Tout savoir pour réaliser, optimiser et diffuser ses photos

TEST Sigma 24-70 mm f/2,8 DG OS HSM Art : Le verdict

27/09/2017 | Jean-Marie Sépulchre

LE VERDICT

- Caractéristiques :
Grande ouverture et stabilisateur, cet objectif présente tous les atouts attendus sur un 28-70 mm pro.

- Fabrication :
La finition est conforme aux standards de la série Art et la construction est prévue pour résister aux mauvais traitements que peut infliger le reporter.

- Ergonomie :
Le fait que le zoom s’allonge en changeant de focale n’est pas toujours apprécié. Le stabilisateur est efficace et l’autofocus est rapide, mais il manque parfois de précision absolue en prises de vues répétées à pleine ouverture.

- Qualité optique :
Une petite déception à signaler quant à la netteté qui devient moins homogène à 70 mm, alors qu’elle est superlative sur presque tout le champ de 24 à 50 mm. Les défauts optiques (distorsion et vignetage) existent sans caractère de gravité, car ils sont aisés à compenser en post-traitement.

- Rapport Qualité / Prix :
Comparé au tarif des zooms Canon et Nikon, le prix de cet objectif est compétitif, et la qualité globale est très bonne.

NOTE GÉNÉRALE : 8,3 / 10

Un peu à la peine à 70 mm ce zoom pro est un exceptionnel 24-… 50 mm sur notre 5D Mark IV de test, comme ses concurrents nous ne le conseillerions pas comme équipement passe-partout sur un 50 Mpxl.

"Ce qu’on a aimé"

- Très belle qualité de construction
- Autofocus et stabilisateur paramètrable
- Piqué de 24 à 50 mm
- Prix compétitif

"Ce qu’on a moins aimé"

- Manque d’homogénéité de la netteté à 70 mm
- Un peu de distorsion mais aisée à corriger
- Incompatible avec les numériques Nikon de premières générations

NUMÉRO SPÉCIAL, 212 PAGES, MDLP N°99 + [WORKFLOW Le magazine de la postproduction inclus]

ACHETER EN LIGNE LE N°99 du MondedelaPHOTO.com [MDLP]
212 PAGES - OCTOBRE 2017 - 7,90 €
NOUVELLES MAQUETTES, NOUVEAUX CONTENUS, NOUVELLES SIGNATURES : DOSSIER SPÉCIAL [30 PAGES] LA PHOTO DE RUE ■ ATELIER PHOTO : Photographier à grande ouverture ■ Réaliser un portrait fort ■ TUTORIELS : Spécial Lightroom [12 PAGES] ■ TESTS : Canon EOS 6D Mark II ■ Canon EOS 200D ■ Sac MIGGO Agua ■ Porte filtre Cokin EVO ■ Lomo Petzval 58 Bokeh Control ■ Prynt Pocket ■ Sigma 24-70 mm f/2,8 DG OS HSM Art ■ + LE MAGAZINE DE LA POSTPRODUCTION, WORKFLOW [64 PAGES]
Cliquez sur ce lien pour le commander (envoi sous 48 heures)
NOUVEAU : MDLP est disponible sur tablette (iOs & Androïd)
ABONNEMENT : OFFRE EXCEPTIONNELLE
À l’occasion de ses 10 ANS, MDLP vous offre 100 € pour toute souscription à notre offre d’abonnement d’une durée de 1 an au magazine MDLP (10N°/ an)
MIGGO AGUA MESSENGER 75 Ce sac d’épaule, totalement étanche (norme IPX3) a un look d’enfer : un « must » dans son genre ! Moderne et multi-usage, ce sac 2 en 1 conçu pour affronter les conditions les plus difficiles est idéal pour combiner prise de vue et balades. Son double système de portage (en position « messenger » ou « shoulder ») grâce à une sangle ajustable offre un grand confort pour profiter de vos déambulations en ville, d’un week-end photo prolongé ou d’une marche en forêt. Il peut accueillir un reflex équipé de sa poignée et de son objectif (jusqu’à 70-200 mm) + deux à trois optiques supplémentaires ainsi que différents accessoires dans un insert photo rembourré amovible et un trépied que l’on fixe sur sa face avant. Il dispose en outre d’un espace de rangement pour ordinateur portable (15“). Indéniablement, cet Agua Messenger 75 ne ressemble à aucun autre, comme MDLP.
DÉCOUVREZ NOTRE NOUVELLE FORMULE & ÉCONOMISEZ 100 EUROS ! - ÉCONOMISEZ 100 EUROS ! - MDLP vous propose une offre d’abonnement exceptionnelle : Payez 159 € et recevez pendant 1 an le magazine LemondedelaPHOTO.com (10 Numéros) + la version numérique pour tablettes et smartphones (iOs / Androïd) + le sac étanche photo MIGGO AGUA MESSENGER 75 (d’une valeur de 179 €).
Voir les modalités de l’offre ICI

Cet article vous a plu ? Notez le et partagez le sur les réseaux sociaux !



