Tout savoir pour réaliser, optimiser et diffuser ses photos

TEST Canon EF 400 mm f/4 DO IS II USM, Prise en main

14/04/2015 | Jean-Marie Sépulchre

6 790 € Il y a près de 15 ans Canon avait été le premier à utiliser une lentille diffringente pour diminuer le poids et l’encombrement d’un télé pro. Cette nouvelle version utilise la même technique, mais les performances sont en forte hausse.

La technologie utilisant des lentilles diffringentes (DO) a été inaugurée par Canon avec un 400 mm de gamme pro. Toutefois, si le gain de poids et d’encombrement avait été salués en 2001, l’avis sur les performances était plus mitigé. En tout état de cause, au début du siècle, les capteurs les plus définis de la marque atteignaient 11 Mpxl en 24 × 36, alors que nous pourrons tester cette année une nouvelle version du 5D avec 50 Mpxl (5DS et 5DS R). Le choix de reprendre le chantier DO en visant de hautes performances a été fait, ce qui laisse espérer que ce type de formule optique pourra aussi être implanté sur d’autres « grands blancs » de la gamme : c’est ainsi que sont surnommés les grands téléobjectifs Canon que l’on peut voir au bord des pelouses de tous les grands stades.

Prise en main et formule optique

Le constructeur n’a visiblement pas eu pour objectif de beaucoup gagner sur le poids, car la construction de l’objectif reste en métal épais, et d’ailleurs il est un peu plus lourd que le DO de la version d’origine. Il est conçu pour résister à l’humidité par tous les temps, et dispose bien sûr d’un joint de baïonnette. Son diaphragme à neuf lames est conçu pour procurer d’agréables flous arrière, un filtre 52 mm peut être inséré dans un tiroir à l’arrière et le stabilisateur permet de gagner quatre vitesses d’obturation, fait que nous avons vérifié sur le terrain. Un véritable tableau de bord avec plusieurs interrupteurs permet d’ailleurs de configurer ce stabilisateur selon trois modes, tandis que l’autofocus peut être réglé sur plusieurs distances et faire l’objet d’une mémorisation sur son point de départ. La tenue en main est bonne avec une poignée bien séparée du fût mais un peu courte pour les grandes mains. La formule optique comporte dix-huit lentilles en douze groupes, dont la lentille diffringente multicouche comportant « à la fois les propriétés des lentilles en fluorine et celles des lentilles asphériques » selon Canon, et qui permet de réduire l’encombrement de façon spectaculaire.

JPEG - 106.3 ko
Ci-dessus : Comparaison de taille et de formule optique entre la conception d’un 400 mm f/4 traditionnel (en haut) et le 400 mm DO version 2 (en bas). [Document Canon]

Caractéristiques & formule optique :

- formule optique : 18 lentilles en 12 groupes
- distance minimale de mise au point : 3,30 m
- filtre : 52 mm
- motorisation : oui
- stabilisateur : oui
- joints d’étanchéité : oui
- dimensions : 128 × 232,7 mm
- poids : 2 100 g
- accessoires : valise, bouchons, pare-soleil, étui
- fabriqué au Japon
- monture : Canon EF
- Prix Public Conseillé : 6 790 €

- Site officiel du fabricant : http://www.canon.fr

- La fiche technique officielle du Canon EF 400 mm f/4 DO IS II USM [Source : Canon France]

MDLP N°75, Mai 2015
- Retrouvez l’intégralité de notre test du Canon EF 400 mm f/4 DO IS II USM dans notre numéro soixante-quinze du MondedelaPHOTO.com, actuellement en kiosque, et en vente sur le site (paiement par CB 100% sécurisé) :
- Lire le sommaire du N° 75 de MDLP
- Commander le N° 75 de MDLP
RÉALISEZ 32% D’ÉCONOMIE = ABONNEZ-VOUS !
WORKFLOW + LEMONDEDELAPHOTO.COM : Profitez de 32 % d’économie en souscrivant à notre offre d’abonnement de 1 an (14 numéros au total) au prix de 56 euros TTC.
Je souhaite m’abonner aux magazine Workflow & LemondedelaPHOTO.com
ET SI VOUS DEVENIEZ MEMBRE DU CLUB !
Intégrez au cercle premium des lecteurs de MDLP en adhérant au CLUB (galerie photo, concours exclusifs, PA, coaching, Forum,etc) et recevez pendant 1 an les magazines WORKFLOW & LEMONDEDELAPHOTO.COM (14 numéros), soit une économie de 56 euros TTC.
Je souhaite adhérer au CLUB

Cet article vous a plu ? Notez le et partagez le sur les réseaux sociaux !



Commenter cet article

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Messages

  • Le commentaire sur une éventuelle généralisation du DO
    aux grands blancs est trop mesuré.

    En réalité, Canon et Nikon (toujours les mêmes !) se livrent une compétition effrenée pour généraliser cette technologie à tous
    les téléobjectifs, c’est à dire :

    - Les focales fixes

    - Les zooms télés

    - Les objectifs macros

    - Peut-être les ultralumineux (Canon en avait parlé au début des années 2000 avant de mettre ce sujet en "veilleuse".

    Tout le monde aura noté que Nikon a présenté sa copie "DO" seulement 3 mois après le 400/4 DO II IS USM ; c’est dire s’ils ont flairé le danger (D’habitude, ils suivent avec 5 à 10 ans de retard sur des technologies stratégiques ; ces temps sont révolus...)

    Réjouissons-nous : Ces 2 nouveautés optiques ne sont que les prémisses d’une révolution en marche.
    Lors des 45 dernières années, les opticiens s’étaient "contentés" d’utiliser des matériaux à dispersion anomale pour réduire l’aberration chromatique longitudinale des supertéléobjectifs, véritable fléau optique. Depuis le début des années 1980’, les opticiens ont commencé à étudier d’autres stratégies alternatives pour aborder autrement et plus efficacement ce problème.
    Canon a annoncé ses premiers résultats vers 2001-2004, avec la première génération d’optiques DO, encore imparfaites. Les choses ont commencé réellement à se "décanter" vers 2010 lorsque des ingénieurs Canon ont annoncé des progrès significatifs sur le DO...à peu près dans l’indifférence générale
    (personne n’y croyait !!!).
    D’autres technologies (en cours de développement) seront nécessaires pour accompagner l’optique diffractive.

    Les 10 prochaines années devraient voir un bouleversement dans la gamme de produits disponibles pour cette catégorie d’objectifs.

    Nous ne sommes pas arrivé au bout de nos surprises ; le meilleur est à venir...