Tout savoir pour réaliser, optimiser et diffuser ses photos

Sony QX10 et QX100, un nouveau genre d’appareil photo

04/09/2013 | Pascale Brites

À première vue, les deux nouveaux venus ressemblent plutôt à des objectifs qu’à des appareils photo. Leur forme cylindrique, ainsi que l’absence d’écran et de viseur, laissent même un peu dubitatif quant à leur faculté à produire de belles photos, correctement cadrées. C’est juste que les Sony QX ouvrent le chemin d’une nouvelle pratique de la photographie, smartphone à la main.

Présentation


Il suffit de faire le tour des QX10 et QX100 pour constater que les deux dernières créations de Sony possèdent bien tous les attributs d’un appareil photo. Tout d’abord, ils sont équipés de capteurs numériques, un Cmos Exmor R de 1/2,3" et 18 Mpxl pour le QX10, et un Cmos Exmor R de 1" et 20 Mpxl, identique à celui du RX100 II, pour le QX100. Sur chacun, on trouve un commutateur on/off, une commande de motorisation du zoom, un bouton de déclenchement, une prise micro, un pas de vis pour fixer l’appareil à un trépied et un logement pour batterie et carte mémoire au format Micro SD. Si les deux appareils ressemblent beaucoup à des objectifs, c’est qu’ils sont pour l’essentiel composés d’une optique. Le DSC-QX10 possède un zoom 10x stabilisé, équivalent à une plage focale de 25-250 mm en 24x36 avec une ouverture glissante de f/3,3-f/5,9 ; quant au DSC-QX100, il reprend le bloc optique qui équipe le RX100 II, à savoir un zoom Zeiss 3,6x de focales équivalentes 28-100 mm f/1,8-4,9. Il est en plus équipé d’une bague de mise au point manuelle. Contrairement au RX100 II, il est malheureusement dépourvu d’enregistrement au format Raw.

Ce qui distingue essentiellement les QX des autres compacts numériques, c’est l’absence totale de viseur et d’écran. Dotés de connexions Wi-Fi, ils délèguent l’ensemble des fonctions d’affichage et de paramétrage de prise de vue au téléphone portable avec lequel ils communiquent. Ces réglages sont effectués via l’application Sony Play Memories Mobile, disponible sous iOS et sous Android et qui devrait bénéficier sous peu d’une mise à jour. Les photos peuvent être enregistrées sur la seule carte micro SD ou bien être automatiquement dupliquées sur la mémoire du téléphone, tout en choisissant de les redimensionner pour ne pas encombrer inutilement ce périphérique.

En procédant de la sorte, Sony espère offrir une alternative de qualité aux habituels capteurs des smartphones, devenus les principaux appareils photo des jeunes générations, tout en permettant aux utilisateurs des QX10 et QX100 de partager instantanément leurs créations sur les réseaux sociaux. En proposant de dissocier l’écran du module de prise de vue, ces appareils permettront également de varier ses points de vue à loisirs, ou de photographier en toute discrétion, le regard n’étant pas nécessairement porté dans la direction de l’objectif. Photographier avec le module de prise de vue dans une main et l’écran dans une autre n’est cependant pas toujours chose aisée. Sony a donc placé sur ses deux appareils QX10 et QX100 un système d’attache rétractable qui s’ajuste à tous les smartphone. Ainsi, il est possible de fixer l’appareil à son téléphone pour s’en servir comme d’un classique compact avec un écran au dos. Ce dispositif est complété par un système d’attache pour le poignet.

Les deux appareils seront disponibles à la fin du mois de septembre, au prix de 200 € en noir ou en blanc pour le QX10 et 450 € en noir uniquement pour le QX100. Pour le premier, il est permis de trouver le tarif un peu élevé, des compacts à prix comparable proposant parfois des configurations supérieures (le Nikon S6600 par exemple) ; le second est une meilleure affaire, le seul appareil comparable étant évidemment le RX100 II, qui coûte tout de même 300 € de plus.

