Tout savoir pour réaliser, optimiser et diffuser ses photos

Sony A7R Mark IV : prise en main

19/07/2019 | Benjamin Favier

En marge de la présentation, nous avons pu réaliser quelques images avec le dernier-né de la famille 24 x 36 hybride Sony. Premières impressions.

Vous pouvez lire ici notre brève présentation de l’A7R IV, dévoilé le 16 juillet par Sony. Pendant un peu moins de deux heures, nous avons eu l’occasion de prendre en main le boîtier 24 x 36 de la marque, le premier à offrir une définition de 61 Mpxl sur ce segment.

En passant de l’A7R III à l’A7R IV, on constate d’emblée que le design de la poignée a été revu. Affinée, mieux « creusée », elle améliore la prise en main. Pourtant, les dimensions, bien qu’elles soient en hausse par rapport au précédent modèle, demeurent contenues : 128,9 x 96,4 x 77,5 mm pour le Mark IV contre 126,9 x 95,6 x 73,7 mm pour le Mark III. Idem pour le poids. Pesant 665 g nu avec carte et accu (657 g pour l’A7R III), il est loin des 1,02 kg du Lumix S1R et demeure plus léger que le Nikon Z7 (675 g), deux boîtiers stabilisés, également dotés de stabilisateurs et d’une définition respective de 47 et 45 Mpxl.

PNG - 752.3 ko
La prise en main est améliorée par rapport aux A7R III et A7 III, grâce à un grip redessiné. Le viseur Oled de 5,76 Mpts procure par défaut un affichage plus homogène que sur les Lumix S. Photo BF

L’ergonomie évolue de manière subtile. L’agencement des touches demeure identique au dos ; toutefois, le joystick, absent sur les deux premières générations d’A7, a été légèrement agrandi et le revêtement ressemble à ceux des Nikon Z ou D5.

JPEG - 242.5 ko
La roue de correction d’exposition peut être verrouillée. Photo BF

Sur le dessus, la molette dédiée à la correction d’exposition, bien que le crantage soit bien marqué, est désormais verrouillable, au choix (il faut pour cela presser le bouton au centre). Et la roue arrière apparaît entièrement sur le dessus, et s’avère particulièrement douce à actionner.

JPEG - 212.1 ko
L’A7R IV accueille deux cartes SD compatibles UHS-II. Photo BF

Sur le côté droit, la trappe d’accès aux deux compartiments pour cartes SD s’ouvre simplement en la faisant glisser vers l’arrière, alors qu’elle était verrouillée sur l’A7R III. Le logement I est désormais situé en haut, pour éviter toute confusion. Et les deux emplacements sont compatibles UHS-II, alors que seul le premier l’était sur l’A7R III.

JPEG - 212.1 ko
L’A7R IV accueille deux cartes SD compatibles UHS-II. Photo BF

En deux heures – dont une passée dans un studio – nous n’avons pas eu le temps de tester sur la durée la résistance de l’A7R IV aux intempéries. Nous l’avons en revanche sollicité une bonne vingtaine de minutes sous une pluie abondante, avec le zoom 16-35 mm f/2,8 G Master, Sony arguant avoir nettement renforcé le degré de protection, par rapport aux précédents A7.

JPEG - 258.3 ko
L’A7R IV est conçu en alliage de magnésium, comme l’A7R III, mais la protection contre les intempéries a été renforcée. Photo BF
JPEG - 167.2 ko
Une prise sur le côté permet de brancher des flashs de studio. Photo BF

Status quo pour l’écran LCD. Il mesure toujours 3 pouces et offre une définition de 1,44 Mpts, tandis que les principaux concurrents, les Lumix S1R et Nikon Z7, possèdent une dalle de 3,2 pouces et 2,10 Mpts. Il sera néanmoins possible, sur le Mark IV, de faire la mise au point tactilement pendant un tournage.

