Tout savoir pour réaliser, optimiser et diffuser ses photos

Sony FE 200-600 mm f/5,6-6,3 G OSS : Spécial Safari

11/06/2019 | Jean-Marie Sépulchre

Depuis quelques années la catégorie des « superzooms » s’est imposée en longues focales pour 24 × 36, avec des modèles de haute qualité dont le talon d’Achille est la faible luminosité mais dont le tarif attractif a forgé le succès. Sony présente le premier spécialement conçu pour un appareil sans miroir.

Présentation

Les modèles pour reflex Tamron et Sigma ont popularisé les objectifs 150-600 mm f /5-6,3 et Nikon a présenté ensuite un 200-500 mm f/5,6. Le nouveau zoom Sony FE est un 200-600 mm f/5,6-6,3 qui se situe dans une tranche tarifaire supérieure, puisqu’il sera proposé à 2 100 € en septembre 2019, et dans un premier temps on pourrait regretter qu’il ne soit pas lui aussi à ouverture constante. Mais cette variation d’ouverture de 1/3 d’IL entre la plus courte et la plus longue focale est peut-être la rançon d’un progrès incontestable dans cette catégorie d’objectifs amateurs experts, qui est l’implantation de la variation de focale interne : l’objectif ne s’allonge pas en montant en focale, d’où un incontestablement un meilleur équilibre pour les prises de vues et la possibilité d’obtenir un zooming très doux et sans à coups. En effet la bague de zooming n’a pas besoin d’être freinée pour éviter que l’objectif ne change de focale quand il est incliné vers le haut ou vers le bas.

JPEG - 113.4 ko
Formule optique

L’objectif est construit de façon très robuste et protégé contre les poussières et l’humidité par une dizaine de joints d’étanchéité, sa formule optique comporte 24 lentilles en 17 groupes, dont 5 verres ED à faible dispersion et une lentille asphérique. Le diaphragme est doté de 11 lames arrondies. L’autofocus est assuré par un moteur linéaire et un stabilisateur interne assure la compatibilité de l’optique avec tout boîtier α sans miroir, même de première génération. Sony annonce sa compatibilité avec le multiplicateur ×1,4 et avec le doubleur, reste qu’il faudra souvent monter dans les hauts ISO si on opère à f/12 pour une focale de 1 200 mm. Il sera peut-être parfois préférable de choisit un boîtier APS ou de sélectionner le crop « Super35 » sur les 24 × 36.

Prise en main

Lors des conférences de presse de présentation il a été possible de faire un premier essai de l’objectif lors d’un match de polo, le changement rapide et doux de focale était très appréciable pour passer d’un plan d’ensemble à un gros plan. Des prises de vues de style safari photo étaient aussi prévues dans un parc animalier, lequel offre d’assez grands espaces aux animaux, d’où un certain regret de l’avoir utilisé sur un α9 dont les cadences de folie n’avaient guère d’utilité en l’espèce et pas sur un α7R III dont la haute définition aurait rendu plus agréable le recadrage type APS.


JPEG - 528.3 ko
Mode safari la variation de focale permet des effets plus variés qu’avec un classique 500 mm de photo animalière. Photos JMS

C’est ce couple que nous conseillerions à un lecteur qui souhaiterait disposer d’un équipement performant et léger pour un safari organisé en Afrique, couplé à un zoom transstandard. L’objectif nous a toujours donné de bonnes photos et l’autofocus a toujours accroché malgré les cahots du véhicule transportant les photographes, pour obtenir un beau bokeh est sera attentif à essayer de se rapprocher un peu du sujet principal, mais quand on est passager d’un véhicule ce n’est pas toujours très facile.

Il sera proposé à un tarif de 2100 € au mois de septembre 2019.

- Le site de Sony

Fiche technique

  • Prix : 2 100 €
  • Type : Zoom longue focale
  • Monture : Sony E
  • Focale : 200 - 600 mm
  • Focale sur APS-C : 300 - 900 mm
  • Ouverture maximale : f/5,6 (200 mm) f/6,3 (600 mm)
  • Ouverture minimale : f/32 (200 mm) f/36 (300 mm)
  • Construction optique : 24 éléments en 17 groupes (1 asph, 5 ED)
  • Protection : Joints contre poussière et humidité
  • Zooming : manuel et interne
  • Motorisation : oui 1 moteur linéaire
  • Stabilisation : oui
  • Diaphragme : 11 lamelles
  • Distance minimale de mise au point : 2, 4 m
  • Pare-soleil : oui
  • Diamètre pour filtres : 95 mm
  • Dimensions (L x ø) : 318 × 111,5 mm
  • Poids : 2 115 g

Cet article vous a plu ? Notez le et partagez le sur les réseaux sociaux !



