Tout savoir pour réaliser, optimiser et diffuser ses photos

TEST Panasonic Leica 200 mm f/2,8 DG Elmarit OIS : Prise en main

30/04/2018 | Jean-Marie Sépulchre

Si les boîtiers Micro 4:3 commencent à trouver leur place en reportage ils souffrent en chasse photo ou sport face aux APS mieux dotés en longues focales lumineuses. Ce 200 mm f/2,8 au nom prestigieux pourrait aider à combler cette lacune.

En micro 4:3 Olympus avait ouvert la voie avec un 300 mm f/4 de tarif approchant, et il est heureux que Panasonic présente une alternative plus courte mais plus lumineuse. Cet objectif doté de la finition traditionelle de Leica joue l’objet d’exception, son prix est quand même quatre fois plus élevé que celui d’un Canon L de même focale et ouverture destiné aux 24 × 36 et AP-S. Mais les petits capteurs demandent un pouvoir séparateur bien supérieur – de l’ordre de 150 paires de lignes au millimètre contre la moitié pour 20 Mpxl FF. Donc si l’on considère cependant qu’il cadre comme un 400 mm f/2,8 de « plein format » on notera que la solution est trois fois moins chère. La construction en petite série, la formule optique complexe, la stabilisation et la foruniture en série du téléconvertisseur ×1,4 (il cadrera alors comme un 560 mm f/4) peuvent aider à faire passer la pilule. Quand on oublie le prix on ne trouve que des qualités à ce concept bien que la construction haut de gamme rime avec un poids élevé, un peu antinomique avec les boîtiers poids plume micro 4 :3.

Prise en main et formule optique

Doté d’un collier de pied permettant une préhension aisée à main levée, le 200 mm Leica est imposant mais bien équilibré. IL est doté de plusieurs commutateurs permettant d’activer l’autofocus, le stabilisateur, de limiter la course de mise au point et de la mettre en mémoire. Cet autofocus testé avec le « sportif » Panasonic Lumix G9 s’est montré précis et les mouvements peuvent être suivis à 10 images seconde alors que le capteur est à simple détection de contraste. Nous avons juste noté que parfois l’image de visée est trompeuse, on a l’impression que l’image manque de netteté alors qu’en réalité elle est parfaitement au point. Le stabilisateur permet de gagner 4 à 5 crans selon nos essais. L’objectif comporte 15 lentilles en 13 groupes dont 2 verres ED, une formule optique ambitieuse pour une longue focale fixe, et le convertisseur embarque 6 lentilles en 4 groupes, pour un poids de 120 grammes. Il est à noter que l’objectif est aussi compatible avec le doubleur de focale de la marque, il cadrera alors comme un 800 mm f/5,6...

JPEG - 66 ko
- Ci-dessus : La formule optique du Panasonic Leica 200 mm f/2,8 DG Elmarit OIS

Fiche technique

- Formule optique : 15 lentilles en 13 groupes mobiles (2 ED)
- Distance minimale de mise au point : 1,15 m
- Filtre : 77 mm
- Diaphragme : 9 lames arrondies
- Motorisation : Oui
- Stabilisateur : Oui
- Joint d’étanchéité : Oui
- Dimensions : 87,5 x 174 mm
- Poids : 1 245 g (sans collier de pied)
- Accessoires : pare-soleil, bouchons, collier de pied, convertisseur ×1,4
- Fabrication : Chine 
- Montures : Micro 4/3
- Prix Public Conseillé : 2 990,00 € TTC

ACHETER EN LIGNE LE N°105 du MondedelaPHOTO.com [MDLP]
132 PAGES - MAI 2018 - 6,00 €
- Retrouvez l’intégralité de nos tests sur le Panasonic Leica 200 mm f/2,8 DG Elmarit OIS dans notre numéro cent cinq du MondedelaPHOTO.com, actuellement en kiosque, et en vente sur le site (paiement par CB 100% sécurisé) :
Cliquez sur ce lien pour le commander :
- Version magazine papier (envoi sous 48 heures)
- Version numérique sur tablette (iOs & Androïd)
- Consulter l’intégralité du sommaire
NOUVEAU ! ABONNEMENT SANS ENGAGEMENT DE DURÉE
MDLP lance en 2018 une offre d’abonnement sans engagement de durée sur sa version numérique (disponibles smartphones, tablettes et ordinateurs). Vous êtes libre de résilier ou suspendre à tout moment votre souscription par l’envoi d’un simple émail à l’adresse émail à abonnement@lemondedelaphoto.com Afin de vous faire découvrir cette offre et cette nouveau mode pour vous procurer votre magazine préféré, nous vous proposons une offre préférentielle : vous payez 1€ le premier numéro, puis 3,90 € les numéros suivants. Paiement par CB 100% sécurisé par la société Générale. Cliquer sur ce LIEN pour bénéficier de cette offre.

