Tout savoir pour réaliser, optimiser et diffuser ses photos

Sony World Photography Awards : les lauréats 2019

19/04/2019 | Sandrine Dippa

Les lauréats des Sony World Photography Awards ont été dévoilés lors d’une cérémonie qui s’est tenue à Londres mercredi dernier. Voici le palmarès.

Douze ans déjà que les Sony World Photography Awards récompensent des photographes professionnels (catégories Still Life,Sport, Portrait, Natural World & Wildlife, Landscape, Documentary, Brief, Architecture, Discovery, Creative) mais aussi les plus jeunes (catégorie Youth), les étudiants (catégorie Student) et ceux de tous bords avec le concours Open ouvert à tous. Les gagnants de cette année sont désormais connus ! Ils ont été dévoilés lors d’une cérémonie officielle qui s’est tenue à Londres il y a tout juste deux jours. Choisi parmi les dix lauréats professionnels, l’Italien Federico Borella remporte le prix de la « Photographe de l’année » avec Five Degrees. Son projet - réalisé à partir d’une étude de l’Université de Berkeley établissant un lien entre l’augmentation des taux de suicide des agriculteurs indiens et le changement climatique -, s’intéresse au sort des hommes de la communauté agricole du Temil Nadu au sud de l’Inde. La série remporte aussi le premier prix de la catégorie « Documentary » et, pour l’occasion, permet à son auteur d’empocher 25 000 $ et du matériel Sony.

JPEG - 224 ko
Photo : © Stephan Zirwes, Allemagne, 1er Prix, Professionnel, Architecture (Concours professionnel), 2019 Sony World Photography Awards
Série : cut outs - pools 2018, la piscine de la leobad dans le sud de l’Allemagne.
En Allemagne, les piscines sont publiques. Elles font partie de la vie sociale et culturelle et sont ouvertes à toutes les classes sociales. Ce sont des lieux où les gens passent beaucoup de temps surtout durant leur enfance, et dont on en garde un bon souvenir. Tout le monde peut se permettre des frais d’entrée peu coûteux. La série a été photographiée avec un drone à quelques mètres de hauteur à peine, en été 2018.
JPEG - 116.2 ko
Photo : © Rebecca Fertinel, Belgique, 1er Prix catégorie Brief (Professionnel), 2019 Sony World Photography Awards
Série : Ubuntu - I Am Because We Are, Demoiselles d’honneur.
En août 2015, la photographe (née en 1991) a été invitée à un mariage par son amie Tracy. Elle a été introduite dans la communauté congolaise de Belgique et au concept bantou « Ubuntu » qui veut que vous ne devenez vraiment humain que lorsque vous êtes connecté à tout et à tout le monde. Le concept d’Ubuntu semble se mêler à la volonté d’appartenir à un groupe et de conserver son identité dans un environnement en mutation. En montrant l’ambiance, mais aussi les moments calmes, j’ai essayé de capturer un événement qui ressemble à une véritable célébration, axé sur la joie et le rituel et non sur la nécessité d’un lieu parfait. Ce projet veut placer le spectateur dans un environnement que nous avons tous connu à un moment que ce soit lors d’un mariage ou d’une fête.
JPEG - 165.2 ko
Photo : © Marinka Masséus, Pays-Bas, 1er prix catégorie Creative (Professionnel), 2019 Sony World Photography Awards
série : Chosen [not] to be
Cette série fait partie de Radical Beauty, un projet photographique international qui vise à donner aux personnes atteintes du syndrome de Down la place qui leur revient dans les arts visuels. Les jeunes femmes avec qui j’ai travaillé partageaient une forte volonté de réussir. Avec Chosen [not] to be, je montre leur réalité - des obstacles qu’elles rencontrent, au refus de la société de voir leurs capacités, à l’invisibilité de leur vraie personnalité - et tente de les traduire. Aux Pays-Bas, les personnes atteintes du syndrome de Down ont rassemblé leurs expériences dans un livre intitulé Zwartboek (Black book). Ils ont offert ce livre au gouvernement afin d’amorcer des changements. La lecture de ces histoires m’a brisé le cœur. Il y a tellement de désinformation. Ces informations erronées mènent à des idées fausses et à des idées préconçues largement répandues qui ont un impact profond sur la vie des personnes atteintes de ce syndrome.

