Tout savoir pour réaliser, optimiser et diffuser ses photos

Sony FE 12-24 mm f/2,8 GM : toujours plus grand-angle

07/07/2020 | Benjamin Favier

Ce zoom grand-angle appartient à la famille G Master, parmi les optique en monture E couvrant le format 24 x 36.

Présentation

Des optiques grand-angle en monture E pour le plein format, ouvrant à f/2,8, il en existe déjà quelques-unes. Chez Sony, on trouve le FE 16-35 mm f/2,8 GM. Et plus récemment, Sigma a sorti un 14-24 mm f/2,8 DG DN Art, tandis que Tamron a dégainé un 17-28 mm f/2,8 Di III, tous deux offrant un excellent rapport qualité-prix (lire les tests dans notre hors-série consacré aux optiques). Avec ce FE 12-24 mm f/2,8 G Master, Sony va encore un peu plus loin.

La marque n’égale pas le Canon EF 11-24 mm f/4L USM, mais ce dernier est moins lumineux. Sony propose en revanche une plage de focale équivalente au Sigma 12-24 mm f/4 DG HSM Art, sorti il y a quatre ans en montures reflex. Et au FE 12-24 mm f/4 dévoilé en 2017. Cette version f/2,8 dédiée à la monture E est plus lumineuse et demeure assez légère : « seulement » 847 g. Pare-soleil inclus, puisqu’il est inamovible. Un compartiment est prévu à l’arrière de l’optique pour insérer des filtres gélatines ; un gabarit est fourni pour découper des gélatines à la bonne taille.

Ce modèle bénéficie d’une construction robuste, agrémentée de plusieurs joints d’étanchéité. La formule optique comporte dix-sept éléments répartis en quatorze groupes. À noter la présence de trois verres XA (extrême asphérique). Nous avons déjà vu ce type de verre, dont l’état de surface présente des irrégularités de 0,01 µm pour améliorer le bokeh, sur des modèles G Master, dont le 600 mm f/4 GM OSS récemment.

On trouve par ailleurs un élément asphérique, trois ED et deux Super ED. Un verre asphérique figure également au menu, tandis que le traitement Nano AR Coating II a été conçu spécialement pour cette optique, à la lentille frontale particulièrement bombée, afin d’éliminer les phénomènes de flare et images fantômes.

La distance minimale de mise au point est de 28 cm à toutes les focales. Le diaphragme, circulaire, compte neuf lamelles. Le système de motorisation repose sur quatre moteurs linéaires XD, pour optimiser le suivi avec les A9/A9 Mark II à 20 im/s. Un bouton personnalisable figure sur le fût. La disponibilité est prévue pour le mois d’août au prix de 3300 €.

- Le site de Sony

Fiche technique

  • Prix : 3300 €
  • Type : Zoom 24 x 36
  • Monture : Sony FE
  • Focales : 12-24 mm
  • Ouverture maximale : f/2,8
  • Ouverture minimale : NC
  • Construction optique : 17 lentilles en 14 groupes
  • Protection : oui
  • Zooming : Mécanique
  • Motorisation : Oui
  • Stabilisation : -
  • Diaphragme : 9 lamelles
  • Distance minimale de mise au point : 28 cm
  • Pare-soleil : intégré
  • Diamètre de la lentille frontale : -
  • Dimensions (L x ø) : 137 x 97,6 mm
  • Poids : 847 g

Cet article vous a plu ? Notez le et partagez le sur les réseaux sociaux !



Commenter cet article

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Messages

  • Mais il est BEAUCOUP plus cher que le Sigma.
    Le commentaire lu ci-dessus "vraiment pas cher" me laisse perplexe car on parle de 3300 euros :/

  • @3 : Bon, il faut que je m’explique, c’est à prendre au 10ème degré... :)
    En effet je trouve les prix du matos photo de plus en plus délirant. Mais qui peut se payer cet objo, surtout en ce moment ?