Cet article vous a plu ? Notez le et partagez le sur les réseaux sociaux !



Commenter cet article

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Messages

  • Il serait juste lorsque vous donnez l’équivalence en 24x36 de ne pas vous arreter à la focale.
    ce 200mm f2.8 cadre comme un 400mm f5.6 en 24x36

  • Non, cet objectif cadre comme un 24 x 36 de 400 mm et comme il ouvre à 2,8 il donnera à 100 ISO le même temps de pose qu’un 400 2.8 sur le 24 x 36. En revanche, il donnera la même profondeur de champ qu’un 400 mm f/5,6 sur le plus grand capteur !

  • Qu.on ne recommence pas encore avec ces sempiternelles’ remarques sur les équivalences. Ceux qui possèdent du panasonic ou de l’olympus savent très bien à quoi s’en tenir, non ?
    Parience de toute façon, nikon a confirmé qu’ils arrivaient au printemps 2019 avec un nouveau système mirrorrless, comme probablemen canon’ , et la ça va faire mal, non pas à Sony comme beaucoup croient mais bien aux capteurs plus petits, soit fuji et panasonic/olympus, si du moins les prix sont normaux et les optiques plutôt compactes.

  • @3
    Pour les optiques des futurs mirrorless 24x36, Sony a déjà donné le ton :
    Vous n’aurez pas de gain de poids ou d’encombrement par rapport à ce qui se fait en reflex 24x36, sauf UGA 110ºet +,
    zooms UGA >110º et fisheyes.
    Les avantages du mirrorless sont ailleurs.
    Il n’est pas certain non plus que l’OPA généralisée du mirrorless sur le reflex se passe comme les experts nous l’annoncent régulièrement.
    Attention à ne pas vendre trop vite la peau du reflex...

  • 26. TEST : AF-S Nikkor 180-400 mm f/4E TC1.4 FL ED VR : Présentation, 28 avril, 11:09, par Ernest MONARD

    Encore une fois , je le répète , on peut EVIDEMMENT exprimer des avis divergents , voir contraires sur tel ou tel sujet , en l ’ occurrence ici ( ??? ) sur ce qui concerne la photographie . MAIS que cela se fasse avec un minimum de courtoisie , que diable !
    Est - ce donc si difficile de rester poli , même en exprimant sa désapprobation ?
    Et je persiste à penser que les plus " hargneux " , les plus " véhéments " , les plus ... grossiers aussi , se retranchent souvent derrière l ’ anonymat d ’ un pseudo .... Je ne prêche sûrement pas pour que l ’ on privilégie le style " bisounours " dans ses commentaires , mais tout de même : un peu de retenue n ’ a jamais tué personne !
    On parle de photo ( en principe ) , sur ce site , pas de boxe ou de catch ...

    27. TEST : AF-S Nikkor 180-400 mm f/4E TC1.4 FL ED VR : Présentation, 28 avril, 17:17

    Seigneur miséricordieux, ayez pitié de nous...
    Amen

    28. TEST : AF-S Nikkor 180-400 mm f/4E TC1.4 FL ED VR : Présentation, 29 avril, 15:19, par Ernest MONARD

    Il n ’ y a plus guère que les extrémistes et les ... demeurés , pour invoquer encore " le Seigneur " , en 2018 ....

    29. TEST : AF-S Nikkor 180-400 mm f/4E TC1.4 FL ED VR : Présentation, 2 mai, 11:30

    message @28 en totale contradiction avec l’intervention @26
    pas de quoi être fier

  • _3_
    vous perdez votre temps
    le seul qui soit compétant est l’autoproclamé expert eric-p

  • Je rappelle qu’à capteur de taille identique, la techno mirrorless n’a aucun impact sur la photographie par rapport à un reflex.
    Conclusion : il vaut mieux avoir un reflex full frame qu’un mirrorless aps-c.
    A contrario, il vaut mieux avoir un mirrorless full frame qu’un reflex aps-c.