Le concours professionnel a aussi primé Stéphan Zirwes et Cut Outs - Pools (catégorie architecture) sur les piscines allemandes, Rebecca Fertinel et Ubuntu : I am Because We Are (catégorie Brief) pris dans la communauté congolaise de Belgique ; Marinka Masséus et Chosen [not] to be sur la visibilité des personnes atteintes du syndrome de Down (catégorie Creative) ; Jean-Marc Caimi & Valentina Piccinni et leur série Güle Güle réalisée à Istanbul (catégorie Discovery) ; Yan Wang Preston et To the South of the Colourful Clouds (catégorie Landscape) ; Jasper Doest et Meet Bob suivant les aventures d’un flamand rose des Caraïbes ; Álvaro Laiz et The Edge s’intéressant aux Amérindiens (catégorie Portrait) ; Alessandro Grassani et Boxing Against Violence : The Female Boxers Of Goma réalisé en République Démocratique du Congo (catégorie Sport) et le duo formé par Nicolas Gaspardel & Pauline Baert et leur série Yuck (catégorie Nature Morte).

JPEG - 158.5 ko
Photo : © Jean-Marc Caimi et Valentina Piccinni, Italie, 1er prix catégorie Discovery (Professionnel), 2019 Sony World Photography Awards.
Série : Güle Güle
Les mariages en bateau sur le Bosphore sont très populaires parmi les jeunes couples, en particulier pour les immigrants de longue date de classe moyenne classe moyenne venant des pays de l’Est, tels que les Arméniens, les Irakiens et les Afghans.
JPEG - 120.7 ko
Photo : © Yan Wang Preston, Royaume-Uni, 1er prix catégorie Landscape (Professionnel), 2019 Sony World Photography Awards
Serie : To the South of the Colourful Clouds
Un groupe d’arbres plantés enveloppés dans du plastique vert et blanc, se tenant tranquillement au-dessus d’un nouvel étang faisant partie du parc forestier montagneux de Haidong.
JPEG - 128.1 ko
Photo : © Jasper Doest, Netherlands, 1er prix catégorie Natural World & Wildlife (Professionnel), 2019 Sony World Photography Awards
Serie Meet Bob
Bob est un flamant des Caraïbes de l’île néerlandaise de Curaçao. Sa vie a pris une tournure dramatique quand il s’est écrasé dans la fenêtre d’un hôtel, le laissant sérieusement commotionné. Il a été soigné par Odette Doest, vétérinaire locale, qui dirige également un centre de réhabilitation de la faune et une organisation caritative pour la conservation - le Fundashon Dier en Onderwijs Cariben (FDOC). Les séquelles de Bob empêchaient sa libération mais il est devenu ambassadeur du FDOC, qui sensibilise les locaux à l’importance de la protection de la faune sauvage de l’île.

Mais ce n’est pas tout ! L’évènement créé en 2008, fut aussi l’occasion de mettre en lumière les travaux de Christy Lee Rodgers, « Photographe Open de l’année » grâce à sa photo intitulée Harmony issue de la série Muses. Elle remporte 5 000 $. Le « prix Youth de l’année » à consacré Zelle Westfall, 18 ans, originaire des États-Unis pour son image Abuot répondant au thème la « Diversité ». Sergi Villanueva est pour cette édition le Photographe « Student de l’année » avec son projet La Terreta sur la récolte locale de l’orange en Espagne. Nadar Kander, quant à lui, se voit remettre le prix de la Contribution remarquable à la photographie récompensant un photographe éminent.

