Tout savoir pour réaliser, optimiser et diffuser ses photos

TEST : SIGMA 24-105mm f/4 DG OS HSM Art, Le verdict

09/12/2013 | Jean-Marie Sépulchre

Le verdict

- Caractéristiques :

Ce zoom est typique du transstandard stabilisé pour le plein format. Inauguré par Canon avec l’EOS 5D, il est conçu pour être à l’aise sur tous les terrains de prise de vues.

- Fabrication :

La fabrication et la finition sont du meilleur niveau dans cette gamme, même si (comme toujours) nous pensons qu’un joint d’étanchéité de baïonnette aurait été un atout supplémentaire.

- Ergonomie :

Ce serait un sans faute ergonomique si la bague de mise au point manuelle était un peu large, mais elle est douce et précise. Le zooming est aisé. Autotocus et stabilisateur font leur office en matière de silence.

- Qualité optique :

Question piqué sur mire, on est au sommet pour ce type de zoom, les mesures étant meilleures que les Canon et Nikon équivalents. Il en est de même pour le vignetage et la distorsion, mais cette dernière reste quand même trop forte, et on ne pourra la corriger qu’en post-traitement, les boîtiers Canon, Nikon et Sony ne reconnaissant pas les objectifs compatibles.

- Rapport qualité prix :

L’objectif est de haute qualité et le prix équilibré par rapport aux zooms concurrents. Mais il faut se souvenir qu’il faudra investir un peu plus en logiciel de post-traitement pour obtenir la qualité d’image la meilleure, notamment en paysage.

NOTE GLOBALE : 8,4/10

Ce que l’on a aimé

- Très belle qualité de construction
- Piqué très élevé
- Autofocus et stabilisateur silencieux

Ce que l’on moins aimé

- Vignetage à 24 mm
- Distorsion un peu forte

Cet article vous a plu ? Notez le et partagez le sur les réseaux sociaux !



Commenter cet article

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Messages

  • Encore un objectif inutilisable sous la douche à cause de l’absence d’un joint sur la baïonnette !

  • Voici encore un exemple de la dérive de tous les constructeurs d’optique, qui sacrifient la qualité (essentiellement courbure de champ) à longue distance pour favoriser les résultats sur mires. Heureusement, nous avons la chance d’avoir JMS qui grâce à ses tests sur briques nous montre la réalité. Il faudrait faire des pétitions auprès de DP-Review, Photozone, et autres pour que leurs tests soient complets comme celui-ci, et que les fabricants nous livrent des optiques aptes à fournir des résultats homogènes à plus de 5 ou 10 mètres de distance.
    Et comme d’habitude, chapeau bas pour la qualité toujours homogène de vos tests.
    PS : Petite suggestion, serait-il possible de retester les grands classiques de l’optique qui n’ont pas étés éprouvés sur les capteurs les plus exigeants.

  • Bonsoir

    Je suis étonné de vos remarques concernant la non reconnaissance de l’optique par les boitier concernant les corrections de vignetage sur des optiques tiers
    En ce qui concerna la distorsion , c’est fort probable , par contre je dois dire qu’en ce qui concerne la correction du vignetage sur un Sigma 35mm f1.4 avec les boitiers Nikon , c’est bien pris en compte , et ce avec capture Nx ,, j’ai vérifié a plusieurs reprises , il est tout à fait envisageable qu’il en soit de même sur cette optique
    Est ce du au fait que le 35mm Sigma est identifié comme un 35 mm d’origine Nikon , peut être , en tous cas cela fonctionne très bien

    De toute manière c’est un faux problème quant on utilise des logiciels tiers comme Lr ou DXO , la prise en compte des corrections d’origine des optiques propriétaires est toute relative

    Bonne soirée