Tout savoir pour réaliser, optimiser et diffuser ses photos

Le verdict

23/12/2009 | Jean-Marie Sépulchre

LE VERDICT

- Caractéristiques :

Ce zoom a lancé le mouvement de « l’objectif universel » et les autres constructeurs sont suivi Nikon…et certains l’ont même dépassé en allant plus loin dans le grossissement. Lancé il y a près de quatre ans en version I, le 18-200 mm reste toujours d’actualité pour un usage « passe partout ».

- Fabrication :

La fabrication est sérieuse avec une baïonnette en métal et une finition soignée et flatteuse, mais la bague de zooming a pour inconvénient de laisser l’objectif changer tout seul de focale s’il est incliné vers le haut ou vers le bas. Nikon a donc renforcé le serrage et implanté un verrou, dont on regrette qu’il ne soit opérant qu’en position 18 mm.

- Ergonomie :

L’autofocus est silencieux et assez rapide, le stabilisateur est quant à lui très efficace et assez rapide pour que sa mise en route soit imperceptible en usage courant. Par contre en rafale sportive il faut attendre qu’il se soit stabilisé avant de déclencher.

- Qualité optique :

Le piqué est globalement très bon du moment que l’on ferme un peu le diaphragme, parce que la netteté des angles est critique aux grandes ouvertures de 35 à 135 mm. A 200 mm le piqué est un meilleur que sur la version I mesurée au printemps, mais l’aberration chromatique est un peu plus élevée. Le vignetage est bien contenu mais la distorsion reste trop forte.

- Rapport qualité prix :

En version II le 18-200 mm Nikon reste un des meilleurs - sinon le meilleur – trans-standard, mais son prix a encore augmenté par rapport à l’année dernière, ce qui incite à baisser un peu la note de rapport qualité-prix…et de facto la note globale !

NOTE GÉNÉRALE : 8,3/10


En bref, des corrections surtout cosmétiques et un prix en hausse, cet objectif reste parfaitement compétitif mais on aurait espéré qu’une version II gomme les quelques défauts de la version I !

"Ce qu’on a aimé"

- piqué homogène aux ouvertures moyennes
- peu de vignetage

"Ce qu’on a moins aimé"

- piqué en retrait dans les angles aux focales intermédiaires
- distorsion trop forte

Cet article vous a plu ? Notez le et partagez le sur les réseaux sociaux !



Commenter cet article

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Messages

  • Bonjour,

    J’ai fait l’erreur d’acheter ce 18-200 bon à tout faire, et donc bon à rien, avec mon D90.

    Je retrouve dans vos tests la confirmation d’un mauvais piqué dans les angles, et d’une irrégularité de la qualité des micro-contrasts qui m’a très vite déçu.

    Bref, j’ai revendu ce caillou pour un 17-55 f2.8, après avoir acheté un 80-400 et vu ce que devait être un bon objectif. Me voici bien équipé.

    Alors, je ne comprends pas l’avis général et la note de 8.3, pour un objectif qui n’a rien de fiable pour faire de bonnes photos. Comparé aux très bons qui ont des notes de 8.5 à 9.5, je trouve cela bien payé. Cet objectif est très bien pour des amateurs débutants, mais doit être signalé clairement comme tel.

    Sinon, je découvre votre site et votre magazine, bravo, très clair et intéressant.

    Bonne année
    Michel

    • Bonjour,

      Il est aussi notable de spécifier que vos comparaisons ne sont pas non plus des plus cohérentes. En effet il va sans dire qu’un objectif "bon à tout faire" dans une gamme de prix "basse" (vendu de plus en plus en kit avec le D90) ne peut se comparer à 2 objectifs un peu plus "spécialisés" coutant, chacun, près de 2 fois le premier (et se situant donc dans une autre "gamme") ramenant à la louche le budget caillou à 4x le 18-200.

      Dans le même ordre d’idée votre 80-400 mm f/4.5-5.6D ED a surement aussi des défauts (4.5-5.6 étant peu lumineux) par rapport à un 70-200 mm f/2.8G ED VR II couplé avec un 200-500 mm F2,8 APO DG EX de chez Sigma :) (ok j’exagère un peu la comparaison).

      On aimerait tous posséder ce genre de caillou mais souvent le budget prend aussi une grande part dans le choix (l’encombrement et le poids aussi d’ailleurs aussi à titre personnel). De fait, je pense que cela doit aussi entrer dans le calcul, à plus ou moins grande échelle, de la note "moyenne" proposée (le 18-200 qui aura peut-être obtenu un 18 ou 19/20 "budget" par rapport à des objectifs que vous notifiez comme très bons et qui, eux, auraient un 10 ou 11/20 sur le même facteur équilibrerait de fait la note globale en rapprochant le 18-200 de la note des autres)

      Cdt

      JM

    • Je suis tout à fait d’accord.
      Ce zoom me fait penser, en un peu moins pire, au 24 x120, catastrophe ambulante.
      On ne peut pas tout avoir.
      Quand on prend un Nikon, c’est comme avec Leica, il faut savoir ce qu’on veut.
      Ou on paye on on n’y va pas.

    • Une autre possibilité consiste à ne pas abandonner si vite en blâmant le matériel mais à apprendre à l’utiliser au mieux. C’est à dire, par exemple, en diaphragmant dès que possible pour le piqué, quitte à monter un peu dans les iso et utiliser plutôt les focales les plus longues pour isoler les sujets en portrait. Oui, ce sont des contraintes, mais aucun matériel n’est parfait. Surtout à ce prix là. J’en suis personnellement très satisfait (version 1) pour un usage "tout-terrain". Il résiste même incroyablement bien aux éléments pour un objo amateur. A chacun de voir suivant ses contraintes et besoins.
      Personnellement, je suis intéressé par le combo 16/17-50 2.8 de marques tierces + 70-300 nikon pour environ 2 fois le poids et le prix mais vu les résultats de piqué des autres marques, je ne suis pas encore près à franchir le pas. le 17-55 nikon est beaucoup trop cher pour me balader avec en amateur autour du monde...

    • Bonjour,

      heureux possesseur d’un 16-85 AF-S DX ED VRII sur D5000, très performant dans sa spécificité, - cf.mon commentaire sur cet objectif "les Gabians ( mouettes)" dans cette revue ( encore merci à l’Ami Sepulchre ), j’ai fini par craquer pour ce 18-200 pour aller vers des sujets plus loin.- Les bancs d’essais pour moi, des bateaux sur la rade de Hyères, et l’actualité, malheusement avec les incendies au Nord de la ville, mais pas en voyeur, pour les avions en eux-mêmes.-
      Conclusion : à nouveau un très grand merci au LMDLP et "son technicien de haute capacité" M. Sépulchre, ce materiel un pur bonheur, le HIC patience et apprentissage.-
      Avec quelques très belles vues sur les vieilles pierres, par exemple St.Paul, à 800-1000m de mes fenêtres.-
      J.Lamb.