  • @expert recadré (m-8)

    On est presque d’accord (moi en tout cas !).
    Toutefois, dans le cas du reflex APSC, la monture utilisée a d’abord été conçue pour le reflex 24x36(Canon EOS/Nikon F/Pentax K /Sony ex minolta A)
    Conséquence, les GA/Zooms GA pour reflex APSC sont effectivement plus encombrants/lourds que des obvjectifs équivalents dessinés pour une monture mirrorless dédiée APSC, Fuji X en l’occurence ou Sony E.
    Un 14/2.8 DA Pentax est sensiblement plus lourd qu’un 14/2.8 R Fuji
    Un 10-18/4-5.6 EFS Canon est globalement moins performant/compact qu’un 10-18/4 Sony E
    Malgré tout, la conservation des montures reflex permet aux utilisateurs de reprendre une partie de leur parc optique 24x36.
    Pas étonnant dans ces conditions que la tentative d’OPA du mirrorless sur le reflex se soit soldé par un échec relatif...

  • @ (m-3)
    Une petite précision par rapport à votre message.
    Les projets de mirrorless 24x36 chez Nikon/ Canon ne permettent pas à eux seuls d’obtenir des gains de poids /encombrements sauf quelques UGA et fisheyes.

    En revanche, Canon /Nikon disposent de technologies permettant de réduire sensiblement le poids/encombrement
    de certains téléobjectifs.
    Ces technologies (DO, lentilles asphériques, BR,....)devraient permettre à Nikon tout au moins de présenter prochainement des supertéléobjectifs 400/500/600 très légers et peu encombrants.

    En particulier, leur futur 400/5.6 AFS VR PF devrait mesurer pratiquement env.180mm (Vs 174mm pour ce Leica /pana 200/2.8) tout en étant sensiblement plus léger, plus performant et MOINS cher que ce 200/2.8 OIS Leica/Panasonic.
    Et donc, effectivement, de ce point de vue là, ça va faire mal aux petits formats dont les arguments marketing (encore récemment martelés par un dirigeant d’Olympus) s’effritent à vue d’oeil...

  • 3 messages d’eric-p

    Pourquoi ?
    Pour encore dénigrer le mirrorless et les petits formats.

    Il n’a pas encore compris que chacun choisit en fonction de ses préférences et de ses besoins.

  • @(m-10)
    Apprenez à lire les interventions avant d’écrire !
    Je ne faisais que répondre à un autre intervenant sur les avantages supposés du MFT.
    Pour ce qui est de la pertinence du format, je ne suis pas le seul à avoir des doutes.
    Si le MFT s’arrête, votre argumentation "creuse" prouvera surtout que ceux qui ont fait ce choix du MFT n’ont pas fait preuve de beaucoup de discernement.

  • eric-prétentieux, il semble que je sache mieux lire que vous car vous n’avez même pas remarqué que je n’argumente pour aucun format en particulier.
    Je fais simplement remarquer que chacun est LIBRE DE CHOISIR en fonction de ses préférences et de ses besoins, que cela vous plaise ou non.

  • @ (m-12)
    Mais effectivement, chacun a le droit de jeter des langoustes dans la piscine , c’est bien connu !
    Et puis il arrivera un jour où on sonnera la fin de la récréation !!! ;-)
    Panasonic est une boîte qui s’est distinguée il n ’y a pas si longtemps(2006) dans sa "clairvoyance" en lançant
    un format formidable : Le FT !!!
    L’aventure a duré 2 ans 1/2 ....aux dépens de la clientèle bien entendu...
    Ensuite, on peut effectivement chanter les louanges des "petits formats"...sauf que cette "vision" des choses ne résiste pas vraiment à l’analyse :

    *Le format QQ (1/2.3" puis 1/1.7") de Pentax est à l’agonie après quelques années seulement.
    Bon, on me dira que c’était des jouets pour gosses (et Pentax n’a d’ailleurs pas hésité à marquer "TOYS" sur ses objectifs !) mais quand même !

    *Ensuite, on a eu l’aventure Samsung qui s’est permis de lancer 2 formats qui ont été des échecs retentissants
    (NX en APSC et mini NX (1") pour mini-résultats)

    *Ensuite ,on a eu le format 1 (comme 1 bide), un format 1" aujourd’hui largement concurrencé par les compacts/bridges
    qui font aussi bien voire mieux pour moins chers...
    Bien sûr, Nikon nous raconte le plus tranquillement du monde que son format "1" n’est en réalité "qu’endormi" et
    que nous avons le droit de croire qu’il se réveillera un jour comme la belle au bois dormant !