Commenter cet article

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Messages

  • je ne comprend pas pourquoi ne pas l’avoir testé avec le canon eos 5ds R
    dommage

  • "NOTE GÉNÉRALE : 8,3 / 10
    Ce 16-35 mm présente de vrais progrès........................"

    C’est la conclusion du test du 24-70 ou du 16-35 ?

  • Personnellement , je préfère de loin les focales 24-85 bien plus polyvalentes. Et alors que dire du poids, je devrais écrire , du fardeau de ce "petit" zoom qui pèse plus d’un kilo. Il est sensé être un zoom standard, destiné à remplacer trois focales mais la,limitation à 70 mm et son poids devraient faire fuir les gens raisonnables qui aujourd’hui - et ils sont de plus en plus nombreux - ne veulent plus s’encombrer de machins pareils....

  • "cet objectif présente tous les atouts attendus sur un 28-70 mm pro." non, 24-70mm ! ;)
    "nous ne le conseillerions pas comme équipement passe-partout sur un 50 Mpxl" vu les performances des autres (le nouveau Tamron semble avoir le même comportement selon les tests d’un autre site et on se souvient du test du Nikon, seul le Canon a un comportement différent mais il pourrait être renouvelé), quel 24-70 vous conseilleriez si ce n’est pas celui-ci ?
    @3 les gens raisonnables qui ne veulent pas s’encombrer de machins pareils n’ont simplement pas de raisons de s’attarder sur un 24-70 f/2.8, même sur hybride ! S’ils sont raisonnables, ils n’ont pas besoin de boitier plein format ni de zooms pros. Les 24-85 gagnent peut-être la focale 85mm mais ne sont pas f/2.8 et n’ont pas de construction pro, encore heureux qu’ils soient plus léger.

  • @5
    c’est bien pour ça que les dslr se vendent de moins en moins.....les gens ont compris où commencent à comprendre.

  • Pour répondre au message d’Alex : aucun zoom grand angle ou trans-standard démarrant en grand angle ne permet d’exploiter totalement les capteurs très haute définition (de 36 à 50 Mpxl pour être clair) le meilleur d’entre eux pour Canon - pas sans stabilisateur - est le Canon 24-70 mais il ne conserve pas le niveau d’excellence sur tout le champ qui était le sien sur le Mark III. Ce qui ne veut pas dire que les zooms ne sont pas utilisables sur un 5DSR, ou un D850, ou un A7RII...mais que la taille d’agrandissement sans écart de netteté centre bord visible sera plus petite que si la prise de vue est faite avec un fixe haut de gamme récent. Lesquels ne couvrent pas nécessairement toutes les focales...

  • Précision : faute de frappe ci-dessus, le 24-70 2.8 Canon n’est pas stabilisé contrairement aux concurrents

  • Les 24-70 f/2.8 sont effectivement lourds et (très) chers, sans pour autant être exempt de défaut.
    Idéalement je m’orienterais donc de plus en plus vers un 24-85 f/4 constant, au top coté optique et construction, avec stabilisateur et un poids de 600 gr environ.
    Cette perle rare existe chez Canon (24-70 f/4), mais malheureusement pas chez Nikon : le 24-120 n’est plus au niveau coté qualité optique, il est à peine meilleur que le 24-85 f/3.5-4.5 ... que je garde en attendant que Nikon veuille bien se réveiller (!)

  • "- Caractéristiques :
    Grande ouverture et stabilisateur, cet objectif présente tous les atouts attendus sur un 28-70 mm pro."

    Cette 2ème erreur a déjà été signalée par @5 Alex.

    Monsieur JMS devrait lire plus attentivement les messages avant d’y répondre et se relire avant de publier ses articles.

  • Quelques remarques par rapport aux différents intervenants :

    - Le canon 5DsR est un capteur exigeant et son successeur "rumoré" (5 Ds Mk II ?)le sera encore davantage.
    Aujourd’hui, seules quelques focales fixes donnent pleinement satisfaction...mais il ne faut pas oublier que le niveau de définition de ce genre boîtier est comparable à celui d’une chambre argentique 4"X5"
    et les opticiens n’arrivent tout bonnement pas à suivre.
    N’oublions pas que les opticiens ont aussi des contraintes de coût/poids/encombrement.
    On ne peut pas avoir le beurre et l’argent du beurre...

    Et donc, tout comme durant la glorieuse période de l’argentique 24x36, le photographe doit faire des compromis.

    En l’an de grâce 2017, on peut dire que JAMAIS le photographe n’a eu autant de choix à sa disposition
    en SLR 24x36 :
    Il existe 5-6 modèles de 24-70/2.8 sur le marché : 5 en reflex + 1 en mirrorless
    Il existe un 24-70/4 LIS relativement performant (malgré tout il a aussi des faiblesses...) de 600g
    un 24-85/3.5-4.5 AFS VR
    Deux 24-105/4 stabilisés
    Un 24-120/4 AFS VR
    +
    Des "focales fixes de compromis", en particulier :
    7 modèles (!) différents de 35/1.4 qui donnent des résultats satisfaisants dès la PO (à défaut d’être parfaits,hein !)
    + > 6 modèles de 35mm légers, discrets et pas trop chers dont le 35/2 IS USM Canon, 335g et
    le Nikkor 35/1.8 AFS de 305g.