JPEG - 330.5 ko
Pas facile de cadrer à la verticale bras tendu, l’écran ne pouvant être incliné dans ces conditions. Photo BF

En revanche, il est dommage, à notre avis, que Sony n’ait pas fait évoluer le mécanisme de basculement de l’écran LCD, seulement inclinable vers le haut (107°) et le bas (41°) ; ainsi, nous aurions aimé qu’il soit possible de déporter l’écran en tenant l’appareil à la verticale, en hauteur ou au ras du sol, pour faciliter le cadrage. À l’image de ce que proposent Les Lumix S ou Fujifilm, sur ses X-T2, X-T3, X-T30 ou GFX100.


Le mode de prise de vue multiple à décalage de pixels, offre deux options : sur quatre (comme sur l’A7R III) ou seize vues (trépied obligatoire), pour obtenir un fichier de 240 Mpxl. Dans ce mode, c’est l’obturateur électronique qui est sollicité. Nous avons pu faire plusieurs essais. Seuls les Raw sont enregistrés, et l’assemblage final ne peut être vu sur l’appareil. Il faut passer par les logiciels « maison », Viewer et Edit, pour le visionner.

Si vous n’avez pas besoin d’exploiter la totalité de la définition du capteur (61 Mpxl), il est possible d’opter pour une définition de 26 Mpxl – l’A7 III offre 24 Mpxl – ou pour le mode Super 35 mm – en Raw ou en Jpeg – ce qui permet de photographier à 26 Mpxl, une définition supérieure à celle de l’A6500.

JPEG - 360.8 ko
Photo prise à 61 Mpxl en haut ; puis en mode 26 Mpxl (équivalent APS-C). Photos BF

La cadence reste quoiqu’il en soit à 10im/s, mais avec un suivi de l’AF et de l’exposition sur toutes les images, ainsi qu’un suivi en temps réel sur les yeux ou visages d’une personne ou d’un animal en mouvement (en photo et en vidéo), dans la lignée de la mise à jour 5.00 opérée sur l’A9. Nous n’avons pas eu l’occasion de tester cela sur des scènes d’action.

PNG - 337.5 ko
En mode Auto, la détection des yeux à l’œuvre sur le sujet à droite. Photo BF

En portrait, en mode AFC, la détection des yeux, initiée par Sony, fonctionne très bien. Il est possible de déplacer le collimateur pour faire le point sur un autre œil, mais par défaut, en mode Auto, l’autofocus privilégie celui qui se trouve le plus près de l’appareil. Nikon a récemment fait évoluer ses Z6 et Z7 sur ce point, via une mise à jour de firmware 2.00.

JPEG - 173.1 ko
En mode Auto, la détection des yeux s’effectue sur le sujet le plus proche (image du bas). Il est possible d’affecter le collimateur en arrière-plan, la mise au point s’effectue sur l’œil gauche du sujet (image du haut). Photos BF

Le viseur Oled progresse par rapport à l’A7R Mark III, la définition passant de 3,68 Mpts à 5,76 Mpts. Une définition équivalente à celle des Lumix S. Néanmoins, les premiers déclenchements ont révélé un affichage moins contrasté par défaut, alors que nous avions passé un certain temps à paramétrer l’EVF dalle des Lumix S1 et S1R ; surtout, nous n’avons pas constaté de « retard à l’allumage » avec l’EVF de l’A7R Mark IV, en sortant du mode veille, alors que les Lumix S1 et S1R nous avaient joué quelques mauvais tours dans des conditions similaires (lire ici). Par ailleurs, en photographiant à 10 im/s, nous n’avons constaté aucun « lag » au niveau de l’affichage. À noter, pour ceux qui en auraient l’habitude en utilisant des boîtiers d’autres marques, il est possible d’utiliser le LCD comme un « trackpad », en ayant l’œil au viseur.