Commenter cet article

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Messages

  • Cette nouveauté, à priori décevante (plus lourd, plus encombrant et légèrement moins lumineux que les 150-600
    Tamron/ Sigma) est en réalité très intéressante :
    - C’est un zoom à variation de focale interne qui a des inconvénients
    mais aussi des avantages comme le souligne JMS.
    - On peut le considérer comme le successeur du glorieux 150-600/5.6 L FD Canon, premier zoom à variation de focale interne de l’histoire (1982).

    On considère généralement les progrès de l’optique comme "lents". En 37 ans, néanmoins, ceux-ci sont
    bien réels :
    Avec des caractéristiques à peine "dégradées" (pas de focale 150mm en début de range et ouverture légèrement glissante f/5.6-6.3 Vs f/5.6 constant),
    ce nouveau zoom est 34% plus court que son lointain aïeux et 51% plus léger (2115g Vs 4350g) !!!
    Un gain de poids inespéré sur un zoom même si la construction du premier est largement métallique.
    Accessoirement, la MAP mini a été ramenée à 2.4m Vs 3m pour "l’ancêtre" (mais Gmax meilleur chez Canon).
    Le prix n’a également plus rien à voir :
    - Le tarif du 150-600 L était de 8800 € (de l’époque !).
    - le Tamron passe à 2100 € d’aujourd’hui...tout en ayant des perfs optiques meilleures (5 verres ED Vs 3 sur le Canon) , l’AF et la stabilisation optique ! Que demande le peuple ?

  • Au risque de casser l’ambiance je recommande le Nikon P1000 qui va jusqu’à 3000mm … En ce moment, dans mon jardin j’ai une famille hibou moyen duc avec 5 jeunes … je n’ai pas trouvé mieux que ce "ridicule" bridge Nikon pour tirer le portrait des petits à environ 15 - 25 m de distance et souvent lorsque le soleil se couche … et pourtant j’ai essayé beaucoup de solutions "sérieuses" … Olympus OM-D EM-1x avec 300/4 + 1,4x … Canon 5DSr + 50-500 + 1,4x … le même Olympus avec Pana 100-400 + 1,4x … Canon 7Dii + le même bigma … Sony A77ii + 70-400 + 1,4x … la facilité d’utilisation du bridge Nikon emporte largement sur tout le reste … je vais me laisser tenter par le 60-600 Sigma qui sera beaucoup plus facile pour cadrer en partant d’un plan large ...

  • Ce message s’adresse à l’auteur du précédent commentaire. Ce commentaire m’intéresse, et m’intéresserait encore plus s’il était étayé d’images comparatives faites avec le Nikon P1000 et un ou plusieurs autres appareils avec un des 150/600 présentés ci-dessus. Je crois que ces modèles n’ont rien de comparables dans une utilisation habituelle de chasseur d’images. Possiblement le P1000 présente de l’intérêt dans des cas extrêmes, mais ça serait bien de le visualiser les résultats. Merci à vous, si vous en avez la possibilité et le temps d’effectuer ces comparaisons et de nous les présenter.

  • Cet objectif peut-il se monter sur un Sony alfa 77-II ? Merci

  • @4
    Bonjour, l’objectif ne peut se monter que sur les hybrides Sony à tirage mécanique court (sans miroir), soit les séries 6000 APS soit les a 7 et 9, mais pas sur les a 77 ou 99 qui ont un tirage mécanique long car même si le miroir est fixe il est bien là et augmente la distance entre le capteur et l’arrière de l’objectif.

  • Concernant le P1000, je pense que l’auteur du commentaire n’a pas vraiment les memes besoins que les gens qui acheteront ce zoom à 2100€
    Je rappelle juste que le P1000 (très bon appareil au demeurant) a un capteur 1/2.3" soit le même qu’un téléphone portable et une ouverture de f/8 à 3000mm.