    *Aujourd’hui , on a Panasonic qui voudrait nous faire croire que son 200/2.8 OIS Leica/Panasonic est un objectif "pro"
    équivalent à un 400/2.8 pour beaucoup plus léger et moins cher que Canikon !
    Chez canikon, on est "mort-de-rire" en constatant qu’un industriel de la taille de Panasonic en est réduit à sortir des modèles réduit (échelle 1:2) pour faire valoir sa brillante expertise en optique !
    Bref, on se demande un peu pourquoi tous les photographes n’ont pas déjà franchi le Rubicon du MFT, un format où tout est tellement merveilleux !

    Au delà de ça, il faut un petit réfléchir un tout p’tit peu et essayer de voir où va Panasonic.
    En regardant la gamme optique, je ne vois sincèrement pas ce qu’ils pourraient sortir de plus :
    Ils ont sorti une gamme complète pour des amateurs qui sont "comblés" avec ce qu’on leur a donné.
    Ils viennent de sortir une gamme de 3 zooms à ouverture glissante f/2.8-4 qui montre surtout les limites de la formule
    et du format :

    Chez Canikon, ça fait belle lurette qu’on propose des zooms GA f/2.8 CONSTANT, ce que Panasonic n’est toujours pas capable de proposer en 12 ans d’activité sur le marché photo.

    Le zoom 50-200/2.8-4 OIS tient bien ses promesses en se montrant sensiblement plus léger et compact que le
    fameux 50-200/2.8-3.5 ZD proposé par Olympus en FT...sauf que c’est un produit du passé.

    Aujourd’hui , les "piranhas" (Sigma/Tamron) proposent un 100-400/4.5 (5)-6.3 stabilisé pesant 1135/1160g, c’est à dire
    140/160g de plus sur ce fameux Zuiko qui permettait, paraît-il, aux photographes de faire de la photo en haute montagne sans se casser le dos !!!
    Tamron/Sigma proposent évidemment leurs objos pour beaucoup moins chers que panasonic....au point qu’on peut s’acheter un reflex FF avec la différence !

    Au delà de ce 200/2.8 OIS et du 50-200/2.8-4 OIS, je ne vois donc pas très bien ce que Panasonic pourrait proposer
    à sa clientèle et la gamme risque donc de s’arrêter là.
    Vous savez sans doute aussi bien que moi ce qui arrive à une marque qui est incapable de proposer de nouveaux produits optiques à sa clientèle au bout d’un an : Les ventes stagnent puis déclinent et on sonne la fin de la récréation...

  • 13_e-p

    "...chacun est LIBRE DE CHOISIR en fonction de ses préférences et de ses besoins..."
    Rien à voir avec les langoustes, mais démontre parfaitement votre intolérence.
    A vous lire, on a le sentiment que vous serez heureux si un jour les entreprises qui n’ont pas tenu compte de vos avis "éclairés" font faillite..........Vous êtes un sinistre pervers.

    "Et puis il arrivera un jour où on sonnera la fin de la récréation !!!"
    "...et on sonne la fin de la récréation..."
    Pour vous, la fin de la récré est sonnée.
    Rangez vos billes et allez voir ailleurs.

  • @14
    Je crois que vous vous méprenez totalement sur mes intentions.
    Je vous rappelle à tout hasard que ce n’est pas moi qui décide le devenir du marché photo mais la "clientèle".
    Celà n’a donc rien à voir avec un problème de tolérance ou d’intolérance...
    Il se trouve que les analyses que j’ai faites il y a plus de 10 ans fonctionnent au moins partiellement :
    On nous annonçait une Nème réduction du format (On nous avait déjà fait le coup en 1996 avec le fameux APS argentique : Un bide total !) et la mort du 24x36 numérique parce que trop cher (situation en 2002).
    Résultat des courses ?
    TOUS les acteurs du 24x36 (sauf Contax mais c’est un cas très particulier) sont toujours là.
    Et de très nombreux acteurs des petits formats ont déjà disparu !
    On m’avait pourtant juré que le 24x36 était trop lourd/trop encombrant /trop cher !
    Je me dis que les photographes sont décidément trop riches...

