Tout savoir pour réaliser, optimiser et diffuser ses photos

Sony A7S II : 4K intégrée et stabilisation

11/09/2015 | Benjamin Favier

En toute logique, Sony procède au renouvellement de son hybride plein format de 12 Mpxl, en le dotant d’une stabilisation au niveau du capteur, au même titre que les A7 II et A7R II. Et cette fois, le tournage en UHD est assuré en interne…

Présentation

Décidément, Sony ne lâche pas la bride sur sa gamme Alpha 7. À la fin de l’année dernière, elle intègre la stabilisation dans l’A7 II. Puis dans l’A7R II, peu avant l’été. Elle profite de l’International Broadcasting Convention, grand salon européen dédié à l’audiovisuel, qui se déroule jusqu’au 15 septembre à Amsterdam, pour procéder de la sorte sur le troisième membre de la famille A7 : le plus sensible et le plus orienté vers la vidéo, l’A7S.

JPEG - 211.2 ko
Le design de la molette arrière a été revu, tandis que celui de la roue codeuse est inchangé. La touche C3 apparaît à la place de la C2, qui passe sur le dessus.

L’A7S II a donc droit au système de stabilisation sur cinq axes déjà vu sur ses deux grands frères. Il fonctionne avec toutes les optiques montées, qu’elles soient conçues par Sony, Zeiss ou une autre marque. Cette arrivée entraîne une nette augmentation du poids, l’A7S II pesant 627 g (contre 489 g) et un léger embonpoint, avec une épaisseur de 60,3 mm, soit environ 12 mm de plus que son prédécesseur. Contrairement à l’A7R II, l’A7S II n’hérite pas d’un capteur rétro-éclairé. On retrouve le Cmos Exmor de 12 Mpxl, sensible jusqu’à 409 600 Iso, qui a déjà fait ses preuves sur l’A7S.

JPEG - 282.2 ko
L’obturateur de l’A7S II.

L’autre principale nouveauté est bien le tournage en UHD, à 30 im/s, sans passer par un enregistreur externe : l’A7S filme aussi en 4K, mais à condition de passer par la sortie HDMI. Cette évolution n’est pas une surprise, puisque l’A7R II le permet également. Les vidéastes se réjouiront de cette avancée, d’autant que l’on peut exploiter toute la largeur du capteur, contrairement aux GH4/GH4R par exemple… Un recadrage équivalent au format Super 35 mm, en 4K comme en Full HD, est aussi proposé. En revanche, toujours pas d’enregistrement DCI au programme, seul l’UHD est disponible.

À souligner également, le filmage à 120 im/s, avec un débit de 100 Mb/s, en 1080p. L’A7S II est le seul de la gamme Alpha 7 à le proposer. On note également l’intégration de nouveaux profils vidéos dont le gamma S-Log3 qui offrirait une dynamique de 14 IL ; le profil S-Gamut/S-Log2 est désormais pris en charge.

JPEG - 158 ko
Désormais, deux touches paramétrables cohabitent sur le dessus (C1 et C2). Le design de la poignée, plus proéminente, a été revu.

Parmi les autres fonctionnalités vidéo, signalons Gamma Display Assist, qui sert à vérifier le rendu tonal pendant la captation de vidéos S-Log, et une fonction Zebra optimisée, pour mieux contrôler l’exposition. Tout cela en plus du focus peaking. Et bien sûr la sortie casque, l’entrée micro (enregistrement du son stéréo avec le micro interne) et le port HDMI pour tourner sans compression en 4:2:2 sur 8 bits sont de la partie. La définition de l’écran LCD de 3 pouces, toujours orientable sur un plan vertical, profitera aussi aux vidéastes : elle passe de 921 kpts à 1,22 Mpts. En revanche, toujours pas de fonction tactile en vue…

JPEG - 296.5 ko
Le sigle T* indique que le verre de visée bénéficie d’un revêtement signé Zeiss, destiné à réduire les reflets.

