Tout savoir pour réaliser, optimiser et diffuser ses photos

Sony : visée à cinq millions de points

31/05/2018 | Laurent Katz

Comme pour les capteurs, les fabricants de micro-afficheurs, qui équipent les viseurs électroniques, se sont lancés dans une course à la définition et à la vitesse d’affichage aussi. Dernier en date, une minuscule dalle Oled dotée par Sony de plus de cinq millions de points.

Si Leica avec le SL a lancé l’afficheur de quatre millions de points, le Sony A9 étant l’un des derniers en date à offrir ce niveau de précision, il faut s’attendre à ce que la Photokina 2018 dévoile l’usage que l’industrie fera du nouveau micro-afficheur de Sony, sachant que sa production de masse est prévue pour novembre 2018. Sur un Sony de la série Alpha, un hybride plein format Canon ou Nikon, un moyen format ou un Leica ? Ce qui est sûr est qu’une nouvelle étape est franchie.

JPEG - 53.5 ko
Le rendu à gauche du nouvel Oled (1 600 x 1 200), à droite celui de la génération précédente (1 280 x 960).
(doc. Sony)

Ce micro-afficheur, poétiquement appelé ECX339A, de type Oled (contraste – 100 000:1 – et profondeur des noirs assurés) présente une définition UXGA de 1 600 x 1 200 pixels (1,92 Mpxl avec un pas de 6,3 µ). Bien qu’il affiche plus de points, sa consommation électrique comparée au joyeusement nommé ECX337A (lui aussi de type 0,5ʺ – soit 12,6 mm de diagonale –, mais de nature QVGA, soit 1 280 x 960 pixels) n’a pas changé précise Sony. Nativement, il présente une vitesse d’affichage de 120 im/s, valeur qui passe à 240 im/s si la technique Sony d’affichage Dual-line progressive est appliquée. Ce qui est bénéfique à la précision d’affichage des sujets en mouvements. Et qui, lorsqu’il est employé dans un casque de réalité augmentée, accélère la superposition d’objets calculés à l’image réelle de l’environnement.

JPEG - 48.5 ko
La nouvelle structure du point d’affichage.
(doc Sony)

La structure même de l’afficheur a évolué, avec un filtre coloré plus proche de la zone émettrice de lumière (l’Oled, contrairement au LCD, n’a pas besoin de rétroéclairage). Cela sans réduire l’angle de vision malgré la diminution de la taille accordée à chaque point d’affichage. L’afficheur offre une luminosité maximale de 1 000 cd/m2. Ce qui le rend compatible avec un usage HDR si besoin est, car on sait que le défaut actuel des visées électronique est leur dynamique tonale insuffisante pour reproduire des détails dans les très basses et hautes lumières. L’espace de couleur couvert excède le sRGB de 10 %.

- Le communiqué de presse Sony

Cet article vous a plu ? Notez le et partagez le sur les réseaux sociaux !



Commenter cet article

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.