  • Hey @eric-p , il faut cesser d’opposer APS/C et FF. Ce sont deux outils non comparables. Un de ces deux formats est qualitativement supérieur, ça ne fait pas de doute. Il faudrait être intellectuellement malhonnête pour ne pas le reconnaître. Mais il y a certaines situations où on est plus à l’aise avec un APS/C. Ca peut être en voyage ou si on recherche plus de discrétion. Ce sont deux outils qui ne s’opposent pas et sont complémentaires.
    Bon maintenant, si quelqu’un me dit qu’il a vendu son 5D Mark IV ou son Nikon D850 pour un acheter Olympus ou un Fuji, alors là, je dis chapeau l’artiste :)
    Moi, j’ai les deux.

  • 16
    J’ai aussi les deux.
    eric-p peut continuer à s’exciter en pure perte s’il n’a rien d’autre à faire.

  • @expert recadré (m-16)
    Honnêtement, je ne vois pas ce qu’apporte l’APSC par rapport au FF.
    Bien sûr, on pourra avancer l’argument du poids/encombrement des optiques mais c’est un
    argument CIRCONSTANCIEL.Les acteurs de l’APSC ou du MFT réoccupent (ce sont des filous, je les connais par coeur ! )
    des niches précédemment occupées par le 24x36 et qui ont été abandonnées par celui-ci car jugées insuffisamment
    performantes.
    J’ai des exemples plein le tiroir !

    Le 100-400/4.5-5.6 OIS
    est en réalité comparable à un 150-600/6.5-8 en 24x36.
    Il se trouve que Nikon produisait un 180-600/8 ED dès 1975 et pesait 3.4 Kgs !
    On pourrait croire que l’APSC a apporté des gains de poids/encombrement SAUF QUE le progrès optique
    est aussi passé en 24x36
    et Sigma/Tamron proposent d’excellents 150-600/5-6.3 USM stabilisés pesant moins de 2 Kgs pour une poignée de cerises...À ce prix là, je préfère prendre les 575g grammes de plus des Sigma/Tamron que payer 1000 € pour obtenir un objectif moins performant au moins sur le plan photométrique réel.

    *Le 10-24/4 est équivalent à un 15-35/5.6 en 24x36
    Sauf que là encore, la comparaison vire au désastre pour l’APSC.
    Il se trouve que Tamron propose un 15-30/2.8 VC USD (qui est optiquement excellent par dessus le marché ),
    qui n’a pas la focale 35mm....mais qui est vendu dans une officine "discount" 100 € de moins que le 10-24/4 Fuji !!!
    Cherchez l’erreur...
    On dispose également de 16-35/2.8 & 16-35/4 LIS qui sont également très performants. C’est pas le mm gagné en bas du range qui parviendra à chagriner les foule-frêmistes !

    Parmi les focales fixes, Fuji propose depuis peu un 23/2 qu’ils tentent crânement de faire passer pour un 35/2.
    Or l’équivalence photométrique réelle, c’est plutôt 35/2.8.
    On faisait ça chez Canikon il y a presque 60 ans (1959 chez Nikon !)et ils ont renoncé du fait de la concurrence des zooms !
    Il reste un 35/2 IS USM qui est vendu couramment moins de 500 € dans une officine d’Aix la chapelle bien connue
    ...même pas le prix d’un 23/2 Fuji. Vous me direz, y’a la finition métal...

    En consultant le line-up Fuji APSC, TOUT est comme ça. Ils ont même osé un ridicule 50-230/4.5-6.7
    qui serait équivalent à un 70-350/6.5-10 en 24x36.
    On comprend aisément pourquoi Canikon ne se sont pas aventurés sur ce terrain là.

    En revanche, question encombrement et à condition de ne pas "ronchonner" sur les perfs optiques,
    Canon a bien tenté un 70-300/4.5-5.6 DO IS USM qui est plus cher mais ...plus compact que le Fuji (100mmVs 111mm !)

    Il y a enfin un 14/2.8 R équivalent à un 21/4 en 24x36 !
    On a commencé à produire des 20/4 dès 1961 en 24x36 !!!
    Aujourd’hui, Sigma propose un 20/1.4 DG Art pour le prix d’un 14/2.8 R . Cherchez l’erreur...