  • @André-Sz (m-2)
    Ah, je l’attendais celle-là !
    Votre commentaire est à la limite de l’honnêteté intellectuelle.
    Quand vous comparez votre P1000 avec vos solutions dites "sérieuses" (ce que je conteste formellement !)
    vous oubliez de rappeler quelques faits importants :
    - Votre P1000 doit être placé sur un solide trepied pour être utilisé à 3000mm éq135
    contrairement à une solution de type A7RIII 200-600/5.6-6.3 OSS qui peut être utilisé à main levée.
    - Votre P1000 ne peut pas rivaliser DANS UN CADRE GÉNÉRAL avec des solutions de type DSC + optique conventionnelle, que ce soit
    en 24x36, APSC, MFT voire le 1" du Nikon 1.
    Il pourra rivaliser en revanche avec le Pentax Q...
    - Les solutions "sérieuses" que vous avez évoquées ne sont en réalité ....pas sérieuses.
    Les capteurs de votre comparaison ont un rendement bien inférieur à celui de votre P1000 qui est de type BSI,ce qui se fait de mieux sur le marché (rendement quantique 70%).
    Le capteur de l’olympus est un CMOS honorable mais FSI (rendement Q autour de 50%)
    Quant au rendement du CMOS du 5DsR, ben il est encore moins bon car FSI et sans ADC (rendement quantique autour de 40%).
    Qu’est-ce-que celà implique ?
    C’est que pour compenser le faible rendement de son capteur, le Canon 5DsR doit avoir une optique dont
    la pupille d’entrée est 32% plus grande. La pupille d’entrée de votre P1000 étant de 539/8=67mm, il faudra donc que la pupille d’entrée de l’optique associée au 5Dsr mesure au moins 89mm !
    Les objectifs de comparaison que vous avez cités ont une pupille d’entrée de 75mm (300/4 Zuiko),
    Le bigma, c’est 79mm, le 100-400 Leica-Pana, c’est 63mm. On est donc loin du compte !
    L’autre faiblesse de votre argumentation, c’est d’utiliser des converters pour compenser le handicap de focale
    équivalente avec votre P1000. C’est une "fausse-bonne" idée !
    En plaçant un converter, vous oubliez que celui-ci va introduire des AC qui vont contribuer à dégrader la qualité d’image finale contrairement au P1000 qui est "conçu" pour.

    Comment faire pour obtenir une qualité d’image comparable voire meilleure qu’au P1000 sur un nid de hiboux ?

    Vous prenez un A7R III 200-600/5.6-6.3 (pupille d’entrée de 95mm à f=600mm)SANS CONVERTER et vous recadrez !
    Ça vous laissera un fichier de 1,68 MP à priori très éloigné des 16 MP de votre P1000.
    Ce que Nikon a oublié de vous dire, c’est que le fichier de votre P1000 est laaaaargement suréchantillonné !
    En effet, la limite de diffraction de votre optique est telle que les pixels sont plus petits que la tache de diffraction ! N’importe quel opticien vous dira qu’un capteur de 3.2 MP était suffisant pour restituer les plus fins détails de ce zoom (à 3000mm éq. 135) en supposant que l’optique est "parfaite" (ce dont je doute fortement !).
    Donc, pour ramener votre fichier de 1.68 MP à 16 MP, ben la meilleure solution, c’est d’interpoler le fichier (solution bicubique,etc...). J’avoue que je n’ai jamais essayé (j’ai pas l’usage....)
    ou bien vous devrez vous contenter d’un tirage de dimension limitée (10 cm X 15 cm).

    Autres solutions "sérieuses" possibles (faites chauffer votre carte bleue !) :

    - Un A7 R III + 600/4 G OSS parce que l’optique est meilleure qu’un zoom et elle est plus lumineuse.

    - Un 5dsR + 800/5.6 LIS et en recadrant à 3000 mm éq focale : Vous aurez un fichier de 3.55 MP, donc
    la possibilité de faire un tirage natif 20 cm X 30 cm sans honte.

    - Un nikon d850+800/5.6 VR et un fichier recadré 3,75x qui vous laissera un fichier de 3,2 MP.

    - Attendre la sortie d’un capteur 250 MP (on en a parlé chez Canon en 2015) associé à un 800/5.6 et vous aurez
    votre fichier recadré "3000mm éq focale 135" sans interpolation (Patientez au moins jusqu’en 2023 pour ça !) .

