Tout savoir pour réaliser, optimiser et diffuser ses photos

Sony FE 16-35 GM et 12-24 mm : la gamme s’élargit

17/05/2017 | Benjamin Favier

Moins d’un mois après l’annonce fracassante de l’A9, et dans une moindre mesure du 100-400 mm en monture FE, Sony accroît son offre en matières d’optiques avec deux zooms grand-angle : le 16-35 mm f/2,8 rejoint la série G Master, tandis que le 12-24 mm f/4 marque une incursion accrue vers les focales grand-angulaires.

Présentation

Avec l’A9, Sony entend concurrencer Canon et Nikon sur le marché professionnel. Mais au-delà de l’impressionnante fiche technique du fleuron de la gamme hybride Alpha, le fabricant nippon est parfaitement conscient qu’il doit constituer une gamme optique digne de ce nom pour inciter les photographes pros à franchir le Rubicon. En attendant des longues focales fixes lumineuses, pour faire les yeux doux aux photographes sportifs et animaliers (ils se consoleront avec le 100-400 mm), Sony propose deux zooms grand-angle, les 16-35 mm f/2,8 GM et 12-24 mm f/4.

Il existait déjà un 16-35 mm en monture FE. Mais le modèle en question, signé Zeiss, ouvre « seulement » à f/4. Le nouveau venu, qui appartient à la série G Master, complète les 24-70 mm f/2,8 et 70-200 mm f/2,8 OSS. L’absence de stabilisation optique sera compensée par la stabilisation mécanique des A7 de seconde génération, l’A9 ainsi que l’A6500. Surtout, l’ouverture constante à f/2,8 est appréciée en conditions de faible luminosité. La distance minimale de mise au point est de 28 cm à toutes les focales. Le diaphragme compte onze lamelles. La fabrication robuste (en alliage de magnésium) repose sur des joints d’étanchéité. Il est possible d’utiliser des filtres de 82 mm. Volumineux, le 16-35 mm f/2,8 GM mesure 122 mm de long. En revanche, le poids est plutôt raisonnable, à 680 g : rappelons que le modèle équivalent ouvrant à f/4 accuse 518 g sur la balance.

Il sera intéressant de comparer les performances du 12-24 mm f/4 à celles du modèle Sigma Art, compatible avec les boîtiers Sony Alpha hybrides, via la bague MC11. Mais pour ce qui est du ratio poids/compacité, ce nouveau modèle Sony séduit, puisqu’il est presque deux fois moins lourd que le zoom ultra grand-angle Sigma : soit 565 g contre 1150 g. La distance minimale de mise au point, de 28 cm, est légèrement en retrait par rapport au Sigma Art (24 cm). Le diaphragme compte sept lamelles. La construction s’annonce ambitieuse, avec le renfort de joints d’étanchéité et un fût en alliage de magnésium. Le pare-soleil est intégré, il faudra donc investir dans un porte-filtre dédié pour en utiliser.

Le 16-35 mm sera commercialisé en août au prix de 2 700 €. Le 12-24 mm sera disponible en juillet pour 2 000 €.

- Article mis à jour le 17/05/2017 à 20h07 (prix et disponibilité)
- Le site de Sony

Fiche technique FE 16-35 mm

  • Prix : NC
  • Type : Zoom grand-angle 24 x 36
  • Monture : Sony FE
  • Focales : 16-35 mm
  • Focales sur APS-C : 24-52,5 mm
  • Ouverture maximale : f/2,8
  • Ouverture minimale : f/22
  • Construction optique : 16 éléments en 13 groupes (2 extra faible dispersion, trois asphériques, deux XA)
  • Protection : Oui
  • Zooming : Mécanique
  • Motorisation : Oui (piezo)
  • Stabilisation : -
  • Diaphragme : lamelles
  • Distance minimale de mise au point : 28 cm
  • Pare-soleil : fourni (ALC-SH149)
  • Diamètre de la lentille frontale : 82 mm
  • Dimensions (L x ø) : 122 x 89 mm
  • Poids : 680 g

Fiche technique FE 12-24 mm f/4

  • Prix : NC
  • Type : Zoom grand-angle 24 x 36
  • Monture : Sony FE
  • Focales : 14-24 mm
  • Focales sur APS-C : 21-36 mm
  • Ouverture maximale : f/4
  • Ouverture minimale : f/22
  • Construction optique : 17 éléments en 13 groupes (quatre asphériques, un Super ED, trois ED)
  • Protection : Oui
  • Zooming : Mécanique
  • Motorisation : Oui
  • Stabilisation : -
  • Diaphragme : 7 lamelles
  • Distance minimale de mise au point : 28 cm
  • Pare-soleil : intégré
  • Diamètre de la lentille frontale : -
  • Dimensions (L x ø) : 117 x 87 mm
  • Poids : 565 g

Cet article vous a plu ? Notez le et partagez le sur les réseaux sociaux !



