Tout savoir pour réaliser, optimiser et diffuser ses photos

Les défauts optiques

19/06/2009 | Jean-Marie Sépulchre

Les défauts optiques :

Le vignetage est notable à 24 mm (1 IL) et à 70 mm (0,9 IL) mais il est inférieur à 0,5 IL aux focales intermédiaires. Quand on ferme d’un cran ou deux il diminue notablement (0,2 IL à f/5,6 à 24 mm ou 70 mm). Ces valeurs sont plutôt un peu moins élevées que celles du Canon 24-70 L mesuré sur le même appareil.
Par contre l’aberration chromatique est critique à 24 mm dans les angles, atteignant 9 pixels dans les zones les plus proches du bord de l’image, heureusement avec une dérive colorée peu agressive (l’AC de l’axe jaune-bleu est généralement moins visible que celle de l’axe vert-magenta) mais on regrettera fortement que le logiciel DPP n’opère de correction que pour les optiques de marque…Canon ! Une correction manuelle pourra donc s’imposer pour des paysages à 24 mm ! Entre 35 et 70 mm l’aberration chromatique reste visible dans les angles mais se stabilise autour de 2 pixels.
La distorsion est bien maîtrisée, atteignant 0,90% en barillet à 24 mm et descendant à 0,29 % à 35 mm. Elle s’inverse ensuite en coussinet pour atteindre - 0,36 % à 50 mm et - 0,51 % à 70 mm. Ce sont des valeurs un peu plus élevées que celles du Canon, mais tout à fait correctes dans l’absolu. Cependant, il faudra parfois appliquer une correction aux paysages pris en moyenne focale, la déformation inversée de l’horizon apparaissant toujours artificielle à l’œil.


Vérification du piqué sur boîtier Nikon 24 × 36 de 12 Mpix : Nous avons pu, hélas après le bouclage de l’édition papier du journal, tester un exemplaire du 24-70 mm EX HSM en monture Nikon, et les mesures ont été effectuées à partir de fichiers NEF de D3, donc avec un capteur de 12 Mpix en lieu et place du 21 Mpix Canon. Force est de reconnaître la « signature » incontestable de l’optique dans les mesures, tellement elles semblent décalquées, ce qui montre bien que c’est la formule optique qui donne certains résultats : à 24 mm les angles sont en retrait à pleine ouverture, et même moins bons que sur le Canon, mais l’aberration chromatique n’est plus que de 1,6 pixel : le nettoyage vigoureux laisse des traces ! A 35 mm, on rencontre le même trou de piqué dans les angles et bords à f/2,8, mais le défaut est un peu moins marqué à 50 mm. A 70 mm, par contre, les angles sont déjà très bons à pleine ouverture et excellents à partir de f/5,6 et ce jusqu’à f/16 !




- Ci-dessus : La correction d’aberration chromatique de Nikon Capture NX2 fait des merveilles, puisque les franges étaient supérieures à 2 pixels entre 35 et 70 mm en monture Canon, et de 0,5 à 0,3 pixel au maximum en Nikon. L’aberration chromatique « énorme » à 24 mm (9,1 pixels à f/2,8 sur le 5D Mark II) reste maîtrisée sur le D3 (1,6 pixel).
Le vignetage et la distorsion sont mesurés enfin par des valeurs identiques.
Compte tenu du fait que ce Sigma est vendu deux fois moins cher que le Nikon 24-70 mm AFS, il présente en monture Nikon un exceptionnel rapport qualité prix.

Cet article vous a plu ? Notez le et partagez le sur les réseaux sociaux !



Commenter cet article

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.