Premier avis

Pas question ici, de tirer des conclusions, à l’issue de deux heures de prise en main. Toutefois, cette sessions livre quelques enseignements sur cet A7R Mark IV. Au-delà de l’argument marketing, qui fait de ce modèle le premier appareil 24 x 36 à offrir une définition de 61 Mpxl, le successeur de l’A7R III séduit sur de nombreux points. Le viseur est vraiment superbe ; l’ergonomie évolue par petites touches, mais s’avère pertinente, notamment pour ce qui est de la mise au point (sur l’écran pendant un tournage, ou via le joystick, redessiner) et de la prise en main, grâce à un grip dont le design a été revu ; quant au mode de prise de vue multiple, il sera intéressant de scruter les fichiers Raw (dès que nous pourrons ouvrir les ARW de 125 Mo issus de l’A7R IV) résultant d’un assemblage de seize vue, pour une définition de 240 Mpxl . Si les résultats sont probants, ce serait une pierre envoyée dans le jardin de Fujifilm et son moyen-format de 100 Mpxl, le GFX100 : il y a toutes les raisons de le penser, en espérant que le traitement de l’image soit à la hauteur, car le capteur offre le même pouvoir séparateur que celui du GFX100 ; la cadence de 10 im/s impressionne également, étant donné la définition de 61 Mpxl, et positionne l’A7R Mark IV devant ses principaux rivaux, les Lumix S1R et Nikon Z7 ; enfin, le soin apporté à la construction, avec une robustesse accrue, va dans le bon sens, d’autant que la compacité de la série A7 est préservée.

JPEG - 383 ko
La stabilisation intégrée est appréciable pour prendre ce genre de photo à main levée.
Sony A7R IV – FE 16-35 mm f/2,8 G Master – 24 mm – 0,4s – f/22 – 100 Iso
Photo BF

Les déceptions se situent principalement dans le domaine de la vidéo. Sony laisse pour l’instant le champ libre aux Lumix S, en ne proposant ni de mode 50 im/s en 4K UHD, ni la possibilité de tourner en 10 bits (avec ou sans enregistreur externe). Malgré la présence des profils S-Log3 et S-Log2, ainsi que la pléthore de réglages nichés dans les menus, les puristes attendront le renouvellement de l’A7S II, sorti en septembre 2015… En revanche, l’A7R Mark IV devient le premier appareil de la série à être entièrement compatible avec le nouveau micro numérique ECM-B1M (nous allons revenir sur cet accessoire, exempt de câble et qui combine micros omnidirectionnel, cardioïde et canon en un seul modèle, dans un autre article), via une nouvelle griffe porte-accessoire multi-interface.

JPEG - 211.2 ko
La griffe porte-flash est compatible avec le nouveau micro numérique ECM-B1M. Photo BF

L’ergonomie évolue dans le bon sens, mais l’écran LCD gagnerait à être articulé en position verticale. En outre, il serait bienvenu que Sony procède à une refonte des menus internes, loin d’offrir la clarté des Canon EOS, qui demeurent, selon nous, la référence en la matière à l’heure actuelle.

JPEG - 119.4 ko
Le micro ECM-B1M combine trois fonctionnalités en une : omnidirectionnel, cardioïde et canon. Photo BF

L’A7R IV, outre sa très haute définition, n’apporte pas de réelle innovation, là où l’A7R II embarquait un capteur Cmos 24 x 36, et l’A9 un Cmos de structure « empilée ». Alors que nous attendions plutôt un successeur de l’A9 ou de l’A7S II, Sony détrône les EOS 5DS et 5DSR, qui détenait jusqu’ici le record de la définition en 24 x 36 (50 Mpxl), en précisant que le processeur BionZ, à l’œuvre dans les A9 et A7R III, avait déjà été conçu pour une définition de 61 Mpxl. Rien de révolutionnaire donc avec cet A7R IV, mais une démonstration de force, qui atteste de la maturité acquise et de l’avance sur la concurrence par la marque, presque six ans après le lancement des deux premiers A7. La gamme optique en monture E, récemment enrichie de deux longues focales, les 200-600 mm (lire notre prise en main aux 24h du Mans) et 600 mm f/4 FE, ainsi que du 35 mm f/1,8 le confirme.

Nous vous donnons d’ores et déjà rendez-vous en septembre, avec, nous l’espérons, un test complet de l’A7R IV (et du 35 mm f/1,8), dans notre numéro 119.

