Tout savoir pour réaliser, optimiser et diffuser ses photos

Sony A6500 : stabilisé… et tactile !

06/10/2016 | Benjamin Favier

Alors qu’un boîtier en monture A a été annoncé lors de la Photokina, Sony dévoile un hybride en monture E au format APS-C. L’A6500 débarque moins d’un an après l’A6300 et intègre un système de stabilisation sur cinq axes.

Présentation

« Steady Shot inside » : la mention apparaît sur le capot, aux cotés du sigle 4K et du nom du modèle, l’A6500… qui débarque moins d’un an après l’annonce de l’A6300. Nous pouvions nous y attendre, la principale nouveauté est l’intégration d’un système de stabilisation sur cinq axes, comme sur les A7 de seconde génération de la marque. Sony annonce qu’en pressant le déclencheur à mi-course, l’effet de le stabilisation sera visible dans le viseur ou à l’écran, que l’optique utilisée soit dotée de cette technologie ou non.

En revanche que l’écran soit désormais tactile était moins prévisible. Il sera donc possible d’y effectuer la mise au point, même en ayant l’œil au viseur, comme on le ferait sur un hybride Olympus, par exemple. La définition ne progresse pas, demeurent à 921 Kpts. Il pivote à 90° vers le haut et 45° vers le bas.

JPEG - 166.9 ko
Le flash intégré de l’A6500 pilote des flashs externes sans fil compatibles.

La cadence reste inchangée par rapport à l’A6300, c’est-à-dire 11 im/s. Par contre, la mémoire-tampon de l’A6500 impressionne, avec la capacité annoncée d’engranger 307 vues en Jpeg Fine ! Sans plus de précision pour l’instant sur le verrouillage de l’autofocus et de l’exposition dans ces conditions. Sur l’A6300, l’AF est figé sur la première vue à 11 im/s, aussi avons-nous préféré la cadence de 8 im/s lors de notre banc d’essai (lire MDLP 85) L’AF est celui de l’A6300 : il repose sur 425 points en détection de phase et 169 en détection de contraste. Même s’il sera possible de les sélectionner via l’écran tactile, il est dommage que Sony n’ait pas prévu un joystick dédié. L’obturateur a été testé pour endurer 200 000 déclenchements, précise Sony. Il plafonne en revanche à 1/4000s.

JPEG - 122.6 ko
L’obturateur de l’A6500 a été testé pour 200 000 déclenchements.

En vidéo, l’A6300 exploite toute la largeur du capteur en UHD et autorise un tournage à 25 im/s au format XAVC S avec un débit de100 Mb/s. Il sera possible de filmer à 100 im/s en 1080p (50 im/s en Full HD sur un enregistreur externe via la sortie HDMI). Toujours pas de prise casque, mais une prise micro est présente, comme sur l’A6300. La recharge des accus passe par la prise micro USB. Toujours pas de chargeur secteur fourni…

JPEG - 192.2 ko
Le châssis est conçu en alliage de magnésium.

La construction reste en alliage de magnésium.L’ergonomie progresse légèrement avec l’arrivée de l’écran tactile et l’intégration d’une touche personnalisable de plus (dix au total contre neuf sur l’A6300), dont deux près du déclencheur.

Le Sony A6500 sera disponible courant décembre au prix de 1700 € (boîtier nu) et 2 800 € avec le 16-70 mm. L’A6000 sera proposé en gris le même mois sur le marché européen.

- Le site de Sony

Premier avis

Sony n’a pas attendu longtemps pour faire évoluer son A6300. Nous avions été séduits par les performances de l’autofocus de ce dernier, tout en pointant quelques lacunes, notamment au niveau de l’ergonomie. Celles-ci sont en partie corrigées, avec l’arrivée d’une fonction tactile. Et le fait que l’A6500 figure désormais parmi les boîtiers experts sur le site de Sony France laisse quelques espoirs quant à la généralisation de cette fonctionnalité sur les A7 : jusqu’ici, Sony nous a toujours rétorqué que la fonction tactile ne correspondait pas à un usage professionnel… pas plus tard que lors de la dernière Photokina, lors de l’avènement de l’A99 II.

Mais, bien évidemment, c’est la stabilisation intégrée qui constitue l’argument principal de l’A6500 par rapport à son prédécesseur. Cela ne faisait guère de doute, tous les A7 de seconde génération en étant désormais pourvus. C’est une excellente chose, aussi bien en photo qu’en vidéo, que l’on emploie des optiques Sony ou d’autres constructeurs, et nombre de fabricants tiers proposent des objectifs en monture E dénués de stabilisation ! Lors du banc d’essai, imminent, nous scruterons avec attention les éventuels progrès de l’autofocus, déjà excellent sur l’A6300, et surtout les performances en mode Rafale.

