Tout savoir pour réaliser, optimiser et diffuser ses photos

Soyez inspiré et créatif

29/05/2015 | DENIS JEANT

Les photographies de bord de mer sont un sujet couru surtout l’été. Sortez du coucher de soleil revu à foison ou de la photo souvenir de plage. Changez d’angle de vue et soignez votre composition. Essayez de photographier un premier plan et déplacez-vous autour du sujet, cherchez l’originalité, le petit plus qui mettra en valeur votre photo. Un comportement humain ou animal, une histoire, une association de formes et de couleur, un détail isolé, du relief donné à l’image, un jeu de lumière, de perspective, une ambiance... pourront faire la différence. Nous vous proposons à la suite quelques conseils et des illustrations de classiques de la photographie de bord de mer.

Vagues et énergie marine

Observez bien la mer quelques minutes. Lorsque les vagues s’approchent du littoral, elles peuvent survenir de manière désordonnée, chaotique, irrégulière ou isolée mais souvent en série. Les vagues répondent alors à une certaine rythmicité et à des cycles vous permettant d’anticiper. Les séries de 3, 4 jusqu’à 7 ou 9 vagues peuvent être entrecoupées de périodes de pause plus ou moins longues de quelques minutes à plus d’un quart d’heures. Le phénomène de rouleau ou sharebreak apparaît sur certaines plages à marée haute quand le bord descend rapidement.

JPEG - 72.3 ko
Photo : © Denis Jeant.

Le tube, Graal des surfeurs, section cylindrique d’une vague tubulaire de couleur bleue ou verte est particulièrement photogénique. Sur les côtes sauvages elles sont souvent très graphiques. En dehors des tempêtes, la plus grosse vague surfée en France métropolitaine se forme sur les hauts fonds de Belharra-Perdum à 2,5 km au large de Socoa (près de Saint-Jean de Luz) au Pays Basque. Elle ne déferle que très rarement. Sa taille peut atteindre de 8 à 15 mètres. Certains sites sont plus propices que d’autres comme les pointes rocheuses, jetées, plages à vagues... Anticipez pour prendre le moment où la crête de vague apparaît et où elle déferle en gros plan. Tentez de traduire l’énergie qu’elle dégage. L’angle et axe de prises de vue, la forme des vagues, d’éventuels embruns, écume, mousse et moutons, la lumière seront les paramètres qui feront la différence. La position des nuages participera à l’équilibre général de la composition. Si vous êtes passionnés par les vagues, je vous recommande le dernier livre : vagues mode d’emploi d’Hugo Verlomme, paru chez Pimientos éditions (19 euros).

JPEG - 70.9 ko
Photo : © Denis JEANT

Oiseaux de mer à portée d’objectif

JPEG - 10.9 ko
Photo : © Denis JEANT

Eviter de déranger les oiseaux de mer, surtout en période de nidification. Respectez les espaces protégés. Vous pouvez les inclure dans vos paysages ou réaliser des gros plans à l’aide d’un téléobjectif ou télé zoom. Si vous les photographier sur des rochers ou la plage, essayer de vous mettre à leur niveau pour éviter d’être en plongée. Chaque oiseau dispose d’une distance de fuite. Pour tenter de les approcher un peu, soyez patient pour vous faire accepter. Les goélands sont souvent assez faciles à photographier. C’est plus difficile avec des craves à bec rouge ou cormorans ou huîtrier pie, ou aigrette garzette. Le comportement animal comme la toilette, le nourrissage naturel, les parades nuptiales ou combats aériens, une attitude insolite représenteront une valeur ajoutée. En plein ciel, adoptez une vitesse élevée et tentez d’anticiper leur trajectoire de vol. Par exemple, certaines zones rocheuses servent de zone d’envol et constituent de bons sites. Laissez de la place devant l’oiseau en vol ou/et un léger flou contrôlé pour suggérer le mouvement.

JPEG - 48.8 ko
Photo : © Denis JEANT

A la plage

Un grand-angle sera intéressant pour mettre en valeur une grande plage, en construisant une image en profondeur sur plusieurs plans.

JPEG - 68.5 ko
Photo : © Denis Jeant.