JPEG - 68.3 ko
Photo : © Álvaro Laiz, Espagne, 1er prix catégorie Portrait (Professionnel), 2019 Sony World Photography Awards
Série : The Edge
Les humains habitent l’Amérique du Nord depuis au moins 16 500 ans depuis leur arrivée dans le détroit de Béring. Les Tchouktches, une tribu paléo-sibérienne du côté russe du détroit de Béring, peuvent être la clé pour comprendre comment l’Amérique était habitée. Dans la culture des Tchouktches, le passé, le présent et l’avenir sont intimement liés. Vous n’êtes pas que vous : vous êtes votre père, votre grand-père et votre arrière-grand-père, de retour au premier chasseur du détroit de Béring. Grâce aux recherches sur la génétique des populations, nous sommes maintenant certains que les premiers chasseurs tchouktches ont laissé leur empreinte génétique chez tous les Amérindiens lors de leur première installation en Amérique des Navajos aux Mayas ; de l’Alaska à la Terre de Feu. The Edge combine cette idée à la fois poétique et puissante de mémoire partagée et de science à travers l’analyse des données génétiques de chaque participant.
JPEG - 133.5 ko
Photo :
© Alessandro Grassani, Italie, 1er prix catégorie Sport (Professionnel), 2019 Sony World Photography Awards
Série Boxing Against Violence : The Female Boxers Of Goma
République Démocratique du Congo. Goma. 29/05/2018. Elysée, 16 ans photographiée dans les rues du centre de Goma, elle fait partie d’un des clubs de boxe officiels de la ville. Elysée a déclaré : « Je pratique la boxe depuis 2 ans. C’est quelque chose qui me donne force et courage pour me défendre et me donne l’impression d’être acceptée partout. Dans cette ville, il y a tellement de violence que vous devez toujours être prêt à agir. Dans cette société il y a des conflits latents, une violence prête à exploser à tout moment. Grâce à la boxe, je me sens prêt à faire face à ces dangers. »
JPEG - 61.2 ko
Photo : © Nicolas Gaspardel et Pauline Baert, France, 1er prix catégorie Nature Morte (Professionnel), 2019 Sony World Photography Awards
Série Tartine Yuck, Tartine à mâcher
Deux choses opposées dans la même image. À première vue, c’est dégoûtant, mais en même temps, la photo a quelque chose d’hypnotique. N’est-ce pas ?
BEURKMAGAZINE photographie chaque jour la nourriture à travers des métaphores aussi poétiques que troublantes. Pour BEURKMAGAZINE, la société est « beurk » dans un univers de culture pop. Notre approche créative est composée d’antithèses. Dali s’amuse à composer des œuvres avec des associations irrationnelles de formes, d’images et d’objets ; Maurizio Cattelan, quant à lui, se concentre sur la subversion des symboles et la provocation ; nous sommes quelque part entre les deux, avec un point de vue plus général que personnel et le désir de donner à la laideur une beauté artificielle. La nourriture est au centre de nos idées, qui sont magnifiées, manipulées et retravaillées pour mettre en valeur notre message. Le ton pop, les plans serrés et surtout les titres font partie de notre signature.

Cette année, 326 997 candidatures de 195 pays ont été reçues par les organisateurs du concours. Les clichés de tous les lauréats sont visibles jusqu’au 6 mai à la Somerset House de Londres ainsi que sur le site de la manifestation. À vos agendas ! Le prochain concours ouvrira le 1er juin.

JPEG - 337.2 ko
Photo : © Christy Lee Rogers, États-Unis, Photographe Open de l’année, 2019 Sony World Photography Awards
JPEG - 209.3 ko
Photo : © Sergi Villanueva, Espagne, Student Photographe ’’Student’’ de l’année, 2019 Sony World Photography Awards
Série La Terreta
JPEG - 110 ko
Photo : © Zelle Westfall, États-Unis, Photographe ’’Youth’’ de l’année, Diversity (2019 Youth competition), 2019 Sony World Photography Awards
JPEG - 327.6 ko
Photo : © Nadav Kander, Chongqing IV (Sunday Picnic), Chongqing Municipality, 2006. Courtesy of Flowers Gallery
Contribution remarquable à la photographie

- Le site des Sony World Photography Awards

Crédit image d’accueil :
© Federico Borella, Italie, Photographe de l’année, Professionnel, Documentaire, 2019 Sony World Photography Awards
Série : Five Degrees
Inde, Tamil Nadu, mai 2018. Rasathi est l’épouse de Selvarasy, un agriculteur qui s’est suicidé en mai 2017 en se pendant dans son propre champ. Il s’était endetté auprès d’une société coopérative. Une étude réalisée par Tamma A. Carleton et publiée par le Proceedings of the National Academy of Sciences (PNAS) a analysé les données climatiques des 47 dernières années et les a comparées au nombre de suicides d’agriculteurs sur la même période. La recherche a conclu que les changements de température survenus depuis les années 1980 ont joué un rôle dans le suicide des agriculteurs.

Cet article vous a plu ? Notez le et partagez le sur les réseaux sociaux !



Commenter cet article

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.