Tout savoir pour réaliser, optimiser et diffuser ses photos

Sigma 30 mm f/1,4 DC HSM Art : Le verdict

19/11/2013 | Jean-Marie Sépulchre

LE VERDICT

- Caractéristiques :
Les amateurs de la vision naturelle du « standard » (entre 43 et 50 mm en 24 × 36) seront comblés par cet objectif de haute luminosité qui sera aussi à l’aise en reportage qu’en paysage. Une position « macro » un peu plus rapprochée et ce serait carton plein.

- Fabrication :
Comme pour tous les nouveaux modèles de la série Art la finition est flatteuse et la construction très sérieuse avec du métal et un nouveau matériau composite ayant des caractéristiques proches. Les baroudeurs regretteront l’absence d’un petit joint d’étanchéité sur la baïonnette.

- Ergonomie :
Le maniement est évident avec un autofocus très précis et silencieux. La reprise du point manuelle est aisée.

- Qualité optique :
Le piqué est toujours excellent en zone centrale de f/1,4 à f/11 et si les angles sont en retrait à pleine ouverture l’homogénéité est bonne à f/2,8 et excellent à partir de f/5,6. Le seul petit défaut nécessitant une correction logicielle apparaît sous forme de franges violettes sur certains sujets à pleine ouverture.

- Qualité / Prix :
Le prix a augmenté par rapport à la version précédente, mais la qualité de construction et la qualité optique en hausse semble justifier le tarif demandé.

NOTE GLOBALE : 8,6/10

Ce que l’on a aimé

- Piqué très élevé
- Construction flatteuse

Ce que l’on moins aimé

- Franges violettes à pleine ouverture
- Un peu de vignetage à pleine ouverture

MDLP N°61, Novembre 2013
- Retrouvez l’intégralité de notre test du Sigma 30 mm f/1,4 DC HSM Art notre numéro soixante-et-un du MondedelaPHOTO.com, actuellement en kiosque.
- Lire le sommaire du N° 61 de MDLP
- Découvrez nos formules d’abonnement (jusqu’à 30% d’économie)

Cet article vous a plu ? Notez le et partagez le sur les réseaux sociaux !



Commenter cet article

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Messages

  • Toujours cette obsession du joint d’étanchéité sur la baïonnette.
    Des joints sont certainement plus utiles sur les autres bagues de l’objectif.
    L’ajustage de la baïonnette est tel que l’humidité doit avoir du mal a pénétrer à cet endroit.

  • Et le tarif Môsieur JMS ? Et le rapport Q/P ?
    Chez Canikon, on trouve des 50/1.4 pesant 280g pour moins cher !

    Ce 30/1.4 DC HSM A est l’optique dédiée APSC poussée à son paroxysme :

    On nous avait promis juré des optiques plus légères plus compacts et moins chères avec l’APSC.
    On obtient in fine des optiques en réalité même pas équivalentes aux
    50/1.4 des ténors du marché (PDC 45-50/2 ), une pupille d’entrée qui collecte 2x moins de lumière, un poids/encombrement supérieur aux modèles 24x36
    et...un tarif supérieur !!!!
    Pas de doute, avec l’APSC on a moins bien mais c’est plus cher !!!

  • Sur un boitier Canon aps, cet objectif vient directement en concurrence avec le 35 f/2 de Canon (même fourchette de prix et focales proches). L’un propose un stabilisateur et l’autre une plus grande ouverture. J’ai pu lire dans certains testes du précédent Sigma que l’ouverture maximale mesurée était en réalité plus proche de 1.8. Du coup, le principal ’intérêt du Sigma disparaît.
    D’où ma question pour vous M. Sépulchre : Avez-vous constater la même "dérive" d’ouverture maximale sur cette nouvelle version ?

  • La construction d’un 30 f/1.4 n’a rien de commun avec celle d’un 50 f/1.4.
    D’autre part, un 50 ne remplacera jamais un 30 en APS-C.

  • Pour évaluer le rapport qualité prix de ce Sigma il faut le comparer aux 28 et 35 1.4 du marché, capables d’être un standard lumineux en APS C.
    Pour Gg aux mesures en priorité A la cellule du D7100 en matriciel choisit 1/1000 à 1,4 1/500 à 2 1/250 à 2.8 etc donc pas de dérive, mais l’image apparaît un peu plus sombre du fait du vignetage.

  • Merci à JMS pour la réponse.
    Pour revenir sur la remarque de eric-p : Ce Sigma est effectivement moins coûteux et encombrant mais c’est un cas particulier. Les formules optiques des 50mm sont toujours plus simples que pour les autres focales. Mais cela s’inverse si on souhaite un 85mm (équivalent 24x36). Sur un APS-C, un 50mm fait l’affaire et est moins cher qu’un 85mm. C’est un élément dont il faut tenir compte lors de l’acquisition d’un boitier (24x36 ou APS-C) suivant l’utilisation que l’on veut en faire et la gamme d’objectifs que l’on veut. Mais lorsque l’on est déjà équipé d’un boitier APS-C la comparaison ne tient plus. Dans ce cas la comparaison doit, effectivement, être faite par rapport à un 28 ou 35/1.4 plein format. Et là le prix n’a plus rien à voir. Par contre l’évolution vers un boitier 24x36 est assurée.

  • Correctif : il faut comprendre "plus coûteux" et non "moins coûteux"