Tout savoir pour réaliser, optimiser et diffuser ses photos

[PHOTOKINA 2018] Skylum Aurora HDR 2019 : l’HDR intelligent ?

19/09/2018 | LAURENT KATZ

L’intelligence artificielle s’infiltre partout au point que l’éditeur Skylum a monté un laboratoire spécialisé qui, après trois ans de développement, offre un mappage tonal « intelligent » à Aurora HDR 2019.

Apparu en 2015, Aurora HDR était proposé en versions Standard et Pro, fusionné en une mouture unique avec l’édition 2017. La version Aurora HDR 2018 de l’automne dernier a gagné quelques évolutions. Cette année, Aurora HDR 2019 présente le moteur HDR Quantum pour répartir les tonalités (tone mapping) selon une méthode mise au point depuis trois ans. Avec pour principes « la réduction des couleurs trop exposées, la perte de contraste et le bruit, tout en atténuant l’éclairage artificiel causé par les halos et la réduction instable de l’effet fantôme », indique Skylum l’éditeur du logiciel. Des milliers de séquences de bracketing ont été analysées pour soutenir la mise au point des algorithmes du logiciel dont l’objectif est de « procurer la quantité précise de détails, de structure et de netteté dans une image sans créer d’artefacts excessifs pouvant donner un caractère non-naturel à l’image HDR ». Dans la pratique, cette description enchanteresse ne correspond pas forcément à la réalité des images produites, mais la qualité du rendu est indéniable et les ajustements servent à tempérer une « HDRisation » trop poussée. Que l’on peut aussi améliorer en usant des calques de réglages (ce n’est pas une nouveauté) avec des ajustements locaux (pinceau, dégradé linéaire ou radial, masque de luminosité).

JPEG - 57.4 ko
La séquence de bracketing ayant abouti à la photo ci-dessous.
JPEG - 312 ko
Au bas, des rendus prédéfinis, à droite, les panneaux de réglages (cliquer pour agrandir).
(photo LK)

La version introduit les tables de couleurs, les Luts, pour affecter un rendu spécifique, typé ou subtil, en couleurs ou en monochrome. Certains sont accessibles d’office, d’autres sont téléchargeables sur le site de l’éditeur… ou ailleurs, car plusieurs formats de fichier Lut sont reconnus (Cube, 3DL, CSP et Look).

JPEG - 95.1 ko
Le site de Skylum propose des Luts, gratuites ou payantes, à télécharger.
JPEG - 70.2 ko
La séquence de bracketing ayant abouti à la photo ci-dessous.
JPEG - 299.3 ko
Des Luts ont été téléchargées venant compléter celles installées en standard (cliquer pour agrandir).
(photo LK)

Sous le titre Amélioration HDR, un panneau assure une gestion fine des détails, à plusieurs niveaux, avec un curseur agissant sur la clarté, et deux autres influant sur la structure, à savoir les détails les plus fins. Des fonctions qui, employées avec parcimonie pour éviter une accentuation parfois exagérée, apportent du relief et de la matière au rendu.
HDR

JPEG - 240 ko
L’usage des panneaux Amél. HDR et HDR Denoise, plus ici une correction de la balance des blancs, améliore considérablement le rendu (cliquer pour agrandir).
(photo LK)

Le logiciel prend en charge les plug-ins tiers, Aurora HDR 2019 supporte Imagenomic Portraiture, Nik Collection et Photolemur 3.0 entre autres. L’installation va elle-même les chercher dans votre configuration et les installe dans le menu Plug-ins du logiciel.

Aurora HDR 2019 est vendu 89 € et les utilisateurs enregistrés bénéficient d’une mise à niveau pour 49 €. Sur une durée limitée, car à la sortie officielle, le 4 octobre, ces tarifs seront respectivement de 99 € et 59 €. Une version d’essai reste téléchargeable sur le site de l’éditeur.

Cet article vous a plu ? Notez le et partagez le sur les réseaux sociaux !



Commenter cet article

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Messages

  • C’est curieux car sur le 1er exemple il me semble que la prise à EV0,0 est bien mieux que le résultat HDRisé qui tue tout l’effet de la lumière qui entre dans la galerie. Il en faut pour tous les gouts.

  • A l’attention de Laurent Katz,
    A propos de "L’intelligence artificielle s’infiltre partout"
    L’intelligence artificielle, ça n’existe pas ; le premier commentaire en est d’une certaine manière la démonstration.
    En l’état actuel des avancées technologiques ce que vous appellez "intelligence" n’est qu’une compilation d’astuces qui ne savent pas interpréter contrairement au cerveau humain.
    J’attire votre attention sur ce détail qui n’en est pas un à mon sens car tout ceux qui ne rêvent que par ces nouvelles technologies participent un peu à la désinformation et à la déhumanisation de notre société.
    A "la belle époque" de la photographie argentique, c’était la main de l’homme conduite par son cerveau qui commandait et permettait ainsi de proposer une interprétation. Depuis l’ère du numérique, ce sont les fabricants de matériel et les éditeurs de logiciels qui proposent des modes opératoirs dans lesquels les photographes s’enferment.
    Leurs productions d’images sortant toutes de la même pâte ne sont ainsi pas le fruit d’une vraie interprétation mais celui d’un assujettissement à tel ou tel marque.
    J’accepte la controverse et suis prêt à me soumettre à votre appréciation si vous m’en faites une démonstration incontestable.
    Je ne suis pas contre le progrès mais pour raison garder.
    Cordialement.