Le viseur Oled évolue aussi. Sa définition demeure inchangée à 2,36 Mpts, mais le grossissement passe de 0,71x à 0,78x. Quant à l’autofocus, il devrait gagner en réactivité : le système à détection de contraste repose désormais sur 169 collimateurs. L’ergonomie et la prise en main devraient changer par rapport au précédent modèle, dans la lignée de l’A7 II par rapport à l’A7. Nous vous en diront plus lors de notre test. Enfin, petit événement, le boîtier est fourni avec un chargeur et deux accus.

Il faudra pour cela attendre le mois de novembre. L’A7S II sera proposé à 3 400 € nu. Actuellement, l’A7S coûte 2 399 € et reste au catalogue.

- Le site de Sony

Fiche technique

  • Capteur : Cmos Exmor 23,8 x 35,6 mm, 12 Mpxl
  • Protection du boîtier : poussière et humidité
  • Stabilisateur : Oui sur cinq axes
  • Anti-poussière : Oui
  • GPS : -
  • WiFi : Transfert de fichiers, contrôle à distance, applications PlayMemories
  • Définition : [3/2] 4 240 x 2 832 pxl
  • Vidéo : UHD 4K à 24, 25, 30 im/s ; HD 1080p à 24, 25, 30, 50, 60 ou 120 im/s, H.264
  • Micro : Stéréo
  • Sensibilité : Auto, 100-102 400 Iso, extension à 409 600 Iso
  • Formats de fichiers : Jpeg, Raw (ARW), MP4/XAVC S
  • Espace de couleurs : sRGB, Adobe RGB
  • Monture : Sony E
  • Autofocus : Détection de contraste sur 169 collimateurs, sensible jusqu’à -4 IL (100 Iso)
  • Mise au point : Simple, continue, retouche manuelle, manuelle
  • Mode d’exposition : Auto, PASM, scènes, panorama, vidéo, personnalisé (3)
  • Mesure de l’exposition : 1 200 zones
  • Type de mesure : Multizone, pondérée centrale, spot
  • Vitesse : 1/8 000 s à 30 sec, pose B
  • Rafale : 2,5 im/s, 5 im/s sans AF
  • Flash intégré : -
  • Viseur : Oled 2,36 Mpts, 0,78x, dégagement oculaire 23 mm
  • Moniteur : LCD 3", 1,22 Mpts, orientable verticalement
  • Ecran LCD de contrôle : -
  • Stockage : MS Duo ou SD (compatible UHS-I)
  • Connectique : USB 2, HDMI (UHD), prise flash et accessoires (compatible adaptateur XLR), module WiFi, entrée micro stéréo, sortie casque
  • Alimentation : Accu Li-Ion NP-FW50 (7,2 V, 1 020 mAh), 310 photos
  • Dimensions : 126,9 x 95,7 x 60,3 mm
  • Poids : 627 g (avec batterie et carte)

Cet article vous a plu ? Notez le et partagez le sur les réseaux sociaux !



Commenter cet article

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Messages

  • J’espère que Sony n’oubliera pas de continuer à développer des boitiers à l’image du premier a7 : léger et plus petit. L’ajout de la stab a fait prendre en moyenne 150-200g. Si un jour Sony passe a des batteries plus grosses, on va encore prendre du poids. Bref, cela serait dommage de se retrouver à quelque chose aussi lourd qu’un reflex.

  • Ce que vous dites est assez amusant car un boîtier léger se porte avec des objectifs ...légers.
    Problème : Sony veut faire des objectifs "ambitieux" donc nécessairement lourds. On tourne en rond !
    En fait, Sony cherche à vous faire comprendre qu’on ne peut pas faire du 24x36 "light" à moins de faire des optiques peu ambitieuses (comprendre moins lumineuses).
    Le fait de raccourcir le tirage mécanique des optiques (18mm au lieu de 44mm pour les reflex Canon) ne permet pas de gains de poids significatifs sur les GA avec cette technologie de capteurs.
    De plus, la course aux perfs optiques conduit bien souvent à un alourdissement des objectifs.

