Tout savoir pour réaliser, optimiser et diffuser ses photos

Street Photo 52 Défis

20/03/2019 | LAURENT KATZ

Loin d’être un manuel structuré sur la photo de rue ou un panorama de photographes exerçant leur art en arpentant le bitume, ce petit livre est un cahier d’exercices visant, en une année si le lecteur tient le rythme, à parcourir les différents aspects de ce style de prise de vue.

Sur le sujet emblématique de la photo de rue, Dunod a proposé deux livres — Toute la photo de rue en 101 fiches pratiques de Bernard Jolivalt et Street Photography, le savoir-faire du photographe de rue de David Gibson — et Le Monde de la Photo a publié un hors-série (n° 36) en juin dernier. Voilà Eyrolles qui, après Mobile Street Photography regroupant les clichés de vingt-cinq photographes pris avec un téléphone et Les secrets de la photo de rue de Gildas Lepetit-Castel, sort un livre qui se distingue des autres.

Ici, pas d’introduction pour offrir une vision générale du genre et pointer les photographes qui ont su donner le meilleur d’eux-mêmes en débusquant les images originales. Deux pages de présentation et c’est parti : le premier défi est lancé. Facile, car il n’implique pas d’interaction avec autrui, juste l’observation des enseignes et voir si leur intitulé entre en résonance avec un élément de la scène. L’occasion de constater que chaque défi occupe très souvent une double page, parfois quatre, avec une courte présentation, une ou deux photos illustratives, quelques remarques techniques et conseils. Plus des lignes vierges pour inscrire des notes personnelles, sans que l’on comprenne pourquoi certains défis en présentent et d’autres non. Il n’y a pas vraiment une logique dans la progression, pas plus que dans leur enchaînement. Autant dire que celui qui joue le jeu peut se contenter de picorer les défis dans l’ordre qui lui convient : selon son humeur, ses inclinaisons photographiques ou le lieu où il se trouve.

Cette démarche foutraque, sans queue ni tête, est amusante, d’autant que l’auteur fait pratiquer des techniques « hérétiques », comme photographier sans viser, obtenir une abstraction par le flou. Certains portent sur le choix d’une couleur, l’absence de gris, la présence de lignes, l’usage de l’argentique, la recherche de sujets sur le sol… sans oublier dans les notes quelques références à des photographes ayant pratiqué la photo de rue, comme l’Américain Joël Mayerowitz qui fut aussi le seul admis, après les attentats du 11 septembre, à photographier régulièrement Ground Zero à New York.

-  Street photo - 52 défis, de Brian Lloyd Duckett, traduction Frank Mée

  • 14,5 x 21 cm, 128 pages
  • 12,90 € (livre), 8,99 € (ePub/PDF)
  • Edition Eyrolles

Cet article vous a plu ? Notez le et partagez le sur les réseaux sociaux !



Commenter cet article

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Messages

  • Ok, c’est cool, ce book sur la street photo, je suis fan et je like , je vais enfin faire des bons shoots si j’ai un bon feeling pendant mon footing, équipé de mon t shirt base ball , kiss à tous

  • La seule réponse des "responsables" MDLP aux critiques les concernant est l’élimination des messages.
    Au lieu de choisir l’amélioration, ils censurent. Trop facile .

    Par contre, les insultes, le mépris, l’agressivité, l’intolérence ne sont jamais effacés.