Tout savoir pour réaliser, optimiser et diffuser ses photos

TEST Tamron SP 15-30mm F/2.8 Di VC USD, sur le terrain

06/03/2015 | Jean-Marie Sépulchre

Sur le terrain :

Nous avons disposé de peu de temps pour tester l’objectif sur le terrain mais comme nous jonglions entre les averses de neige fondue…le soleil est sorti des nuages pour nous permettre d’apprécier la qualité en demi-contre jour : la qualité des traitements anti-reflets est manifeste. Ces prises de vues classiques montrent que la distorsion n’est pas trop gênante en paysage naturel.

JPEG - 104.2 ko
Ci-dessus : Paysage campagnard à la focale de 15 mm [Canon EOS 5D Mark III] - F/8
JPEG - 160.1 ko
Ci-dessus : Paysage campagnard à la focale de 20 mm [Canon EOS 5D Mark III] - F/8
JPEG - 150.6 ko
Ci-dessus : Paysage campagnard à la focale de 30 mm [Canon EOS 5D Mark III] - F/8
Stabilisateur et très grand-angle
La présence d’un stabilisateur sur un zoom grand-angle à f/2,8 est une grande première. Tamron avait d’ailleurs déjà innové avec la stabilisation de son 24-70 mm f/2,8. Néanmoins, nos essais n’ont pas été 100 % concluants, sans doute de la faute… du photographe. On considère en effet qu’en 24 x 36 la vitesse de sécurité pour un sujet immobile à moyenne est liée à la focale : 1/200s pour un 200 mm par exemple. Donc, la vitesse de sécurité d’un zoom 15-30 mm se situe selon la focale entre 1/15s et 1/30s… et gagner par exemple quatre vitesses à 15 mm revient à déclencher durant 1 seconde. Or, viser un sujet et avoir un « trou noir » d’une seconde entière semble vraiment très long et induit des tremblements involontaires beaucoup plus importants que quand on gagne quatre crans au 200 mm. Soit 1/10s où le sujet disparaît de la vue. Il faut vraiment être d’une grande concentration et par exemple appuyé contre un mur pour ne pas faire un mouvement trop prononcé pour le stabilisateur pendant une seconde entière !
JPEG - 105.3 ko
Ci-dessus : Prise de vue à 24 mm et 1/5s [Canon EOS 5D Mark III]
JPEG - 111 ko
Ci-dessus : Extrait 100% écran au centre de l’image d’une prise de vue à la focale 24 mm au 1/5s [Canon EOS 5D Mark III]
MDLP N°74, Avril 2015
- Retrouvez l’intégralité de notre test du Tamron SP 15-30mm F/2.8 Di VC USD dans notre numéro soixante-quatorze du MondedelaPHOTO.com, actuellement en kiosque, et en vente sur le site (paiement par CB 100% sécurisé) :
- Lire le sommaire du N° 74 de MDLP
- Commander le N° 74 de MDLP
RÉALISEZ 32% D’ÉCONOMIE = ABONNEZ-VOUS !
WORKFLOW + LEMONDEDELAPHOTO.COM : Profitez de 32 % d’économie en souscrivant à notre offre d’abonnement de 1 an (14 numéros au total) au prix de 56 euros TTC.
Je souhaite m’abonner aux magazine Workflow & LemondedelaPHOTO.com
ET SI VOUS DEVENIEZ MEMBRE DU CLUB !
Intégrez au cercle premium des lecteurs de MDLP en adhérant au CLUB (galerie photo, concours exclusifs, PA, coaching, Forum,etc) et recevez pendant 1 an les magazines WORKFLOW & LEMONDEDELAPHOTO.COM (14 numéros), soit une économie de 56 euros TTC.
Je souhaite adhérer au CLUB

Cet article vous a plu ? Notez le et partagez le sur les réseaux sociaux !



Commenter cet article

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Messages

  • Quel est l’efficacité réelle de la stabilisation optique de ce zoom ?
    Cette seule question mériterait d’être traitée à part avec des tests comparatifs.
    Tamron n’est pas le premier opticien à stabiliser ses zooms GA ;
    c’est Nikon qui a initié le mouvement il y a 5 ans...avec beaucoup de difficultés ;
    là où les autres zooms permettent de gagner 4 vitesses, le VR
    du 16-35/4 AFS VR ne permettait de gagner "que" 2 vitesses
    (officiellement ).
    Ajoutons à celà que le système de stabilisation du Nikkor 16-35
    était constitué de 4 lentilles.
    Ici, Tamron se contente de 2 lentilles pour stabiliser son zoom comme on a pu le deviner lorsque une coupe de celui-ci était exposée (lors du dernier CP+) ;
    on peut donc s’interroger sur l’efficacité réelle du système de stabilisation...

  • Pour la stabilisation, j’ai pu prendre des photos de feux d’artifices entre 2/3 de seconde et 1 seconde avec un banal 18-105 Nikon sur un APS-C. Test de stab sans échappatoire. Des ratées, mais aussi des réussies : il faut effectivement être concentré, se caler correctement et bloquer sa respiration. Et dans ce cas-là, le résultat est probant et gratifiant.

  • Je ne la trouve pas tellement nette la photo......
    Le poids de l’optique (1100 grammes, et oui ! ) devrait déjà bien suffire a "stabiliser" l’engin.