  • J’aimerais faire remarquer que techniquement, produire des batteries de meilleure capacité n’entraîne pas forcément une augmentation de volume à ce point là. Pour rappel, les "petites" batteries équipant les compacts Casio permettaient de faire entre 600 et 750 prises de vue. Je sais qu’aujourdhui l’electronique est plus exigeante mais comment expliquer qu’en Inde, les ingénieurs sont parvenus à produire des batteries similaires aux autres qui équipent les smart phones et qui parviennent à tenir quinze jours ?

  • @1,2
    Ce ne sont malheureusement pas les seuls,problèmes, le.principal étant le raw pas tout à fait raw !
    Le seul moment où chez Sony il y a une parfaite adéquation, c’est dans les tarifs : quasi mille euros pour un 35 MM qui ouvre à f2,8, bigre ! Sony est assis entre deux chaises : d’une part, il.propose des optiques "haut de gamme" griffées zeiss donc à la fois chères, souvent encombrantes et lourdes, d’autre part, il.propose des plus "légères" mais de qualité discutable. Là est l’autre gros problème de Sony.

  • A la lecture d’éminentes "Mme Irma" telles que "Eric P" et "@1,2" ; on comprend mieux pourquoi ce produit, voire le système complet sont voués à l’échec !
    La vente de la division photo de Sony serait d’ailleurs prévue prochainement pour 1€ symbolique ; voire moins si pas d’acheteur ...

    Il doit exister un paquet d’abrutis pour continuer de switcher vers ces A7 de conception aberrante (ou de compléter leur matériel réflex) et en plus de venir s’en vanter sur différents forums...

    (Entendons nous bien, les hybrides 24x36 n’ont pour l’instant pas vocation à venir remplacer certains reflex qui conservent encore quelques avantages dans des domaines bien spécifiques dont le plus important est la réactivité et la précision de l’AF sur sujet mobile. Pour le reste...

  • @Thierry

    N’exagérez pas tant que ça !
    Je n’ai pas voué le système E aux gémonies.
    C’est potentiellement le système de caméras le plus dangereux pour Canikon à plus ou moins long terme (marché pros/experts).

    Pour autant, il est impossible de ne pas pointer les faiblesses de Sony sur certains points :

    - Faiblesses des accus (qui peuvent être résolues grâce à une hypothétique nouvelle techno mais quand ?)
    - Rafales ridicules pour un modèle de ce tarif (2.5 i/s avec AF, c’est moins qu’un modèle d’entrée de gamme chez Canikon)
    - Gamme optique largement inférieure à la concurrence ; bien sûr on me dira qu’il y a les bagues...
    - La monture "courte" permet effectivement des gains sur les GA/zooms GA : 100/150g.Pas suffisant amha pour draguer la clientèle Canikon. Les téléobjectifs sont...plus longs et plus lourds qu’en reflex.
    - Pas de MAP manuelle à prise directe (exception faite du 35/1.4 Zeiss FE )
    - Tarifs des boîtiers & optiques pas vraiment démocratiques...
    - Les boîtiers ont pris de l’enbonpoint pour loger la stabilisation capteur ; un A7 II pèse 600g Vs 760g pour un 6D accessoirement moins cher...

    Malgré tout, je suis prêt à reconnaître qu’ils ont beaucoup progressé, que leurs capteurs sont les meilleurs du marché
    et qu’ils ont des optiques dont on commence à parler chez Canikon (C’était pas vraiment le cas avec les E-APSC).
    Enfin, le système AF est indiscutablement plus précis (pas besoin de microréglages).

    Les PDM sont ce qu’elles sont : 25% en faveur du mirrorless. La peau de l’ours reflex n’est donc pas encore morte, contrairement aux rêves de certains acteurs du mirrorless (Samsung par exemple..).

    Accessoirement, quand je regarde les derniers "jouets optiques" de Canon, je me dis que Canon vendra chèrement sa peau de leader sur le marché photo et particulièrement le marché pro. À bon entendeur...