  • À la place de regarder un bon film avec de Funès ou pierre richard, on peut toujours lire la prose sybilline d.eric P qui cette fois y va de son couplet « mais non, ce n.est pas moi qui le,dis et d’ailleurs, c’est pas ma,faute si les gens se trompent et d’ailleurs un jour ils-verront qu’en j’ai eu raison »
    revenons un peu à du plus sérieux
    1. Eric p continue de comparer des pommes et des poires
    2. Ses arguments sont de mauvaise foi : comparer un sigma FF à un fuji apsc n.a pas de sens
    3. Fuji propose de vraies optiques équipées de bagues de diaphragme, relativement performantes
    4. Dans 95 % des cas, PERSONNE ne verra la différence entre uné photo prise avec un fuji et un Canonikon
    5. Les micro 4/3 sont effectivement plus compacts (bcp plus que l.apsc)
    6. Les micro 4/3 sont ultra rapides de par entre autres leur capteur plus’petit
    7. Les capteurs micro 4/3 sont moins performants dans l’absolu que les capteurs FF mais là n’est le problème car ceux qui choisissent ce format le font en connaissance de cause, on peut le,supposer
    8. Le jour où les fabricants tiers proposeront des optiques vraiment compactes pour Sony FE , les plus petits capteurs (apsc et micro 4/3) souffriront car aujourd’hui les « petits « Boîtiers apsc et m4/3 sont presque aussi chers que les ff
    9. Le jour où Canonikon sortiront des mirrorrless en plein format , ce n’est pas Sony qui souffrira mais bien les apsc et 4/3, à la condition que les prix de vente d’une part et la compacité des optiques d’autre part soient au rendez vous.
    10 . Enfin, bien malin aujourd’hui celui qui sait dans quelle,direction le marché va évoluer. Ce qui est sûr c’est que le marché des dslr. continue de décliner mais pas forcement au profit déterminant du mirrorrless. Ce qui peut signifier que la photo est devenue chère, que les gens veulent du plus compact encore et qu’avec le,progrès des smartphones le public se désintéresse du « gros « matériel. Subsisteront ceux qui ont la polyvalence, la,diversité et les reins assez solides pour remettre en question un système ou une gamme. Pas sûr que tous y arrivent...

    différence

  • Cher @eric-p, vous avez 100% raison mais l’argument circonstanciel est parfois une évidence qui l’emporte.
    Le critères poids, le prix, tout cela, ça compte aussi. Et on peut les ranger raisonnablement à coté de critères plus qualitatifs. Il faut être conscient des limitations de son matériel. L’important, c’est de prendre plaisir.

    @19 :
    1. Eric p continue de comparer des pommes et des poires
    Pourquoi pas ? Il faut être conscient des limites de son matériel. Mais il y a la critique du matériel et il y a son usage.
    Mais il est vrai qu’il tourne comme un disque rayé (qu’il me pardonne cette image).

    4. Dans 95 % des cas, PERSONNE ne verra la différence entre une photo prise avec un fuji et un Canonikon
    - Oui et non. Ca dépend du style de photo.
    Ca pourrait être marrant de faire un test en les mettant côte à côte.

    5. Les micro 4/3 sont effectivement plus compacts (bcp plus que l.apsc)
    Et c’est très bien ! Mais il existe de gros aps/c et micro 4/3. Et chers ! Cherchez l’erreur. Ici, l’argument circonstanciel n’existe pas. On entre dans un cadre d’un achat irrationnel...

    6. Les micro 4/3 sont ultra rapides de par entre autres leur capteur plus’petit
    Ce qui compte, c’est la vitesse du processeur, la résolution, le format (raw ou jpg, pas le ratio). La taille n’a aucune incidence. Le plus rapide est, sauf erreur (je ne connais pas tout, vous me corrigerez), est un FF de marque Sony.

    Bon dimanche à tous :)

  • @20
    "il tourne comme un disque rayé"

    Rayé, archi rayé.
    Malheureusement, il ne s’en rend pas compte.

  • "17"
    La suite démontre qu’il doit s’ennuyer ferme au point d’écrire sans cesse des messages quasi identiques.

  • @ (m-19)Cher Monsieur X
    En lisant votre message, je me suis dit heureusement que je suis de mauvaise foi parce que je n’ai aucune difficulté à déboulonner vos arguments un par un !

    1-Non, je ne compare pas des pommes à des poires car l’ambition du mirrorless est bien de dévorer le marché reflex
    en racontant n’importe quelle connerie pour y parvenir !
    D’ailleurs, c’est bien connu : Plus le mensonge est gros, plus les gens avalent !!!