En attendant, le prix demandé nous paraît excessif. Il se situe pas loin de l’A7 II, boîtier plein format, et se retrouve en concurrence frontale avec les Fujifilm X-Pro2 et X-T2. L’intégration de la stabilisation est un réel atout par rapport à ces derniers. Mais la qualité des images produites par le capteur X-Trans III demeure au-dessus du lot parmi les boîtiers APS-C. Sony aurait pu innover en proposant un nouveau capteur, comme elle l’a fait avec brio sur les RX100 IV et A7R II notamment. Nous verrons dans les semaines à venir si son choix est payant…

Fiche technique

  • Capteur : Cmos Exmor APS-C 23,5 x 15,6 mm 24 Mpxl effectif
  • Format : 3/2
  • Protection du boîtier : -
  • Stabilisateur : cinq axes
  • Anti-poussière : Vibrations ultrasoniques
  • GPS : Non
  • WiFi : Oui, NFC
  • Définition : 6 000 x 4 000 pixels (3/2), 6 000 x 3 376 pixels (16/9)
  • Vidéo : 4K (3 840 x 2 160p) à 25 im/s, 100 Mbps ; 1080p à 100 im/s, 50 Mbps
  • Sensibilité : Auto, 100 - 51 200 Iso
  • Formats de fichiers : Jpeg, Raw (ARW), Raw + Jpeg
  • Espace de couleurs : sRGB, Adobe RGB
  • Monture : E-Mount
  • Coefficient multiplicateur : 1,5x
  • Mise au point auto. : Détection de phase et de contraste
  • Zones de mise au point : 425 (détection de phase) + 169 (détection de contraste)
  • Illuminateur AF : oui
  • Mise au point  : Auto (déclenchement, continue,prédictive avec suivi), manuelle
  • Mode d’exposition : PASM, modes Scènes, iAuto, Supérieur Auto
  • Mesure de l’exposition : TTL
  • Plage d’exposition : NC
  • Type de mesure : Multizone (1 200), pondérée centrale, ponctuelle
  • Histogramme : Prise de vue, consultation
  • Compensation d’exposition : +/- 5 IL par 1/3 IL ou 1/2 IL
  • Vitesse : 1/4000 à 30 sec, pose B
  • Vitesse de synchro X : 1/160 s
  • Rafale : 11 im/s (expo et AF sur la 1ère photo)
  • Retardateur : 2 ou 10 s
  • Réglages divers : D-Range Optimizer, AutoHDR, styles créatifs (Standard, Vivid, Portrait, Paysage, Coucher de soleil, N&B), effets spéciaux (Couleur partielle, Couleur POP, Soft High-key, Postérisation N&B ou couleur, Monochrome contraste élevé, Toy camera, Photo rétro, Soft focus, Peinture HDR, Rich-tone monochrome, miniature), corrections optiques, Focus peaking, Zebra
  • Flash intégré : oui
  • Compensation d’exposition au flash : +/-3 IL par 0,3 ou 0,5 IL
  • Visée : Oled, 2,36 Mpts, 100%
  • Moniteur : LCD orientable, 3 pouces/921 kpts
  • Stockage : Memory Stick PRO Duo/PRO-HG Duo/SD/SDHC/SDXC (UHS-I)
  • Connectique : Hi-speed USB, mini HDMI, Wi-Fi
  • Personnalisation : Touches personnalisables (9)
  • Divers : Panorama par balayage, HDR
  • Accessoires fournis : Accu, bandoulière, câble USB
  • Alimentation : Accu Li-Ion NP-FW50 (7,2 V, 1 080 mA/h)
  • Dimensions : 120 x 66,9 x 53,3 mm
  • Poids : 453 g (avec batterie et carte)

Cet article vous a plu ? Notez le et partagez le sur les réseaux sociaux !



Commenter cet article

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Messages

  • Maintenant que vous nous avez donné le prix des modèles plaqués or, pouvons-nous avoir les prix des modèles standards ?

  • Le prix, c’est du délire ! Est-ce que chez Sony, ils regardent ce que fait la concurrence en matière de prix et de qualité ?
    Pas près d’en acheter un !

  • C’est du délire toutes ces hausses de prix, pas seulement chez Sony mais aussi chez Canon et surement bientôt chez Nikon quand ils sortiront leurs nouveautés. ça force à beaucoup de garder son matos jusqu’au bout voir ensuite arrêter la photo et faire autre chose !!!!

  • Pas de panique, Monique !!!
    Comme d’hab., le prix d’annonce est stratosphèrique, mais est largement surestimé par rapport au PV dans les meilleures boutiques une fois retombé l’engouement des acheteurs compulsifs de nouveautés ; c.à.d. 2 ou 3 mois après le début de commercialisation.

  • 2800 boules ! J’ai failli m’étrangler ! Le prix d’un 5D mark III avec une optique.

  • 2800 € le kit ???Pas assez cher mon fils !
    À ce prix là , ils auraient pu offrir la poignée "Hasselblad" en bois de cerisier...
    Comme dit Thierry, on aura l’occasion de voir combien de temps ils sont capables de maintenir ces tarifs.
    Amha les SP remettront rapidement Sony face à la "réalité" du quotidien...

  • @6/7
    vous avez déjà vu Sony baisser ses prix vous ? Moi jamais !

