Tout savoir pour réaliser, optimiser et diffuser ses photos

Skylum Luminar 2018 : ex. Macphun Luminar Neptune

01/11/2017 | Laurent Katz

2018 sera une grande année pour Macphun qui s’appelera Skylum. En attendant, son récent logiciel Luminar passe à la version 2018, sans toutefois disposer de ce qui sera son évolution phare l’an prochain, le catalogage.

Lancé il y a moins d’un an, Luminar évolue rapidement. Son jeune éditeur, Macphun, manifeste de folles ambitions et ce n’est pas la seule société à vouloir sérieusement empiéter sur les parts de marché d’Adobe auprès des photographes. Après avoir investi macOS avec des applications en versions autonomes et plug-ins, elle ouvre son développement à Windows 7, 8.1 et 10 (64 bits) avec Luminar, annoncé il y a plusieurs mois en tant que bêta version publique. Et maintenant, c’est fait, Luminar 2018 est disponible sur les deux plates-formes, avec des différences fonctionnelles en voie d’être comblées sous Windows (modes de fusion, outil Transformation, masque de luminosité, traitement par lots, export en PSD, redimensionnement à l’exportation...). Vous en trouverez la liste ici. Des mises à jour progressives de la version Windows, le 22/11, à mi-décembre et mi-janvier annuleront les différences entre les deux plateformes.

Lightroom dans le collimateur

Macphun, dont le nom est franchement connoté Apple, est rebaptisé Skylum (avec un remplacement d’identité progressif qui s’achèvera l’an prochain). Macphun/Skylum indique à ceux qui souhaitent persévérer avec le logiciel d’Adobe, que Luminar en est un bon complément. Cette cible ne sera pas tout de suite stabilisée dans le viseur, car les fonctions de catalogage annoncées il y a peu de temps ne sont pas introduites dans cette version initiale de l’édition 2018, mais débouleront l’an prochain, sans frais supplémentaires bien sûr. Avec un accès aux disques durs comme à certains nuages informatiques.

Reste que cette concurrence prometteuse, sans formule d’abonnement, reste une ambition, car Lightroom s’appuie sur le nuage informatique d’Adobe et des applications mobiles permettant de voir et éditer ses photos en tout lieu, y compris au travers d’un navigateur Web. Sans parler des fonctions de partage comme la mise en page d’un livre photo, la création de diaporama, la publication de galeries Web. Ou encore l’assemblage panoramique et la fusion HDR. Skylum a encore du pain sur la planche. Mais un atout, une gestion des calques qui fait défaut au logiciel d’Adobe et nombre d’effets spéciaux, pas forcément spectaculaires, comme l’ajout d’une texture par exemple. Plus un prix assez minimaliste de 69 €, associé à cinq activations sur Mac et PC.

JPEG - 204 ko
Voiic la nouvelle interface. Un moyen d’organiser un peu les filtres et de regruper en Favoris ceux qui participent aux traitements les plus courants (cliquer pour agrandir).
(photo LK)
JPEG - 27 ko
Le filtre Develop organise la conversion des fichiers Raw.

Outre une interface plus épurée, plus banalisée à l’instar d’ON1 Photo 2018, comme si tous les logiciels devaient adopter les mêmes canons graphiques, un nouveau moteur de développement Raw est introduit. Reposant sur un filtre Develop, donnant accès aux réglages de base (comme dans Lightroom et ses congénères), aux ajustements optiques manuels et aux transformations géométriques (assurant au besoin la correction de la perspective).

Un filtre essentiel qui est un peu perdu au milieu des autres, présentés sans grande logique, alors qu’il devrait figurer en tête de gondole.

Comme tout est appelé filtre, les nouveaux réglages et effets y sont inclus. En voici la liste commentée :

JPEG - 60.2 ko
On retrouve les rendus prédéfinis, organisés en catégories.
  • LUT Mapping applique une table de transformation des couleurs (Look Up Table)… émanant par exemple d’un rendu prédéfini de Lightroom, Camera Raw ou DxO Film Pack après qu’un utilitaire d’extraction de Lut a été exécuté, comme Lut Generator. Attention, le rendu prédéfini ne doit concerner que la tonalité, la couleur, mais pas d’autres ajustements comme l’accentuation, la clarté, le bruit ou le grain…
  • Sun Rays simule des rayons du soleil, pouvant aussi créer un effet d’éclairage particulier.
    JPEG - 143.1 ko
    Le filtre Sun Rays ajute des rayons de soleil en nombre, taiille et intensité variables (cliquer pour agrandir)
    (photo LK)
  • Filtre Dodge & Burn qui assombrit ou éclaircit au pinceau.
  • Hue Shift qui agit sur la teinte.
  • Matte Look qui donne un rendu ancien, au besoin désaturé, avec un contraste atténué et un virage coloré.
  • Brilliance/Warmth apporte un rendu plus saturé avec des couleurs réchauffées ou refroidies.
  • Des rotations sur 90° et des symétries sont introduites.
  • Débruiter agit en temps réel sur les bruits de luminance et de chrominance.

Grande nouvelle, les plug-ins Photoshop sont acceptés, comme le sont déjà les extensions Aurora HDR et ceux du Creative Kit.

JPEG - 106.8 ko
On voit ici que les plug-ins de la DxO Collection (ex. Nik Collection) sont reconnus.

Le logiciel est en précommande pour 59 $ (39 $ en tant que mise à jour), avec des presets et des textures d’un photographe professionnel, un pack de Lut et une année gratuite (plan Premium) sur le site de partage SnugMug, ce dernier atout étant réservé aux nouveaux clients. Ces prix passeront respectivement à 69 $ et 49 $ au lancement officiel, à partir du 17 novembre.

- Le site de Skylum/Macphun
- Le site de Luminar

Cet article vous a plu ? Notez le et partagez le sur les réseaux sociaux !



Commenter cet article

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.