  • @4/5
    on peut mais avec une bague d’adaptation vendue par Sony

  • Les courbes ftm sont réellement impressionnantes. On peut voir des photos spectaculaires sur le site de ken rockwell (qu’on l’apprecie ou pas).
    je ne vois pas en quoi cette optique succède à une optique canon ??
    Que je sache Sony n’a pas fait cette optique pour Canon ? Ou alors faut il comprendre que tout est jugé ici à l’aune des Canon , les seuls au monde à avoir fait et à faire des optiques hors du commun selon le gourou e.p.

  • @9
    En 1982, Canon a été le premier opticien au monde à produire un zoom à "variation de focale interne"(VFI),
    en l’occurence le 150-600/5.6 L FD. Cette combinaison optique a la particularité de permettre la conservation
    de la longueur du zoom quand vous en modifier la focale, contrairement à d’autres zooms télé
    comme les récents 150-600/5-6,3 DG OS S/C Sigma par exemple.

    Comme le souligne JMS, l’avantage du zoom VFI c’est de conserver un centre de gravité à peu près constant
    contrairement aux zooms conventionnels. On conserve également plus facilement la focale choisie lorsqu’on vise un objet vers le haut ou le bas (sauf si le zoom conventionnel est équipé d’un dispositif de blocage de la focale choisie ou en maintenant manuellement la longueur constante du zoom ce qui n’est guère pratique.).

    L’inconvénient du zoom VFI, c’est qu’il est généralement plus long et plus lourd qu’un zoom conventionnel
    à peu près comparable.
    En l’occurence ici le 150-600/5-6.3 DG OS "C" Sigma ne pèse que 1830g "sec" et 260mm de long...

    Il n’était donc pas du tout évident, à priori, qu’un autre opticien puisse réaliser
    un zoom télé de type X-600/5-6.3 "bon marché" en adoptant le principe du VFI et qui soit à la fois "relativement" compact et léger.
    Les zooms VFI les plus courants ont un encombrement généralement comparable à leur focale maximale
    (70-200/2.8, 100-300/4, 300-800/5.6, etc...)
    Il y a toutefois une exception : Le Panasonic 45-175/4-5.6 PZ pour MFT ,sorti en 2011, qui ne mesure
    que 110 mm (tirage mécanique compris) pour une focale maxi de 175mm, soit Ct=0,63, tout à fait remarquable....mais les performances du zoom n’ont pas convaincu grand monde...

    On peut donc dire que le 200-600/5.6-6.3 G OSS Sony est bien l’héritier direct du
    150-600/5.6 L FD Canon (reprise du principe du VFI, focale finale de 600 mm) ainsi
    que du 45-175/4-5,6 PZ Panasonic (zoom VFI à ouverture glissante, utilisation de lentilles asphériques),
    à qui il reprend la compacité en l’améliorant, avec des perfs optiques nettement améliorées...
    Tout celà s’est fait aux dépens de la complexité optique (24 lentilles sur le Sony, 19 sur le Canon et...14 lentilles seulement pour le Panasonic).

    Le fait que je cite d’autres marques que Sony ne préjuge en rien des mérites de Sony.
    Les concepteurs du présent zoom se sont inspirés d’idées introduites par d’autres opticiens en les améliorant.
    Là est le principal mérite de Sony.
    Pour ce qui est de la compatibilité, on ne pourra pas monter un Sony FE sur un boîtier Canon mais on pourra bien monter un objectif Canon sur un Sony...

  • Top commentaires de eric-p les 3 fois.
    Comparaison avec le 150-600L (que j’ai failli acheter d’occasion 1 jour), + P1000.
    Une solution économique pour "remplacer" le P1000, c’est la réflexoscopie, avec un télescope APO + Pentax Q7 ou Nikon1J5 (m43 aussi). Avec un 500 ou 600mm de focale, on obtiendra 2000mm environ(à détailler). Le télescope APO supporte extrêmement bien les TC (3000mm atteints). De nombreux exemples dans le fil "les as de la digiscopie" (dont les miens). Maintenant, "remplacer" n’est pas le bon mot : solide trépied, tête fluide, matériel lourd et encombrant. Tu ne risques pas de partir en balade avec ;)