Tout savoir pour réaliser, optimiser et diffuser ses photos

TEST Tamron SP 35 mm & SP 45 mm f/1,8 VC USD, sur le terrain

09/10/2015 | Jean-Marie Sépulchre

Sur le terrain :

Des focales standard comme un 35 ou un 45 mm n’appellent guère de commentaire particulier pour leur usage sur le terrain. Les cadrages qu’ils permettent sont très classiques et on hésite parfois entre les deux, avant de se sentir finalement un peu plus à l’aise avec le 35mm…mais ce choix est assez subjectif.

JPEG - 68.7 ko
- Ci-dessus : Scène de rue (35 mm, f/5,6)
JPEG - 93.5 ko
Ci-dessus : Photo de touriste (35 mm, f/5,6)

Tamron met beaucoup en avant dans sa documentation la qualité du flou à grande ouverture – le bokeh – et la bonne transition entre les zones nettes et les zones floues. Nos essais ont montré en effet une belle douceur à f/1,8 et des arrières plans de qualité, sans coupure « numérique » entre le net et le flou.

JPEG - 36.7 ko
- Ci-dessus : Flou d’arrière plan au 35 mm f/1,8
JPEG - 40.3 ko
- Ci-dessus : Flou d’arrière plan au 35 mm f/1,8
JPEG - 39.1 ko
- Ci-dessus : Flou d’arrière plan au 45 mm f/1,8

Enfin nous avons cherché à évaluer si le flare était bien combattu par les nouveaux traitements anti-reflets, c’est bien le cas avec des lumières qui se diffusent de façon régulière. On notera cependant, sur la vue des bateaux sur la scène, qu’en agrandissant la scène de petits franges violettes faciles à corriger en post-traitement peuvent apparaître sur les lampes situées en arrière de la zone de mise au point (quai à gauche de l’image).

JPEG - 70 ko
- Ci-dessus : Les lumières diffusées dans le champ ne causent pas de reflets de couleur parasite (35 mm f/1,8).
Haute définition et correction des vibrations
Tamron explique dans sa communication que « Les appareils avec capteurs d’image hautement sophistiqués ont tendance à capter les vibrations les plus infimes notamment en raison de la finesse de restitution des pixels. Transférer de manière optimale des images au capteur est de plus en plus compliqué, et le stabilisateur VC devient indispensable. »
De fait, si on examine à 100 % écran (soit une image de 2,30 m de large pour un écran de 96 ppp) des photos prises à la limite de vitesse de sécurité (par exemple au 1/50s pour un 45 mm) on peut percevoir que la netteté n’est pas parfaite, alors qu’elle le devient à 1/125s. Il faut tenir compte de cette situation pour calculer combien de crans de vitesse gagner avec le stabilisateur, et partir donc avec une marge de sécurité supplémentaire si on destine les prises de vue « limite » à de très grands tirages. En pratique, avec nous avons obtenu une netteté maximale jusqu’à 1/10s et une photo sur deux de ce niveau à 1/5s. Il est à noter qu’un sujet proche (les disques) est plus délicat du point de vue de la stabilisation qu’un sujet éloigné.
JPEG - 60 ko
JPEG - 43 ko
- Ci-dessus : Prise de vue lointaine au 1/6s au 35 mm à f/1,8 et extrait 100% écran.
JPEG - 89.1 ko
JPEG - 82.5 ko
- Ci-dessus : Prise de vue rapprochée au 1/5s au 45 mm à f/11 et extrait 100% écran
RÉALISEZ 32% D’ÉCONOMIE = ABONNEZ-VOUS !
WORKFLOW + LEMONDEDELAPHOTO.COM : Profitez de 32 % d’économie en souscrivant à notre offre d’abonnement de 1 an (14 numéros au total) au prix de 56 euros TTC.
Je souhaite m’abonner aux magazine Workflow & LemondedelaPHOTO.com
ET SI VOUS DEVENIEZ MEMBRE DU CLUB !
Intégrez au cercle premium des lecteurs de MDLP en adhérant au CLUB (galerie photo, concours exclusifs, PA, coaching, Forum,etc) et recevez pendant 1 an les magazines WORKFLOW & LEMONDEDELAPHOTO.COM (14 numéros), soit une économie de 56 euros TTC.
Je souhaite adhérer au CLUB

Cet article vous a plu ? Notez le et partagez le sur les réseaux sociaux !



Commenter cet article

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Messages

  • Tout à fait d’accord au sujet des microvibrations en relation avec les capteurs très HD. Voilà bien un sujet qui mériterait des développements avec photos test à l’appui. Cela apporte de l’eau au moulin à ceux qui ne cessent de défendre l’idée qu’il faut stabiliser même les grands angles et que plus de pixels ne signifie pas forcément des photos plus nettes....

  • Il est dommage qu’on ne trouve pas Steve Reich ou Terry Riley entre Ravel et Rimsky-Korsakov... Maintenant, pour en revenir à la haute définition et au flou, il est peu probable que le nombre de pixels ou leurs tailles soient seuls en cause. Pour utiliser un D800E, certes plus modeste que le Canon du test, je crois que c’est davantage le manque d’efficacité de l’autofocus couplé aux vibrations induites par le mouvement du miroir qui parviennent à gâcher un peu le résultat en terme de netteté. Sur un trépied en mode live-view et en MAP manuelle avec le retardateur sur 2 ou 3 secondes on approche un piqué "superlatif", seulement minoré sur les bords par les limites des optiques employées. Du coup, rien ne prouve que la stabilisation soit l’arme la plus efficace, sauf dans le cas où le trépied est resté à la maison.