  • Il est sûr, qu’avec des tarifs pareils, tout le monde va se ruer sur le 24x36... Ou pas !
    Nous ne sommes même plus dans le délirant, c’est au-delà.
     :)

  • Il n’est pas facile de détecter l’ironie en une très courte phrase :)

  • Ce zoom est effectivement extrêmement cher, les 2 mm supplémentaires par rapport à un 14-24 mm se payent au prix fort (même en tenant compte de la technologie et d’une augmentation moyenne d’environ 20-30 % sur les produits photo depuis les 2 dernière années).

    C’est le consommateur qui va trancher de toute façon : la focale de 12 mm est vraiment très spécifique et la différence pratique avec le 14 mm est très modérée ... et puis il y a aussi le marché de l’occasion et les fabricants indépendants.

  • @6 : C’est vrai, désolé, j’aurai dû mettre un smiley. En même temps, cela a provoqué un mini-débat plutôt cool.

    @8 : 2mm, c’est, quand cela est possible ce qui n’est pas toujours le cas, peut-être un ou deux pas en arrière... :)..et quelques économies.

  • Pas donné, certes, mais le Canon 11-24 n’ouvre qu’à f/4 et est déjà autour des 3000 €.
    Donc, le même en f/2,8, sachant que c’est un prix de sortie, ce n’est proportionnellement pas si cher que ça.
    (même si ça reste inaccessible pour l’amateur lambda que je suis).

  • Le 12-24/2,8 GM FE est la vitrine technologique de la marque Sony et le nec-plus-ultra des zooms GA professionnels. C’est le premier 12-24/2,8 jamais commercialisé et il intègre les dernières technologies qui ont permis ce résultat :

    *Une lentille asphérique de grand diamètre (j’ai évalué son diamètre à 79mm), une technologie qui n’est maîtrisée que par un très petit nombre d’opticiens sur la planète (Sigma et Canon sont les 2 autres) et avec une précision à priori supérieure à celle de la concurrence (Sony revendique une précision de 10 nm sur ses asphériques "XA")

    *Un total de 4 lentilles asphériques dont 2 "XA" et éventuellement des lentilles asphériques "double faces",
    plus difficile à réaliser (Je soupçonne fortement la première lentille d’être dans cette catégorie)

    *Deux lentilles SED et 3 ED (qu’on pourrait considérer comme équivalentes à 7 lentilles ED !)

    *Une formule optique à 17 lentilles et des traitements antireflets spéciaux.

    LA HAUTE TECHNOLOGIE A UN PRIX ET L’EXCLUSIVITÉ DU PRODUIT PERMET À SONY DE FAIRE DE LA SURENCHÈRE...MODÉRÉE !
    Contrairement à ce que disent certains intervenants, et au risque de "choquer" les "gilets jaunes" de la photographie, ce produit n’est pas "cher".
    C’est le créneau tarifaire généralement constaté pour ce type de produit aussi bien chez Canon que Nikon.

    *Je rappelle que le 16-35/2,8 L EF de 2001 était officiellement proposé 2439 € en 2001 (donc 2946 € d’aujourd’hui avec une inflation supposée de 1% par an).

    *Je rappelle que le 17-35/2,8 AFS Nikkor de 1999 a été proposé 2211 € à l’époque
    (2725 € d’aujourd’hui ?).

    *Je rappelle que le Nikkor 14-24/2,8 AFS était proposé 280.000 JPY HT en 2007.

    *Je rappelle que le 11-24/4 L EF Canon a été proposé en 2015 pour la modique somme de 3199 € (3362 € d’aujourd’hui ?)
    (Une lentille asphérique de 87mm de diamètre, ça douille !)

