carré, car les dalles mesurent 20 x 20 cm.

- MDLP : Quel résultat peut-on espérer ?
T.B. : Une des raisons pour laquelle je suis tombé amoureux de ce procédé est que le résultat final est aléatoire. Avec Shots/on\Stone, j’ai voulu retrouver le côté imprévisible que procurait l’argentique. Quelque part, le but de ce projet est de nous transporter à une époque ou les filtres automatiques et les rendus prédéfinis n’étaient pas aussi simples. Chaque impression est manuelle, le résultat sera donc à la hauteur des exigences des contributeurs.

JPEG - 310.3 ko
Les pierres sont badigeonnées plusieurs fois pendant le processus : avec de la gélatine, de l’émulsion photo et du vernis UV Mat pour protéger l’image.

Il est possible de participer à la levée des fonds jusqu’au 2 août. Plus de 4 700 € ont été récoltés. 4 000 € étaient requis pour que le projet aboutisse. Les prix débutent à 40 € (+15 € de frais de port vers la France). Les Shots/on\Stone seront envoyés en novembre 2016.

- Shots/on\Stone sur Kickstarter

Propos recueillis par Sandrine Dippa

Cet article vous a plu ? Notez le et partagez le sur les réseaux sociaux !



Commenter cet article

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.