En plein soleil, sélectionnez une sensibilité ISO la plus basse possible. Un premier plan ou un sujet lointain pourront servir d’accroche. L’arrière-plan sera le plus souvent la ligne d’horizon. Un 24 ou 28 mm seront bien adaptés. Jouez également sur les lignes de fuites, par exemple sur la courbure que matérialise le ressac sur le sable. Pour les enfants, animaux ou nageurs, changez de point de vue, en vous mettant à leur hauteur. Vos photographies changeront du tout au tout.
Pour vous aider, vous pouvez par exemple utiliser un trépied de poche de type Gorillapod (voir encadré). Un écran arrière orientable vous facilitera le cadrage avec un liveview. Les jeux d’enfants, pâtés ou château de sable du petit dernier, complicité entre enfant/parent, partie de volley, kite surfeur ou véliplanchiste, cerf-volant sur beau ciel bleu, voile colorée au large...sont des exemples de sujets possibles. En cas d’affluence vous pourrez jouer sur les formes géométriques que représentent les parasols et serviettes de plages. Vous pourrez également exploiter les couleurs, luminosité et contraste. Par exemple, une voile rouge se détachant sur un fond de mer vert émeraude, avec un premier plan de sable blanc pourront donner un beau rendu...Attention au sable et à la surface de l’eau qui peuvent tromper la cellule de votre appareil et être surexposés. Dans ce cas, corrigez d’un demi, voir un IL.

JPEG - 59.1 ko
Photo : © Denis JEANT

Côte rocheuse et accidentée

JPEG - 47.6 ko
Photo : © Denis JEANT

La côte sauvage en Bretagne, les Abers, les calanques à Marseille, les falaises ou pointes rocheuses...constituent des lieux de choix. Attention à votre sécurité, n’approchez pas trop près du bord, surtout en cas de fort vent ou forte houle. Les chemins ou falaises peuvent être également glissants en cas de pluie ou après une averse ou être dangereux de nuit.

JPEG - 64.5 ko
Photo : © Denis Jeant.

Certains pans de falaise peuvent également menacer de s’écrouler avec l’érosion marine ou le lessivage des sols. Suivez les consignes et panneaux indicateurs et prévenez le risque de chute. Des accidents ont lieu malheureusement tous les ans par imprudence. Le fait de photographier peut constituer un facteur de risque supplémentaire car vous risquez d’être moins attentif si vous avez l’œil collé à l’oeilleton. Sinon, un relief accidenté donnera d’autant plus de profondeur à votre image. Vous pourrez jouer sur les formes, les blocs, les lignes de force...Comme point d’entrée utilisez un premier plan qui donnera de la profondeur à l’image. N’hésitez pas à inclure des personnes comme des pêcheurs à pied ou des navires qui croisent. Pour montrer le gigantisme d’un lieu, utilisez un repère humain ou matériel qui pourra servir d’échelle.

JPEG - 45.1 ko
Photo : © Denis Jeant.

Le port en pleine activité

Un port qu’il soit en eau ou non est une source intarissable de sujets photographiques. Vous pourrez par exemple photographier l’arrivée d’un ferry, des activités humaines comme la pêche traditionnelle, le tri du poisson et son débarquement avec les goélands qui ne sont jamais loin, le ramandage des filets, la plaisance à la voile, les sorties de port des navires avec les molles (phares), le passage des écluses...Bien évidemment la présence d’un vieux gréement donnera un cachet à vos photographies. N’hésitez pas à faire des gros plans pour montrer des détails ou isolez une scène, un geste à l’aide d’un télé zoom 70-200 mm. Variez les angles. L’arrière-plan a aussi son importance. Évitez de “polluer” votre image avec des détails non indispensables à la compréhension de la scène ou qui pourraient gâcher la composition. Pour cette raison, certaines scènes pourront être prises depuis le quai opposé, offrant un meilleur cadre. Il ne faut pas hésiter à vous déplacer par rapport à votre sujet. Tentez de raconter une histoire, en replaçant votre sujet dans le contexte.

Cet article vous a plu ? Notez le et partagez le sur les réseaux sociaux !



Commenter cet article

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.