- Le site de Sony

Cet article vous a plu ? Notez le et partagez le sur les réseaux sociaux !



Commenter cet article

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Messages

  • c’est justement le kilo du panasonic qui fait qu’il se vend mal.....
    par ses constantes ameliorations et sa constance dans ses designs, Sony reste plus que jamais au top. Je me réjouis de voir quelles optiques sigma va sortir après son trio un peu décevant dans la mesure où j’attendais des optiques plus compactes...

  • Cette course éffrénée est certes intéressante sur le plan technologique, encore que...
    Malheureusement, tout ceci n’a pas vraiment de sens sauf pour ceux qui voudront briller en société !

  • 61 Mpix avec une optique à 2500 boules ! Ah je comprends mieux pourquoi HCB, Brassaï et Doisneau faisaient de si mauvaises photos !

  • On a dit la même chose quand Canon est passé de 12 mpx avec le 450D à 18 mpx avec le 550D.
    Ce n’est même plus un combat d’arrière-garde, c’est juste devenu un nom-sujet avec le temps.

  • Les points réellement intéressants de ce nouveau boitier sont :
    1) L’arrivée d’un viseur décent (enfin ... celui des précédents modèles était vraiment lamentable).
    2) L’amélioration de l’ergonomie (poignée et joystick).
    3) Le renforcement de la protection du boitier.

    L’augmentation de nombre de pixels est à peu près sans intérêt : les 36 Mpx de mon boitier permettent déjà de faire des A2 "aux petits oignons". Le nombre d’utilisateurs qui tirent plus grand est très limité, même pour une expo.

    Sony procède par petites touches comme d’habitude et améliore son produit de façon régulière pour tenir compte des dernières nouveautés du marché : très bien, cela va booster un peu la concurrence et limiter l’inflation des prix observée ces derniers temps.

  • Dire que les premiers acquéreurs du système se sont fait rouler... Quelle honte

  • @6, non pas nécessairement : je crois qu’une majorité des premiers acheteurs des A7 SONY voulaient un produit différent et plus compact que les reflex.
    De ce point de vue là, rien à dire (par contre coté technique et ergonomie, j’ai toujours trouvé que ces boîtiers étaient vraiment inutilisables :-) ).

  • @6
    ceux qui se sont fait rouler, c’est ceux qui ont acheté un Canon RP. Raison pour laquelle les-ventes de cet appareil ont chuté terriblement peu de temps après sa sortie....
    quant aux pixels, il ne faut pas voir uniquement l’arbre qui cache la forêt : il y a bien d’autres nouveautés sur ce boîtier . Et pour ceux qui en veulent moins, il y a le choix : le 7s II et le 7iii . Qui peut en dire autant ?

  • Super produit, je m’en sers pour faire des photos de mes voyages quand je pars en camping et c’est un super appareil.
    J’ai fait pas mal de photo que j’ai mise sur mon blog de voyage, vous pouvez aller les voir le rendu est super.

    Thomas

  • Chouette des photos de camping avec un Sony à plusieurs boules...
    On arrête plus le progrès :)

  • @9 :
    Comment peut on faire des photos avec un appareil annoncé disponible en magasin le mois prochain seulement ?
    Votre invitation à consulter votre blog est fort sympathique, mais ça ne serait pas plus facile avec un lien ou une adresse ?

  • @8 Merci de développer cette affirmation : « Ceux qui se sont fait rouler, c’est ceux qui ont acheté un Canon RP »

  • Régulièrement , je regarde de nombreuses images prises avec différents types ( et marques ) de matos , y compris , évidemment , du très " haut de gamme " . Eh bien il me semble que les photos issues des Sony 7 R ( II ou III ) sont parmi les plus " abouties " , comparées à celles d ’ autres boitiers Canon ( ex : 5DsR ) ou Nikon ( ex : 5D ) ...
    Mais peut - être ai - je la berlue ???
    Ceci dit , 61 mpx ... mwouais ... on peut discuter , en effet !