    Que demande le peuple ?
    Bref l’âge d’or du 24x36, c’est maintenant !

    PS : je m’inscris une fois de plus en faux sur ceux qui prétendent que l’APSC est plus léger.
    Une fois que vous convertissez l’ouverture d’un APSC en équivalent FF, ben vous vous rendez compte qu’une
    optique équivalente FF est en réalité PLUS LÉGÈRE.

    Exemple : Un 16-55/2.8 Fuji NON STABILISÉ de 655g commercialisé pour la coquette somme de 1149 € en SP équivaut en réalité à un 24-85/4 en 24x36( Pour s’en convaincre, il suffit de DOUBLER la sensibilité ISO sur votre capteur FF et vous aurez EXACTEMENT le même rapport S/B que sur un capteur APSC à une sensibilité 2x plus petite)
    Problème : Nikon commercialise depuis plusieurs années un 24-85/3.5-4.5 AFS VR pesant 465g
    et accessoirement vendu 489 € chez mon dealer préféré.
    Mais où sont passés les gains de poids mythiques de l’APSC ???
    (Des exemples comme ça, j’en ai plein à revendre, ça va de soi !)

    Bref, l’APSC, c’est moins bien, c’est plus lourd mais c’est plus cher que le FF (sauf le capteur).
    C’est pas FIAT qui me dira le contraire....

  • @11

    "Bref, l’APSC, c’est moins bien, c’est plus lourd mais c’est plus cher que le FF (sauf le capteur)."

    Le revoilà toujours avec la même obsession.
    De plus en plus bogué, le zigue.

  • @11 "Nikon commercialise depuis plusieurs années un 24-85/3.5-4.5 AFS VR pesant 465g".
    Effectivement, c’est un des meilleurs rapport qualité-prix-encombrement qui soit !
    Mais même passé à la "moulinette" DxO (excellente d’ailleurs), je peste sur les quelques gros défauts, notamment une distorsion énorme à 24 mm qui se traduit pas un crop sévère et une grosse mollesse à plein ouverture sur les bords.
    Mr Nikon, à quand la version 2 remise au gout du jour et si possible à f/4 constant (quitte à prendre 100 grammes) ?

  • Depuis que les logiciels font le travail les opticiens ne se donnent plus beaucoup de mal

  • @(m-14)
    Faux , bien sûr ! En particulier dans le secteur reflex.
    Les optiques de l’actuelle génération n’ont jamais été aussi complexes.
    Ce qui est vrai en revanche, c’est que les opticiens "délèguent" dans une certaine mesure la correction
    du vignettage (mais cette correction fait remonter le bruit dans l’image),les AC (mais aux dépens de la définition) et de la distorsion (surtout dans le cas des mirrorless).

    Globalement, les corrections logicielles sont les bienvenues car elles suppriment des aspects désagréables présentes dans les images numériques (AC en particulier) et qu’on ne trouvait pas dans les images argentiques (du fait de la médiocrité des films !).

    Les opticiens utilisent également les logiciels pour "lisser" les défauts de distorsion de l’image mais ils ne peuvent pas pour autant se passer des formules complexes et laisser trop dériver celle-ci dans le cas des reflex du fait qu’une différence de cadrage apparaîtait entre l’image vue dans la visée optique et l’image
    finale (légèrement recadrée).

  • Eric P, qu’il est convenu d’incendier, ne dit pas que des bêtises.
    Avez déjà vu la distorsion monstrueuse d’un raw de compact, même haut de gamme, au grand angle ? on croirait que l’image sort d’ un fisheye.
    Ramener cela au raisonnable, en gros, multiplie la focale annoncée par 2 et divise la définition par 2, j’exagère à peine.

  • La correction logicielle s’est imposée aussi bien en "post-production", qu’embarquée dans les boîtiers depuis pas mal d’années déjà (c’est aussi une grosse activité de DxO).
    Ceci étant, même si la correction logicielle rend les optiques plus homogènes, elle a aussi ses limites : dans le cas de mon zoom Nikon 24-85, la distorsion à 24 mm est de 1.4% en barillet et la correction logicielle est obligée de faire un méchant crop (contrairement à la distorsion en coussinet), qui fait que mon "24 mm" ressemble plus à un 26-28 mm sans distorsion !
    Que les opticiens laissent "filer" le vignetage et les AC est tout à fait acceptable, mais la distorsion en barillet doit être mieux maîtrisée pour éviter cette contrainte.
    Pour moi, c’est maintenant un critère d’achat ... et j’attend que Nikon mettre à jour une de ses 2 optiques 24-85 et 24-120 mm (ou crée un nouveau 24-105 au top comme celui de Canon).