Commenter cet article

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Messages

  • Le 12-24 devrait être aux alentours de 1600/1700 euros, pas vraiment la,grosse bonne affaire....

  • Le 14-24/2.8 va finir par devenir une excellente affaire à ce rythme ;o))
    Reste que si les résultats sont là, je suis prêt à casser ma tirelire !

  • Une habitude a prendre, porter l’appareil photo par l’objectif !
    D’ailleurs ils ont oublié des attaches pour une sangle sur ces zooms.

    Ça semble être de belles optiques mais on quitte l’hybride de poche.

  • L’alpha 9 a une autonomie de 480 prises en utilisation EFV. A la cadence de 20i/s , On vide donc sa batterie en 24 secondes !!!
    Ca reste théorique on est d’accord (chauffe du capteur et capacité carte mémoire sont également à prendre en compte). Mais ça donne une idée de la gourmandise de la visée électronique.

  • 200 euros, ça y est Sony pete encore les plombs ......
    a ce prix, bien meilleur choix : fuji xt2 avec 10-24 mm

  • Les seuls avantages des A7 sony,c’est leurs compacités, des zooms aussi gros je revend tout je retourne aux reflexs au moins j’aurais une vraie visée que j’avais perdu à regret

  • Excellente nouvelle.
    Sony complète sa "trilogie professionnelle f/2.8" qui lui faisait défaut pour prétendre rivaliser avec Canikon.
    Il ne reste "plus que" la catégorie des supertélés...
    Sony affirme d’ailleurs qu’elle est en cours de développement.
    À terme, celà donnera donc plus de choix aux professionnels qui en étaient pratiquement réduits à l’alternative binaire Canikon.
    Sony va-t-il réussir le pari de s’imposer sur ce marché difficile ?
    C’est pas gagné d’avance.
    Si le mirrorless permet des avancées indiscutables sur le reflex, il garde toujours un certain nombre d’inconvénients (visée EVF perfectible sur certains points, autonomie des batteries, motorisation AF sans
    véritable MAP manuelle-gare à la panne d’AF- exposition accrue du capteur aux poussières,etc...)
    Et puis il y a la qualité des optiques.
    Si Sony a fait beaucoup de progrès sur les focales fixes, les choses sont moins claires en ce qui concerne les zooms :
    Le 70-200/2.8 GM n’a pas convaincu tout le monde et, personnellement, je reste sur ma faim en lisant les résultats des tests de LMDP ou des samples publiés un peu partout (DPR en particulier).
    Le 24-70/2.8 GM ne fait pas mieux que le modèle Canon équivalent.
    Le 16-35/2.8 GM est apparemment assez réussi à priori en regardant les premiers samples.
    J’attends de voir les tests néanmoins.
    Le 12-24/4 FE est plus léger et compact que le Sigma mais il est moins bon au niveau des performances optiques à voir les premiers samples. Il n’y a pas de secret ; si vous renoncez à certains choix techniques
    (Canon /Sigma /Nikon ont délibérément choisi une lentille frontale large pour leur zoom GA "high end"),
    eh bien vous en payez le prix au niveau des performances optiques.
    Les premiers samples du 12-24/4 FE laissent apparaître , semble-t-il de la courbure de champ dans les coins.
    Les tests nous en diront plus...

    Le prix du 12-24/4 FE est sensiblement plus élevé que celui du 12-24/4 DG Art Sigma
    alors qu’il est moins bon ! La clientèle va tiquer ...

    Et puis Sony a un retard énorme sur certaines technologies optiques qu’on ne trouve que chez Canon :

    *Pas de traitement ACS antireflets qui fait merveille chez Canon
    *Pas de BR qui risque de donner un avantage "stratégique" à Canon sur sa prochaine génération
    de "grands blancs"
    *Pas de DO quand Canon accumule les brevets sur cette technologie et la perfectionne année après année.
    *Pas de lentille frontale asphérique de grand diamètre (comme chez Canon ou Sigma voire Nikon s’ils se réveillent cette année...)
    *Pas de vraie MAP manuelle sur laquelle "certains" professionnels sont plutôt sourcilleux...
    *Pas d’optique réellement originale dans la gamme FE hormis un 10/5.6 provenant d’un indépendant (Cosina)
    et quelques initiatives de Zeiss (Un 135/2.8 de compétition THD ! ).

    En gros , Sony se contente de "repomper" la gamme pro Canikon. Pas sûr que celà soit suffisant pour séduire la clientèle...

    En résumé, les efforts réalisés par Sony pour rivaliser avec canikon au cours des 4 dernières années sont impressionnants mais il reste beaucoup à faire.

    Un des hauts responsables de canon a d’ailleurs récemment déclaré qu’il ne s’attendait pas à voir un bouleversement dans le choix des photographes pros d’ici les JO de Tokyo en 2020...

  • @7
    d’autant que les rumeurs se font de plus en plus insistantes sur la sortie en 2018 d’un Mirrorrless FF Canon, si cela se vérifie, ça promet...