Tout savoir pour réaliser, optimiser et diffuser ses photos

TEST : SIGMA 24-105mm f/4 DG OS HSM Art

09/12/2013 | Jean-Marie Sépulchre

En exclusivité quelques jours avant la sortie du numéro 62 du Monde de la Photo, nous vous proposons le test du zoom SIGMA 24-105 mm f/4 DG OS HSM Art réalisé par Jean-Marie Sepulchre. Découvrez le verdict de son test.

La rédaction vous livre l’intégralité des mesures réalisées par Jean Marie Sepulchre dans le cadre du test consacré ce mois-ci au SIGMA 24-105mm f/4 DG OS HSM Art.

Cet article vous a plu ? Notez le et partagez le sur les réseaux sociaux !



Commenter cet article

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Messages

  • Les opticiens actuels se la coulent douce.
    Heureusement que l’informatique est là pour corriger tous les défauts optiques.

  • Encore un objectif inutilisable sous la douche à cause de l’absence d’un joint sur la baïonnette !

  • j’ai cru voir sur FF => - 5% de distorsion en moustache à 24mm et +2% à 105mm ou l’inverse ??? c’est un truc de chinois ça non ? vous arrivez à faire des photos vous avec ça ?

  • Une superbe optique ... excellent travail de la part de Sigma : Nikon et Canon ferait bien d’en prendre de la graine !
    Pas de problème pour les corrections optiques, DxO fera le boulot, lors d’une prochaine mise à jour.
    Vraiment dommage pour le manque de joint sur la baïonnette : mes 2 derniers objectifs Nikon en sont équipés. Cela devrait être un standard pour des objectifs de ce calibre (et ce n’est pas pas ce que cela coûte).

  • Sans doute le meilleur 24-105 mm f4 du marché ! L’absence d’un joint d’étanchéité n’est qu’anodine, parce que franchement, la plupart des objectifs pros tiennent bien sous la pluie, la neige, la grêle ou le sable, étant pour la plupart faits en métal... Alors bon... Dommage que Tamron n’imite pas Sigma dans sa ligne de conduite.

  • Le joint ne sert pas spécialement à la protection tous temps de l’objectif (même s’il y participe un peu) mais à éviter la pénétration de poussières dans la chambre, et donc sur le capteur. Même si le capteur est "autonettoyant" (enfin, en théorie), je préfère investir dans un objectif doté d’un joint plutôt que de devoir nettpoyer le capteur. Même mon petit 50 Nikon est équipé de ce joint, dommage que Sigma ait fait l’impasse sur cet accessoire si utile et au prix minime.

  • " ...pour les corrections optiques, DxO fera le boulot... "

    Lamentable ! Ce travail revient aux opticiens.
    Sans DxO ou autre, point de salut.

    Ceux qui travaillent encore en argentique n’ont plus qu’à passer leur chemin.

    Quant au joint de baïonnette, ce n’est vraiment pas un critère déterminant pour le choix.
    Le syndrome JMS serait’ il contagieux ?

    Tous les fabricants n’en équipent pas leurs objectifs et cela ne pose aucun problème.

    Le capteur se salit principalement lors du changement d’objectif.
    L’ajustage est tel entre les parties mâle et femelle de la baïonnette qu’il ne reste pas de place pour laisser la poussière pénétrer.

    Cela dit, la présence de ce joint étant rassurante pour certains, ne nous en privons pas.

  • Je reste toujours pantois devant a la fois les tests JMS et certains commentaires. D’autres testeurs bien établis et sérieux semblent contredire le test de JMS. En effet, il est décelé un vignettage énorme (jusqu’à en moyenne 2,3 EV !) et present a toutes les focales ! Sans compter les aberrations chromatiques importantes qui comme chacun sait diminuent la netteté. Se baser sur un seul test pour dire : nikon et canon feraient bien d’en prendre de la.graine, c’est un peu léger. Nikon a construit un zoom plusperformant car plus polyvalent : sa plus longue focale va jusque 120 mm. Quant au bleu partout dansle test JMS, rien ne m’étonne, c’est TOUJOURS bleu partout meme surles bords bien que dans le test on lit qu’il est nécessaire de fermer le diaph a cause dumanque de netteté sur les bords. Allez comprendre......

  • " Je reste toujours pantois devant a la fois les tests JMS et certains commentaires "

    Vous n’êtes pas le seul.
    La cohérence n’est pas toujours au rendez-vous.

  • Merci de tous indiquer quels testeurs sérieux trouvent 2,3 IL de vignetage à toutes les focales et un piqué lamentable ;o)

  • Sinon pour répondre à un mystère : comment se fait-il que sur certains objectifs le piqué sur les bords aux grandes ouvertures soit meilleur sur les bords à courte distance que sur les lointains : c’est simplement que le concepteur de l’objectif à corrigé la courbure de champ pour qu’à courte distance on s’en sorte mieux (par exemple, photo de groupe dans un mariage peu éclairé) qu’à longue distance (parce que généralement on ne fait pas de paysage à pleine ouverture). Pour connaître une situation inverse, essayez le nouveau 58 mm Nikkor, vous m’en direz des nouvelles ;o)

  • @nikoniste
    Le métal n’est pas un signe de solidité du matériel photo. Il y ametal et métal. A l’époque, les Lada avaient des tôles acier fort épaisses, ce qui n’empêchait pas la rouille de survenir rapidement. A l’heure actuelle, les nouveaux composants modernes comme ceux utilisés pour le nikon d5300 sont bien plus résistants que le métal et surtout plus légers. Ils offrent a la fois la solidité et la légèreté. La "solidité" d’une optique dépend aussi de la qualité des composants internes : cames mecaniques, futs, soudure, etc. Réduire la solidité d’une optique à l’aspect flatteur du métal qui fait "lourd", est une erreur de jugement.

  • Le 58 Nikkor n’est pas une alternative crédible au 50 mm F1.4 ou meme 1.8. Le fait qu’il coute quatre fois plus cher que le 50 F1.4 et presque dix fois le prix du 1.8 l’élimine de mon fourre tout. Je suis comme tout le.monde : je cherche lemeilleur compromis. Seuls les riches peuvent acheter sans compromis (et compromission ). De plus la qualité actuelle des capteurs ne justifie plus l’achat d’optiques aussi lumineuses. Regardez le 85 F1.8 et voyez comme il est bien supérieur au F1.4 ! De plus, tout le,monde connait le probleme du "forçage" des capteurs avec les optiques ouvrant à F1.4.

  • " Le métal n’est pas un signe de solidité du matériel photo. "

    Tout à fait exact.

    La matière plastique, comme son nom l’indique a la faculté de supporter certains chocs et déformations sans dommages.
    Elle est en mesure de reprendre sa forme initiale.

  • " Le 58 Nikkor n’est pas une alternative crédible......... "

    Eh oui, certains acceptent d’acheter ce type de matériel au tarif manifestement exagéré pour épater la galerie ou en imaginant qu’ils deviendrons des photographes géniaux.

    Il ne faut pas perdre de vue que cet objectif (même s’il est excellent) n’est qu’un produit industriel fabriqué en série, même petite.

    Sa réalisation, une fois la conception terminée, ne doit guère revenir plus cher que celle des autres objectifs.