- Le site de Sony

Fiches techniques

Cyber-shot DSC-QX10


- Capteur : Cmos 1/2,3 pouce, 18,2 Mpxl effectifs
- Définition maximale : [4:3] 4 896 x 3 672 pixels
- Mode vidéo : 1440 x 1080, 30 im/s
- Formats de fichier : Jpeg , MP4
- Optique : 25-250 mm f/3,3-5,9 (éq. 24 x 36) stabilisé
- Sensibilités : 100-12 800 Iso
- Modes d’exposition : iAuto, Programme, Priorité ouverture
- Vitesses : 4 s – 1/1 600 s
- Interfaces : microUSB, NFC/Wi-fi
- Stockage : microSD
- Alimentation : Batterie DC3,6V, autonomie 220 images, 110 minutes
- Poids : 90 g seul, 105g avec batterie et carte mémoire
- Dimensions : 62,4 x 61,8 x 33,3 mm

Cyber-shot DSC-QX100


- Capteur : Cmos 1 pouce, 18,2 Mpxl effectifs
- Définition maximale : [3:2] 5 472 x 3 648 pixels
- Mode vidéo : 1440 x 1080, 30 im/s
- Formats de fichier : Jpeg , MP4
- Optique : Carl Zeiss Vario Sonnar T* 28-100 mm f/1,4-4,9 (éq. 24 x 36) stabilisé
- Sensibilités : 160 à 25 600 Iso
- Modes d’exposition : iAuto, Programme, Priorité ouverture
- Vitesses : 8 s – 1/2 000 s
- Interfaces : microUSB, NFC/Wi-fi
- Stockage : microSD
- Poids : 165 g seul, 179g avec batterie et carte mémoire
- Dimensions : 62,5 x 62,5 x 55,5 mm

Cet article vous a plu ? Notez le et partagez le sur les réseaux sociaux !



Commenter cet article

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Messages

  • Quand on sort un produit atypique comme celui ci, je me pose un peu les questions suivante :
    Dans quel mesure, ca va améliorer ma prise de vue par rapport a ce qu’il existe déjà ?
    Et dans quel situation, cet appareil pourra t’il être meilleur qu’un autre ?

    Pour la première question, si je fais des photos avec un smartphone, c’est parce que je l’ai toujours avec moi et que ce n’est pas encombrant. Alors, si je veux une meilleure qualitée d’image, autant prendre un vrai appareil photo tout en un, l’enconbrement sera pareil mais le tout sera plus ergonomique.

    Pour la deuxième question, j’ai l’impression que là ou cet appareil apportera un plus, c’est la photographie d’espionage (malheureusement avec ces dérives). Un appareil que l’on peut déposer quelque part et piloter à distance sans fil. Pas l’impression qu’il servira toujours pour la bonne cause...

  • Ou, pour qui voudrai jouer au James Bande avec un peu d’espionnage...

  • Ça pourrait aussi être intéressant s’ils fournissaient une librairie pour développer ses propres applications de contrôle et pas uniquement l’appli toute faite du fabricant. Et si on pouvait aussi le contrôler par l’USB et pas uniquement par le wifi.

    Par exemple, j’ai vu une société qui commercialise des drones pour la photo aérienne. Pour la prise de vue, ils mettent un compact entier alors qu’ils n’ont pas vraiment besoin de l’écran. Ce genre de produit pourrait leur permettre d’alléger leur avion. A quand des focales fixes encore plus légères ???

  • bon concept mais l’impossibilité de faire ses propres réglages fait un appareil trop limité. (il faut mettre 450 € avec le QX100 pour avoir un logiciel un peu plus performant mais un appareil avec peu de + pour un prix au double) ( photo au dessus= pas de A pour le QX10 )
    LES - pas de panoramique, pas de réglages manuel (même avec "camera360"), stabilisateur pratiquement inexistant, mauvais macro et très lent même avec un carte interne etc...

    Le seul vrai + est l’autonomie de l’objectif (prendre de la hauteur dans un concert ou Angles pas pratiques et cadrage sur grand écrans (tablette) (en s’adaptant pour un cadrage "dissocier" )
    et un petit + pour la sensibilité la nuit (proche du 0 lumen) qui permet de ne pas se servir d’un flash.