Tout savoir pour réaliser, optimiser et diffuser ses photos

TEST Panasonic Leica 200 mm f/2,8 DG Elmarit OIS : Verdict

30/04/2018 | Jean-Marie Sépulchre

- Caractéristiques :
Cet objectif est une aubaine dans la gamme Lumix pour s’attaquer à des sujets pour lesquels les Micro 4:3 n’étaient pas les plus à l’aise jusqu’à maintenant.

- Fabrication :
La construction est très soignée avec la même finition que les aures modèles de la gamme Leica pour Lumix, avec un joint d’étanchéité sur l’objectif, mais aussi sur le convertisseur fourni.

- Ergonomie :
La manipulation est agréable, autofocus et stabilisateur sont efficaces et le collier de pied permet une tenue en main correcte.

- Qualité optique :
Le piqué est du meilleur niveau de la pleine ouverture à f/8 puis la diffraction le dégrade. Les défauts optiques sont très limités, mais le rendement baisse un peu (tout en restant très bon) avec le convertisseur fourni.

- Qualité/Prix :
En théorie un objectif avec un petit cercle de couverture devrait être plus compact et moins onéreux qu’un objectif de 24 × 36, mais le coefficient multiplicateur Leica est de sortie. Mais en fait on est au même niveau de tarif que l’Olympus 300 mm f/4.

NOTE GÉNÉRALE : 8,7 / 10

Le prix paraît élevé pour un 200 mm...mais si l’on regarde ce que l’on devrait investir pour la même luminosité et le même cadrage en APS et plus encore en 24 × 36 on se dit que choisir un Micro 4:3 et ce type d’objectif peut être un choix rationnel.

"Ce qu’on a aimé"

- Qualité de fabrication
- Qualité optique
- AF et stabilisateurs efficaces

"Ce qu’on a moins aimé"

- Poids de l’objectif par rapport au boîtier
- Prix élevé
- Baisse de piqué avec le multiplicateur

ACHETER EN LIGNE LE N°105 du MondedelaPHOTO.com [MDLP]
132 PAGES - MAI 2018 - 6,00 €
- Retrouvez l’intégralité de nos tests sur le Panasonic Leica 200 mm f/2,8 DG Elmarit OIS dans notre numéro cent cinq du MondedelaPHOTO.com, actuellement en kiosque, et en vente sur le site (paiement par CB 100% sécurisé) :
Cliquez sur ce lien pour le commander :
- Version magazine papier (envoi sous 48 heures)
- Version numérique sur tablette (iOs & Androïd)
- Consulter l’intégralité du sommaire
NOUVEAU ! ABONNEMENT SANS ENGAGEMENT DE DURÉE
MDLP lance en 2018 une offre d’abonnement sans engament de durée sur sa version numérique (disponibles smartphones, tablettes et ordinateurs). Vous êtes libre de résilier ou suspendre à tout moment votre souscription par l’envoi d’un simple émail à l’adresse émail à abonnement@lemondedelaphoto.com Afin de vous faire découvrir cette offre et cette nouveau mode pour vous procurer votre magazine préféré, nous vous proposons une offre préférentielle : vous payez 1€ le premier numéro, puis 3,90 € les numéros suivants. Paiement par CB 100% sécurisé par la société Générale. Cliquer sur ce LIEN pour bénéficier de cette offre.

Cet article vous a plu ? Notez le et partagez le sur les réseaux sociaux !



Commenter cet article

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Messages

  • "Le prix paraît élevé pour un 200 mm...mais si l’on regarde ce que l’on devrait investir pour la même luminosité et le même cadrage en APS et plus encore en 24 × 36 on se dit que choisir un Micro 4:3 et ce type d’objectif peut être un choix rationnel."

    On se répète dans le clan "foule-frêmiste" : Il n’est pas nécessaire d’acheter un 400/2.8 pour avoir un équivalent de ce 200/2.8 OIS ; un simple 400/5.6 24x36 fera l’affaire...en multipliant par 4 la sensibilité sur le boîtier !
    "Et la montée du bruit ?"Me dira-t-on ?
    Elle est tout bonnement liée au diamètre de la pupille d’entrée de votre objectif.
    Dans le cas présent le rapport S/B d’un capteur 24x36 est quasi identique à 400 isos que le rapport S/B d’un capteur
    MFT à 100 isos (en supposant que les 2 capteurs bénéficient des mêmes technologies)
    Les astronomes ont compris ça depuis longtemps...
    Tout est identique voire parfois meilleur en 24x36 (les capteurs 24x36 bénéficient parfois du BSI offrant un surcroît de sensibilité) sauf peut-être sur la vélocité de l’AF (à voir).

    Sauf qu’un 400/5.6 en FF est bien moins coûteux que ce 200/2.8 OIS Leica/Panasonic.

    À ce compte là , les animaliers ne sont pas prêts de quitter le "paradis communiste FF" au profit d’un format à l’avenir incertain...