    2-Si si, comparer un 20/1.4 DG Art à un 14/2.8 R Fuji a un sens : ILS SONT PROPOSÉS AU MÊME TARIF alors que
    la pupille d’entrée du Sigma est 8x plus grande (en surface) !
    Chez l’épicier d’Aix-la-chapelle, on trouve même le Fuji 100 € plus cher !!!
    Accessoirement, ce 14/2.8 R n’est pas un foudre de guerre question piqué...
    Évidemment, il ne faudra pas s’étonner qu’un adepte du reflex se dise : Chez Fuji y’a moins bien mais c’est plus cher !

    3-Effectivement, c’est ce que je disais dans un message précédent : Fuji propose des optiques avec une bague de diaphragme dessus....une solution autrefois utilisée par canikon...puis Nikon encore sur ses AFD et puis ?
    Plus personne depuis.
    Bon, il reste quelques indépendants comme Cosina (Via les marques Voigtländer/Zeiss ) qui fournissent ceux qui veulent encore...

    4-FAUX , ou alaors à moins de n’avoir jamais su faire la différence entre les 2 formats :
    - C’est pas le même modelé
    - Ce ne sont pas les mêmes couleurs
    - Ce n’est pas forcéement la même PDC
    - Sur les agrandissements (au moins à l’écran), on voit la différence.
    C’est normal, les lois de la physique sont particulièrement têtues avec la diffraction...

    Il y a quelques années, on s’était d’ailleurs amusé à faire la différence entre un cliché issu de l’APSC "pro" Nikon (D2X)
    sur un écran d’ordinateur avec un 5D "people" 24x36 et la différence était visible à l’oeil nu malgré la définition limitée
    proposée par le site...

    5-Les boîtiers FF peuvent être très légers, très compacts.
    Sony l’a prouvé avec son compact RX1R II pesant 507g TTC avec un 35/2
    Essayez donc de trouver un compact APSC équipé d’un 23/1.4 pesant moins de 500g : Vous n’en trouverez pas !
    Sinon, effectivement, si je mets une optique plus petite sur un format plus petit, le tout sera effectivement plus léger ;
    on enfonce les portes ouvertes là ! Sauf que les perfs globales seront en retrait par rapport à ce RX1R de référence...

    Idem pour le poids des boîtiers : Sony a commencé par proposer un Sony A7 FF(avec un EVF) pesant 474g en ordre de marche !

    Si je vais chez Olympus, je trouve un OMD-EM10 Mk III pèse 410g TTC. On a gagné 64g et...on ne se cassera pas une vertèbre pour si peu !

    Mes démonstrations prouvent une fois de plus que vous avez été gravement intoxiqué par la com (la propagande !)
    des acteurs du mirrorless mais que vous ne vous en êtes pas forcément encore rendu compte !

    6-Les micro4/3 ne sont pas fiorcément si rapides que ça.
    Là encore, il s’agit d’un argument purement circonstanciel lié à la capacité de traitement des processeurs et de la technologie utilisée sur le CMOS (capteur "empilé" par exemple)
    Tout récemment, Sony a démontré qu’on pouvait atteindre 20i/s sur un capteur FF.

    Je ne renie pas l’intérêt qu’on peut trouver à bénéficier de rafales à 25i/s voire bien davantage mais cette caractérisstique est insuffisante à elle seule pour provoquer un switch des utilisateurs du FF=>MFT.

    Je rappelle que la plupart des photos réalisées par le quidam sont faites en mode "one shot"...

    7-Justement non !
    Moi même, je viens du format FT argentique alias le fameux format 110 argentique !
    Et j’étais persuadé que la différence entre 110 et 24x36 argentique était négligeable.
    Un jour, j’ai récupéré une vieille antiquité léguée par mon père : Un AE1-Program 35/3.5 FD
    afin de voir la différence sur des tirages 10x15.
    Devinez quoi ?
    Le compact 110 s’est retrouvé ipso-facto au rayon des accessoires !!!
    Je prétends au contraire que la plupart des utilisateurs du FT/MFT sont des victimes de la propagande incessante des
    "petits hommes bleus" pour lesquels je leur reconnais un talent particulier sur ce point !

    J’ai même acheté un Kit E-410 14-42 40-150 à mon épouse parce qu’elle voulait un reflex léger (c’était avant la sortie des premiers mirrorless) et qu’elle avait mal au dos !

    Depuis, elle m’a demandé un APN capable de monter à > 25.000 isos et je lui ai acheté un Canon 6D.
    Malgré 330g de plus sur la balance, je ne l’ai encore jamais vu se plaindre du poids de son 6D !!!

    Curieux, non ?

    Conclusion : Les acteurs du mirrorless vantent des mérites essentiellement "fantasmagoriques" pour leurs produits...