    ALORS POURQUOI LES OBJECTIFS SIGMA SONT MOINS CHERS ???
    Tout simplement parce que Sigma distribue ces produits sur toutes les montures et que son système administratif est beaucoup plus réduit que les "grandes marques" !
    Par ailleurs, si le 14-24/2,8 DG DN est nettement moins cher, c’est aussi parce qu’il n’offre pas la focale "12mm". Un détail pour beaucoup de photographes mais pas les fanatiques des UGA (dont je fais partie !), prêts à vendre leur mère pour gagner 2 mm.
    Ce zoom trouvera donc facilement sa clientèle et, si ce n’est pas le cas, les SP pousseront Sony a des ambitions plus réalistes !
    (Le 11-24 L a perdu...presque rien de sa valeur initiale car produit EXCLUSIF : Personne n’est capable de produire un 11-24 en dehors de Canon !).

    Moi, ce que j’appelle un produit "cher", c’est un objectif qui coûte le prix d’une voiture.
    En 1976, Nikon a proposé le fameux 13/5,6 pour Nikon F qui coûtait 40.000 Frs de l’époque (environ 30.000 € d’aujourd’hui selon certaines estimations !).
    À côté,le Sony fait figure d’objectif pour les pauvres !

    Au bout du compte, Sony parvient à réaliser une optique pratiquement "parfaite" sur tout le range
    (pas de distorsion apparente, une image homogène sur tout le range dès la PO ET à très haute définition jusque dans les coins, pas d’AC visibles sur les samples réalisés au A7 R IV, le test le plus "mortel" qui soit) ET qui est relativement léger (847g, soit 49g de plus que le Sigma 14-24/2,8DG DN, une misère)....alors qu’on s’attendait à voir un zoom pesant 1000-1200 g compte tenu de ce que Fuji a pondu il y a 2 ans (Le 8-16/2,8 XF peut être considéré comme un 12-24/2,8 à l’échelle 2:3).

    *Il remet en place la concurrence sur les zooms GA f/2,8 en offrant 2mm de moins que
    le futur 14-24/2,8 Nikkor S,également 2mm de moins que le Sigma 14-24/2,8 DG DN, 3mm de moins que le 15-35/2,8 LIS RF Canon (mais fait l’impasse sur les focales 28mm et 35mm et la stabilisation optique),
    et 3mm de moins que le Tamron 15-30/2,8 VC USD pour reflex.
    Les autres "concurrents" sont dans les choux !

    Et les petits formats alors ?
    Fuji est humilié pour la Nème fois avec son 8-16/2,8 XF censé être plus léger que le FF mais qui ne rend en fait que ....42g (-5% !)sur le 12-24/2,8 GM FE Sony. Les ingénieurs Fuji doivent se gratter la tête .
    Mais que sont devenus les avantages de l’APSC en matière de poids/encombrement ?

    La situation est encore plus désastreuse en MFT qui n’a jamais été en mesure de proposer une focale inférieure à 7mm (14mm éq. 24x36) depuis la naissance de ce format...(2003) alors que la focale "12mm"
    est disponible en 24x36 depuis 2000-2003 et que cette valeur minimale a encore progressé depuis (on arrive à 9mm !).

  • "personne n’est capable de produire un 11-24"
    Encore faut-il être sûr que la focale de 11mm est bien une focale de 11mm et pas une focale de 11,8 mm par exemple agrandie vers le bas pur des raisons évidentes de marketing.
    Ensuite, quel intérêt 11 ou 12 mm ? IL est évident que les ingénieurs doivent calculer un ratio poids-encombrement/performances/coût de production/prix de vente. Probablement que le choix de 12 mm est la choix le plus rationnel et en tout cas "raisonnable", en tout cas du point de vue de Sony

