Tout savoir pour réaliser, optimiser et diffuser ses photos

TEST Sigma 150-600 mm f/5-6,3 DG OS HSM Sports, sur le terrain

18/12/2014 | Jean-Marie Sépulchre

Sur le terrain :

Il faisait si beau en fin de matinée pour photographier les tuiles…et malheur en milieu d’après midi quand nous décidons d’une petite promenade à l’espace ONF de Rambouillet, le ciel se couvre, une petite bruine tombe par instant…nous voyons vite que si nous voulons conserver une vitesse de sécurité autour de 1/250s dans les sous-bois (car le stabilisateur n’empêche pas les animaux de bouger) il va falloir monter à 6 400 ISO, de même dans la clairière plus claire où volent les rapaces au cours de la démonstration quotidienne…car là nous avons besoin du 1/1000s, et encore c’est trop lent à 600 mm quand l’oiseau est proche. Par sécurité nous choisissons le format RAW développé en tout automatique par DxO Optics Pro.
La qualité obtenue dans ces sombres conditions est tout à fait convaincante, mais bien entendu on aurait pu ne pas dépasser 2 000 ISO avec un 600 mm f/4 beaucoup plus lourd et cinq fois plus cher…en faible lumière nous saisissons les limites de ces super zooms qui doivent être mariés à un boîtier de haute volée en terme de qualité d’image dès que l’on est obligé d’augmenter la sensibilité. Par contre, nous avons été agréablement surpris par la qualité du dégradés des flous à l’avant (cervidés) ou à l’arrière (oiseaux) du sujet principal malgré la petite ouverture. Avec un gros plan d’un animal à la focale de 600 mm, nous obtenons un bokeh très lisse et bien fondu sur l’herbe !

- Ci-dessus : En sous bois malgré le stabilisateur il valait mieux rester à 1/250s pour suivre les mouvements peu rapides mais fréquents des animaux, d’où la nécessité d’une sensibilité élevée.
- Ci-dessus : Les gros plans possibles à la focale de 600 mm poduisent un flou arrière (bokeh) séduisant malgré la petite ouverture.
- Ci-dessus : Sur un sujet proche et rapide, peu accrocheur pour l’autofocus (oiseau sombre) il est vivement conseillé d’ouvlier le stabilisateur et d’opérer en rafale à vitesse élevée…ici nous étions un peu limite à 1/1000s, mais il faut quand même garder du flou sur les ailes pour montrer le mouvement.
Mon frère est-il mon ennemi ?
Pour l’instant seul le Sigma 150-600 mm « Sports », vraiment taillé baroudeur, est disponible. Mais la fiche technique de son frère « Contemporary » reste très séduisante, avec une construction également optimisée pour un usage tout terrain, quoique moins typée « blindé pro », une reprise des particularités ergonomiques du modèle sport, mais une formule optique un peu plus simple et un poids et un prix plus doux. Reste à attendre de pouvoir le tester, la commercialisation ayant débuté par le modèle le plus haut dans la gamme.
MDLP N°72, Janvier-Février 2015
- Retrouvez l’intégralité de notre test du Sigma 150-600 mm f/5-6,3 DG OS HSM Sports dans notre numéro soixante-douze du MondedelaPHOTO.com, actuellement en kiosque.
- Lire le sommaire du N° 72 de MDLP
- Acheter (envoi sous 48H00) N° 72 de MDLP
RÉALISEZ 32% D’ÉCONOMIE = ABONNEZ-VOUS !
WORKFLOW + LEMONDEDELAPHOTO.COM : Profitez de 32 % d’économie en souscrivant à notre offre d’abonnement de 1 an (14 numéros au total) au prix de 56 euros TTC.
Je souhaite m’abonner aux magazine Workflow & LemondedelaPHOTO.com

Cet article vous a plu ? Notez le et partagez le sur les réseaux sociaux !



CEWE