    8-Ça faut pas rêver !
    Faire un 21/2.8 FE qui soit aussi léger qu’un 14/2.8 R pour Fuji APSC, c’est "No way" !
    En revanche, un 21/4 a bien été proposé pour Leica M : Il pèse 135g (Notez que je n’ai rien dit sur les perfs optiques, hein !)
    Ils ont également un 21/1.8 en monture Leica M qui ne pèse que 412g...(235g pour le 14/2.8 R Fuji)
    À noter également que Zeiss propose un 21/2.8 FE pesant 394g (MF seulement) ; on ne se cassera pas une vertèbre pour 160g de plus...
    Le problème des focales fixes en monture FE, c’est qu’elles entrent terriblement en concurrence avec les zooms
    et les fabricants ont donc mis la "pédale douce" sur ce créneau...à moins de payer la note !

    9-Pour ce qui est des futurs mirrorless FF Canikon, il ne faut pas s’attendre à des miracles : Ils feront plus ou moins ce que propose déjà Sony en FE.
    Ils pourront néanmoins proposer des téléobjectifs plus légers/compacts que Sony grâce au capital technologique dont ils bénéficient (DO chez Canikon BR chez Canon).
    Parmi les (faibles ) avantages du mirrorless sur le reflex, l’un d’eux consiste à pouvoir réaliser des
    objectifs f/0.9 chez Canon alors que la monture Nikon F est en pratique limitée à f/1.4 en AF...

    Pour le tarif des boîtiers, ils resteront élevés en FF. La supp`ression de la cage ne permet pas de gain de coût ou à la marge.

    Pour baisser le coût du FF, il leur faut augmenter leurs capacité de production en capteur FF. Pas sûr qu’ils soient tentés par l’aventure...sauf si Sony s’y met !

    10-La prospective commerciale relative au marché photo est toujours délicate, c’est vrai.

    Je prétends neanmoins qu’elle est possible car nous bénéficions déjà de l’histoire de l’industrie photo
    et que celle-ci permet de tirer quelques enseignements intéressants :

    - L’industrie photo est déjà passée du mirrorless au reflex malgré un accroissement du poids des boîtiers et des objectifs GA. Les gens ont tendance à l’oublier.
    En fait, l’argument qui a facilité ce passage, c’est la polyvalence du reflex.

    - Le reflex s’est déjà trouvé en concurrence avec les compacts à une certaine époque...car ils imaginaient que les
    compacts et leurs mini-zooms seraient "suffisants" pour faire "l’essentiel".
    Oui....mais ça n’a duré qu’un temps !

    - Toutes les tentatives de substitution du 24x36 argentique par des formats plus petits ont LAMENTABLEMENT échoué (format 110 puis le fameux APS argentique ).

    - La réduction historique des formats n’a été constatée en raison que de 2/3 facteurs :
    *Certains formats étaient réellement trop grands mais arrivés avant la "photographie de masse".
    *Le coût des consommables et leur capacité (films 120/220) étaient insuffisants par rapport au 135
    *Les technologies de l’époque ne permettaient pas de faire du MF "moderne" et "économique".

    - Depuis l’apparition des compacts/bridges au format 1" /FT/ APSC, on se demande finalement si ces derniers ne pourraient pas gêner le développement du mirrorless MFT/APSC....tandis que le 24x36 continue de prospérer tranquillement dans son coin...

    - Le capteur 24x36 n’a pas réussi à conquérir le marché d’entrée de gamme...uniquement du fait du coût de celui-ci :
    *Évalué à 100 $ pour l’APSC
    *Évalué (à la louche) 500 $ pour le FF ; c’est encore trop cher pour l’entrée de gamme.

    Supposons que de nouvelles technologies parviennent sur le marché (et les fabricants sont obligés de s’y intéresser à cause des conséquences éventuelles de la concurrence !)
    Perovskites ?capteurs hybrides Fuji/pana ?nanoimprimerie ?etc...

    Et que le prix de l’APSC soit ramené à 50 $ tandis que le prix du FF sera ramené à 3x l’APSC : 150 $
    Alors, dans ces conditions, l’APSC ne sera plus assez rentable et disparaîtra.

    L’inverse n’est pas vrai ! La menace sur la pérennité des formats plane davantage sur les petits formats que sur les grands...

    Conclusion : Lire la prose d’eric-p, c’est vraiment plus intéressant que de regarder la soupe aux choux ! ;-)