  • Avant ma migration vers Canon, j’ai travaillé durant quelques années avec le meilleur de chez Nikon.
    Je prétends que Nikon sait réaliser de merveilleuses optiques.
    - J’ai utilisé durant quelques années avec bonheur le 2,8/14-24 en concert au 1er rang de scène comme il se doit durant 10mn en début de show.
    - Aussi sur pied, donc en pause, à 14mm, pour réaliser des intérieurs de résidence. J’ai toujours été surpris agréablement par cette optique magnifique et lorsque j’étais un peu court en focale : qq. vues décalées rassemblées sous merge. Dans les cas extrêmes, mon fish-eye réglait la question, à condition de corriger la distorsion (avec DXO). Un mélange harmonieux et cohérent de clichés entre 10,5 et 14 mm n’a jamais choqué le client.
    Par ailleurs et d’une façon générale, je préfère assembler plusieurs prises à la focale de 35mm afin d’obtenir le meilleur.
    Quant au 5,6/13mm, c’est un prototype, pour un usage bien spécifique, qui a fait marrer toute la planète dans les années 1970...Le savoir faire démontré de Nikon à l’époque.
    Hors concours, donc hors de prix.
    Chacun ses critères, pour moi, un objectif cher est un objectif que l’on aura beaucoup de mal à revendre ou que l’on parviendra difficilement à financer, quant à l’amortir ?

  • @12
    Vous avez réussi à évaluer la focale minimale du 11-24 L à 11,8 mm ?
    Personnellement, j’ai évalué le mien à 11,7mm MAIS la focale diminue lorsqu’on passe de l’infini à 28 cm (Je l’ai évalué à 11,3 mm à la Dmin).
    Quel intérêt ?
    L’intérêt marketing !!!
    C’est toujours plus valorisant de revendiquer une focale de 11mm plutôt que 12mm !
    Pour autant, le travail de Canon n’était qu’une étape intermédiaire !
    Dès 2008 et après s’être fait berner par son principal rival Nikon et son 14-24/2,8 , Canon a discrètement mis le cap
    sur un 10-24 suite à une indiscrétion ayant transpiré sur le net (mais sans donner l’ouverture de ce 10-24 !).
    En 2015, et après 7 ans d’efforts, Canon a mis au point sa technologie de lentille asphérique de grand diamètre
    (en l’occurence 87mm pour le 11-24/4 L EF) et a ainsi légèrement repoussé les limites sur lesquelles butaient les opticiens. Ils se sont donnés 6 ans (éventuellement avec un délais supplémentaire) pour franchir la barre des 10mm
    significative sur le plan marketing (plus qu’un 11-24 évidemment).
    Les dernières nouvelles suggèrent que la commercialisation du 10-24/4 L RF devrait intervenir en 2021 comme prévu.
    Sony n’a pas l’expérience pour pondre un 10-24, ce qui permettra à Canon de conserver l’exclusivité de son produit
    pendant plusieurs années...et conserver sa clientèle.
    Selon un responsable Canon interviewé peu de temps après l’annonce du 8-16/2,8 XF Fuji, un débat a eu lieu au sein de l’entreprise afin de déterminer si l’entreprise devait suivre le chemin de Nikon en étendant le 14-24/2.8 par le bas
    ou bien étendre le range à tout prix à un niveau comparable au 17-40 (donc R env.= 2.35).
    Ils ont tranché le débat en faveur d’un 10-24.
    Les brevets publiés par Canon jusqu’à présent n’ont jamais mentionné de 12-24/2,8 mais toute une série de variantes de 10-24/4 L RF (monture courte, faible BF).
    Donc, le travail de Sony est intéressant, ils ont damé le pion à Nikon (Les mauvaises langues diront que ce n’était pas si difficile !) mais il leur reste maintenant à sortir vraiment un ou plusieurs produits novateurs susceptibles de semer la consternation au sein des photographes pros et passionnés....

  • « J’ATTENDS ENCORE QUE QUELQU’UN VIENNE ME DONNER DES LEÇONS D’OPTIQUE POUR VOIR !
    ESSAYEZ DE M’EN DONNER QU’ON RIGOLE UN PEU !
    EN RÉALITÉ, PERSONNE, JE DIS BIEN PERSONNE, NE M’A JAMAIS DONNÉ DE LEÇON EN MATIÈRE D’OPTIQUE. MANQUERAIT PLUS QUE ÇA ! »
    Signé eric-p, l’optichiant du forum.

Ulule Lemondedelaphoto
CEWE