Tout savoir pour réaliser, optimiser et diffuser ses photos

En images

16/06/2010 | Jean-Marie Sépulchre

Sur le terrain, vitesse ou précipitation ?
L’autofocus du Sigma 50-500 OS apparaît très rapide, au point qu’en sport on a envie de déclencher très vite…oui, mais…le stabilisateur qui est si discret que l’on a du mal à discerner à l’oreille s’il fonctionne présente un temps de latence estimé à 1 seconde dans la notice de l’objectif. Surtout quand on a besoin d’une stabilisation au mieux de sa forme – le mode 2 est prévu pour les panoramiques, par exemple les filés en vitesse lente – il est donc très conseillé de réfréner son envie de déclencher, et de ne le faire qu’après ce petit délai. Dès que l’on passe en haute vitesse – au moins 1/500 avec un 24 × 36 voire 1/800 avec un APS, on pourra mettre le stabilisateur sur OFF, mais en mode autofocus continu en rafale il faut considérer que la première ou deuxième vue est une vue d’ajustement pour l’objectif.
Ici les deux vues d’avion ont été prises en mode stabilisateur 2 (suivi du sujet en panoramique) à des vitesses très basses compte tenu de la focale :


Ci-dessus : Nikon D300s, Focale 290 mm 1/160


Extrait 100%


Ci-dessus : Nikon D300s, Focale 460 mm 1/200


Extrait 100%

Pour un animal susceptible de bouger, par contre, on pourra monter dans les ISO et choisir des vitesses plus rapides, car un panoramique n’est pas concevable entre deux arbres ! (photos © Alain Inguimberty)


Ci-dessus : photo © Alain Inguimberty / Nikon D300s, Focale 340 mm, 1/250


Ci-dessus : photo © Alain Inguimberty / Nikon D300s, Focale 500 mm, 1/800

Cet article vous a plu ? Notez le et partagez le sur les réseaux sociaux !



Commenter cet article

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.