  • @7 Les versions -1, -2, -3 ... baisseront un peu. Mais l’objectif de Sony est sans doute de vendre les anciennes versions. De ce point de vue, c’est une réussite car qui veut un ce type d’appareil se contentera d’un A6300 ou A6000.
    Mais qui a la tête sur les épaules, achètera un 5D mark IIi avec le 24-105. C’est le même prix !!

  • Il est écrit :
    L’A6000 sera proposé en gris le même mois sur le marché européen.

    Je présume que vous voulez parler de l’A6300. Pouvez vous me confirmer ??

  • Le principal dans l’affaire est quand même de savoir que le tres sérieux site de tests photo zone a massacré le zeiss 16-70 en disant que cette optique ne valait absolument pas son prix (quand même 859 euros seule) et qu’il déconseillait de l’acheter. Donc de nouveau, un boîtier c’est bien mais quoi lui mettre dessus en apsc chez Sony, ça, c’est le,vrai problème !

  • @8
    le 6300 reste au catalogue. Ce 6500 n’est pas un upgrade du 6300, c’est un modèle qui s’ajoute à la gamme

  • @7
    Il faudrait voir ça de près !
    En 2011, Sony a annoncé son flagship APSC (NEX 7 ) au tarif de 1200 €.
    En 2014, Sony a proposé son A6000 pour ...650 €....pour des caractéristiques assez similaires.
    J’ignore comment les cours du Yen ont évolué durant cette période mais Sony a bien baissé ses tarifs
    "concrètement parlant" entre ces deux dates en Europe.

    Pour en revenir au tarif du A6500, il est proprement délirant.C’est le même tarif que celui d’un A7 Mk II dans une certaine officine SP !
    Sony doit arrêter de prendre les oiseaux du bon Dieu pour des canards sauvages en plaçant l’APSC sensiblement au même tarif que le 24x36.

    Par ailleurs, comme l’a fort bien dit un autre intervenant (message 10 ), les optiques APSC Sony sont assez mal vues
    de la part des photographes et les PDM de Sony au Japon ont reculé précisément pour cette raison
    (On vend plus de boîtiers Olympus MFT au Japon que de boîtiers APSC Sony).

    Par ailleurs, un reflex entrée de gamme APSC se trouve autour de 340 € en SP.
    Un capteur APSC ne coûte pas très cher à fabriquer, y compris lorsqu’on y trouve des capteurs AF intégrés.
    Alors où passe la différence ?
    Non, je ne pense pas que les "geeks" se laisseront indéfiniment "plumer" avec ce genre de produit...

  • J’adore les gens qui comparent les produits haut de gamme hybride avec l’entrée de gamme des Réflex APS-C ou FF (le 6D, qui a un joli capteur FF mais manque certaines caractéristiques des concurrents hybrides :protection plein-temps, qualité des JPEG, module AF performant pour le sport, écran orientable, viseur hybride, matériaux utilisés, ces à-côté coûtent).

    Les prix des Fujifilm X-T2 et Sony A6500 sont à comparer avec le Canon 7D MarkII ou Nikon D500 (ces derniers sont également plus chers que le 6D) et là ce n’est pas une hérésie, vu les progrès de côté AF.
    Toutefois Sony n’a pas une gamme de zoom F2.8 ou une gamme d’objectifs fixes très lumineuses : heureusement que le long Sigma 30mmF1.4 est sorti, sinon c’est le désert pour des objectifs conçus pour l’APS-C. De plus, je trouve dommage que la différence de prix entre Sony A6000 - excellent rapport qualité-prix - qui est sorti pour innonder le marché, et A6300 (x2) est totalement injustifiée à mon goût. Je pense que les ventes du A6300 seront faibles entre l’excellent rapport qualité-prix A6000 et le tactile-stabilisé A6500 (maintenant quel est l’intérêt d’avoir le long 50mm stabilisé et le peu piqué 35mmF1.8 ?).

    Sinon attendez le X-T20 et autres moyens de gamme de ces marques pour avoir moins et moins cher.
    Je pense que le 6D Mark II va aussi connaitre une jolie inflation de prix (comme le 5D mark IV), car les ventes des appareils photo diminuent et que le cycle de renouvellement des appareils est assez long (surtout en reflex où la marge de progression est très faible, car le marché est mature).

  • @Pepou81
    Chacun voit effectivement midi à sa porte et les gens sont libres de faire ce qu’ils veulent de leur argent.
    Je reste tout de même perplexe devant les tarifs des APSC "haut de gamme", sachant que les caractéristiques
    avancées ne sont en réalité que des gadgets (écran tactile et orientable) ou des caractéristiques "superflues" (rafales, AF super véloce,etc...) valables dans le cadre d’un usage spécialisé et non une utilisation "normale" (one shot, photos calmes, en réalité l’immense majorité des photos réalisées par Monsieur Tout le monde).
    Dès lors, on est en droit de s’interroger sur la pertinence du concept.

    D’accord pour le reste de votre intervention...

  • "Il sera donc possible d’y effectuer la mise au point, même en ayant l’œil au viseur, comme on le ferait sur un hybride Olympus, par exemple" : petite erreur dans cette phrase ; c’est Panasonic sur sa gamme MFT (et Nikon D5500) qui offre cette possiblité, Olympus ne l’offre malheureusement pas.